Un écho de l’amitié de Fontaine et de Pierre Saliat

L’amitié qui unit Fontaine et Pierre Saliat apparaît par-delà l’œuvre de Fontaine. Nicolas Bourbon publie, dans les Nugarum libri octo de 1538, une pièce à ce sujet:

De P. Saliato, L. Querculo, C. Fontano, amicis coniunctiss<imis>
Tres sunt, Saliatus, Querculus,
Fontanus, ast ii tres tamen
sic sunt animis concordibus,
tres unum ut esse dixeris.
Sic est profecto: tres quoque
sunt gratia una Gratiæ.

 

Sur P. Saliat, L. Chesneau et Ch. Fontaine, amis très proches
Ils sont trois, Saliat, Chesneau
et Fontaine, mais ces trois pourtant
sont si proches en esprit
qu’on jurerait que ces trois ne sont qu’un.
Et c’est bien ,le cas, assurément: elles sont trois aussi
Et une à la fois, les Grâces.
(traduction de Sylvie Laigneau)

Cette épigramme a l’intérêt de rapprocher deux dédicataires récurrents de Fontaine, Pierre Saliat et Louis Chesneau, dont les liens n’apparaissaient pas dans les œuvres de notre poète.

Sources:

  • Nicolas Bourbon, Nugarum libri octo, Lyon, Sébastien Gryphe, 1538, VIII, 117.

Cette entrée a été publiée dans Prosopographie, Textes évoquant Fontaine le par .

À propos Élise Rajchenbach

Maîtresse de conférence à l'Université Jean Monnet Saint-Étienne, membre du laboratoire IHRIM - UMR 5317, Élise Rajchenbach est, entre autres, spécialiste du milieu lyonnais. Elle a édité les _Rymes_ de Pernette Du Guillet et travaille également à l'édition papier du _Recueil des œuvres de feu Bonaventure des Périers_ (Lyon, Jean de Tournes, 1544). Elle dirige le présent projet d'édition numérique des œuvres du polygraphe Charles Fontaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.