Les XXI Epistres d’Ovide sont désormais en ligne

L’édition de 1556 des XXI. Epistres d’Ovide, dont les dix premières sont traduites par Charles Fontaine et les suivantes par Octovien de Saint-Gelais, dans une version adaptée par Fontaine, est désormais en ligne, grâce au travail de Léopold Boyer (transcription et encodage des épîtres I-X et des paratextes), de Yanet Hernández, stagiaire issue du master Rare Books and Digital Humanities de l’Université de Besançon (transcription des épîtres XI-XVIII, transcription et encodage des épîtres XIX-XX), d’Élise Rajchenbach (transcription de l’épître XXI, de l’ensemble des textes adjoints en fin de volume, des errata et de la table des matières) et surtout de Paul Gaillardon, qui a encodé, relu et lissé l’ensemble du travail avant de le publier sur le site.

Grâce à la générosité de ProQuest, qui a effectué la numérisation de l’exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France (Réserve P-Yc-722), le mode image est également accessible en vis-à-vis du mode texte. Nous leurs exprimons nos vifs remerciements.

Désormais, le travail éditorial pourra être effectué par Sandra Provini (Université de Rouen, CEREdI).

Les XXI. Epistres d’Ovide, Lyon, Jean de Tournes et Guillaume Gazeau, 1556.

29 juin 2021 – « Editer Michel d’Amboise et Charles Fontaine: regards croisés »

Nées du constat d’une proximité des projets d’édition des œuvres de Michel d’Amboise (dir. Sandra Provini) et de Charles Fontaine (dir. Élise Rajchenbach), les rencontres Éditer Michel d’Amboise et Charles Fontaine : regards croisés s’attachent à créer un dialogue fécond entre les deux équipes. Le deuxième opus propose une série d’ateliers autour de grands enjeux de l’acte éditorial aujourd’hui : l’articulation de l’édition papier et de l’édition numérique ; les questions essentielles du protocole et de l’annotation des textes ; les enjeux éditoriaux sur les questions de traduction de nos auteurs ainsi que la réflexion autour des outils prosopographiques et de leur exploitation scientifique.

Le choix d’un format nouveau – une succession d’« ateliers » – a pour objectif de faciliter les échanges et les discussions autour de retours d’expériences qui présenteront un travail en cours, des avancées ainsi que des interrogations et des difficultés.

Ces rencontres rappellent enfin la nécessité d’une réflexion commune autour de l’acte éditorial, en particulier numérique, qui pose les bases d’une uniformisation des pratiques et d’une interopérabilité des données.

Télécharger le programme du mardi 29 juin.
La journée se tiendra Maison de la Recherche de la Sorbonne nouvelle, salle Claude Simon – 4 rue des Irlandais – Paris 5e.

Matinée (9h-12h30)

Atelier 1 – Édition numérique / Édition papier

  • Discussions animées par Sandra Provini et Élise Rajchenbach – « Articuler édition numérique et édition papier: réflexions théoriques et problèmes pratiques. »
  • Marc Desmet – « Ce que musique et numérique apportent à l’édition. Lire / Entendre la poésie de Charles Fontaine: deux compréhensions distinctes pour la poésie lue et chantée? »

Atelier 2 – Établir un protocole et annoter les textes

  • Sarah Delale (FRS-FNRS, UCLouvain) – « Éditer et annoter le ms. Vat. Reg. Lat. 1624: retour d’expérience. »
  • Alice Vintenon (Univ. de Bordeaux Montaigne, TELEM EA 4195) – « Annoter sur deux supports (papier et numérique): le cas de le Ris de Démocrite et le pleur d’Héraclite de Michel d’Amboise.

Après-midi (14h-18h)

Atelier 3 – Traduction

  • Paul Gaillardon (CNRS, IHRIM UMR 5317) – « Les problèmes éditoriaux de la traduction glosée: comment structurer le flou? »
  • John Nassichuk (University of Western Ontario) – « De la glose à l’accommodation inventive: les ajouts de Michel d’Amboise et leur annotation. »

Atelier 4 – « Prosopographie »

  • Jérémie Bichüe (Sorbonne nouvelle, FIRL EA 174) et Élise Rajchenbach (Université Jean Monnet Saint-Étienne, IHRIM UMR 5317) – « Restituer les dynamiques de réseaux à partir de la base prosopographique OpenThéso. »
  • Sandra Provini (Université de Rouen Normandie, CÉRÉdI EA 3229) – « Le « carnet d’adresses » de Michel d’Amboise. »

Répondant·e·s et discutant·e·s:

  • André Bayrou (Lycée Carnot de Dijon, FIRL EA 174)
  • Xavier Bonnier (Université de Rouen Normandie, CÉRÉdI EA 3229)
  • Pauline Dorio (Sorbonne nouvelle, FIRL EA 174)
  • Pascal Joubaud (Université de Rouen Normandie, IRIHS FED 4137, Programme CORNUM)
  • Elsa Kammerer (Université de Lille, ALITHILA UR 1061, IUF)
  • Nina Mueggler (Université de Fribourg / Université Lumière Lyon 2, IHRIM UMR 5317)
  • Claire Sicard (Université de Tours, CESR UMR 7323)

Organisation :

  • Jérémie Bichüe (Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle, FIRL – EA 174)
  • Sandra Provini (Université de Rouen Normandie, CÉRÉdI, EA 3229)
  • Élise Rajchenbach (Université Jean-Monnet Saint-Étienne, IHRIM – UMR 5317)

La Victoire et Triumphe d’Argent en mode image

La Victoire et Triumphe d’Argent contre Cupidon (Lyon, François Juste, 1537) est désormais accessible en mode image. L’unicum est conservé à la Bibliothèque nationale de France (Rés. Ye-1601).

Pour une présentation rapide de certains enjeux du texte, avant la publication de l’édition annotée accompagnée d’une étude de ses enjeux, on se reportera au fil Twitter de vulgarisation consacré à l’ouvrage.

La Fontaine d’Amour en mode image

La Fontaine d’Amour (Lyon, Jean de Tournes, 1545), est désormais accessible en mode image en sus du mode texte. La Bibliothèque nationale de France nous a gracieusement autorisés à en publier la numérisation, qui n’était jusqu’alors disponible que sur Gallica intramuros. Dans l’état actuel de nos connaissances, trois exemplaires sont conservés dans des bibliothèques publiques, dont un seul en France (BnF Rés. P-Ye-2084). L’accessibilité de cette numérisation ainsi que l’élaboration d’une édition numérique de l’œuvre sont, en ce sens, particulièrement importantes.

Les autres exemplaires répertoriés sont conservés à la British Library (C 117 ff 7) et à la Württembergische Landesbibliothek de Stuttgart (R 16 Fon 1).

Les Estreines en images

Déjà accessible en mode texte, les Estreines (Lyon, Jean de Tournes, 1546) présentent désormais le mode image en vis-à-vis de la transcription. Cette publication est permise grâce au soutien gracieux de ProQuest, qui a effectué la numérisation de l’unicum conservé à la bibliothèque de l’Arsenal (8 BL 11805).

L’indexation des noms de personnes est en cours d’élaboration par Élise Rajchenbach. Elle servira de test à l’indexation prosopographique de l’ensemble des ouvrages de Fontaine publiés dans le cadre du projet. On peut d’ores et déjà accéder aux fiches prosopographiques des destinataires et des délocutés figurant dans le recueil, grâce à la base prosopographique hébergée sur le site. Elles seront progressivement affinées et complétées, certains destinataires n’ayant pas encore été pleinement identifiés.

D’un point de vue technique, la base prosopographique est mise en place par Léopold Boyer, Paul Gaillardon et Maud Ingarao. Qu’ils en soient vigoureusement remerciés!

Saisir Charles Fontaine dans sa prime enfance et reconstituer son milieu d’origine

La dernière livraison de la Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance publie un article d’Élise Rajchenbach exploitant l’inventaire après décès des parents de Charles Fontaine, découvert aux Archives nationales, ainsi que quelques autres documents d’archives. On y trouve une description de la maison familiale du futur poète, sur l’Île de la Cité à Paris, une identification des membres de la famille (noyau familial et cousins plus éloignés), une esquisse du milieu social et culturel dans lequel il évolue, celui d’une « literary family » (Neil Kenny).

Ces éléments biographiques nouveaux permettent d’appréhender sous un jour nouveau les confidences biographiques de Fontaine dans ses œuvres et de dater certaines pièces du poète. Surtout, ces découvertes invitent à explorer le champ encore largement vierge des archives concernant notre poète.

Élise Rajchenbach, « Charles Fontaine Parisien: une enfance à l’ombre de Notre-Dame (sur quelques documents d’archives récemment exhumés », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, tome LXXXIII, 1, 2021, p. 13-45.

Séminaire du 1er mars 2020: conférence-atelier de Sarah Delale

Pour sa huitième séance, le séminaire Fontaine mue et se joint au projet Michel d’Amboise pour proposer, le 1er mars 2021 une conférence-atelier par Sarah Delale, post-doctorante du F.R.S.-FNRS à l’Université de Louvain et membre de l’équipe Fontaine:

« Petite histoire du manuscrit littéraire du XIIe au XVIe siècle. Écriture, mise en page, décoration, illustrations: comment les déchiffrer et comment les interpréter? »

Co-organisée par Jérémie Bichüe (Paris 3 – FIRL EA 174), Sandra Provini (Univ. de Rouen, CERdI) et Élise Rajchenbach (Univ. Jean-Monnet Saint-Étienne – IHRIM UMR 5317), cette conférence-atelier est la première action du dialogue instauré entre deux projets éditoriaux: Éditer Michel d’Amboise et Charles Fontaine: regards croisés.

La conférence-atelier s’effectuera en ligne mais non sans pep, à partir de 14h. Pour en obtenir le lien, contactez Élise Rajchenbach: elise.rajchenbach@univ-st-etienne.fr.

Télécharger le programme.

Le Jardin d’Amour a fleuri en ligne

Une édition tardive de Charles Fontaine, Le Jardin d’Amour, probablement publiée après la mort de l’auteur par Benoist Rigaud en 1572, est désormais en ligne.

Ce texte, longtemps confondu avec Le Jardin d’Amour dans les bibliographies, était considéré comme perdu jusqu’en 2010 où l’édition de 1588 a été identifiée par Élise Rajchenbach dans les collection de la Bibliothèque de l’Arsenal (8-BL-12026). Un exemplaire de l’édition de 1572 figurait dans la collection de Pierre Bergé (signalé oralement par Guillaume Berthon). Il est passé à la vente le 28 juin 2017. C’est sur cet unicum, longtemps considéré comme perdu, qu’a été réalisée la transcription, dans un souci de préservation patrimoniale. Que son propriétaire actuel soit vivement remercié!

Le recueil du Jardin d’Amour s’articule en deux parties. La première présente une version réduite de La Fontaine d’Amour (il s’agit probablement d’un état antérieur, quoique publié presque plus tard). La seconde propose « Le Jardin d’Amour », dont on peut dater la rédaction des alentours de 1540. L’existence de deux versions de La Fontaine d’Amour permettra, à terme, d’aborder le recueil sous l’angle génétique (l’édition de 1572 ayant sans doute été élaborée à partir d’un ancien manuscrit de Fontaine).

Pour le moment, seul le mode texte est accessible. Le mode image suivra (MAJ du 3 mai 2021: le mode image est désormais accessible).

La saisie a été effectuée par Élise Rajchenbach, L’encodage de structuration et la mise en ligne par Paul Gaillardon.

Bibliographie:

  • Annonce de la découverte faisant l’objet de l’article suivant dans Le Bulletin du Bibliophile, 2010, no 2, p. 422.
  • Élise Rajchenbach, « Des graines dans le Jardin : un recueil inconnu (ou presque) de Charles Fontaine (1572–1588) », in Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. G. De Sauza et É. Rajchenbach, Genève, Droz, 2014, p. 123–146.
  • Marine Molins, Charles Fontaine traducteur. Le poète et ses mécènes, Genève, Droz, 2011, p. 63-64.

Autour de Clément Marot et des recueils collectifs. Configuration du champ poétique français (1536-1537)

Nathalie Dauvois et Julien Goeury publient dans le dernier numéro des Cahiers de Recherches Médiévales et Humanistes un dossier intitulé « Autour de Clément Marot et des recueils collectifs. Configuration du champ poétique français (1536-1537) ». Il présente les contributions de divers membres de l’équipe Fontaine (Jérémie Bichüe, Elsa Kammerer, Nina Mueggler, Sandra Provini et Élise Rajchenbach), dont un article sur le cas de Charles Fontaine et ses tâtonnements pour s’inscrire dans la scène poétique en 1536-1537, étudiés à travers trois moments éditoriaux et amicaux: le concours des blasons, la mort du Dauphin et la querelle Marot-Sagon. Toujours en rapport avec Fontaine, Jérémie Bichüe réfléchit quant à lui à cette dernière querelle.

Ce numéro est l’occasion de mieux saisir le paysage poétique en France en 1536-1537, c’est-à-dire au début de la carrière poétique de Fontaine et de réfléchir à la part des amitiés et des réseaux dans la constitution d’une figure d’auteur et dans ses tentatives pour entrer dans le champ poétique.

Table des matières:

  • Julien Goeury, Nathalie Dauvois: Introduction
  • Jérémie Bichüe: Stratégies individuelles et collectives à l’aube de la querelle Marot-Sagon. Charles de La Hueterie, François de Sagon et leur imprimeur Olivier Mallard (1535-1537)
  • Guillaume Berthon: Combattant marotique, traducteur humaniste, auteur évangélique: la trajectoire de Calvy de la Fontaine
  • Élise Rajchenbach: Entrer dans le champ: les premiers pas de Charles Fontaine dans et en marge des recueils collectifs
  • Sophie Astier: Les réseaux de François de Sagon: premier essai de cartographie
  • Sandra Provini: Les Réseaux de l’esclave fortuné, bâtard d’Amboise, soldat et poète
  • Claire Sicard: 1536-1537, Mellin de Saint-Gelais ou l’étoile mystérieuse
  • Nina Mueggler: « Débroder Brodeau. » Victor Brodeau, secrétaire, poète et éditeur
  • Elsa Kammerer: Le Blason de la mort et son double en prose. Du nouveau sur Jean de Vauzelles, les Blasons et la « Danse de la mort » de Holbein (1536-1538)

Cahiers de Recherches Médiévales et Humanistes, 2020-2, no 4, p. 131-291.

Plongée dans l’enfance de Fontaine

L’inventaire après décès des parents de Charles Fontaine, alors âgé de tout juste 7 ans, est désormais accessible en mode texte et en mode image. L’inventaire, dressé par les notaires Jean Calais et Maurice Damjan, est conservé aux Archives nationales sous la cote MC/ET/CXX/4 (13 novembre 1522).

Élise Rajchenbach, qui l’a découvert, en a effectué la transcription. Cette dernière a été revue par Marguerite-Marie Luquet, pour le Service de Transcription de l’École des Chartes, qui a généreusement accepté de mener ce travail inhabituel de relecture et de correction d’une transcription préexistante. L’encodage TEI et la mise en ligne est l’œuvre de Paul Gaillardon.

On y trouve les noms des parents de Charles Fontaine, ainsi que de ses frères et sœurs, ses tuteurs et d’autres membres de la famille. On apprend que le père, Jean Fontaine, était marchand de grain, rue du Marché Palu face à la rue Neuve Nostre-Dame, à l’enseigne de la fleur de lis. Ce document, très précieux, permet d’éclairer l’enfance du poète qui était encore mal connue. Il permet notamment de confirmer les quelques renseignements livrés par Fontaine dans ses œuvres.

La publication de l’inventaire après décès, qui inaugure l’espace « Archives » du projet Fontaine, met en lumière la nécessité de poursuivre le travail aux archives, à Paris et à Lyon au moins. D’autres documents ont déjà été découverts, qui révèlent la richesse de ce champ qui reste largement à défricher. Appel aux Chartistes! Il y a matière à une thèse de l’École des Chartes.

Un article d’Élise Rajchenbach, présentant plus précisément les découvertes liées à l’exhumation de ce document paraîtra dans la prochaine livraison de la Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance.

À suivre…

Charles Fontaine, ou l’art de traduire

Je consacre un article, « Le Publian de Charles Fontaine : entre glose et traduction », dans le Français préclassique no 22, qui vient de paraître, à la traduction glosée que Charles Fontaine donne en 1557 des Mimes de Publian. Cette étude porte sur la porosité entre la traduction et le commentaire, parfois très personnel que livre le poète traducteur, du mimographe latin Publilius Syrus. Le texte est appréhendé ici dans son encodage même, dont les principes sont exposés. La structuration du texte en XML-TEI donne lieu à diverses exploitations permettant de délimiter la place de la glose par rapport à celle de la translation, ou celle de la langue latine qui fait parfois irruption. Se dessine un traducteur soucieux de rendre le texte intelligible, quitte à créer des développements, en tension avec l’esthétique de la brièveté propre au mimographe. Charles Fontaine se montre également soucieux d’adapter l’ouvrage à sa visée pédagogique et morale, en prenant au besoin parti contre les sentences mêmes qu’il traduit. Enfin, il se montre sensible à la forme gnomique, en rapprochant fréquemment les sentences de Publilius des tournures proverbiales françaises. Ces tournures étant répertoriées dans l’encodage, on a donc pu les rassembler et en donner une analyse lexicologique détaillée. L’acuité de Fontaine dans ses rapprochements entre les proverbes français et les sentences de l’auteur latin fait de cet auteur une source précieuse, car certaines des tournures  mises en lumière ne sont pas encore répertoriées dans les travaux des lexicographes modernes.

Séminaire du 18 novembre 2020

La séance 7 du séminaire consacré à l’édition des œuvres complètes de Fontaine et initiallement prévue le lundi 6 avril 2020 aura lieu le mercredi 18 novembre 2020. Nous serons particulièrement attentifs au respect des règles sanitaires (distanciation, port du masque sur la bouche et le nez, aération très régulière).
Attention: exceptionnellement, nous nous retrouverons à Lyon.

Mise à jour: au vu des conditions sanitaires, le séminaire aura lieu en ligne. Seules les communications de l’après-midi sont maintenues. Anne Delafosse et Marc Desmet interviendront à une date ultérieure.

Les personnes désireuses d’assister au séminaire en ligne peuvent contacter Élise Rajchenbach afin de recevoir une invitation.

Matin (10h-12h)

  • Anne Delafosse (CNSMD) et Marc Desmet (IHRIM Saint-Étienne): « Réflexions autour des textes de Charles Fontaine mis en musique dans le chansonnier Beringen. »

Après-midi (14h-17h30)

  • Pauline Dorio (Université Sorbonne nouvelle Paris 3 / EA 174 FIRL): « Éditer le ‘Passetemps des Amis’ (Les Ruisseaux, 1555). »
  • Léopold Boyer (Transnumerica): « À ce propos me souvient avoir leu… Font@ine et l’intertexte, le cas des recueils gnomiques de 1557-1558. »
  • Maud Lejeune (IHRIM Lyon 2 / Centre Gabriel Naudé): « Quelques remarques autour des illustrations dans les éditions des Figures du Nouveau Testament de Charles Fontaine, de 1554 et 1556. »

Toute personne désireuse de participer au séminaire, de manière ponctuelle ou régulière, est la bienvenue. L’après-midi devrait également pouvoir être accessible en visioconférence. Si vous souhaitez y assister par ce biais, n’hésitez pas à contacter au préalable Élise Rajchenbach par courriel.

Télécharger le programme.

Contact:
Élise Rajchenbach: elise.rajchenbach/@/univ-st-etienne.fr

MSH Lyon-Saint-Étienne
14, avenue Berthelot
Salle André Bollier (RDC)
Lyon 7e

Artémidore publié

La transcription de l’Epitomé des cinq premiers livres d’Artemidore (Lyon, Jean de Tournes, 1555), par Charles Fontaine, est désormais en ligne. La saisie a été effectuée par Léopold Boyer et Élise Rajchenbach, l’encodage et la structuration par Léopold Boyer et Paul Gaillardon.

 

Sur cet ouvrage, qui a encore peu attiré l’attention de la critique, on consultera Jean-Marie Flamand, « Charles Fontaine, traducteur d’Artémidore (1546), in Charles Fontaine. Un humaniste parisien à Lyon, éd. G. de Sauza et É. Rajchenbach, Genèvre, Droz, 2014, p. 31-54.

Crédit photos: BnF. Arsenal 8-S-14187

Soutenance de thèse de Jérémie Bichüe sur la querelle Marot-Sagon

Le vendredi 25 septembre 2020, Jérémie Bichüe, en charge dans notre équipe, des pièces de Fontaine dans la querelle Marot-Sagon, a soutenu sa thèse:  »Par satire replicquer ». La querelle Marot-Sagon: une œuvre collective (1535-1539) (sous la direction de Nathalie Dauvois, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, et de Guillaume Berthon, Université de Toulon).

Résumé:
Cette thèse se propose d’étudier la querelle Marot-Sagon (1535-1539) non pas seulement comme un objet d’histoire littéraire, mais comme une œuvre collective. La première partie définit la scénographie de la querelle par une approche chronologique et prosopographique. Elle présente les acteurs, les réseaux dans lesquels ils s’inscrivent et explore les sociabilités qui composent le champ poétique français des années 1530. Le tout permet de refonder la chronologie des faits et des publications. La deuxième partie rend compte des enjeux polycentriques du conflit, qui ne peuvent être compris qu’au croisement de différentes représentations de l’écriture du contre. Le blâme religieux à tendance judiciaire s’oppose à la pratique collective d’une satire comique, qui parodie les formes et les thèmes de la satire antique et médiévale. Le débat porte au fond sur les fondements éthiques de la satire, sans cesse renégociés, mais finalement dépassés. La dernière partie éclaire en effet la sociabilité poétique qui émerge du différend, en la comparant aux autres productions collectives de la décennie (blasons anatomiques du corps féminin, Fleurs de poesie françoyse). Elle mêle les apports de la bibliographie matérielle et de la sociopoétique pour démontrer que les poètes inventent, dans l’agôn, une performance satirique en style bas qui tire profit de la fiction de personne et du support imprimé. La théâtralisation de l’épître et la diffusion des libelles dans la ville transforment la querelle en un jeu de rôle, et la satire ad hominem permet in fine de mettre en scène la violence civile du temps. Le second tome offre une transcription intégrale des textes. 

 
Le jury se composait de Nathalie Dauvois, Guillaume Berthon, Michèle Clément, Jean-Charles Monferran, Estelle Doudet et Michel Magnien.
 
Vendredi 25 septembre 2020, 14h
Maison des Irlandais, 4 rue des Irlandais
 

Sur un correspondant de Charles Fontaine: Nicole Le Jouvre

Dans la dernière livraison de la Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, Élise Rajchenbach publie une note sur un correspondant récurrent de Charles Fontaine, Nicole ou Nicolas Le Jouvre. Cette note, rédigée à l’occasion de la découverte de poèmes autographes d’un poète qui a été au service de Catherine d’Amboise et de Jacques Thiboust, lève partiellement le voile sur la biographie d’une figure peu connue, quoique inscrite dans les réseaux poétiques de l’époque et qu’on retrouve également dans les œuvres de François Habert. La découverte met en lumière une pratique poétique  fondée sur l’échange de poèmes circonstanciels, écrits sur le vif, dont l’accès, aujourd’hui, est largement accidentel. Les rares témoignages de cette pratique qui demeurent de nos jours ne rendent en effet aucunement compte de la vitalité probable de cette poésie éphémère.

Élise Rajchenbach, « Nicole Le Jouvre. Un poète en Berry », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, tome LXXXII, 2020, no2, p. 323-330.