Mellin de Saint-Gelais commente un ouvrage de Fontaine?

Dans son édition des œuvres de Mellin de Saint-Gelais, Prosper Blanchemain présente un huitain du poète comme un commentaire de la traduction, par Fontaine, du Remède d’Amour:

Amour voyant la superscription
De ton livret, qui le blasme et meprise,
En voulut voir l’ordre et la diction,
Et y trouva tant d’art et de maistrise,
Que pour le stile il loua l’entreprise
Et contre toy n’en fut pis animé.
Il faut donc bien, ami, que l’on te prise,
S’Amour hayant d’Amour tu es aimé.

La note, signée L.M. (B. de La Monnoye) précise que

Sainct-Gelays a fait ce huitain en faveur de Charles Fontaine, son ami, dont nous avons une traduction en vers françois du premier livre d’Ovide des Remèdes d’amour (Lyon, 1575 (sic), in-8), à la suite de plusieurs autres poëmes du même auteur. Les deux premiers vers sont imités de ces deux d’Ovide:

Legerat hujus amor titulum nomenque libelli:

Bella mihi vides, bella parantur, ait.

L’édition Blanchemain ne fait pas figurer le nom du dédicataire de la pièce. C’est donc la seule note qui fait figurer le nom de Fontaine, sans que soit précisée la source.

De son côté, Hawkins évoque une autre piste: l’épigramme pourrait concerner La Contr’Amye de Court. Cette hypothèse semble moins probable. L’épigramme de Saint-Gelais évoque en effet une « superscription » qui « blasme et (…) meprise » Amour. L’édition Sabon de La Contr’Amye de Court présente comme éventuelle « superscription » un dizain au Cardinal de Lorraine qui, au contraire identifie le projet de Fontaine comme étant de « Te presenter d’amour ceste deffence ». En revanche, les premiers vers de la traduction du Remede d’Amours (Ruisseaux, p. 357) content comment Amour s’est inquiété de se trouver blâmé par le « livret » d’Ovide traduit par Fontaine:

Le Dieu Amour aussitost qu’il a eu
De ce livret le nom et tiltre veu,
Dist je voy bien que lon me donne affaire
Guerre à present, la guerre on me veut faire.

En ce sens, l’identification de l’œuvre proposée par Prosper Blanchemain paraît plus convaincante. Reste à vérifier qu’il s’agit bien, ici, de la traduction que Charles Fontaine élabore entre 1547 et 1552.

Nous avons conservé des traces de contacts poétiques entre Fontaine et Saint-Gelais. C’est ainsi que dans les Odes, enigmes et epigrammes de 1557, Fontaine adresse une épigramme à Mellin de Saint-Gelais:

A Monsieur de Saintgelais.

Les Muses te caressent tant,
Que te dois contenter d’autant:
Et n’en sera ja plus notoire
Ton nom, ton renom, et ta gloire,
Si à present je te rameine
Par ebat vers cette Fontaine.
(p. 54)

Plus haut dans le même recueil, figure également une ode:

A Monsieur de Saintgelais.
ODE XI.

Je t’ay connu avant que te connoitre:
De moi, possible, il t’en est pris ainsi:
Je t’ay connu par Phebus, Prince et maitre,
Par qui tu as acquis grand nom aussi.

Tu m’as connu, peut estre, par les graces,
Et par le nom en France assez connu,
Que m’ont donné les Muses et les Graces,
Et poursuyvront, me rendant plus tenu:

Et connoitras de voix vive, et de face,
Quand te viendra à plaisir et loisir,
Celui qui tient de Phebeane race,
Mais qui pour tel trop mieus te veut choisir.
(p. 30)

Les pièces du recueil, adressées pour étrennes en 1557, peuvent être datées de la fin de l’année 1556 et du début de l’année 1557. On peut déduire de l’ode que les deux poètes ne se sont jamais rencontrés mais qu’ils ont peut être entretenu quelques contacts poétiques polis. En ce sens, et considérant que le recueil de 1557 sert largement une visée de conquête des cercles auliques, la possible reconnaissance par Saint-Gelais, poète de la cour, de la traduction par Fontaine de L’Art d’aimer / Le Remede d’Amour d’Ovide vient renforcer la quête constante (et peu fructueuse), par Fontaine, d’une protection royale. Marine Molins souligne en effet la place importante des traductions d’Ovide dans les cercles royaux au XVIe siècle.

Sources:

  • Charles Fontaine, La Contr’Amye de court, Lyon, Sulpice Sabon pour Antoine Constantin, 1543.
  • Charles Fontaine, Les Ruisseaux de Fontaine, Lyon, Thibaud Payen, 1555.
  • Charles Fontaine, Odes, enigmes et epigrammes, Lyon, Jean Citoys, 1557.
  • Œuvres complètes de Melin de Sainct-Gelays avec un commentaire inédit de B. de La Monnoye, des remarques de MM. Emm. Philippe-Beaulieux, R. Dezeeimeris, etc, éd. Prosper Blanchemain, Paris, 1873, t. II, p. 59.
  • Richmond L. Hawkins, Charles Fontaine, Parisien, Cambridge, Harvard University Press, 1916, p. 202.
  • Marine Molins, « Les Traductions d’Ovide et de Virgile (1515-1580). Une politique royale », Dynamique des langues dans des villes plurilingues (XVIe-XVIIe siècles): les cas de Palerme, Naples, Milan et Anvers, février 2012, Munich, Allemagne. Consulter l’article sur HAL.


Ce contenu a été publié dans Textes évoquant Fontaine par Élise Rajchenbach. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Élise Rajchenbach

Maître de conférence à l'Université Jean-Monnet de Saint-Étienne, Élise Rajchenbach est, entre autres, spécialiste du milieu lyonnais. Elle a édité les _Rymes_ de Pernette Du Guillet et travaille également à l'édition papier du _Recueil des oeuvres de feu Bonaventure des Périers_ (Lyon, Jean de Tournes, 1544). Elle dirige le présent projet d'édition numérique des œuvres du polygraphe Charles Fontaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.