Une nouvelle piste sur Jean Fontaine, le fils de Charles Fontaine

Dans un précédent billet, je mettais en doute l’identification de Jean Fontaine, auteur de l’Hortulus puerorum paru à Lyon chez Louis et Charles Pesnot en 1561. Une enquête à peine plus poussée et surtout une lecture plus attentive de l’ouvrage en question aurait permis de résoudre la question. En effet, à la fin de l’épître dédicatoire, Jean Fontaine évoque son père:

In qua cognitionis farrágine, et si nonnulla è Græco fonte detorta inséuimus, vbique tamen patris mei Caroli Fontani iudicium adhibere visum est. Quæ omnia, si secus, quàm opto, alijs arriserint, saltem animi mei voluntátem laudábunt: filio verò tuo vtilissima esse satis certò scio. vale, tuam valetudinem filijque Antonij pueritiam bene prosperet Opt. Max. (p. 4-5)

Jean Paul Barbier-Mueller indique que le volume présente “à la fin de la première partie (latine) … quelques pièces poétiques dans cette langue, dont un “Epitaphium de Carolo Fontano Filio” (p. 175). Le petit Charles Fontaine était âgé de 3 ans, lors de sa mort:

EPITAPHIUM
DE CAROLO FONTANO
Filio.
Cœperat auspicijs melioribus vna Sororum
Bis tribus autumnis stamina nere mihi
Post oblita mei, cœptíque perosa laboris,
Deseruit stamen, deseruítque colum:
Vtque fathiscentem morbis videt Atropos, vnca
Execuit vitæ forfice fil a meæ.
At tu siue puer, seu longæ ætatis es, horæ
Extremæ cupio te meminisse tuæ.

Comme son père le fit quelques années plus tôt, lors de la mort de René, Jean Fontaine pleure poétiquement son jeune fils, et l’on peut supposer que le grand-père, Charles, ne fut pas en reste, bien que nous n’en ayons pas trouvé la trace.

Cette épitaphe revêt également un intérêt biographique. Si le petit Charles Fontaine est mort en 1561 à l’âge de 3 ans, on peut supposer qu’il est né en 1558, à quelques mois près. Difficile, en ce sens, d’admettre que Jean soit le fils de Flora, que Charles épouse probablement au début de l’année 1545. Si tel avait été le cas, il serait né au plus tôt à la fin de l’année 1545 ou au début de l’année 1546. Or, il est peu probable qu’il ait eu son fils à 12 ans… En revanche, si Jean est le fils de Marguerite, il est né entre 1540 et 1544 et il a donc entre 14 et 18 ans à la naissance du petit Charles. Jean est d’ailleurs identifié, dans les Ruisseaux, comme “second filz de l’auteur”, dans le chant qui célèbre sa naissance (p. 55), puis comme “filz aisné” de l’auteur (p. 187). Fontaine aurait donc eu au moins deux fils avec Marguerite, dont le premier est mort avant l’âge de 15 ans, lors de la parution des Ruisseaux. On peut donc encore affiner l’estimation de l’année de naissance de Jean, avec un terminus a quo en 1541

Cette identification désormais presque certaine de Jean Fontaine, l’auteur de l’Hortulus puerorum comme fils de Charles Fontaine, permet ainsi de trouver de nouvelles traces de la présence de Fontaine dans les publications lyonnaises de 1562, outre la Salutation au Roy Charles IX et de préciser la biographie de notre auteur.

Sources:

  • Jean Paul Barbier-Mueller, “Charles Fontaine”, Dictionnaire des poètes français de la seconde moitié du XVIe siècle (1549-1615), tome II, Genève, Droz, 2016, p. 153.
  • Elsa Kammerer, “Grossesse, naissance et petite enfance sous le regard d’un poète de la Renaissance, Charles Fontaine”, dans naissances et enfantements en France à la Renaissance, éd. Nerina Clerici-Balmas, n° spécial de Plaisance. Rivista di letteratur francese moderna e contemporeana, n° 14, Anno v, 2008, p. 29-48.
  • Jean Fontaine, Hortulus puerorum pergratus ac perutilis, Latinè discentibus…, Lyon, Louis et Charles Pesnot, 1561 (BM Rés 803635, numérisé sur Gallica).

Cette entrée a été publiée dans Billets, Biographie, Textes évoquant Fontaine le par .

À propos Élise Rajchenbach

Maîtresse de conférence à l'Université Jean Monnet Saint-Étienne, membre du laboratoire IHRIM - UMR 5317, co-directrice du GRAC, Élise Rajchenbach est, entre autres, spécialiste du milieu lyonnais. Elle a édité les _Rymes_ de Pernette Du Guillet et travaille également à l'édition papier du _Recueil des œuvres de feu Bonaventure des Périers_ (Lyon, Jean de Tournes, 1544). Elle dirige le présent projet d'édition numérique des œuvres du polygraphe Charles Fontaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.