Soutenance de thèse de Mathilde Vidal sur la poétique de l’étrenne

Mathilde Vidal, en charge, dans notre projet, de l’édition des Odes, enigmes et epigrammes adressez pour estreines de 1557, soutiendra le mercredi 25 septembre 2019 à partir de 14h sa thèse de doctorat intitulée Bon jour, bon an et bonne étrenne. Poétique de l’étrenne en vers de Marot à Scarron. Ses travaux, menés sous la direction de Jean Vignes (Université Paris-Diderot), explorent en particulier les riches productions de Charles Fontaine, qui procure pas moins de trois livres d’étrennes entre 1546 et 1557. Nul doute que cette thèse fera progresser notre compréhension et notre connaissance du corpus fontainien!

Résumé:
La longue tradition poétique qui consiste, depuis les épigrammes de Martial jusqu’aux poèmes et chansons du Moyen Âge, à offrir des vers pour le nouvel an est réinvestie, à la Renaissance, par Clément Marot et ses imitateurs, qui contribuent à sa large diffusion. Au cours du XVIe siècle, la pratique du don versifié pour le 1er janvier est explorée par de nombreux poètes, renouvelée au gré des modes et des contextes de production de la poésie. Traversant les courants et les écoles poétiques, elle fait l’objet de détournements sous la plume des poètes burlesques du début du XVIIe siècle, qui témoignent ainsi de la cristallisation du modèle. Si les formes, les registres et les modalités de mise en valeur au sein des recueils varient beaucoup d’une étrenne à l’autre, la circonstance calendaire et les motifs récurrents qui en découlent (renouvellement de l’année, mise en scène de l’acte du don, dimension augurale et inaugurale de la parole poétique) conduisent à envisager la cohérence d’un corpus foisonnant, composé de plus d’un millier de textes. Il s’agit donc de mesurer l’ampleur de la vogue, d’en dégager la chronologie précise et de s’interroger sur l’identité générique qui pourrait unir ces textes. Parce que l’étrenne reproduit et déplace le geste anthropologique du don rituel, sa poétique est structurée par des enjeux comparables: l’échange des biens – qui sont, dans le cas du poème, des mots et des “riens” – a pour vocation de tisser ou de maintenir un lien avec le destinataire. La valeur de la poésie comme don symbolique, mais non moins efficace, est donc au cœur de cette étude.

Le jury se composera de Nathalie Dauvois, Pascal Debailly, Jean-Charles Monferran, Alain Génetiot, Nathalie Koble et Jean Vignes.

Mercredi 25 septembre, 14h
Université Paris-Diderot (5, rue Thomas Mann, 75013)
Bâtiment des Grands Moulins, salle Pierre Albouy (6e étage)


Cette entrée a été publiée dans Actualité scientifique autour de Charles Fontaine le par .

À propos Élise Rajchenbach

Maîtresse de conférence à l'Université Jean Monnet Saint-Étienne, membre du laboratoire IHRIM - UMR 5317, Élise Rajchenbach est, entre autres, spécialiste du milieu lyonnais. Elle a édité les _Rymes_ de Pernette Du Guillet et travaille également à l'édition papier du _Recueil des œuvres de feu Bonaventure des Périers_ (Lyon, Jean de Tournes, 1544). Elle dirige le présent projet d'édition numérique des œuvres du polygraphe Charles Fontaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.