L’indexation en TEI : brèves réflexions au prisme du projet Font@ine

Le balisage en XML-TEI, dans la dernière forme en date de sa « grammaire », offre à ses utilisateurs pas moins de 567 éléments différents (sans compter l’ouverture à, littéralement, une infinité de variations typologiques potentielles au sein de ceux-ci, dont l’usage est libre). Le moins que l’on puisse dire est qu’il couvre ainsi de vastes possibilités d’usage et de propos. Trop vastes même, trouveront peut-être certains s’ils se retrouvent abruptement devant cette liste vertigineuse. Le fond du problème, de toute évidence, est de déterminer – en l’espèce, pour le projet Font@ine, mais comme pour toute autre projet recourant à la TEI – quels éléments utiliser, mais aussi lesquels ne pas utiliser ; non pas que certains éléments soient mauvais en soi ; mais de manière à profiter au mieux des possibilités offertes par cet outil sans se perdre dans un océan de balises sans pertinence pour les objectifs visés. Il serait dommage d’ignorer les voies que peuvent ouvrir pour la recherche un balisage bien pensé d’un texte édité (parfois des voies auxquelles le chercheur n’aurait pas pensé spontanément) ; mais gare au chant des sirènes d’autres balises, a priori séduisantes, qui se révéleront n’entraîner, pour l’ingénieur, que des heures de travail d’encodage supplémentaire, mais stérile, faute d’être exploité ensuite. Ou, pour emprunter une autre métaphore au champ homérique : entre Charybde et Scylla – la masse allant se perdre dans les nuages, impossible à escalader, et le gouffre où l’information s’engloutit et disparaît –, il convient de tracer adroitement sa voie (et ce, autant que possible, de préférence dès l’appareillage plutôt qu’une fois au milieu des remous).

Lire la suite

Biblyon – 8e édition

La 8e édition de Biblyon aura lieu le vendredi 29 juin 2018 à l’ENSSIB à Lyon.

À cette occasion, Élise Rajchenbach présentera en début d’après-midi ses dernières découvertes sur Charles Fontaine, à partir de ses exploration des Archives. De l’inédit en perspective!

Le programme complet de la journée est consultable sur le site de l’ENSSIB.

Éditer Michel d’Amboise

La troisième journée d’étude consacrée à l’édition des œuvres de Michel d’Amboise aura lieu le mercredi 6 juin 2018 à Rouen. Télécharger le programme.

Programme de la journée

Matin

  • 9h30: Accueil et introduction de la journée
  • 9h45-10h15: Guillaume Dinket (Rouen Normandie): « Michel d’Amboise, poète-architecte: construction / déconstruction du recueil poétique Le Babilon« 
  • 10h15-10h45: Sandra Provini (Rouen Normandie): « La traduction retrouvée du Dixiesme livre des Methamorphoses d’Ovide par Michel d’Amboise »

Discussion et pause

  • 11h-11h20: Alice Vintenon (Bordeaux Montaigne): « Comment éditer une traduction- amplification? L’exemple du Ris de Démocrite« 
  • 11h20-12h: Table-ronde sur « Michel d’Amboise traducteur » avec Sylvie Laigneau-Fontaine (Dijon), Xavier Bonnier (Rouen Normandie) et John Nassichuk (Western Ontario)

Discussion et déjeuner

Après-midi

  • 13h30-14h30: Christophe Schuwey (Fribourg): « La TEI, qu’est-ce que c’est, à quoi ça sert? »
  • 14h30-15h: Claire Sicard (CÉRÉdI, Rouen Normandie): « L’édition numérique du Secret d’Amour« 

Discussion et pause

  • 15h15-17h: « Édition numérique des œuvres de Michel d’Amboise » avec Thibaut Guichard (IRIHS, Rouen-Normandie), Pascal Joubaud et Christophe Schuwey (Fribourg)

Séminaire du mardi 5 juin 2018

Matin (10h30-12h30)

  • Sophie Astier (BMVR Marseille): Identifier un personnage historique: quelques pistes méthodologiques.

Après-midi (14h-17h30)

  • Mathilde Vidal (Université Paris-Diderot), pour Florence Bonifay et elle-même: Éditer Les Ruisseaux de Fontaine (1555) et les Odes, enigmes et epigrammes (1557).
  • Marc Desmet (Université Jean-Monnet de Saint-Étienne): Charles Fontaine mis en chant: les leçons opposées de Dominique Phinot et Didier Lupi dans le chansonnier Beringen (Lyon, 1548).
  • Élise Rajchenbach (Université Jean-Monnet de Saint-Étienne): Du nouveau sur Charles Fontaine.

Toute personne désireuse de participer au séminaire, de manière ponctuelle ou régulière, est la bienvenue.

Contact:
Élise Rajchenbach: elise.rajchenbach/@/univ-st-etienne.fr

Télécharger le programme

Annonce sur site de l’IHRIM:

Université Jean-Monnet de Saint-Étienne, faculté des lettres
Salle G05
33, rue du 11 novembre
42 000 Saint-Étienne
Pour venir depuis la gare de Châteaucreux :
Tram T3, direction Bellevue. Arrêt « Campus Tréfilerie »

Du nouveau dans l’équipe éditoriale

Sylvie Laigneau-Fontaine et Sandra Provini rejoignent l’équipe éditoriale. Sylvie Laigneau-Fontaine étudie les liens de Fontaine avec les poètes néo-latins du sodalitium Lugdunense et Sandra Provini prend en charge l’édition des diverses traductions d’Ovide élaborées par Fontaine. Cette réunion des forces constitue la suite logique des échanges noués entre le projet d’édition des œuvres de Michel d’Amboise, et le projet Fontaine, les œuvres des deux poètes dialoguant en particulier autour des Héroïdes d’Ovide.

Sylvie Laigneau-Fontaine est professeur de littérature latine à l’université de Bourgogne. Après une thèse sur Catulle et les poètes élégiaques romains, elle s’est tournée vers la littérature néo-latine, en particulier vers sodalitium Lugdunense. Elle a publié une édition des Nugae (1533) de Nicolas Bourbon (Droz, 2008) et, en collaboration avec Catherine Langlois-Pézeret, une édition des Epigrammatôn libri duo (1538) de Gilbert Ducher (Champion, 2015), et a dirigé ou co-dirigé plusieurs ouvrages (La Silve. Histoire d’une écriture libérée en Europe, de l’Antiquité au XVIIIe siècle, en collab. avec P. Galand, Brepols, 2013 ; Petite patrie. L’image de la région natale chez les écrivains de la Renaissance, Droz, 2013 ; Savoir-vivre et grossièreté à la Renaissance, revue en ligne Camenae ; Machines à voler les mots. Idéologies, pratiques et techniques du plagiat, en collab. avec P. Bravo et G. Sangirardi, EUD, 2017).

Sandra Provini est maîtresse de conférences à l’Université de Rouen-Normandie et membre du CÉRÉdI. Ses travaux portent sur la poésie française et néo-latine des années 1500-1540. Elle dirige l’édition en cours des œuvres complètes de Michel d’Amboise.

Consulter la présentation de l’équipe éditoriale.

Charles Fontaine au colloque sur Guillaume Budé (3-5 mai 2018)

Du 3 au 5 mai 2018 se tiendra à Paris le colloque international Les Noces de Philologie et de Guillaume Budé. L’œuvre de Guillaume Budé au prisme du savoir humaniste cinq siècles et demi après sa naissance. Cette manifestation est organisée par Christine Bénévent, Romain Mémini et Luig-Alberto Sanchi, et se déroulera à l’École nationale des Chartes, à la Cour de cassation et à l’Université Paris-Panthéon-Assas.

À cette occasion, Élise Rajchenbach présentera ses travaux sur l’épitomé du De Asse élaboré par Charles Fontaine et publié dans le recueil des Nouvelles et Antiques Merveilles (Paris, Le Noir, 1554).

Pour consulter le programme du colloque.

Attention: contrairement au programme annoncé, la communication consacrée à « Fontaine, passeur du De Asse? » aura lieu jeudi à 11h30.

Mellin de Saint-Gelais commente un ouvrage de Fontaine?

Dans son édition des œuvres de Mellin de Saint-Gelais, Prosper Blanchemain présente un huitain du poète comme un commentaire de la traduction, par Fontaine, du Remède d’Amour:

Amour voyant la superscription
De ton livret, qui le blasme et meprise,
En voulut voir l’ordre et la diction,
Et y trouva tant d’art et de maistrise,
Que pour le stile il loua l’entreprise
Et contre toy n’en fut pis animé.
Il faut donc bien, ami, que l’on te prise,
S’Amour hayant d’Amour tu es aimé.

La note, signée L.M. (B. de La Monnoye) précise que

Sainct-Gelays a fait ce huitain en faveur de Charles Fontaine, son ami, dont nous avons une traduction en vers françois du premier livre d’Ovide des Remèdes d’amour (Lyon, 1575 (sic), in-8), à la suite de plusieurs autres poëmes du même auteur. Les deux premiers vers sont imités de ces deux d’Ovide:

Legerat hujus amor titulum nomenque libelli:

Bella mihi vides, bella parantur, ait.

L’édition Blanchemain ne fait pas figurer le nom du dédicataire de la pièce. C’est donc la seule note qui fait figurer le nom de Fontaine, sans que soit précisée la source.

De son côté, Hawkins évoque une autre piste: l’épigramme pourrait concerner La Contr’Amye de Court. Cette hypothèse semble moins probable. L’épigramme de Saint-Gelais évoque en effet une « superscription » qui « blasme et (…) meprise » Amour. L’édition Sabon de La Contr’Amye de Court présente comme éventuelle « superscription » un dizain au Cardinal de Lorraine qui, au contraire identifie le projet de Fontaine comme étant de « Te presenter d’amour ceste deffence ». En revanche, les premiers vers de la traduction du Remede d’Amours (Ruisseaux, p. 357) content comment Amour s’est inquiété de se trouver blâmé par le « livret » d’Ovide traduit par Fontaine:

Le Dieu Amour aussitost qu’il a eu
De ce livret le nom et tiltre veu,
Dist je voy bien que lon me donne affaire
Guerre à present, la guerre on me veut faire.

En ce sens, l’identification de l’œuvre proposée par Prosper Blanchemain paraît plus convaincante. Reste à vérifier qu’il s’agit bien, ici, de la traduction que Charles Fontaine élabore entre 1547 et 1552.

Nous avons conservé des traces de contacts poétiques entre Fontaine et Saint-Gelais. C’est ainsi que dans les Odes, enigmes et epigrammes de 1557, Fontaine adresse une épigramme à Mellin de Saint-Gelais:

A Monsieur de Saintgelais.

Les Muses te caressent tant,
Que te dois contenter d’autant:
Et n’en sera ja plus notoire
Ton nom, ton renom, et ta gloire,
Si à present je te rameine
Par ebat vers cette Fontaine.
(p. 54)

Plus haut dans le même recueil, figure également une ode:

A Monsieur de Saintgelais.
ODE XI.

Je t’ay connu avant que te connoitre:
De moi, possible, il t’en est pris ainsi:
Je t’ay connu par Phebus, Prince et maitre,
Par qui tu as acquis grand nom aussi.

Tu m’as connu, peut estre, par les graces,
Et par le nom en France assez connu,
Que m’ont donné les Muses et les Graces,
Et poursuyvront, me rendant plus tenu:

Et connoitras de voix vive, et de face,
Quand te viendra à plaisir et loisir,
Celui qui tient de Phebeane race,
Mais qui pour tel trop mieus te veut choisir.
(p. 30)

Les pièces du recueil, adressées pour étrennes en 1557, peuvent être datées de la fin de l’année 1556 et du début de l’année 1557. On peut déduire de l’ode que les deux poètes ne se sont jamais rencontrés mais qu’ils ont peut être entretenu quelques contacts poétiques polis. En ce sens, et considérant que le recueil de 1557 sert largement une visée de conquête des cercles auliques, la possible reconnaissance par Saint-Gelais, poète de la cour, de la traduction par Fontaine de L’Art d’aimer / Le Remede d’Amour d’Ovide vient renforcer la quête constante (et peu fructueuse), par Fontaine, d’une protection royale. Marine Molins souligne en effet la place importante des traductions d’Ovide dans les cercles royaux au XVIe siècle.

Sources:

  • Charles Fontaine, La Contr’Amye de court, Lyon, Sulpice Sabon pour Antoine Constantin, 1543.
  • Charles Fontaine, Les Ruisseaux de Fontaine, Lyon, Thibaud Payen, 1555.
  • Charles Fontaine, Odes, enigmes et epigrammes, Lyon, Jean Citoys, 1557.
  • Œuvres complètes de Melin de Sainct-Gelays avec un commentaire inédit de B. de La Monnoye, des remarques de MM. Emm. Philippe-Beaulieux, R. Dezeeimeris, etc, éd. Prosper Blanchemain, Paris, 1873, t. II, p. 59.
  • Richmond L. Hawkins, Charles Fontaine, Parisien, Cambridge, Harvard University Press, 1916, p. 202.
  • Marine Molins, « Les Traductions d’Ovide et de Virgile (1515-1580). Une politique royale », Dynamique des langues dans des villes plurilingues (XVIe-XVIIe siècles): les cas de Palerme, Naples, Milan et Anvers, février 2012, Munich, Allemagne. Consulter l’article sur HAL.

Le fils de Charles Fontaine, auteur d’un ouvrage pédagogique à succès?

D’après la notice de la BnF, le fils de Charles Fontaine, Jean, né de son mariage avec Flora, serait l’auteur d’un ouvrage d’apprentissage du latin destiné aux enfants, régulièrement réédité à Lyon au cours du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, l’Hortulus puerorum .

Si Jean Fontaine est bien le fils de Charles (ce qui reste à démontrer), on pourrait déceler une certaine cohérence des intérêts familiaux. On sait que Charles Fontaine fut brièvement à la tête du Collège de la Trinité et qu’il publie des ouvrages à vocation pédagogique pour les enfants royaux. Voir son fils proposer un ouvrage d’apprentissage du lexique latin à destination des enfants n’aurait, en ce sens, rien de surprenant.

Toutefois, l’identification de l’auteur Jean Fontaine avec le fils de Charles Fontaine est bien évidemment à prendre avec d’infimes précautions. La source indiquée, pour cette identification est « DBF (art. Charles Fontaine) », source que nous n’avons pas encore pu identifier malgré l’appui des bibliothécaires de la BnF interrogés. Par ailleurs, les notices ISNI et VIAF le confondent avec ses (nombreux) homonymes.

Le lieu de publication de l’ouvrage (Lyon) pourrait aller dans le sens de cette attribution. La date de l’édition princeps (1561) invite en revanche à plus de précautions. Si Charles Fontaine épouse Flora au début de l’année 1544, comme il est communément admis, son fils Jean, qui est le second fils de Charles (Ruisseaux, p. 55), aurait au plus 15 ans en 1561. Par ailleurs, Antoine du Verdier, qui lui consacre une notice, n’indique pas de lien de parenté avec Charles Fontaine:

Il a escrit en Latin, & depuis traduit en François, un livre qu’il a intitulé le petit jardin pour les enfans, contenant les noms & appellations de toutes sortes d’oyseaux, animaux, poissons, serpents, arbres, herbes, plantes & autres choses semblables, le tout reduit par lieux communs, & encores par ordre alphabetiq ou d’A, b, c, avec le Latin à costé du François: & au livre Latin, il a mis le François apres, imprimé à Lyon par Charles Pesnot l’an 1581 (sic).

Ajoutons qu’Alexandre Cioranescu lui attribue un autre ouvrage pour lequel nous ne connaissons aucun exemplaire, une Replique à M. Pons, sur la deffence qu’il a faict imprimer de la composition d’Alkermes, Avignon, (Jacques Bramereau), 1599 ( voir USTC). Ici encore (et certainement plus), les précautions sont de mise.

Sources:

  • Jean Fontaine, Hortulus puerorum pergratus ac perutilis Latine discentibus adjecimus duos in calce dialogos cum quorundam ludorum explicatione, Lyon, Louis et Charles Pesnot, 1561. Notice USTC. Reproduction sur Gallica.
  • Jean Fontaine, Petit jardin pour les enfans, fort agreable & profitable pour aprendre Latin: Distingué par Chapitres, et selon l’ordre Alphabetique, commençeant par les vocables François, Lyon, Louis et Charles Pesnot, 1561. Notice USTC.
  • Cioranescu A., Bibliographie de la littérature française du seizième siècle, Paris, 1959, article « Jean Fontaine », notices 10119 et 10120.
  • Du Verdier, article « Jean Fontaine », p. 223-224.
  • De Sauza G. et Rajchenbach É, « Introduction », in Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. G. de Sauza et É. Rajchenbach, Genève, Droz, 2014, p. 11-27.
  • Marine Molins, « Mimes, sentences et énigmes à l’usage des enfants royaux. Traductions nouvelles de Charles Fontaine (1557-1558), in Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. G. de Sauza et É. Rajchenbach, Genève, Droz, 2014, p. 73-83.

Séminaire du vendredi 9 février 2018

Matin (10h30-12h30)

  • Retour sur les premiers travaux de transcription des textes et sur le travail éditorial: difficultés méthodologiques, réflexions et propositions. Avec Paul Gaillardon et Léopold Boyer.
  • Présentation des textes édités: Ugo Païs (Université de Lyon 2, IHRIM), Ode de l’Antiquité et excellence de la ville de Lyon (Lyon, Jean Citoys, 1557)

Après-midi (14h-17h30)

De la querelle Marot-Sagon à la querelle des Amyes: premiers pas de Fontaine sur la scène éditoriale

  • Jérémie Bichüe (Université Paris 3 – FIRL): Fontaine et la querelle Marot-Sagon
  • Élise Rajchenbach (Université Jean-Monnet de Saint-Étienne, IHRIM): La Victoire et Triumphe d’Argent contre Cupido, dieu d’Amour (Lyon, F. Juste, 1537)
  • Nina Mueggler (Université de Fribourg / Université Lyon 2, IHRIM): La Contr’Amye de court (Lyon, S. Sabon pour A. Constantin, 1543)

Toute personne désireuse de participer au séminaire, de manière ponctuelle ou régulière, est la bienvenue.

Contact:
Élise Rajchenbach: elise.rajchenbach/@/univ-st-etienne.fr

Télécharger le programme.

Université Jean-Monnet de Saint-Étienne, faculté des lettres
Salle G05
33, rue du 11 novembre
42 000 Saint-Étienne
Pour venir depuis la gare de Châteaucreux :
Tram T3, direction Bellevue. Arrêt « Campus Tréfilerie »

Fontaine offre une épigramme au Discours du temps, de l’an et de ses parties de Pontus de Tyard

Charles Fontaine est, au côté du mâconnais Philibert Bugnyon, l’un des deux poètes lyonnais qui offrent des vers à l’orée du Discours du temps, de l’an et de ses parties de Pontus de Tyard, publié à Lyon par Jean de Tournes en 1556 (fo A 4 ro).

A l’Auteur,
Et Lecteur,
Charles Fontaine.

Bien guider veult d’une Escorte assurée
Par lieus scabreus sous la chape azurée
Celui, qui scet non estendre le cours,
Ains minuter la longueur mesurée
Du Tems, qui peult la vie bienheurée
Par ans, par mois, par semaines, et jours
Assurer ore, et conduire à tousjours
Au ferme point, où heureus tu pretens,
Comme tu vois que ce gentil discours
Te fera vivre apres cent ans sans tems.

Pontus de Tyard fait partie des destinataires de Fontaine dans les Ruisseaux publiés en 1555 chez Thibaud Payen, tout comme Marguerite du Bourg, à qui est adressée la dédicace de Pontus de Tyard. On voit se dessiner le cercle dans lequel évolue alors Fontaine: Tyard, Buygnon, Du Bourg, mais aussi encore et toujours Scève. En effet, au début du Discours, Pontus de Tyard évoque la conversation qu’il a menée avec Maurice Scève et d’autres amis venus lui rendre visite chez lui:

Il faudroit (croy je) retrencher l’esle du Tems, duquel l’invisible, mais l’insensible fuite, entreine continuellement toute notre assurance: Comme disertement ces jours passez savoit bien discourir MAURICE SCEVE. Qui avec quelques jeunes hommes de gentile et louable naissance, m’estoit venu voir. j’avois essayé de les recevoir avec la plus joyeuse chere que je pouvois former (…).

(fo A 2 ro)

 

La famille Senneton

Parmi les destinataires des pièces de Charles Fontaine figurent les membres de la famille Senneton.

  • Antoine Senneton: La Fontaine d’Amour, 141
  • Jacques Senneton (conseiller au Parlement de Paris): « Ode pour Dieu gard la ville de Paris, faite en juin 1554 », str. 32; Ruisseaux, 168
  • Jacques Senneton (Lyonnais), La Fontaine d’Amour, 167; avec ses frères: Estreines, 6
  • Jean Senneton: Odes, Enigmes et Epigrammes, 73
  • Marguerite Senneton (épouse de Jean de Rochefort): La Fontaine d’Amour, 135 et 159; Estreines, 6.

(Relevé effectué à partir de l’index de Marine Molins)

On pourra consulter au sujet de cette famille de marchands et libraires:

Le spectre de la Querelle Marot-Sagon dans la Contr’Amye de court de Charles Fontaine

     Dans ces quelques vers de la Contr’Amye de court, l’Amie de Charles Fontaine use d’une surprenante analogie pour rappeler à son adversaire la meilleure manière de l’emporter dans un débat. La syllepse sur le mot « batre » ouvre la voie à une métaphore filée qui rapproche le triomphe rhétorique de la bastonnade, rappelant brusquement les gravures qui ornent la page de titre de plusieurs pamphlets de la Querelle Marot-Sagon, comme celles du Frottegroing du sagouyn ou du Valet de Marot contre Sagon où l’on peut voir Fripelippes frapper d’un bâton le « Sagouin » prisonnier. A l’image du valet marotique, l’Amie de Fontaine se vante d’avoir retourné contre son adversaire (« le lier ») ses propres arguments (« de tous costez de son baston le batre »). On reconnaîtra ici la définition même de l’argument ad hominem qui vise à confondre le débatteur en lui opposant ses propres paroles, caractéristique d’un mouvement de réfutation. Toutefois, la gravure du Valet cherche avant tout à disqualifier ad personam par la moquerie au risque, comme souvent dans la Querelle Marot-Sagon, de diffamer son adversaire. À l’inverse, dans la Querelle des Amies, l’affrontement prend place dans le cadre cordial et réglementé du débat d’idées. La violence individuelle est évacuée au profit d’un dialogue délibératif entre poètes de cour qui, à l’image du livre III du Courtisan de Castiglione qui inspire leur réflexion, réfléchissent ensemble aux qualités que doit posséder la parfaite courtisane. À ce titre, il est exclu de se livrer à toute attaque personnelle. Le recours systématique à la parole différée dans la Querelle des Amies permet de « donner corps » à la position discursive de l’adversaire pour se livrer à la satire sans viser directement l’auteur.

     Néanmoins, la métaphore employée par Fontaine fait ressurgir aux oreilles du lecteur, qui ne peut pas avoir oublié les libelles piquants qui inondèrent les presses moins de dix ans auparavant, le ton de la Querelle Marot-Sagon. Sous prétexte d’illustrer sa sentence par une analogie saisissante, Fontaine saupoudre le débat d’un semblant d’invective. La bastonnade rappelle ainsi celle que subit Sagon, non seulement dans les illustrations mais aussi dans les textes, à grandes charges d’onomatopées (« zon dessus l’œil, zon sur le groing / Zon sur le dos du Sagouyn ») ; dans l’illustration liminaire, c’est bien le bâton – et non l’épée, apanage de la noblesse – que le valet choisit pour rosser le Sagon-sagouyn, le rappelant manu militari à son statut de vilain.

     Mais dans la Contr’Amye, la métaphore fait figure de garde-fou et permet, comme dans un jeu, de se rappeler au frisson du brocard sans jamais y succomber. De fait, la position de Fontaine n’a pas changé depuis son Épître à Sagon et à la Hueterie : « Certes l’escript le plus à détester, / c’est par rancœur mesdire et contester ».  Le fait d’affirmer, dans la Contr’Amye, qu’« On ne luy peult plus grand injure faire / Que le lier, et pour l’orgueil rabatre », peut dans un premier temps servir à rappeler l’arrière-fond juridique de l’échange : l’injure a, comme son étymologie l’indique, d’abord le sens d’un écart à la justice. La convocation d’un tel registre n’a rien d’étonnant chez un Fontaine titulaire d’une maîtrise de droit et qui connaît les règles des querelles de l’époque, où les ressorts juridiques en tout genre sont massivement mobilisés. Mais l’injure revêt sous sa plume une dimension plus virulente, puisqu’il s’agit désormais d’un outrage infligé à son adversaire en lui objectant son propre raisonnement. Faire injure à son adversaire, c’est donc l’humilier en le mettant en tort sur le plan argumentatif, mais jamais faire tort à l’homme en l’injuriant par l’insulte.

Bibliographie:

  • [Clément Marot], Le Valet de Marot contre Sagon cum commento, Paris, Jean Morin, 1537, BN Rés. Ye 1584. 
  • Le Frottegroing du Sagouyn, Paris, [Guillaume de Bossozel] pour Benoît de Gourmont, 1537, BN Rés. 8° BL 8736 (15).
  • Charles Fontaine, La Contr’amye de court, Paris, Adam Saulnier, 1543, in-8°, BN Rés. p Ye 479.
  • [Charles Fontaine],  » Épitre à Sagon et à La Hueterie » in Les Disciples et amis de Marot contre Sagon, La Hueterie et leurs adherentz, Paris, Jean Morin, 1537, BN Rés. Ye 1582.

Nina Mueggler et Jérémie Bichüe

Denis Sauvage loue La Contr’Amye de Court

Dans Les Opuscules d’Amour publiés en 1547 à Lyon par Jean de Tournes, Denis Sauvage adresse une épigramme « Au lecteur de la Contr’Amye »:

M. D. SAUVAGE AU LECTEUR
de la Contr’amye.

T’esbahy tu, amy, lisant ce livre
De la doulceur que dedens tu peux veoir?
T’esbahy tu de ce divin sçavoir,
Qui à jamais peult faire l’Autheur vivre,
Et le Lecteur de tout ennuy delivre?
Ne t’esbahy de tout cela, Lecteur,
Ne t’esbahy, Fontaine en est L’autheur.

L’historiographe du roi Henri II et traducteur Denis Sauvage est l’un des deux proches amis de Charles Fontaine, avec Nicole Le Jouvre. Il offre un épithalame à Charles Fontaine, qui figure à la fin des Estreines de 1546.

Denis Sauvage est, entre autres, l’éditeur de la Cronique de Flandres et des Mémoires d’Olivier de La Marche. Montaigne possédait un exemplaire de l’édition publiée en 1562 par Guillaume Rouillé (BnF Rés. Z Payen 502), qu’il a annotée (voir les reproductions et l’édition donnée par Alain Legros pour les BVH dans le cadre du projet MONLOE). Montaigne possédait également un exemplaire des Annales et croniques de France depuis la destruction de Troye de Nicole Gilles, éditées par Denis Sauvage et parues à Paris, chez G. Le Noir en 1562.

La publication des Opuscules d’Amour constitue une forme de conclusion à l’aventure lyonnaise de la querelle des Amyes. Elle présente cette querelle comme un espace de sociabilité.

Bibliographie:

  • Opuscules d’amour, par Heroet, La Borderie, et autres divins poëtes, Lyon, Jean de Tournes, 1547, p. 148-149.
  • Élise Rajchenbach, « Mais devant tous est le Lyon marchant. » Construction littéraire d’un milieu éditorial et livres de poésie française à Lyon (1536-1551), Genève, Droz, 2016.
  • Alain Legros, Sauvage annoté par Montaigne. Édition selon trois modes successifs (10/07/2013)
  • « Sauvage annoté par Montaigne »: https://montaigne.univ-tours.fr/sauvage/.

 

Élise Rajchenbach

Charles Fontaine, soutien du jeune Claude de Taillemont

L’introduction de l’édition de La Tricarite de Claude de Taillemont parue chez Droz en 1989 fait état de liens entre le jeune Claude de Taillemont, qui tente alors de percer en tant qu’écrivain et qui se trouve pris dans « l’enfer de procès », et Charles Fontaine. Fontaine donne ainsi une pièce liminaire aux Champs Faëz, publiés en 1553:

Aux lecteurs des presens Discours

Les Azolains qui sont bien inventez
Et ne sont pas aussi moins bien traduits,
Sont leuz, releuz, estimez et vantez
Par gens d’esprit et à l’amour induits;
Mais ces Discours au nouveau jour produicts,
– Œuvre inventé qui l’Azolain n’empire –
Sont beaux jardins plains de fueilles et fruicts,
Que chacun peult à son plaisir elire.

Hante le François.

Les éditeurs modernes de La Tricarite soulignent que « si le bon Fontaine, sous son usuelle anagramme, y loue notre auteur, c’est discrètement, sa louange allant surtout à Bembo et à J. Martin, auteur et traducteur des Azolains » (p. 14-15). Par ailleurs, dans l’introduction de son édition des Champs faëz, Jean-Claude Arnould nuance l’influence des Azolains et souligne qu’ « outre les raisons commerciales qui peuvent le justifier, ce rapprochement doit sans doute être imputé au goût personnel de ce poète ». En effet, ajoute J.-C. Arnould, Fontaine imite, dans son « Épître philosophant sur la bonne amour » figurant dans les Ruisseaux (p.13), les propos attribués à Bembo dans le Courtisan (IV, 51 à 73) et désigne les Discours des Champs faëz comme une « œuvre inventée ».

Par ailleurs, Taillemont reçoit, toujours dans les Ruisseaux, des étrennes de la part de Fontaine (p. 81), qui est l’un des rares lyonnais à accompagner les premiers pas de Taillemont. Le milieu lyonnais – au premier chef Scève – conserve ses distances avec Taillemont. Gabriel-André Pérouse, l’un des éditeurs modernes de la Tricarite propose une hypothèse religieuse: Taillemont se montrant par trop fougueux et explicitement attiré par le protestantisme, le milieu lyonnais, déjà soupçonné de sympathies hétérodoxes, serait resté silencieux, par prudence, lors de la publication des ouvrages de Taillemont. Des affinités religieuses expliquent-elles, au contraire, la bienveillance de Fontaine?

Bibliographie:

  • Claude de Taillemont, La Tricarite, éd.Doranne Fenoaltea, François Lecercle, Gabriel-A. Pérouse et Valerie J. Worth, Genève, Droz, 1989.
  • Claude de Taillemont, Discours des Champs faëz à l’honneur, et exaltation de l’Amour et des Dames (1553), éd. Jean-Claude Arnould, Genève, Droz, 1991.

 

Élise Rajchenbach.