Charles Fontaine, soutien du jeune Claude de Taillemont

L’introduction de l’édition de La Tricarite de Claude de Taillemont parue chez Droz en 1989 fait état de liens entre le jeune Claude de Taillemont, qui tente alors de percer en tant qu’écrivain et qui se trouve pris dans « l’enfer de procès », et Charles Fontaine. Fontaine donne ainsi une pièce liminaire aux Champs Faëz, publiés en 1553:

Aux lecteurs des presens Discours

Les Azolains qui sont bien inventez

Et ne sont pas aussi moins bien traduits,

Sont leuz, releuz, estimez et vantez

Par gens d’esprit et à l’amour induits;

Mais ces Discours au nouveau jour produicts,

– Œuvre inventé qui l’Azolain n’empire –

Sont beaux jardins plains de fueilles et fruicts,

Que chacun peult à son plaisir elire.

Hante le François.

Les éditeurs modernes de La Tricarite soulignent que « si le bon Fontaine, sous son usuelle anagramme, y loue notre auteur, c’est discrètement, sa louange allant surtout à Bembo et à J. Martin, auteur et traducteur des Azolains » (p. 14-15). Par ailleurs, dans l’introduction de son édition des Champs faëz, Jean-Claude Arnould nuance l’influence des Azolains et souligne qu’ « outre les raisons commerciales qui peuvent le justifier, ce rapprochement doit sans doute être imputé au goût personnel de ce poète ». En effet, ajoute J.-C. Arnould, Fontaine imite, dans son « Épître philosophant sur la bonne amour » figurant dans les Ruisseaux (p.13), les propos attribués à Bembo dans le Courtisan (IV, 51 à 73) et désigne les Discours des Champs faëz comme une « œuvre inventée ».

Par ailleurs, Taillemont reçoit, toujours dans les Ruisseaux, des étrennes de la part de Fontaine (p. 81), qui est l’un des rares lyonnais à accompagner les premiers pas de Taillemont. Le milieu lyonnais – au premier chef Scève – conserve ses distances avec Taillemont. Gabriel-André Pérouse, l’un des éditeurs modernes de la Tricarite propose une hypothèse religieuse: Taillemont se montrant par trop fougueux et explicitement attiré par le protestantisme, le milieu lyonnais, déjà soupçonné de sympathies hétérodoxes, serait resté silencieux, par prudence, lors de la publication des ouvrages de Taillemont. Des affinités religieuses expliquent-elles, au contraire, la bienveillance de Fontaine?

Bibliographie:

  • Claude de Taillemont, La Tricarite, éd.Doranne Fenoaltea, François Lecercle, Gabriel-A. Pérouse et Valerie J. Worth, Genève, Droz, 1989.
  • Claude de Taillemont, Discours des Champs faëz à l’honneur, et exaltation de l’Amour et des Dames (1553), éd. Jean-Claude Arnould, Genève, Droz, 1991.

 

Élise Rajchenbach.

Expérimenter les humanités numériques

L’ouvrage Expérimenter les humanités numériques, sous la direction d’Étienne Cavalié, Frédéric Clavert, Olivier Legendre et Dana Martin est disponible sous format numérique et librement accessible en ligne.

Présentation de l’éditeur:

Univers en perpétuelle expansion et au foisonnement chaotique, Internet offre un nombre incalculable d’outils, dont l’exploration paraît parfois hors de portée. Dans le paysage des sciences humaines, les blogs, les logiciels bibliographiques, les bases de données, les éditions en ligne et les wikis, tous ces objets qui éveillaient notre curiosité il y a une décennie, sont devenus aussi anodins qu’omniprésents. Mais comment bien s’en servir ?

Les appréhensions face à ces outils — et leur simple mais robuste méconnaissance — sont encore largement répandues.

Or on ne peut plus ignorer leur intérêt, voire leur nécessité et les chercheurs qui s’y essaient ne savent souvent pas par quel bout attraper ces logiciels nouveaux. C’est à cela que cet ouvrage veut les aider, de façon simple et précise, et il entend le faire sans en cacher les difficultés, mais sans dissimuler non plus qu’elles sont désormais connues, donc surmontables, et que, dans la majorité des cas, le résultat vaut tous les efforts à consentir.

 

Élise Rajchenbach

Quelques pistes de lecture pour reconstituer un réseau

L’édition numérique des œuvres de Fontaine s’attachera à reconstituer et à cartographier ses réseaux. Cela passera par une identification de ses dédicataires, pour laquelle on s’appuiera avec profit sur l’index de Marine Molins qui figure à la fin de son ouvrage (voir bibliographie).

Par ailleurs, le très riche article de Marie Madeleine Fontaine sur François Habert apportera une base de réflexion méthodologique particulièrement stimulante:

Marie Madeleine Fontaine, « Le carnet d’adresses de François Habert. Indications sur l’itinéraire d’un poète à la fin du règne de François Ier », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, tome LXXIII, 2011, no 3, p. 497-556.

Enfin, Florence Bonifay, membre de l’équipe éditoriale, a constitué pour sa thèse une base de données sur les échanges et relations des poètes de la seconde moitiés du XVIe siècle, intitulée Réseaux Poètes XVI.

Élise Rajchenbach.

Premiers éléments bibliographiques sur Charles Fontaine

La bibliographie critique sur Charles Fontaine révèle le regain d’intérêt pour le polygraphe depuis 2010. On constate cependant que tout un pan de la production de Fontaine est encore vierge ou quasiment (Les Nouvelles et Antiques Merveilles…, l’épitomé du De Asse, la version, par Fontaine, du Promptuaire des Médailles, l’édition des œuvres de Marot, etc.).

Un ouvrage collectif, certainement la préhistoire de ce projet:

  • Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. Guillaume de Sauza et Élise Rajchenbach, Genève, Droz, 2014.

Éléments de présentation générale de Fontaine, approche prosopographique

  • Becker Philipp August, Aus Frankreichs Frührenaissance, Munich, M. Kellerer, 1927.
  • Désormaux Joseph, «Un poète parisien à Lyon au XVIe siècle, Charles Fontaine, et son ode en l’honneur de Lyon», Revue du siècle, vol. III, 1889, p. 45–52.
  • Hawkins Richmond Laurin, Maistre Charles Fontaine Parisien, Cambridge, Harvard University Press, 1916 (repr. New York, Kraus repr. Corporation, 1966). Ouvrage pionnier, essentiel à la connaissance de Fontaine.
  • Scalamandrè Raffaele, «Charles Fontaine: da Parigi a Lione», Il Rinascimento a Lione, Atti del Congresso Internazionale (Macerata, 6–11 Maggio 1985), vol. ii, a cura di Antonio Possenti e Giulia Mastrangelo, Edizioni dell’Ateneo, Roma, 1988, vol. 2, p. 907–924.

Fontaine dans la vie littéraire de son temps

  • Cuyx-Barnes Marie-Therese, Étude de la Querelle des Amis [sic.] suivie d’une édition annotée de La contr’amye de court de Charles Fontaine, thèse dactylographiée, Florida State University, College of Arts and Sciences, 1974.
  • De Sauza Guillaume, « »Tu desiras boire en ma fontaine »: les relations de Charles Fontaine et de Guillaume des Autels», in Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. Guillaume de Sauza et Élise Rajchenbach, Genève, Droz, 2014, p. 85-104.
  • Fontaine Marie Madeleine, «Les relations entre Charles Fontaine et Barthélemy Aneau et le débat du Quintil Horatian ou comment dater les premières œuvres de Du Bellay», in Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. Guillaume de Sauza et Élise Rajchenbach, Genève, Droz, 2014, p. 149-186.
  • La Garanderie Marie-Madeleine de, «L’Humanisme au risque de l’altérité», in Les Représentations de l’autre. Du Moyen Âge au XVIIe siècle, éd. Évelyne Berriot-Salvadore, St-Étienne, PU St-Étienne, 1995, p. 73–88.
  • Monferran Jean-Charles, «Le Quintil horatian de… Charles Fontaine, histoire d’une fausse attribution et d’une intervention éditoriale», in Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. Guillaume de Sauza et Élise Rajchenbach, Genève, Droz, 2014, p. 187-200.
  • Rajchenbach Élise, « Les Ruisseaux horatiens de Fontaine : une réponse à la Deffence et Illustration de la Langue Française ? », in À chacun son Horace, éd. N. Dauvois, M. Jourde et J.-C. Monferran, Paris, Champion, sous presse.
  • Raymond Marcel, L’influence de Ronsard sur la poésie française, t. i, Paris, Champion, 1927 (rééd. Genève, Droz, 1965), p. 56–63. Jugement effroyablement méprisant sur Fontaine.
  • Roy Émile, «Charles Fontaine et ses amis», Revue d’histoire littéraire, 1897, p. 412–422.

Poésie profane et poétique

  • Dorio Pauline, «L’effet de désordre dans le classement des épîtres des Ruisseaux de Charles Fontaine (1555) : une “illustration” du genre épistolaire ?» in Désordres (XVe-XVIIIe siecles), Hermann, « Cahiers du CIERL », à paraître.
  • Frank Grace, «The early Work of Charles Fontaine», Modern Philology, vol. XXIII, no 1, Aug., 1925, p. 47–60.
  • Kammerer Elsa, «Grossesse, naissance et petite enfance sous le regard d’un poète de la Renaissance, Charles Fontaine», dans Naissances et enfantements en France à la Renaissance, sous la dir. de Nerina Clerici-Balmas, no spécial de Plaisance. Rivista di letteratur francese moderna e contemporanea, no 14, Anno v, 2008, p. 29–48.
  • Pouey-Mounou Anne-Pascale, « »Ô ma Flora, ô fleur en qui me fonde ». Le lyrisme conjugal des Ruisseaux de Fontaine», in Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. Guillaume de Sauza et Élise Rajchenbach, Genève, Droz, 2014, p. 105-122.
  • Rajchenbach Élise, « Pour en bon an le faire entrer / De la Fontaine aura la veine. » Poétique et politique de l’étrenne chez Charles Fontaine (1546–1557) » : « Étrennes, dons et cadeaux », dossier dirigé par Catherine Magnien-Simonin, Seizième Siècle 13, 2017, p. 243–267.
  • Scollen Christine M., chap. V: «The Elegies of Charles Fontaine», The Birth of the Elegy in France 1500–1550, Genève, Droz, 1967, p. 97–121.
  • Vance Andrew A. Jr., Charles Fontaine: A Bibliographical Contribution and a Study of his Concept of Poetry, Dissertation Abstracts International (Ann Harbor, MI), 1973.
  • Willey W. L., «Charles Fontaine’s Ideas on Poetry», Studies in Honor of Alfred G. Engstrom, éd. Robert T. Cargo and Emanuel J. Jr. Mickel, Chapel Hill, U. of N. C. Press, 1972, p. 197–208.

Poésie religieuse

  • Engammare Max, «Figures de la Bible lyonnaises à la Renaissance. Un demi-siècle de prépondérance européenne (1538–1588)», in Majoliques européennes, reflets de l’estampe lyonnaise (xvie–xviie siècles). Actes des journées d’études internationales « Estampes et majoliques », Rome (12 octobre 1996) – Lyon (10, 11 et 12 octobre 1997), colloque sous la direction de Sylvie Deswarte-Rosa, publié sous la direction de Jean Rosen, Dijon, 2003, p. 24–39.
  • Krawczyk Darius, «Les préceptes de la lecture « évangélique » dans la poésie religieuse de Charles Fontaine», in Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. Guillaume de Sauza et Élise Rajchenbach, Genève, Droz, 2014, p. 73-84.
  • Pigné Christine, «La contribution de Charles Fontaine aux Figures du Nouveau Testament: la poésie et l’image au service de la foi», Seizième Siècle, 8 (2012), p. 303–326.
  • Scalamandrè Raffaele, Un poeta della preriforma: Charles Fontaine – Epistres, Chantz royaulx, Ballades, Rondeaulx et Dizains faictz à l’honneur de Dieu Dieu (Cod. Vat. Lat. 1630), Rome, Edizioni di storia e letteratura, Archivo italiano per la storia della pietà, vol. 6, 1970.

Fontaine traducteur

  • Flamand Jean-Marie, «Charles Fontaine, traducteur d’Artémidore (1546)», in Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. Guillaume de Sauza et Élise Rajchenbach, Genève, Droz, 2014, p. 31-54.
  • Molins Marine, Charles Fontaine traducteur. Le poète et ses mécènes, à la Renaissance, Genève, Droz, 2011, 368 p Genève, Droz, T.H.R. 491, 2011. Ouvrage essentiel.
  • Molins Marine, «Mimes, sentences et énigmes à l’usage des enfants royaux. Traductions nouvelles de Charles Fontaine (1557-1558), in Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. Guillaume de Sauza et Élise Rajchenbach, Genève, Droz, 2014, p. 55-71.
  • Ruutz-Rees Caroline, «Charles Fontaine’s Fontaine d’Amour and Sannazaro», Modern Language Notes, vol. 27, no 3, Mars 1912, p. 65–68. Fontaine serait le premier traducteur (discret) de Sannazar en France.
  • Saulnier, Maurice Scève (ca 1500–1560), Paris, Klincksieck, 1948–1949, 2 tomes (réimpr. Genève ; Paris, Slatkine, 1981).
  • White Paul, «Ovid’s Heroides in Early Modern French Translation : Saint-Gelais, Fontaine, Du Bellay», Translation and Literature, 2004, Autumn, 13 (2), p. 165–180.

Langue

  • Rajchenbach Élise, «Permanence et évolution lexicale dans Les Ruisseaux de Fontaine de Charles Fontaine (Lyon, 1555)», in Vocabulaire et création poétique dans les jeunes années de la Pléiade (1547–1555), éd. Marie-Dominique Legrand, Paris, Champion, 2013, p. 263–278.

Relations de Fontaine avec les figures de pouvoir

  • Colard Jean-Max, Les Contraintes de la Muse: l’adresse au pouvoir dans la poésie de la Renaissance française (1515–1560), thèse dirigé par Françoise Charpentier, soutenue le 14 décembre 1999 à l’Université Paris VII–Denis Diderot. Résumé dans L’Information littéraire, 2001 / 1, vol. 53, p. 34–36.
  • Kammerer Elsa, «La Salutation au roy Charles IX (1564?)», in Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. Guillaume de Sauza et Élise Rajchenbach, Genève, Droz, 2014, p. 219-237.
  • Sicard Claire, «Les petits ruisseaux font les grandes fontaines: Charles Fontaine et sa muse marchande», in Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. Guillaume de Sauza et Élise Rajchenbach, Genève, Droz, 2014, p. 201-218.

Bibliophilie et histoire du livre

  • Astier Sophie, «Note sur les exemplaires des éditions du XVIe siècle des œuvres de Charles Fontaine à la bibliothèque municipale de Lyon», in Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. Guillaume de Sauza et Élise Rajchenbach, Genève, Droz, 2014, p.239-250.
  • Rajchenbach Élise, «Des graines dans le Jardin: un recueil inconnu (ou presque) de Charles Fontaine (1572-1588), in Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. Guillaume de Sauza et Élise Rajchenbach, Genève, Droz, 2014, p. 123-147 (annonce de la découvert qui fait l’objet de l’article dans le Bulletin du Bibliophile, 2010, no2, p. 422.
  • Rajchenbach Élise, « Charles Fontaine et ses imprimeurs-libraires », in Les Poètes français de la Renaissance et leurs “libraires” : aspects historiques, juridiques et littéraires, éd. D. Bjaï et F. Rouget, Genève, Droz, 2015, p. 359–379.

 

Élise Rajchenbach.