Le corpus (seconde phase du projet)

La seconde phase du projet prendra en charge le reste des oeuvres de Charles Fontaine.

  • Epitome des trois premiers livres de Artemidorus, ancien autheur, traictant des songes. Nouvellement traduit par maistre Charles Fontaine, Lyon, Jean de Tournes, 1546, in-8° (numérisé sur Gallica, exemplaire de la Bibliothèque de l’Arsenal). / Epitome des cinq premiers livres de Artemidorus ancien autheur, traictant des Songes. Traduiz en François par Charles Fontaine. Plus un brief recueil de Valere Maxime, touchant certeins songes, Lyon, Jean de Tournes, 1555 (numérisé par Google Books, exemplaire de la BM de Lyon).
  • Les Epistres d’Ovide, nouvellement mises en vers Françoys par maistre Charles Fontaine Parisien: Avec les Prefaces & Annotations: le tout non par-cy devant imprimé. Plus y a la response à icelles epistres, Lyon, Ph. Rollet pour Jean Temporal ou Eustache Barricat, 1552, in-16 (numérisé sur Gallica, exemplaire de la BM de Lyon). / Les XXI. Epistres d’Ovide. Les dix premieres traduites par Charles Fontaine Parisien: le reste est par lui revù, et augmenté de Prefaces. Les amours de Mars et Venus, et de Pluton vers Proserpine. Imitation d’Omere et d’Ovide, Lyon, Jean de Tournes et Guillaume Gazeau, 1556.
  • La Premiere Partie du Promptuaire des médalles des plus renommées personnes qui ont esté depuis le commencement du monde: avec brieve description de leurs vies et faicts, recueillie de bons auteurs, Lyon, Guillaume Rouillé, 1553, in-4°, 2 volumes (Numérisé sur Gallica, exemplaire de la BM de Lyon).
  • Les Mimes de Publian, Ce sont certains Dicts graves et sentencieux, mis de Latin en François, et accordés avec plusieurs bons Auteurs: Ensemble Douze Paraboles, et six Enigmes: Par Charles Fontaine, Parisien, Lyon, Jean Citoys, 1557, in-8° (Numérisé sur Gallica, exemplaire de la BM de Lyon).
  • Les Sentences du poete Ausone, sur les Dicts des sept Sages. Odes, et autres compositions, pour inciter à la Vertu. Le tout nouvellement traduit et composé pour l’utilité d’un chacun, par M. Charles Fontaine Parisien, Lyon, Jean Brotot, sd (1558), in-8°.

Élise Rajchenbach.

Le corpus (première phase du projet)

La première phase du projet s’attachera à l’édition des oeuvres poétiques de Charles Fontaine:

  • Epistres, chantz royaux, ballades, rondeaulx et dixains faictz a l’honneur de Dieu (Manuscrit de la Vaticane Reg. lat. 1630)
  • Pièces de la querelle Marot – Sagon: Jérémie Bichüe
  • La Victoire et Triumphe d’Argent contre Cupido Dieu d’Amour, naguierres vaincu dedans Paris, avec la reponse (Lyon, François Juste, 1537): Élise Rajchenbach
  • La Contr’Amye de Court (Lyon, Sulpice Sabon, 1543, in-8°. Numérisé par Google Books, exemplaire de la Bibliothèque nationale d’Autriche): Nina Mueggler
  • La Fontaine d’Amour (Lyon, Jean de Tournes, 1545, in-8°): Marc Desmet sur les mises en musique
  • Estreines a certains seigneurs et dames de Lyon (Lyon, Jean de Tournes, 1546, in-8°): Élise Rajchenbach
  • Les Figures du Nouveau Testament, Lyon, Jean de Tournes, 1554: Elsa Kammerer et Maud Lejeune sur les gravures de Bernard Salomon
  • Ode pour Dieu à la ville de Paris faicte en juin 1554, in Les Nouvelles et Antiques Merveilles… (Paris, Le Noir, 1554. Numérisé par Google Books, exemplaire de la Bibliothèque nationale d’Autriche): Grégoire Holtz
  • Les Ruisseaux de Fontaine (Lyon, Thibaud Payen, 1555, in-8°. Numérisé sur Gallica): Pauline Dorio sur Le Passetemps des Amis; Florence Bonifay sur le reste du recueil.
  • Odes, enigmes et epigrammes, Adressez pour estreines (Lyon, Jean Citoys, 1557. Numérisé sur Gallica, exemplaire de la BM de Lyon et par la Bibliothèque de l’Université de Virginie, sur l’exemplaire de la collection Gordon): Mathilde Vidal
  • Ode de l’Antiquité et excellence de la ville de Lyon, composee par Charles Fontaine Parisien (Lyon, Jean Citoys, 1557. Numérisé par Google Books, exemplaire de la BM de Lyon).
  • La Salutation au Roy Charles IX (1564): Elsa Kammerer
  • Le Jardin d’Amour (Lyon, Benoist Rigaud, 1572)

L’établissement du corpus de la première phase du projet relève de choix partiellement arbitraires, dans la mesure où Fontaine, polygraphe, mêle les genres non seulement dans l’ensemble de son oeuvre, mais aussi au sein des volumes.

Élise Rajchenbach.

L’équipe éditoriale

Le projet d’édition réunit une équipe de chercheurs sous la direction d’Élise Rajchenbach.

Jérémie Bichüe prépare une thèse de doctorat à Paris 3 sous la direction de Nathalie Dauvois, qui porte sur la querelle Marot-Sagon. Son mémoire de master portait sur la poétique du recueil des Blasons anatomiques du corps féminin.

Florence Bonifay est docteure en littérature française et professeure agrégée de Lettres Modernes (PRAG) à l’université Lyon 2 dans l’Institut de Communication (ICOM). Elle a soutenu une thèse sur les imaginaires groupeaux et les concurrences poétiques mises en scène dans des recueils parus de 1549 à 1586. Ses publications concernent la notion de concurrence, l’imaginaire groupal autour de la « Pléiade » et la relation des poètes avec leurs imprimeurs-libraires. Elle a constitué et mis en ligne une base de données qui recense environ 2000 pièces de contact entre poètes.

Marc Desmet est maître de conférences en musicologie est l’Université de Saint-Étienne et membre de l’IHRIM.

Pauline Dorio est docteure en littérature française (Paris 3) et professeure agrégée de lettres au Lycée Français de New York. Ses travaux portent sur le genre de l’épître en vers et sa construction dans les recueils de poésie imprimés (thèse à paraître). Elle s’intéresse également aux querelles poétiques. Elle participe au projet d’édition des œuvres complètes de Michel d’Amboise mené sous la direction de Sandra Provini (Université de Rouen).

Grégoire Holtz est professeur associé à l’Université de Toronto.

Elsa Kammerer est maître de conférences en littérature de la Renaissance à l’Université Lille 3 et membre junior de l’Institut Universitaire de France. Ses travaux portent sur l’humanisme lyonnais, les transferts culturels et la traduction. Elle a co-dirigé le projet ANR-DFG franco-allemand « Eurolab, Dynamique des langues vernaculaires dans l’Europe de la Renaissance » et elle est l’auteur de Jean de Vauzelles et le creuset lyonnais (1520-1550).

Maud Lejeune, docteure en histoire de l’art, assistante qualifiée à la Bibliothèque municipale de Lyon, a écrit des articles sur le peintre Bernard Salomon et le livre illustré lyonnais à la Renaissance. Elle a publié une édition critique des Pourtraits divers (1556, 1557) de Jean de Tournes (Droz, 2012), a collaboré à l’exposition « Lyon Renaissance » (Musée des Beaux-Arts, 2015-2016) et a écrit une thèse portant sur le rayonnement des gravures lyonnaises dans la production artistique en Allemagne aux XVIe et XVIIe siècles (à paraître).

Nina Mueggler, doctorante aux Universités de Fribourg (Suisse) et de Lyon 2, sous la direction de Thomas Hunkeler et de Michèle Clément, prépare une thèse intitulée « Nation et émulation. Tensions locales et nationales dans les recueils polygraphiques français (1529-1549) ». Elle est l’auteur d’articles sur la querelle de Marot et de Sagon, sur le recueil des Blasons anatomiques de 1543 et sur les Réseaux et sociabilité dans Le Parnasse des Poëtes Françoys modernes de Corrozet (1571).

Ugo Païs est agrégé de lettres modernes. Après deux années consacrées à la littérature du XVIe siècle, il prépare une thèse sous la direction de Michèle Clément (Université Lumière – Lyon 2) intitulée: Recherches de Christofle de Beaujeu : la poésie dans l’histoire au mépris d’Aristote ?

Élise Rajchenbach est maître de conférences en littérature de la Renaissance à l’Université de Saint-Étienne et membre de l’IHRIM. Ses travaux portent notamment sur la Renaissance lyonnaise, en particulier sur les relations entre les auteurs et les milieux de l’imprimerie (« Mais devant tous est le Lyon marchant. » Construction littéraire d’un milieu éditorial et livres de poésie française à Lyon (1526-1551), Droz, 2016). Elle a édité les Rymes de Pernette Du Guillet (Droz, 2006) et a co-dirigé avec Guillaume de Sauza un ouvrage collectif sur Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon (Droz, 2014).

Mathilde Vidal, ATER à l’Université Paris-Diderot, prépare actuellement une thèse de littérature française sur « La Poétique de l’étrenne de Marot à Scarron », sous la direction de Jean Vignes. Ses recherches portant sur la poésie de circonstance à la Renaissance, elle a travaillé sur la poétique de la santé dans ce corpus ainsi que sur les étrennes de Jean Passerat et s’intéresse en particulier à la question du don poétique. Elle est l’auteur d’un panorama de l’étrenne en vers au XVIe siècle, paru dans la revue Seizième Siècle (2017) et prépare, avec Claire Sicard, un article sur le Recueil de Estrenes de François Sagon.

 

Élise Rajchenbach.

Présentation

Ce carnet de recherche est élaboré en soutien au projet d’édition numérique du polygraphe Charles Fontaine (1514-ca 1564) dirigé par Élise Rajchenbach et soutenu par le laboratoire IHRIM (UMR 5317) de l’Université Jean-Monnet de Saint-Étienne.

Dans la lignée des travaux d’édition et des redécouvertes d’auteurs méconnus de la Renaissance, l’édition des œuvres de Charles Fontaine viendra combler une lacune dans les études seiziémistes, qui, à la suite du mépris affiché les auteurs de la Pléiade (Ronsard, Du Bellay…), ont largement oublié la figure de Fontaine et le rôle qu’il a joué dans l’évolution de la poésie et dans la transmission de textes centraux de l’humanisme, par le biais de la traduction et de l’édition.

L’effacement produit par la stratégie de conquête de la Pléiade, qui a largement récrit l’histoire littéraire, a affecté l’œuvre de nombreux auteurs encore considérés comme « mineurs », alors qu’ils ont pu être prolifiques et visiblement lus durant le siècle. Il s’agit de défaire la perspective téléologique qui a passé sous silence, à côté de celles d’autres poètes, les œuvres de Fontaine, cible de choix dans la Défense et Illustration de la Langue Française de Du Bellay (1549). Le XIXe s. et le début du XXe s. ont partiellement contribué à exhumer ces auteurs, mais le mouvement ne s’est guère poursuivi. Si l’œuvre de Marot a regagné le devant de la scène, grâce aux travaux de Mayer, Defaux ou Berthon, le travail reste à faire pour d’autres auteurs, et plus particulièrement le fils spirituel de Marot, Fontaine. Parmi les rares travaux récents, on compte deux ouvrages : un collectif (Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. Guillaume de Sauza et Élise Rajchenbach, Genève, Droz, 2014) et un autre, de Marine Molins, sur les activités de traducteur de Fontaine (Charles Fontaine traducteur. Le poète et ses mécènes à la Renaissance, Genève, Droz, 2011). S’y adjoint la très récente thèse de Pauline Dorio, qui accorde de longs développements à l’œuvre de Fontaine (« La plume en l’absence » : le devenir familier de l’épître en vers dans les recueils imprimés de poésie (1527–1555), sous la direction de M. Magnien, soutenue le 22 avril 2017, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle) ainsi qu’une série d’articles d’Élise Rajchenbach.

La dynamique scientifique est précisément à l’édition de ces auteurs longtemps ignorés. On pense par exemple au projet d’édition des œuvres de Michel d’Amboise dirigé par Sandra Provini (Université de Rouen) ou de Jean Bouchet par Nathalie Dauvois (Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle). Le but est de proposer au public et aux chercheurs des textes et des outils qui permettront de mieux cerner le paysage humaniste, Fontaine apparaissant comme une figure de référence, régulièrement alléguée et prise pour modèle ou pour repoussoir, et qui s’inscrit au cœur des débats littéraires et linguistiques de son temps. Surtout, son œuvre s’étend sur une période relativement longue, du milieu des années 1530 au début des années 1560, c’est à dire à une période clef de la Renaissance, marquée par le combat puis l’avènement de la Pléiade. Ce projet permettra donc de combler un vide éditorial qui ampute le paysage humaniste français.

Fontaine est un de ces auteurs méconnus dont la fréquentation assidue et attentive est pourtant essentielle pour comprendre les grandes œuvres du XVIe siècle. Poète se réclamant de l’héritage de Marot et cultivant des relations ambiguës avec la Brigade, il est l’un des fers de lance de la Querelle des Amyes, avec sa Contr’Amye de Court (1543). C’est un auteur prolixe, qui inscrit sa poésie dans un réseau tentaculaire qu’il se plaît à mettre en scène et qui cultive tant la poésie religieuse – marquant une probable attirance vers l’évangélisme – que la poésie profane. C’est également un traducteur, distingué très tôt par Étienne Dolet. Il traduit ainsi un traité des songes d’Artémidore, les épîtres d’Ovide, les poètes sentencieux antiques et offre un épitomé du De Asse de Guillaume Budé. Il est également l’éditeur de Clément Marot et, en tant que figure officielle lyonnaise – il fut recteur du Collège de la Trinité à Lyon–, organisateur de l’entrée du roi Charles IX à Lyon. Enfin, il fut un acteur essentiel dans le monde du livre. Son œuvre concentre ainsi de nombreux enjeux littéraires du siècle.

Les travaux menés ces dernières années permettent de souligner la pratique sociale de l’écriture selon Fontaine, que permettra de visualiser et d’approfondir cette édition électronique. De manière symptomatique, les textes de Fontaine sont régulièrement cités par les chercheurs pour éclairer la carrière de divers contemporains qui se trouvaient dans le vaste réseau de Fontaine. L’édition offrira une identification plus systématique que le picorage scientifique actuel des multiples dédicataires de Fontaine. Elle proposera une notice sur chaque contact et permettra de les visualiser dans la géographie française ainsi que dans le champ littéraire. Cela passera par une collecte des pièces adressées par d’autres que Fontaine à ces interlocuteurs ou composées par ces interlocuteurs, auxquelles ont pourra accéder via le nom du dédicataire. Il s’agira également de dresser une carte des contacts de Fontaine. Les possibilités octroyées par l’édition numérique permettront de reconstituer de manière claire et exploitable par la communauté scientifique les réseaux de Fontaine et d’élaborer ainsi une connaissance plus fine des réseaux humanistes en France. En particulier, contrairement aux limitations de l’édition papier, l’édition numérique offre la possibilité de reproduire aisément des textes d’autres auteurs évoquant les interlocuteurs de Fontaine (grâce à une chaîne éditoriale hypertexte), donc de visualiser les réseaux à plusieurs niveaux.

 

Élise Rajchenbach.