Une nouvelle piste sur Jean Fontaine, le fils de Charles Fontaine

Dans un précédent billet, je mettais en doute l’identification de Jean Fontaine, auteur de l’Hortulus puerorum paru à Lyon chez Louis et Charles Pesnot en 1561. Une enquête à peine plus poussée et surtout une lecture plus attentive de l’ouvrage en question aurait permis de résoudre la question. En effet, à la fin de l’épître dédicatoire, Jean Fontaine évoque son père:

In qua cognitionis fa farrágine, et si nonnulla è Græco fonte detorta inseuimus, vbique tamen patris mei Caroli Fontani iudicium adhibere visum est. Quæ omnia, si secus, quàm opto, alijs arriserint, saltem animi mei voluntátem laudábunt: filio verò tuo vtilissima esse satis certò scio. vale, tuam valetudinem filijque Antonij pueritiam bene prosperet Opt. Max. (p. 4-5)

Jean Paul Barbier-Mueller indique que le volume présente « à la fin de la première partie (latine) … quelques pièces poétiques dans cette langue, dont un « Epitaphium de Carolo Fontano Filio » (p. 175). Le petit Charles Fontaine était âgé de 3 ans, lors de sa mort:

EPITAPHIUM
DE CAROLO FONTANO
Filio.
Cœperat auspicijs melioribus vna Sorurum
Bis tribus autumnis stamina nere mihi
Post oblita mei, cœptique perosa laboris,
Deseruit stamen, deseruitque colum:
Vtque fathiscentem morbis videt Atropos, vnca
Execuit vitæ forfice fila meæ.
At tu siue puer, seu longæ ætatis es, horæ
Extremæ cupio te meminisse tuæ.

Comme son père le fit quelques années plus tôt, lors de la mort de René, Jean Fontaine pleure poétiquement son jeune fils, et l’on peut supposer que le grand-père, Charles, ne fut pas en reste, bien que nous n’en ayons pas trouvé la trace.

Cette épitaphe revêt également un intérêt biographique. Si le petit Charles Fontaine est mort en 1561 à l’âge de 3 ans, on peut supposer qu’il est né en 1558, à quelques mois près. Difficile, en ce sens, d’admettre que Jean soit le fils de Flora, que Charles épouse probablement au début de l’année 1545. Si tel avait été le cas, il serait né au plus tôt à la fin de l’année 1545 ou au début de l’année 1546. Or, il est peu probable qu’il ait eu son fils à 12 ans… En revanche, si Jean est le fils de Marguerite, il est né entre 1540 et 1544 et il a donc entre 14 et 18 ans à la naissance du petit Charles. Jean est d’ailleurs identifié, dans les Ruisseaux, comme « filz aisné » de l’auteur (p. 187). Dès lors « son petit filz Sebastien » (p. 188) n’est peut-être pas tant son fils que celui de Jean… Cette identification appelle ainsi à reconsidérer la descendance de Fontaine, dont Elsa Kammerer souligne les flottements dans l’identification et le compte précis des enfants.

Cette identification désormais presque certaine de Jean Fontaine, l’auteur de l’Hortulus puerorum comme fils de Charles Fontaine, permet ainsi de trouver de nouvelles traces de la présence de Fontaine dans les publications lyonnaises de 1562, outre la Salutation au Roy Charles IX et de préciser la biographie de notre auteur.

Sources:

  • Jean Paul Barbier-Mueller, « Charles Fontaine », Dictionnaire des poètes français de la seconde moitié du XVIe siècle (1549-1615), tome II, Genève, Droz, 2016, p. 153.
  • Elsa Kammerer, « Grossesse, naissance et petite enfance sous le regard d’un poète de la Renaissance, Charles Fontaine », dans naissances et enfantements en France à la Renaissance, éd. Nerina Clerici-Balmas, n° spécial de Plaisance. Rivista di letteratur francese moderna e contemporeana, n° 14, Anno v, 2008, p. 29-48.
  • Jean Fontaine, Hortulus puerorum pergratus ac perutilis, Latinè discentibus…, Lyon, Louis et Charles Pesnot, 1561 (BM Rés 803635, numérisé sur Gallica).

Sur la date mariage de Fontaine avec Flore

On sait que Fontaine a connu deux mariages: le premier avec Marguerite Carme (contracté vers 1540) et le second, peu de temps après la mort de Marguerite, avec Flore, Flora ou Florie, originaire de Chaponost. Se fondant sur la date de son mariage donnée par Fontaine, la critique tend à considérer que Fontaine a épousé Flora en février 1544:

L’an mil cinq cens quarante quatre,
Au court moys (qui or’ long sera,
Et sa rigueur delaissera)
Fut en bonne amour s’ebatre
Lié Fontaine avec Flora:
Car trop fletrissant demoura
Sa marguerite (amour premiere:)
Donc au printemps s’enamour
De Flora, florissant non fiere

« L’auteur fait mention de ses secondes nopces », Ruisseaux, p. 102

Or, il est fort probable que la date soit ici donnée en ancien style et qu’il s’agisse en fait du mois de février 1545. Ce détail a toute son importance pour d’éventuelles recherches dans les archives, fussent-elles particulièrement parcellaires en ce qui concerne l’état-civil à Lyon dans ces années.

Sources:

  • Richmond L. Hawkins, Maistre Charles Fontaine Parisien, Cambridge, Harvard University Press, 1916.
  • Jean Paul Barbier-Mueller, « Charles Fontaine », Dictionnaire des poètes français (1549-1615), Genève, Droz, 2016, t. II, p.140-141.

Séminaire du mardi 5 février 2019

Matin (10h30-12h)
Bases et recherches prosopographiques

  • Florence Bonifay (Lyon 2, UMR 5317 IHRIM): Présentation de la base « Réseaux Poètes XVI ».

Après-midi (14h-17h30)
Éditer et diffuser les œuvres de Fontaine

  • Kilian Nicolas et Mathilde Gardet (UJM): Les petits Ruisseaux font les grands océans: créer l’article Wikipedia sur Charles Fontaine.
  • Elsa Kammerer (Lille 3, EA 1061 ALITHILA): Éditer la Salutation au roi.
  • Ugo Païs (Lyon 2, UMR 5317 IHRIM): L’Ode pour Dieu gard a la ville de Paris et l’Ode de l’Antiquité et excellence de la ville de Lyon de Charles Fontaine: deux stratégies différentes pour deux villes différentes?

Toute personne désireuse de participer au séminaire, de manière ponctuelle ou régulière, est la bienvenue.

Contact:
Élise Rajchenbach: elise.rajchenbach/@/univ-st-etienne.fr

Télécharger le programme.

Université Jean-Monnet de Saint-Étienne, faculté des lettres
Salle G05
33, rue du 11 novembre
42 000 Saint-Étienne
Pour venir depuis la gare de Châteaucreux :
Tram T3, direction Bellevue. Arrêt « Campus Tréfilerie »


Le chanoine Charton

Les Estreines de 1546 offrent un quatrain « A Monsieur le Chanoine Charton »:

Tant va courant par ceste ville
De ton sçavoir le bon renom,
Qu’il fait tant bien luyre ton nom,
Comme un Astre luyt entre mille.

Le nom du chanoine Charton ou Charreton figure dans un document conservé aux Archives municipales de Lyon recensant les « nommées ou dénombrement des biens meubles et immeubles possédés par les habitants de Lyon » en 1551 (cote CC/42). Il possède « ung grand tenement de maison, nommé le Chariot, assiz en la dicte rue (cad la rue de Pierre-Scise), jouxte le chemin tendant de la dicte rue à la fontaine des Expées (Excès?) et l’église Saint-Martin de la Chanal (cad Chana) ». La maison est prisée 70 livres.

Sources:

Qui est « la Thresoriere de Cremone »?

Dans les Estreines de 1546, Fontaine fait le don d’un quatrain à celle qu’il nomme la « Thresoriere de Cremone »:

A la Thresoriere de Cremone.
Je ne vouldrois point autre cas
Pour t’estrener de bonne grace,
(Quand ce petit Quatrain je trace)
Que d’avoir celle que tu as.

Derrière ce titre se cache une figure bien connue du milieu littéraire, Jacqueline Stuart, épouse de Georges Grolier, trésorier de Crémone. Point n’est besoin de rappeler son échange avec Clément Marot, publié dans L’Adolescence clémentine. On sait moins, en revanche, qu’elle correspond également poétiquement avec Bonaventure des Périers.

Envoy. Par Jacqueline Stuard, Lyonnoise.
O quel effort cruel, et dangereux,
Quand contre Amour, Amour faict resistence!
O que celuy est vrayment malheureux,
Qui contre soy ha soymesme en deffence!
Je sens en moy ceste grand’ violence
Estant contrainte à autre m’adresser:
Mais qui pourroit de cela me presser,
Veu que changer n’est point à mon usage?
Amour luy mesme, il le faict laisser
Pour me venger de son tort, et oultrage.

Responce.
Le cueur qui dict qu’a changer le contrainct
Contraire Amour, d’Amour n’a congnoissance,
Car qui bien ayme, à bien aymer s’astrainct,
Doubtant d’Amour la cautelle et puissance.
Il est si fin ce Dieu de Jouyssance,

Que comme il sçait par semblans attraper,
Ainsi il fainct de laisser eschapper
La Proye, à fin d’esprouver sa constance:
Mais s’elle cuyde en fin s’emanciper,
Il ha pour elle assez de resistance.

Son nom apparaît également dans les Archives municipales de Lyon, dans l’assiette des impôts pour l’année 1551, dans un document recensant les « nommées ou dénombrement des biens meubles et immeubles possédés par les habitants de Lyon » (Cote CC/42, folio 74). On y apprend que la veuve de Georges Grolier « tient une maison assize, en la ruette entrant au cymetière de Saint-Eloy ». Étrangement, dans le récapitulatif mis en ligne sur le précieux site France Archives, la « trésorière de Crémone » qui apparaît un peu plus loin, au folio 130, est identifié avec Catherine Stuard. Toujours par un document de 1551, on apprend qu’elle possède une autre maison dans la rue de Flandre (Nommée ou dénombrement des biens meubles et immeubles possédés par les habitants de Lyon, folio 22 verso).

Sources:

Qui est le Chanoine Caille?

Dans les Estreines de 1546, publiées chez Jean de Tournes, Fontaine adresse un quatrain « A Monsieur le Chanoine Caille »:

Ja ne fault que ma Muse faille
En ses petis vers mesurés,
Dire que lettres, et lettrés,
Sont cheris du Chanoine Caille

Difficile d’identifier le moindre habitant de Lyon chanté par Fontaine dans son recueil d’étrennes. Le hasard de la fréquentation des archives municipales offre toutefois des éléments de réponse. On trouve en effet dans un document recensant les « nommées des pensions que tiennent les églises, monastères et couvents sur les maisons de Lyon » datant de 1555 (CC/57) le nom du chanoine Jacques Caille, chanoine à Saint-Just (folio 137), qui prend une ou plusieurs pensions sur des maisons de Lyon.

D’après la « Généalogie historique de la Maison de Cadier de Veauce », publiée dans la Revue historique de la noblesse, Jacques Caille est l’oncle de Marguerite Caille, fille de Simon Caille, écuyer, prévôt des maréchaux de France en la sénéchaussée de Lyon, Forez et Beaujolais, et d’Anne Bullioud. Le 5 décembre 1551, Marguerite Caille épouse Jacques de Cadier, écuyer, seigneur de la Brosse, de Baize et autres lieu, élu pour le roi au pays et élection de Bourbonnais et conseiller des comptes. Jacques Caille est présent au mariage. À cette date, il est chanoine de l’église collégiale de Saint-Just et prieur commendataire de Villemeux (p. 137-138).

Sources:

Indexer les corpus numériques. Séance1

La première séance de l’atelier « Indexer les corpus numériques », organisé par Emmanuelle Perrin et Fabienne Vial-Bonacci (IHRIM), se tiendra le vendredi 1er février 2018 à l’Université Jean-Monnet de Saint-Étienne. Elle portera sur la question suivante: « Des référentiels à la publication numérique. »

PROGRAMME:

9h15: Accueil

10h: Ouverture

PRATIQUES DES RÉFÉRENTIELS

Président de séance: Philippe Colantoni
(UJM St-Étienne, vice-président délégué au numérique)

10h30: François Mistral
(ABES, responsable d’IdRef-Autorités)
IdRef: une offre de services à destination de la recherche pour enrichir les données et accroître leur interopérabilité.

11h30: Francesco Beretta
(CNRS, LARHRA UMR 5190)
Encodage et sémantique de textes historiques et référentiels publics: retour d’expériences et perspectives.

INDEXATION ET CORPUS NUMÉRIQUES

Président de séance: Thomas LeBarbé
(Université de Grenoble, coordinateur du Consortium CAHIER)

14h: Emmanuelle Morlock
(CNRS, HISOMA UMR 5189)
Indexation et qualification des contenus TEI: méthodes, outils et exploitations possibles.

15h: Thierry Joliveau
(UJM Saint-Étienne, EVS UMR 5600)
Retrouver, annoter, cartographier et analyser les entités spatiales nommées dans un corpus de romans parisiens.

16h: Laurent Capelli
(CNRS, Huma-Num)
Collectes, enrichissement et normalisations sur ISIDORE, la plateforme d’accès aux données numériques des SHS

Télécharger le programme.

Charles Fontaine au séminaire spécifique de l’IHRIM

Le mardi 11 décembre 2018 se tiendra le séminaire spécifique de l’IHRIM consacré à l’intime.

Élise Rajchenbach proposera une communication sur Charles Fontaine: « Confidences autobiographiques et lyrisme familial chez Charles Fontaine: des ambiguïtés de l’intime chez un poète à la Renaissance. »

Télécharger le programme de la journée.

Université Jean-Monnet de Saint-Étienne
33, rue du 11 Novembre
Bâtiment H, salle HR5



Charles Fontaine à la journée d’études « Configurations du champ poétique français autour de Marot et des recueils collectifs (1536-1537) »

Le jeudi 8 novembre 2018 se tiendra à l’Institut d’Études avancées, sis à l’hôtel de Lauzun la journée d’études Configurations du champ poétique français autour de Marot et des recueils collectifs (1536-1537), organisée par Nathalie Dauvois (Université Paris III-Sorbonne) et Julien Gœury (Université de Picardie-Jules Verne).

On y retrouvera de nombreux membres de l’équipe éditoriale du projet Font@ine. Une communication portera en particulier sur notre poète.

Programme de la journée:

Matinée

  • 9h – Accueil et introduction par Julien Gœury et Nathalie Dauvois
  • 9h30 – Jérémie Bichüe (Paris III): Stratégies individuelles et collectives à l’aube de la querelle Marot-Sagon: les Protologies françoises de Charles de La Hueterie, un « coup d’essay » de plus?
  • 10h – Sophie Astier (BM Marseille): François Sagon et ses réseaux. Premier essai de cartographie.
  • 11h – Nina Mueggler (Fribourg – Lyon 2): Victor Brodeau, secrétaire, poète et éditeur.
  • 11h30 – Sandra Provini (Rouen): Les réseaux de l’Esclave fortuné, bâtard d’Amboise, soldat et poète.

Après-midi

  • 14h – Elsa Kammerer (Lille III – IUF): Jean de Vauzelles et la Cour.
  • 14h30 – Claire Sicard (Paris-Diderot): Les deux blasons de Saint-Gelais, à la marge des blasons anatomiques du corps féminin.
  • 15h30 – Élise Rajchenbach (Saint-Étienne): Entrer dans le champ: les premiers pas de Charles Fontaine dans et en marge des recueils collectifs.
  • 16h – Julien Gœury (Amiens): La Hueterie et Beaulieu, ou comment faire fructifier la querelle des blasonneurs. (à confirmer)

Répondants: Jean Vignes, Michèle Clément, Nathalie Dauvois, Guillaume Berthon.

Hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou – Paris 4e.

Télécharger le programme.

Le réseau de Marguerite de Navarre

Le vendredi 5 octobre et le samedi 6 octobre 2018 se tiendra au CESR de Tours un colloque sur Le Réseau de Marguerite de Navarre, organisé par Anne Boutet, Louise Daubigny, Stéphan Geonget et Marie-Bénédicte Le Hir. Trois membres de l’équipe du projet Fontaine, Jérémie Bichüe, Sylvie Laigneau-Fontaine et Élise Rajchenbach, y participeront.

Ces deux journées s’inscrivent au cœur de l’actuel mouvement de réflexion sur le rôle des réseaux dans l’élaboration de la pensée et dans la création littéraire à la Renaissance – et à d’autres époques. À cet égard, les communications soulèveront certainement des questions méthodologiques sur la manière de cerner et d’appréhender les réseaux.

Télécharger le programme.

Présentation du colloque sur le site du CESR.

Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR)
Salle Rapin
59 rue Néricault-Destouches
37000 Tours

Charles Fontaine, introducteur de Guillaume Mellier

Le juriste lyonnais Guillaume Mellier fait paraître en 1558 Edict du Roy Henry II sur les mariages clandestins contractez par les enfants de famille, sans le vouloir et consentement de leur pere & mere: commenté en declaration Panegyrique par M. Guillaume Mellier, Docteur ès Droits et Advocat ès cours de Lyon (Lyon, Nicolas Edoard pour Thibaud Dormand, 1558, in-8° de 170 pages, avec privilège au nom de Jean Temporal). En tête de l’ouvrage figure un quatrain décasyllabique de Fontaine.

Gabriel-André Pérouse fait l’hypothèse que c’est cet ouvrage qu’évoque Barthélemy Aneau dans une lettre qu’il adresse à G. Mellier et qui est aujourd’hui conservée à la Bibliothèque municipale de Lyon (Fonds Morins-Pons, n°61, 22).

Notons que les membres de la famille Mellier figurent parmi les dédicataires de Charles Fontaine, plus particulièrement dans ses recueils d’étrennes.

Par ailleurs, Guillaume Mellier était déjà apparu en 1536, comme contributeur du Recueil de vers latins et vulgaires sur la mort du Dauphin collationné par Dolet en 1536:

GULIELMI MELLERII

Ocubui innocuus primis uiolenter in annis:

Non potui melius, non volui melius.

Hac claue Alcidæ patefacta est aula Tonantis

Ignibus in mediis inuidia superùm.

Sic ego, qui Iouis alterius sum filius, Orci

Inuidia, pacis victima, cœlum adii.

En 1536, Fontaine arrive justement dans l’officine de François Juste qui imprime le recueil sur la mort du Dauphin.

Enfin, on sait qu’en 1522, Guillaume Mellier a prononcé l’oraison doctorale de la Saint-Thomas (Saulnier citant Tricou).

Bibliographie:

  • Gabriel-André Pérouse, « Une lettre de Barthelemy Aneau », RHR, 1998, n°47, p. 63-72. Consulter l’article.
  • Marie Madeleine Fontaine, Alector ou le Coq, Genève, Droz, 1996, p. 931, notice 52.
  • Verdun-L. Saulnier, « La Mort du dauphin François et son tombeau poétique (1536) », BHR,n° 6, 1945, p. 83, n. 1.
  • Recueil de vers latins et vulgaires de plusieurs Poëtas Françoys, composés sur le trespas de feu Monsieur le Daulphin, Lyon, Juste, 1536.

Séminaire du mardi 16 octobre 2018

Matin (10h30-12h)

  • Marthe Paquant (UMR 5317 IHRIM): Méthodes d’établissement d’un glossaire d’édition.

Après-midi (14h-17h30)

  • Maud Lejeune (Bibliothèque municipale de Lyon, UMR 5317 IHRIM): L’illustration dans les éditions des œuvres de Charles Fontaine.
  • Élise Rajchenbach (UJM, UMR 5317 IHRIM): Le nom de Fontaine: entre rêverie, réseau et création.
  • Paul Gaillardon (CNRS, UMR 5317 IHRIM): Atelier numérique: retour d’expérience

Toute personne désireuse de participer au séminaire, de manière ponctuelle ou régulière, est la bienvenue.

Contact:
Élise Rajchenbach: elise.rajchenbach/@/univ-st-etienne.fr

Télécharger le programme.

Université Jean-Monnet de Saint-Étienne, faculté des lettres
Salle G05
33, rue du 11 novembre
42 000 Saint-Étienne
Pour venir depuis la gare de Châteaucreux :
Tram T3, direction Bellevue. Arrêt « Campus Tréfilerie »


Des dédicataires hétérodoxes de Fontaine: Alexis Jure de Quiers et Claude Le Maistre.

Dans la Fontaine d’amour (p. 168) et dans les Ruisseaux (p. 182), Charles Fontaine s’adresse à un marchand piémontais, Alexis Jure de Chieri. Rosanna Gorris, reprenant les travaux d’Eugénie Droz, soulève l’hypothèse selon laquelle ce marchand piémontais, ami du traducteur Claude Le Maistre, pourrait être le « passeur » du Beneficio di Cristo en France.

Le Benefici di Cristo, publié à Venise par Bernardino de Bindoni en 1543, fut traduit en français en 1545 par Claude Le Maistre, un ami de Marot qui figure également parmi les dédicataires de Fontaine (La Fontaine d’Amour, p. 168). Sa traduction française sous le titre Du Benefice du Jesuschrist crucifié est publié à Lyon, chez Jean de Tournes, en 1545. Guillaume Berthon en a récemment retrouvé un exemplaire. L’ouvrage fut rapidement mis à l’index.

Il est  remarquable de constater que  Claude Le Maistre et Charles Fontaine publient tous les deux chez le même imprimeur, Jean de Tournes, en 1545 et que, dans son recueil, le second signale ses liens avec le premier. Ces dédicataires signalent surtout les liens récurrents de Fontaine avec les milieux évangéliques importateurs de la mouvance hétérodoxe italienne, au moins jusqu’au milieu des années 1540. Ces liens pourraient se trouver renforcés par la présence de ces deux mêmes personnages parmi les dédicataires de Bonaventure des Périers dans le recueil posthume de ses Oeuvres qui paraît par les bons soins du valet de chambre de Marguerite de Navarre en 1544 chez… Jean de Tournes toujours…

À cet égard, Rosanna Gorris souligne le fait qu’à cette période, Jean de Tournes publie Ortensio Lando, que l’on retrouve également dans le catalogue de Jean Pullon, imprimeur et libraire piémontais installé à Lyon dont elle met en évidence les affiliations hétérodoxes. Selon elle, les catalogues respectifs de Pullon et de De Tournes présentent des similitudes non négligeables à cette date. Elle relève également que Jean Pullon est l’imprimeur qui produira pour le libraire Rigaud la Description des terres trouvées de nostre tems de Fontaine (Lyon, Benoist Rigaud, 1559). Ce dernier rapprochement mérite toutefois d’être nuancé. En effet, l’ouvrage est une réédition partielle des Nouvelles et Antiques Merveilles publiées pour la première fois à Paris, chez Le Noir, en 1554. On peut s’interroger sur le rôle de Fontaine, à cette date, dans la réédition partielle de son ouvrage par un libraire enclin à proposer des ouvrages vernaculaires peu onéreux susceptibles de bien se vendre.

Sources:

    • Guillaume Berthon, « Quelques nouveautés bibliographiques autour d’Étienne Dolet et Jean de Tournes: les Psaumes de Marot et le Benefice de Jesuschrist traduit par Claude Le Maistre (1544-1545), BSHPF, 158, 2012, p. 671-684.
    • Eugénie Droz, Chemins de l’hérésie, III, Genève, Droz, 1970-1976, p. 123-124. Et plus largement p. 80-129.
    • Rosanna Gorris, « Il Torcchio e la seta: la nébuleuse des imprimeurs et libraires piémontais à Lyon et leur networking franco-italien », in Le Savoir italien sous les presses lyonnaises à la Renaissance, éd. Silvia d’Amico et Susanna Gambino Longo, Genève, Droz, 2017, p. 37-88.
    • Michel Simonin, « De Marot à Ronsard: les traductions de latin en français (1550-1555), Clément Marot, « Prince des poëtes françois » (1496-1996), Paris, Champion, 1997, p. 759-782.
  • Recueil des oeuvres de feu Bonaventure des Periers, Lyon, Jean de Tournes, 1544.

Biblyon – 8e édition

La 8e édition de Biblyon aura lieu le vendredi 29 juin 2018 à l’ENSSIB à Lyon.

À cette occasion, Élise Rajchenbach présentera en début d’après-midi ses dernières découvertes sur Charles Fontaine, à partir de ses exploration des Archives. De l’inédit en perspective!

Télécharger le programme complet de la journée.