Charles Fontaine offre une pièce à Philibert Bugnyon

Dans les Erotasmes de Phidie et Gelasine, sous un sonnet de “G. de la Taissoniere à Phidie”, Charles Fontaine offre un huitain à l’auteur, Philibert Bugnyon.

Dans le même recueil, Bugnyon offre son “Chant panegyric, de l’Isle Pontique” à Pontus de Tyard, originaire du Mâconnais comme lui. Un an plus tôt, Fontaine et Bugnyon étaient déjà réunis pour célébrer Tyard et son Discours du temps, de l’an et de ses parties (Lyon, Jean de Tournes, 1556).

Charles Fontaine à l’honneur de l’Auteur.
HUITAIN.
   Les François aujourdhuy écrivent
De leurs amours si doctement,
Qu’elles vivront, comme elles vivent,
Chantées au Luth hautement.
   Entre iceus, à mon jugement,
L’Auteur present doit avoir place,
Sonnant ses amours doucement
Par ses vers, sa divine race.
HANTE LE FRANÇOIS.

À la suite figure une ode de Bonaventure du Tronchet (p. 107), Mâconnais comme Bugnyon, qui figure également en bonne place dans le réseau de Fontaine.

Bibliographie:
Erotasmes de Phidie et Gelasine. Plus, Le Chant Panegyrique de l’Ile Pontine: avec la gayeté de May, Lyon, Jean Temporal, 1557, p. 106.

Crédits: Gallica.


Cette entrée a été publiée dans Pièces éparses de Fontaine le par .

À propos Élise Rajchenbach

Maîtresse de conférence à l'Université Jean Monnet Saint-Étienne, membre du laboratoire IHRIM - UMR 5317, co-directrice du GRAC, Élise Rajchenbach est, entre autres, spécialiste du milieu lyonnais. Elle a édité les _Rymes_ de Pernette Du Guillet et travaille également à l'édition papier du _Recueil des œuvres de feu Bonaventure des Périers_ (Lyon, Jean de Tournes, 1544). Elle dirige le présent projet d'édition numérique des œuvres du polygraphe Charles Fontaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.