Expérimenter les humanités numériques

L’ouvrage Expérimenter les humanités numériques, sous la direction d’Étienne Cavalié, Frédéric Clavert, Olivier Legendre et Dana Martin est disponible sous format numérique et librement accessible en ligne.

Présentation de l’éditeur:

Univers en perpétuelle expansion et au foisonnement chaotique, Internet offre un nombre incalculable d’outils, dont l’exploration paraît parfois hors de portée. Dans le paysage des sciences humaines, les blogs, les logiciels bibliographiques, les bases de données, les éditions en ligne et les wikis, tous ces objets qui éveillaient notre curiosité il y a une décennie, sont devenus aussi anodins qu’omniprésents. Mais comment bien s’en servir ?

Les appréhensions face à ces outils — et leur simple mais robuste méconnaissance — sont encore largement répandues.

Or on ne peut plus ignorer leur intérêt, voire leur nécessité et les chercheurs qui s’y essaient ne savent souvent pas par quel bout attraper ces logiciels nouveaux. C’est à cela que cet ouvrage veut les aider, de façon simple et précise, et il entend le faire sans en cacher les difficultés, mais sans dissimuler non plus qu’elles sont désormais connues, donc surmontables, et que, dans la majorité des cas, le résultat vaut tous les efforts à consentir.

 

Élise Rajchenbach

Quelques pistes de lecture pour reconstituer un réseau

L’édition numérique des œuvres de Fontaine s’attachera à reconstituer et à cartographier ses réseaux. Cela passera par une identification de ses dédicataires, pour laquelle on s’appuiera avec profit sur l’index de Marine Molins qui figure à la fin de son ouvrage (voir bibliographie).

Par ailleurs, le très riche article de Marie Madeleine Fontaine sur François Habert apportera une base de réflexion méthodologique particulièrement stimulante:

Marie Madeleine Fontaine, « Le carnet d’adresses de François Habert. Indications sur l’itinéraire d’un poète à la fin du règne de François Ier », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, tome LXXIII, 2011, no 3, p. 497-556.

Enfin, Florence Bonifay, membre de l’équipe éditoriale, a constitué pour sa thèse une base de données sur les échanges et relations des poètes de la seconde moitiés du XVIe siècle, intitulée Réseaux Poètes XVI.

Élise Rajchenbach.