Fontaine offre une épigramme au Discours du temps, de l’an et de ses parties de Pontus de Tyard

Charles Fontaine est, au côté du mâconnais Philibert Bugnyon, l’un des deux poètes lyonnais qui offrent des vers à l’orée du Discours du temps, de l’an et de ses parties de Pontus de Tyard, publié à Lyon par Jean de Tournes en 1556 (fo A 4 ro).

A l’Auteur,
Et Lecteur,
Charles Fontaine.

Bien guider veult d’une Escorte assurée
Par lieus scabreus sous la chape azurée
Celui, qui scet non estendre le cours,
Ains minuter la longueur mesurée
Du Tems, qui peult la vie bienheurée
Par ans, par mois, par semaines, et jours
Assurer ore, et conduire à tousjours
Au ferme point, où heureus tu pretens,
Comme tu vois que ce gentil discours
Te fera vivre apres cent ans sans tems.

Pontus de Tyard fait partie des destinataires de Fontaine dans les Ruisseaux publiés en 1555 chez Thibaud Payen, tout comme Marguerite du Bourg, à qui est adressée la dédicace de Pontus de Tyard. On voit se dessiner le cercle dans lequel évolue alors Fontaine: Tyard, Buygnon, Du Bourg, mais aussi encore et toujours Scève. En effet, au début du Discours, Pontus de Tyard évoque la conversation qu’il a menée avec Maurice Scève et d’autres amis venus lui rendre visite chez lui:

Il faudroit (croy je) retrencher l’esle du Tems, duquel l’invisible, mais l’insensible fuite, entreine continuellement toute notre assurance: Comme disertement ces jours passez savoit bien discourir MAURICE SCEVE. Qui avec quelques jeunes hommes de gentile et louable naissance, m’estoit venu voir. j’avois essayé de les recevoir avec la plus joyeuse chere que je pouvois former (…).

(fo A 2 ro)

 


Ce contenu a été publié dans Pièces éparses de Fontaine par Élise Rajchenbach. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Élise Rajchenbach

Maître de conférence à l'Université Jean-Monnet de Saint-Étienne, Élise Rajchenbach est, entre autres, spécialiste du milieu lyonnais. Elle a édité les _Rymes_ de Pernette Du Guillet et travaille également à l'édition papier du _Recueil des oeuvres de feu Bonaventure des Périers_ (Lyon, Jean de Tournes, 1544). Elle dirige le présent projet d'édition numérique des œuvres du polygraphe Charles Fontaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *