Sur un correspondant de Charles Fontaine: Nicole Le Jouvre

Dans la dernière livraison de la Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, Élise Rajchenbach publie une note sur un correspondant récurrent de Charles Fontaine, Nicole ou Nicolas Le Jouvre. Cette note, rédigée à l’occasion de la découverte de poèmes autographes d’un poète qui a été au service de Catherine d’Amboise et de Jacques Thiboust, lève partiellement le voile sur la biographie d’une figure peu connue, quoique inscrite dans les réseaux poétiques de l’époque et qu’on retrouve également dans les œuvres de François Habert. La découverte met en lumière une pratique poétique  fondée sur l’échange de poèmes circonstanciels, écrits sur le vif, dont l’accès, aujourd’hui, est largement accidentel. Les rares témoignages de cette pratique qui demeurent de nos jours ne rendent en effet aucunement compte de la vitalité probable de cette poésie éphémère.

Élise Rajchenbach, “Nicole Le Jouvre. Un poète en Berry”, Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, tome LXXXII, 2020, no2, p. 323-330.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.