Le fils de Charles Fontaine, auteur d’un ouvrage pédagogique à succès?

D’après la notice de la BnF, le fils de Charles Fontaine, Jean, né de son mariage avec Flora, serait l’auteur d’un ouvrage d’apprentissage du latin destiné aux enfants, régulièrement réédité à Lyon au cours du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, l’Hortulus puerorum .

Si Jean Fontaine est bien le fils de Charles (ce qui reste à démontrer), on pourrait déceler une certaine cohérence des intérêts familiaux. On sait que Charles Fontaine fut brièvement à la tête du Collège de la Trinité et qu’il publie des ouvrages à vocation pédagogique pour les enfants royaux. Voir son fils proposer un ouvrage d’apprentissage du lexique latin à destination des enfants n’aurait, en ce sens, rien de surprenant.

Toutefois, l’identification de l’auteur Jean Fontaine avec le fils de Charles Fontaine est bien évidemment à prendre avec d’infimes précautions. La source indiquée, pour cette identification est « DBF (art. Charles Fontaine) », source que nous n’avons pas encore pu identifier malgré l’appui des bibliothécaires de la BnF interrogés. Par ailleurs, les notices ISNI et VIAF le confondent avec ses (nombreux) homonymes.

Le lieu de publication de l’ouvrage (Lyon) pourrait aller dans le sens de cette attribution. La date de l’édition princeps (1561) invite en revanche à plus de précautions. Si Charles Fontaine épouse Flora au début de l’année 1544, comme il est communément admis, son fils Jean, qui est le second fils de Charles (Ruisseaux, p. 55), aurait au plus 15 ans en 1561. Par ailleurs, Antoine du Verdier, qui lui consacre une notice, n’indique pas de lien de parenté avec Charles Fontaine:

Il a escrit en Latin, & depuis traduit en François, un livre qu’il a intitulé le petit jardin pour les enfans, contenant les noms & appellations de toutes sortes d’oyseaux, animaux, poissons, serpents, arbres, herbes, plantes & autres choses semblables, le tout reduit par lieux communs, & encores par ordre alphabetiq ou d’A, b, c, avec le Latin à costé du François: & au livre Latin, il a mis le François apres, imprimé à Lyon par Charles Pesnot l’an 1581 (sic).

Ajoutons qu’Alexandre Cioranescu lui attribue un autre ouvrage pour lequel nous ne connaissons aucun exemplaire, une Replique à M. Pons, sur la deffence qu’il a faict imprimer de la composition d’Alkermes, Avignon, (Jacques Bramereau), 1599 ( voir USTC). Ici encore (et certainement plus), les précautions sont de mise.

Sources:

  • Jean Fontaine, Hortulus puerorum pergratus ac perutilis Latine discentibus adjecimus duos in calce dialogos cum quorundam ludorum explicatione, Lyon, Louis et Charles Pesnot, 1561. Notice USTC. Reproduction sur Gallica.
  • Jean Fontaine, Petit jardin pour les enfans, fort agreable & profitable pour aprendre Latin: Distingué par Chapitres, et selon l’ordre Alphabetique, commençeant par les vocables François, Lyon, Louis et Charles Pesnot, 1561. Notice USTC.
  • Cioranescu A., Bibliographie de la littérature française du seizième siècle, Paris, 1959, article « Jean Fontaine », notices 10119 et 10120.
  • Du Verdier, article « Jean Fontaine », p. 223-224.
  • De Sauza G. et Rajchenbach É, « Introduction », in Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. G. de Sauza et É. Rajchenbach, Genève, Droz, 2014, p. 11-27.
  • Marine Molins, « Mimes, sentences et énigmes à l’usage des enfants royaux. Traductions nouvelles de Charles Fontaine (1557-1558), in Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. G. de Sauza et É. Rajchenbach, Genève, Droz, 2014, p. 73-83.

Ce contenu a été publié dans Billets, Prosopographie par Élise Rajchenbach. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Élise Rajchenbach

Maître de conférence à l'Université Jean-Monnet de Saint-Étienne, Élise Rajchenbach est, entre autres, spécialiste du milieu lyonnais. Elle a édité les _Rymes_ de Pernette Du Guillet et travaille également à l'édition papier du _Recueil des oeuvres de feu Bonaventure des Périers_ (Lyon, Jean de Tournes, 1544). Elle dirige le présent projet d'édition numérique des œuvres du polygraphe Charles Fontaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *