Plongée dans l’enfance de Fontaine

L’inventaire après décès des parents de Charles Fontaine, alors âgé de tout juste 7 ans, est désormais accessible en mode texte et en mode image. L’inventaire, dressé par les notaires Jean Calais et Maurice Damjan, est conservé aux Archives nationales sous la cote MC/ET/CXX/4 (13 novembre 1522).

Élise Rajchenbach, qui l’a découvert, en a effectué la transcription. Cette dernière a été revue par Marguerite-Marie Luquet, pour le Service de Transcription de l’École des Chartes, qui a généreusement accepté de mener ce travail inhabituel de relecture et de correction d’une transcription préexistante. L’encodage TEI et la mise en ligne est l’œuvre de Paul Gaillardon.

On y trouve les noms des parents de Charles Fontaine, ainsi que de ses frères et sœurs, ses tuteurs et d’autres membres de la famille. On apprend que le père, Jean Fontaine, était marchand de grain, rue du Marché Palu face à la rue Neuve Nostre-Dame, à l’enseigne de la fleur de lis. Ce document, très précieux, permet d’éclairer l’enfance du poète qui était encore mal connue. Il permet notamment de confirmer les quelques renseignements livrés par Fontaine dans ses œuvres.

La publication de l’inventaire après décès, qui inaugure l’espace « Archives » du projet Fontaine, met en lumière la nécessité de poursuivre le travail aux archives, à Paris et à Lyon au moins. D’autres documents ont déjà été découverts, qui révèlent la richesse de ce champ qui reste largement à défricher. Appel aux Chartistes! Il y a matière à une thèse de l’École des Chartes.

Un article d’Élise Rajchenbach, présentant plus précisément les découvertes liées à l’exhumation de ce document paraîtra dans la prochaine livraison de la Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance.

À suivre…

Charles Fontaine, ou l’art de traduire

Je consacre un article, « Le Publian de Charles Fontaine : entre glose et traduction », dans le Français préclassique no 22, qui vient de paraître, à la traduction glosée que Charles Fontaine donne en 1557 des Mimes de Publian. Cette étude porte sur la porosité entre la traduction et le commentaire, parfois très personnel que livre le poète traducteur, du mimographe latin Publilius Syrus. Le texte est appréhendé ici dans son encodage même, dont les principes sont exposés. La structuration du texte en XML-TEI donne lieu à diverses exploitations permettant de délimiter la place de la glose par rapport à celle de la translation, ou celle de la langue latine qui fait parfois irruption. Se dessine un traducteur soucieux de rendre le texte intelligible, quitte à créer des développements, en tension avec l’esthétique de la brièveté propre au mimographe. Charles Fontaine se montre également soucieux d’adapter l’ouvrage à sa visée pédagogique et morale, en prenant au besoin parti contre les sentences mêmes qu’il traduit. Enfin, il se montre sensible à la forme gnomique, en rapprochant fréquemment les sentences de Publilius des tournures proverbiales françaises. Ces tournures étant répertoriées dans l’encodage, on a donc pu les rassembler et en donner une analyse lexicologique détaillée. L’acuité de Fontaine dans ses rapprochements entre les proverbes français et les sentences de l’auteur latin fait de cet auteur une source précieuse, car certaines des tournures  mises en lumière ne sont pas encore répertoriées dans les travaux des lexicographes modernes.

Séminaire du 18 novembre 2020

La séance 7 du séminaire consacré à l’édition des œuvres complètes de Fontaine et initiallement prévue le lundi 6 avril 2020 aura lieu le mercredi 18 novembre 2020. Nous serons particulièrement attentifs au respect des règles sanitaires (distanciation, port du masque sur la bouche et le nez, aération très régulière).
Attention: exceptionnellement, nous nous retrouverons à Lyon.

Mise à jour: au vu des conditions sanitaires, le séminaire aura lieu en ligne. Seules les communications de l’après-midi sont maintenues. Anne Delafosse et Marc Desmet interviendront à une date ultérieure.

Les personnes désireuses d’assister au séminaire en ligne peuvent contacter Élise Rajchenbach afin de recevoir une invitation.

Matin (10h-12h)

  • Anne Delafosse (CNSMD) et Marc Desmet (IHRIM Saint-Étienne): « Réflexions autour des textes de Charles Fontaine mis en musique dans le chansonnier Beringen. »

Après-midi (14h-17h30)

  • Pauline Dorio (Université Sorbonne nouvelle Paris 3 / EA 174 FIRL): « Éditer le ‘Passetemps des Amis’ (Les Ruisseaux, 1555). »
  • Léopold Boyer (Transnumerica): « À ce propos me souvient avoir leu… Font@ine et l’intertexte, le cas des recueils gnomiques de 1557-1558. »
  • Maud Lejeune (IHRIM Lyon 2 / Centre Gabriel Naudé): « Quelques remarques autour des illustrations dans les éditions des Figures du Nouveau Testament de Charles Fontaine, de 1554 et 1556. »

Toute personne désireuse de participer au séminaire, de manière ponctuelle ou régulière, est la bienvenue. L’après-midi devrait également pouvoir être accessible en visioconférence. Si vous souhaitez y assister par ce biais, n’hésitez pas à contacter au préalable Élise Rajchenbach par courriel.

Télécharger le programme.

Contact:
Élise Rajchenbach: elise.rajchenbach/@/univ-st-etienne.fr

MSH Lyon-Saint-Étienne
14, avenue Berthelot
Salle André Bollier (RDC)
Lyon 7e

Artémidore publié

La transcription de l’Epitomé des cinq premiers livres d’Artemidore (Lyon, Jean de Tournes, 1555), par Charles Fontaine, est désormais en ligne. La saisie a été effectuée par Léopold Boyer et Élise Rajchenbach, l’encodage et la structuration par Léopold Boyer et Paul Gaillardon.

 

Sur cet ouvrage, qui a encore peu attiré l’attention de la critique, on consultera Jean-Marie Flamand, « Charles Fontaine, traducteur d’Artémidore (1546), in Charles Fontaine. Un humaniste parisien à Lyon, éd. G. de Sauza et É. Rajchenbach, Genèvre, Droz, 2014, p. 31-54.

Crédit photos: BnF. Arsenal 8-S-14187

Soutenance de thèse de Jérémie Bichüe sur la querelle Marot-Sagon

Le vendredi 25 septembre 2020, Jérémie Bichüe, en charge dans notre équipe, des pièces de Fontaine dans la querelle Marot-Sagon, a soutenu sa thèse:  »Par satire replicquer ». La querelle Marot-Sagon: une œuvre collective (1535-1539) (sous la direction de Nathalie Dauvois, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, et de Guillaume Berthon, Université de Toulon).

Résumé:
Cette thèse se propose d’étudier la querelle Marot-Sagon (1535-1539) non pas seulement comme un objet d’histoire littéraire, mais comme une œuvre collective. La première partie définit la scénographie de la querelle par une approche chronologique et prosopographique. Elle présente les acteurs, les réseaux dans lesquels ils s’inscrivent et explore les sociabilités qui composent le champ poétique français des années 1530. Le tout permet de refonder la chronologie des faits et des publications. La deuxième partie rend compte des enjeux polycentriques du conflit, qui ne peuvent être compris qu’au croisement de différentes représentations de l’écriture du contre. Le blâme religieux à tendance judiciaire s’oppose à la pratique collective d’une satire comique, qui parodie les formes et les thèmes de la satire antique et médiévale. Le débat porte au fond sur les fondements éthiques de la satire, sans cesse renégociés, mais finalement dépassés. La dernière partie éclaire en effet la sociabilité poétique qui émerge du différend, en la comparant aux autres productions collectives de la décennie (blasons anatomiques du corps féminin, Fleurs de poesie françoyse). Elle mêle les apports de la bibliographie matérielle et de la sociopoétique pour démontrer que les poètes inventent, dans l’agôn, une performance satirique en style bas qui tire profit de la fiction de personne et du support imprimé. La théâtralisation de l’épître et la diffusion des libelles dans la ville transforment la querelle en un jeu de rôle, et la satire ad hominem permet in fine de mettre en scène la violence civile du temps. Le second tome offre une transcription intégrale des textes. 

 
Le jury se composait de Nathalie Dauvois, Guillaume Berthon, Michèle Clément, Jean-Charles Monferran, Estelle Doudet et Michel Magnien.
 
Vendredi 25 septembre 2020, 14h
Maison des Irlandais, 4 rue des Irlandais
 

Sur un correspondant de Charles Fontaine: Nicole Le Jouvre

Dans la dernière livraison de la Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, Élise Rajchenbach publie une note sur un correspondant récurrent de Charles Fontaine, Nicole ou Nicolas Le Jouvre. Cette note, rédigée à l’occasion de la découverte de poèmes autographes d’un poète qui a été au service de Catherine d’Amboise et de Jacques Thiboust, lève partiellement le voile sur la biographie d’une figure peu connue, quoique inscrite dans les réseaux poétiques de l’époque et qu’on retrouve également dans les œuvres de François Habert. La découverte met en lumière une pratique poétique  fondée sur l’échange de poèmes circonstanciels, écrits sur le vif, dont l’accès, aujourd’hui, est largement accidentel. Les rares témoignages de cette pratique qui demeurent de nos jours ne rendent en effet aucunement compte de la vitalité probable de cette poésie éphémère.

Élise Rajchenbach, « Nicole Le Jouvre. Un poète en Berry », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, tome LXXXII, 2020, no2, p. 323-330.

La Plume en l’absence: parution de l’ouvrage de Pauline Dorio

L’ouvrage de Pauline Dorio, « La Plume en l’absence ». Le devenir familier de l’épître en vers dans les recueils imprimés de poésie française (1527-1555), Genève, Droz, 2020, vient de paraître.

Présentation de l’éditeur:

Entre 1527 et 1555, l’affermissement de l’épître en vers à l’intérieur du champ poétique français se produit par le biais d’une « familiarisation » favorisée par le contexte éditorial des recueils d’auteur. Ce livre se donne pour but d’interroger une telle transfiguration. L’itinéraire du genre dévoile tout d’abord qu’aux balbutiements imprimés de l’épître (1527-1532) succède une période d’hégémonie éditoriale du modèle familier (1532-1549), avant que la diffusion de l’épître ne soit corrélée à la défense d’une poétique « marotique » (1549-1555).
La deuxième partie examine les représentations de l’épître personnelle, qui exhibe sa modestie par la revendication d’un intertexte récent, l’élaboration d’un decorum marginal et la mise en œuvre d’une poétique du sermo. Articulant les approches matérielle et poétique, la troisième partie montre comment la dispositio des sections d’épîtres fait surgir la singularité débordante de cette nouvelle poétique épistolaire.

Pauline Dorio est membre de l’équipe Fontaine. Elle en charge de l’édition du « Passetemps des amis » dans les Ruisseaux (1555). À ce titre, elle est amenée à étudier les diverses épîtres familières qui parsèment l’œuvre de Fontaine. La publication de cet ouvrage contribue avec richesse à l’étude de l’œuvre de notre polygraphe au sein de la production poétique imprimée de la première moitié du XVIe siècle.

La première partie du Promptuaire des médailles (1553) est en ligne

 

La Premiere Partie du Promptuaire des Medalles (Lyon, Guillaume Rouillé, 1553), traduite par Charles Fontaine, est désormais en ligne, grâce, d’une part, au travail de transcription et d’encodage de Léopold Boyer et, d’autre part, d’encodage et de relecture de Paul Gaillardon.


Ce magnifique ouvrage orné de portraits gravés par Georges Reverdy, a été d’abord rédigé en latin par Guillaume Rouillé, d’après la préface à l’édition latin, avant d’être traduit en français par Fontaine, qui y fait figurer un quatrain à la gloire d’Henri II à la fin de la Seconde partie, f° qq 5 v°:

 

Au Roy Treschrestien Henri second du nom, Charles Fontaine.
Roy bien aymé, ton regne a ce bon-eur,
Que tu es craint d’un peuple renommé:
Mais en ceci tu as comblé l’honneur,
Que sus tous Roys tu es Roy bien-aymé.

Une traduction italienne complète l’ensemble. Le nombre d’exemplaires conservés, ainsi que leurs provenances, parfois illustres, rendent compte succès de l’ouvrage qui est réédité et complété par la suite.

Crédits: Riverrunbooks (site de vente). Exemplaire en latin portant, sur la page de titre, le blason de Jacques II et de Mary Ire.

Les enregistrements musicaux sont désormais en ligne

Dix poèmes publiés dans La Fontaine d’Amour ont été mis en musique par Phinot et Lupi dans le chansonnier de Beringen de 1548. Grâce au travail d’édition de Marc Desmet et à l’interprétation d’Anne Delafosse et la classe de musique ancienne du CESR, on peut de nouveau écouter ces mises en musique, pour la première fois depuis le XVIe siècle.

Les conditions de travail inédites ne nous permettent pas de créer aisément une page dédiée dans l’espace « Ressources » du site, mais on peut accéder aux poèmes, lire les partitions et écouter les enregistrements à partir de la transcription de La Fontaine d’Amour.

Il s’agit des épigrammes suivantes:

  • « Si vraye amour merite recompense »
  • « Je l’ay perdu bien meschamment »)
  • « Souvent je veulx baiser Catin »
  • « Un vieillard maintenir vouloit »
  • « La Dame qui tant te farfouille »
  • « Navré m’avez, vous me pouvez guerir »
  • « Ta beaulté me donne esperance »
  • « Par toy je vis, par toy je mœurs »
  • « Catin veult que souvent la voye »

Que ces morceaux adoucissent un peu les longues journées de confinement, avec ou sans enfants…

Pour les mélomanes, le Berliner Philharmoniker rend disponibles gratuitement ses opéras. Il suffit de s’inscrire avant le 30 mars avec le code BERLINPHIL sur la page dédiée.

Séminaire du lundi 6 avril 2020

Mise à jour du 14 mars 2020: la séance est malheureusement reportée à une période plus propice aux rencontres et interactions sociales et scientifiques.

La séance 7 du séminaire consacré à l’édition des œuvres complètes de Fontaine aura lieu le lundi 6 avril 2020. Attention: exceptionnellement, nous nous retrouverons à Lyon.

Matin (10h-12h)

  • Anne Delafosse (CNSMD) et Marc Desmet (IHRIM Saint-Étienne): « Réflexions autour des textes de Charles Fontaine mis en musique dans le chansonnier Beringen. »

Après-midi (14h-17h30)

  • Léopold Boyer (Transnumerica): « À ce propos me souvient avoir leu… Font@ine et l’intertexte, le cas des recueils gnomiques de 1557-1558. »
  • Maud Lejeune (IHRIM Lyon 2 / Centre Gabriel Naudé): « Quelques remarques autour des illustrations dans les éditions des Figures du Nouveau Testament de Charles Fontaine, de 1554 et 1556. »
  • Élise Rajchenbach (IHRIM Saint-Étienne): « Éditer La Fontaine d’Amour (Lyon, Jean de Tournes, 1545) ».

Toute personne désireuse de participer au séminaire, de manière ponctuelle ou régulière, est la bienvenue.

Contact:
Élise Rajchenbach: elise.rajchenbach/@/univ-st-etienne.fr

Université Lyon 2
86, rue Pasteur
salle G 123a (1er étage)
Lyon 7e

Le projet Font@ine rejoint le consortium CAHIER

Depuis le mois de décembre 2019, le projet d’édition numérique des œuvres de Charles Fontaine a rejoint le consortium CAHIER.

À ce titre, le projet s’engage à respecter les principes du FAIR:

  • F – « Facile à trouver », le corpus est hébergé sur la plateforme de la TGIR Huma-Num.
  • A – « Accessible » librement.
  • I – « Interopérable », le corpus est encodé selon les normes XML-TEI.
  • R – « Réutilisable », le corpus mis en ligne sera prochainement téléchargeable.

Les Dicts des Sept Sages sont en ligne

Le travail éditorial sur la poésie gnomique traduite par Charles Fontaine avance. Après la mise en ligne des Mimes de Publian et des Sentences du poete Ausone, c’est au tour des Dicts des Sept Sages (Lyon, Jean Citoys, 1557) d’être publiés. La transcription diplomatique et le premier encodage de structuration ont été effectués par Léopold Boyer. Une première relecture et l’affinement de l’encodage de structuration sont le fruit du travail de Paul Gaillardon.

Grâce à eux, les trois recueils de poésie gnomique de Charles Fontaine sont désormais accessibles en ligne, en mode texte et en mode image.

 

Crédits: Gallica

Les Sentences du poete Ausone (1558) sont en ligne

Les Sentences du poete Ausone, sur les dicts des sept Sages (Lyon, Jean Brotot, 1558) sont désormais en ligne. La transcription et l’encodage ont été effectués par Léopold Boyer. La révision de la saisie et de l’encodage est l’œuvre de Paul Gaillardon, qui a également procédé à la mise en ligne.

Le mode image présente l’exemplaire de la Bibliothèque municipale de Besançon (cote 203315) qui a généreusement fait photographier son exemplaire, l’un des deux seuls répertoriés dans une bibliothèque publique, d’après USTC. À cet égard, nous remercions chaleureusement Anne Verdure-Mary qui a permis ce partage, alors que la reliure de l’exemplaire ne permettait pas de numérisation et que l’exemplaire de la BnF (Rés P-Yc-1603) n’était pas non plus numérisable. Rappelons ici le rôle essentiel et précieux des conservateurs qui, soucieux de trouver des solutions aux limites posées par les nécessités de conservation, permettent l’avancement des projets de recherche.

Crédits: © Éric Chatelain. Ville de Besançon.

Les Nouvelles et Antiques Merveilles sont désormais en ligne

La transcription diplomatique du riche volume des Nouvelles et Antiques Merveilles, publié à Paris chez Guillaume Le Noir en 1554, est désormais en ligne. Ouvrage élaboré à la gloire de la France, productrice de Nouvelles Merveilles en tant qu’un Français, Jean de Béthencourt, aurait découvert le Nouveau Monde, Les Nouvelles et Antiques Merveilles mettent en regard deux époques afin de constituer la France comme héritière des puissances antiques – Rome au premier chef. C’est ainsi que Fontaine propose une série d’épitomés: les voyages de Vespucci rédigés par Fracanzio da Montalboddo, le De Assé de Guillaume Budé, la Vie des douze Césars de Suétone. Y sont adjoints un important « Dieu gard a la ville de Paris » ainsi qu’une série de poèmes de Fontaine ou adressés à Fontaine.

La transcription a été effectuée par Léopold Boyer et Élise Rajchenbach. L’encodage et sa révision sont le fruit du travail de Léopold Boyer et Paul Gaillardon.

Bibliographie:

  • « Charles Fontaine », Fiche Editef, L’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité.
  • Élise Rajchenbach, « Charles Fontaine, passeur du De Assé? », in Les Noces de Philologie et de Guillaume Budé, éd. Christine Benevent, Romain Menini et Luigi-Alberto Sanchi, Paris, Presses de l’École des Chartes, à paraître.

Crédits: Bayerische Staatsbibliothek, Munich.