Pourquoi Les Nouvelles et Antiques Merveilles sont-elles publiées à Paris?

Installé à Lyon dès 1540 environ, parfaitement intégré dans les ateliers d’imprimeurs, Charles Fontaine publie l’essentiel de ses œuvres dans la cité rhodanienne. Deux œuvres font exception: La Salutation au Roi (1564), dont on ne conserve qu’une édition parisienne faite sur l’édition lyonnaise de Benoist Rigaud (aucun exemplaire connu ne subsiste de l’édition lyonnaise), et Les Nouvelles et Antiques Merveilles (1554) dont les seuls exemplaires connus sont édités, avec privilège, chez Guillaume Le Noir. Le privilège reproduit dans l’édition est au seul nom de ce dernier.

Comment expliquer cet hapax dans les publications de Fontaine? Si l’on relève bien des rééditions parisiennes des œuvres de Fontaine, ces dernières semblent toutefois être effectuées sans l’aval du poète, qui attaque ces pratiques dans sa traduction augmentée d’Artémidore.

Lors de l’Atelier franco-américain du samedi 15 juin 2019, en Sorbonne, Raphaël Cappellen a présenté la production et les pratiques éditoriales de Nicolas Buffet et de sa veuve Valérienne Malet. À cet occasion, il rappelle, suivant les travaux d’Annie Parient-Charon sur la librairie parisienne, les démêlés judiciaires de Valerienne Malet qui pirate et publie, sous le nom de l’imprimeur lyonnais Jean Brotot, un Almanach pour l’an 1559 (publié en 1558) faussement attribué pour l’occasion à Nostradamus. Entre le 22 octobre et le 29 novembre 1558 (d’après le minutier central de Paris, LXXIII 23), Guillaume Le Noir, associé à Brotot qui possède les droits d’impression de ces opuscules, intente un procès à Valérienne Malet et fait saisir les livres et les caractères ayant servi à les imprimer.

Cet épisode met en évidence la collaboration qui unit le parisien Guillaume Le Noir et le lyonnais Jean Brotot. Or, ce dernier est le dernier imprimeur, à Lyon, avec lequel collabore Charles Fontaine, pour la publication, en 1558, des trois recueils de poésie gnomique à visée didactique que constituent Les Mimes de Publian, Les Dicts des sept sages et Les sentences du poete Ausone. Si la publication des Nouvelles et Antiques Merveilles est antérieure de quatre ans à ces trois recueils, ces liens établis entre Le Noir et Brotot en 1558 laissent supposer assez sûrement d’autres liens, unissant Fontaine et le Noir (peut-être via Jean Brotot). Peut-être oserait-on aller jusqu’à émettre l’hypothèse, avec précaution, d’une possible édition perdue au nom de Jean Brotot. Notons toutefois qu’on n’en trouve pas de trace chez les bibliographes.

Bibliographie:

  • Annie Parent, Les Métiers du livre à Paris au XVIe siècle (1535-1560), Genève, Droz, 1974, p. 152.
  • Élise Rajchenbach, “Charles Fontaine et ses imprimeurs-libraires”, in Les Poètes français de la Renaissance et leurs “libraires”: aspects historiques, juridiques et littéraires, éd. Denis Bjaïs et François Rouget, Genève, Droz, 2015, p. 359-379.

Cette entrée a été publiée dans Biographie le par .

À propos Élise Rajchenbach

Maîtresse de conférence à l'Université Jean Monnet Saint-Étienne, membre du laboratoire IHRIM - UMR 5317, Élise Rajchenbach est, entre autres, spécialiste du milieu lyonnais. Elle a édité les _Rymes_ de Pernette Du Guillet et travaille également à l'édition papier du _Recueil des œuvres de feu Bonaventure des Périers_ (Lyon, Jean de Tournes, 1544). Elle dirige le présent projet d'édition numérique des œuvres du polygraphe Charles Fontaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.