L’équipe éditoriale

Le projet d’édition réunit une équipe de chercheurs sous la direction d’Élise Rajchenbach.

Jérémie Bichüe prépare une thèse de doctorat à Paris 3 sous la direction de Nathalie Dauvois, qui porte sur la querelle Marot-Sagon. Son mémoire de master portait sur la poétique du recueil des Blasons anatomiques du corps féminin.

Florence Bonifay est docteure en littérature française et professeure agrégée de Lettres Modernes (PRAG) à l’université Lyon 2 dans l’Institut de Communication (ICOM). Elle a soutenu une thèse sur les imaginaires groupeaux et les concurrences poétiques mises en scène dans des recueils parus de 1549 à 1586. Ses publications concernent la notion de concurrence, l’imaginaire groupal autour de la « Pléiade » et la relation des poètes avec leurs imprimeurs-libraires. Elle a constitué et mis en ligne une base de données qui recense environ 2000 pièces de contact entre poètes.

Marc Desmet est maître de conférences en musicologie est l’Université de Saint-Étienne et membre de l’IHRIM.

Pauline Dorio est docteure en littérature française (Paris 3) et professeure agrégée de lettres au Lycée Français de New York. Ses travaux portent sur le genre de l’épître en vers et sa construction dans les recueils de poésie imprimés (thèse à paraître). Elle s’intéresse également aux querelles poétiques. Elle participe au projet d’édition des œuvres complètes de Michel d’Amboise mené sous la direction de Sandra Provini (Université de Rouen).

Grégoire Holtz est professeur associé à l’Université de Toronto.

Elsa Kammerer est maître de conférences en littérature de la Renaissance à l’Université Lille 3 et membre junior de l’Institut Universitaire de France. Ses travaux portent sur l’humanisme lyonnais, les transferts culturels et la traduction. Elle a co-dirigé le projet ANR-DFG franco-allemand « Eurolab, Dynamique des langues vernaculaires dans l’Europe de la Renaissance » et elle est l’auteur de Jean de Vauzelles et le creuset lyonnais (1520-1550).

Maud Lejeune, docteure en histoire de l’art, assistante qualifiée à la Bibliothèque municipale de Lyon, a écrit des articles sur le peintre Bernard Salomon et le livre illustré lyonnais à la Renaissance. Elle a publié une édition critique des Pourtraits divers (1556, 1557) de Jean de Tournes (Droz, 2012), a collaboré à l’exposition « Lyon Renaissance » (Musée des Beaux-Arts, 2015-2016) et a écrit une thèse portant sur le rayonnement des gravures lyonnaises dans la production artistique en Allemagne aux XVIe et XVIIe siècles (à paraître).

Nina Mueggler, doctorante aux Universités de Fribourg (Suisse) et de Lyon 2, sous la direction de Thomas Hunkeler et de Michèle Clément, prépare une thèse intitulée « Nation et émulation. Tensions locales et nationales dans les recueils polygraphiques français (1529-1549) ». Elle est l’auteur d’articles sur la querelle de Marot et de Sagon, sur le recueil des Blasons anatomiques de 1543 et sur les Réseaux et sociabilité dans Le Parnasse des Poëtes Françoys modernes de Corrozet (1571).

Ugo Païs est agrégé de lettres modernes. Après deux années consacrées à la littérature du XVIe siècle, il prépare une thèse sous la direction de Michèle Clément (Université Lumière – Lyon 2) intitulée: Recherches de Christofle de Beaujeu : la poésie dans l’histoire au mépris d’Aristote ?

Élise Rajchenbach est maître de conférences en littérature de la Renaissance à l’Université de Saint-Étienne et membre de l’IHRIM. Ses travaux portent notamment sur la Renaissance lyonnaise, en particulier sur les relations entre les auteurs et les milieux de l’imprimerie (« Mais devant tous est le Lyon marchant. » Construction littéraire d’un milieu éditorial et livres de poésie française à Lyon (1526-1551), Droz, 2016). Elle a édité les Rymes de Pernette Du Guillet (Droz, 2006) et a co-dirigé avec Guillaume de Sauza un ouvrage collectif sur Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon (Droz, 2014).

Mathilde Vidal, ATER à l’Université Paris-Diderot, prépare actuellement une thèse de littérature française sur « La Poétique de l’étrenne de Marot à Scarron », sous la direction de Jean Vignes. Ses recherches portant sur la poésie de circonstance à la Renaissance, elle a travaillé sur la poétique de la santé dans ce corpus ainsi que sur les étrennes de Jean Passerat et s’intéresse en particulier à la question du don poétique. Elle est l’auteur d’un panorama de l’étrenne en vers au XVIe siècle, paru dans la revue Seizième Siècle (2017) et prépare, avec Claire Sicard, un article sur le Recueil de Estrenes de François Sagon.

 

Élise Rajchenbach.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *