Charles Fontaine, introducteur de Guillaume Mellier

Le juriste lyonnais Guillaume Mellier fait paraître en 1558 Edict du Roy Henry II sur les mariages clandestins contractez par les enfants de famille, sans le vouloir et consentement de leur pere & mere: commenté en declaration Panegyrique par M. Guillaume Mellier, Docteur ès Droits et Advocat ès cours de Lyon (Lyon, Nicolas Edoard pour Thibaud Dormand, 1558, in-8° de 170 pages, avec privilège au nom de Jean Temporal). En tête de l’ouvrage figure un quatrain décasyllabique de Fontaine:

A l’honneur de ce discours
Maitre Guillaume Mel-
lier, sur l’Edict du Roy.
Au Lecteur.

Mellier meslé en bon savoir de marque,
Comme, en lisant, trop mieux t’en feras seur,
Sur bel Edict du Gallique Monarque,
Demontre icy et doctrine, et douceur.

Hante le François.

Gabriel-André Pérouse fait l’hypothèse que c’est cet ouvrage qu’évoque Barthélemy Aneau dans une lettre qu’il adresse à G. Mellier et qui est aujourd’hui conservée à la Bibliothèque municipale de Lyon (Fonds Morins-Pons, n°61, 22).

Notons que les membres de la famille Mellier figurent parmi les dédicataires de Charles Fontaine, plus particulièrement dans ses recueils d’étrennes.

Par ailleurs, Guillaume Mellier était déjà apparu en 1536, comme contributeur du Recueil de vers latins et vulgaires sur la mort du Dauphin collationné par Dolet en 1536:

GULIELMI MELLERII

Ocubui innocuus primis uiolenter in annis:

Non potui melius, non volui melius.

Hac claue Alcidæ patefacta est aula Tonantis

Ignibus in mediis inuidia superùm.

Sic ego, qui Iouis alterius sum filius, Orci

Inuidia, pacis victima, cœlum adii.

En 1536, Fontaine arrive justement dans l’officine de François Juste qui imprime le recueil sur la mort du Dauphin.

Enfin, on sait qu’en 1522, Guillaume Mellier a prononcé l’oraison doctorale de la Saint-Thomas (Saulnier citant Tricou).

Bibliographie:

  • Edict du Roy Henry II sur les mariages clandestins contractez par les enfans de famille sans le vouloir et consentement de leurs pere et mere. Commenté en declaration Panegyrique par M. Guillaume Mellier, Docteur és Droits, et Advocat és cours de Lyon, Lyon, Jean Temporal, 1558. Lire l’ouvrage sur Gallica.
    Gabriel-André Pérouse, “Une lettre de Barthelemy Aneau”, RHR, 1998, n°47, p. 63-72. Consulter l’article.
  • Marie Madeleine Fontaine, Alector ou le Coq, Genève, Droz, 1996, p. 931, notice 52.
  • Verdun-L. Saulnier, “La Mort du dauphin François et son tombeau poétique (1536)”, BHR,n° 6, 1945, p. 83, n. 1.
  • Recueil de vers latins et vulgaires de plusieurs Poëtes Françoys, composés sur le trespas de feu Monsieur le Daulphin, Lyon, Juste, 1536.

Cette entrée a été publiée dans Pièces éparses de Fontaine, Prosopographie le par .

À propos Élise Rajchenbach

Maîtresse de conférence à l'Université Jean Monnet Saint-Étienne, membre du laboratoire IHRIM - UMR 5317, co-directrice du GRAC, Élise Rajchenbach est, entre autres, spécialiste du milieu lyonnais. Elle a édité les _Rymes_ de Pernette Du Guillet et travaille également à l'édition papier du _Recueil des œuvres de feu Bonaventure des Périers_ (Lyon, Jean de Tournes, 1544). Elle dirige le présent projet d'édition numérique des œuvres du polygraphe Charles Fontaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.