Les XXI Epistres d’Ovide sont désormais en ligne

L’édition de 1556 des XXI. Epistres d’Ovide, dont les dix premières sont traduites par Charles Fontaine et les suivantes par Octovien de Saint-Gelais, dans une version adaptée par Fontaine, est désormais en ligne, grâce au travail de Léopold Boyer (transcription et encodage des épîtres I-X et des paratextes), de Yanet Hernández, stagiaire issue du master Rare Books and Digital Humanities de l’Université de Besançon (transcription des épîtres XI-XVIII, transcription et encodage des épîtres XIX-XX), d’Élise Rajchenbach (transcription de l’épître XXI, de l’ensemble des textes adjoints en fin de volume, des errata et de la table des matières) et surtout de Paul Gaillardon, qui a encodé, relu et lissé l’ensemble du travail avant de le publier sur le site.

Grâce à la générosité de ProQuest, qui a effectué la numérisation de l’exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France (Réserve P-Yc-722), le mode image est également accessible en vis-à-vis du mode texte. Nous leurs exprimons nos vifs remerciements.

Désormais, le travail éditorial pourra être effectué par Sandra Provini (Université de Rouen, CEREdI).

Les XXI. Epistres d’Ovide, Lyon, Jean de Tournes et Guillaume Gazeau, 1556.


Cette entrée a été publiée dans Avancées du projet le par .

À propos Élise Rajchenbach

Maîtresse de conférence à l'Université Jean Monnet Saint-Étienne, membre du laboratoire IHRIM - UMR 5317, co-directrice du GRAC, Élise Rajchenbach est, entre autres, spécialiste du milieu lyonnais. Elle a édité les _Rymes_ de Pernette Du Guillet et travaille également à l'édition papier du _Recueil des œuvres de feu Bonaventure des Périers_ (Lyon, Jean de Tournes, 1544). Elle dirige le présent projet d'édition numérique des œuvres du polygraphe Charles Fontaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.