Extrait des Odes, Énigmes et Épigrammes

L’indexation en TEI : brèves réflexions au prisme du projet Font@ine

Le balisage en XML-TEI, dans la dernière forme en date de sa « grammaire », offre à ses utilisateurs pas moins de 567 éléments différents (sans compter l’ouverture à, littéralement, une infinité de variations typologiques potentielles au sein de ceux-ci, dont l’usage est libre). Le moins que l’on puisse dire est qu’il couvre ainsi de vastes possibilités d’usage et de propos. Trop vastes même, trouveront peut-être certains s’ils se retrouvent abruptement devant cette liste vertigineuse. Le fond du problème, de toute évidence, est de déterminer – en l’espèce, pour le projet Font@ine, mais comme pour tout autre projet recourant à la TEI – quels éléments utiliser, mais aussi lesquels ne pas utiliser ; non pas que certains éléments soient mauvais en soi ; mais de manière à profiter au mieux des possibilités offertes par cet outil sans se perdre dans un océan de balises sans pertinence pour les objectifs visés. Il serait dommage d’ignorer les voies que peuvent ouvrir pour la recherche un balisage bien pensé d’un texte édité (parfois des voies auxquelles le chercheur n’aurait pas pensé spontanément) ; mais gare au chant des sirènes d’autres balises, a priori séduisantes, qui se révéleront n’entraîner, pour l’ingénieur, que des heures de travail d’encodage supplémentaire, mais stérile, faute d’être exploité ensuite. Ou, pour emprunter une autre métaphore au champ homérique : entre Charybde et Scylla – la masse allant se perdre dans les nuages, impossible à escalader, et le gouffre où l’information s’engloutit et disparaît –, il convient de tracer adroitement sa voie (et ce, autant que possible, de préférence dès l’appareillage plutôt qu’une fois au milieu des remous).

En dehors des éléments principalement nécessaires à organiser la structure, tant physique qu’intellectuelle, des textes, le projet Font@ine n’a ainsi retenu dans un premier temps que l’usage de deux éléments : <persName>, qui désigne un nom de personne, et <placeName>, qui désigne un nom de lieu. Le choix a également été fait, au moins, là encore, dans un premier temps, d’utiliser ce second élément également pour désigner un élément qui réfère à un lieu (par exemple : Italien). Le but, dans les deux cas, est d’établir les éléments d’un premier relevé susceptible, une fois chacun associé à un identifiant propre par un moyen ou par un autre, d’aider à la constitution de la représentation d’un réseau, tant personnel que géographique, de Charles Fontaine, tel en tout cas que ses œuvres peuvent en dessiner l’image. Cela donne, par exemple, pour l’extrait suivant des Odes, Énigmes et Épigrammes de 1577 (tiré de l’Ode VI, à Monsieur le Connestable, Duc de Montmoranci) :

Extrait des Odes, Énigmes et Épigrammes

<lg>

<l rend=“retraitDroit”>Que doit ma plume escrire, &amp; reduire en me<c type=“cesure”></c><lb/>moire,</l>
<l>Fors comparer ses faits à la plus haute histoire</l>
<l>Son cœur, son corps, sa main à <persName>Nestor</persName> sage-vtile?</l>
<l>Et au <placeName>Troyen</placeName> <persName>Hector</persName>,
ou bien au <placeName>Grec</placeName> <persName>Achille</persName>?</l>

</lg>
<lg>

<l rend=“retraitDroit”>Ou à <persName>Vlisse</persName>, autant prudent que Magnanime,</l>
<l>Qui, les armes en main, de docte langue anime</l>
<l>Vn camp prest à choquer? ou en rang le rappelle</l>
<l>Si d’auenture il est effroyé pesle-mesle?</l>

</lg>

Du point de vue du balisage, pas de quoi, ici, être « effroyé pesle-mesle » : le poète cite nommément quatre personnages (Nestor, Hector, Achille et Ulysse) et accole aux deux premiers une origine (« Troyen » et « Grec ») ; tout est clair. Évidemment, il n’en est pas toujours ainsi.

Le premier problème qui se pose est celui de toutes les fois où une personne est mentionnée ou adressée sans être pour autant nommée. Ainsi lorsque Fontaine, dans le même recueil, évoque par exemple, dans une ode à Marguerite de Valois

<l>Le Roy ton frere, &amp; notre Sire,</l>
<l>Que tout bon heur veut couronner.</l>

(Ode III, à Madame Marguerite, Duchesse de Berri, seur du Roy), ou, non loin, dédie cette fois ses vers « A Monseigneur le Reuerendissime Cardinal de Lorraine » (Ode V). Encore l’identité des personnes ici concernées ne fait-elle pas de doutes pour le lecteur – ou au moins pour le chercheur versé dans l’Histoire du temps. Il n’en reste pas moins qu’au strict respect de la grammaire TEI, il semble ici problématique d’user d’une balise <persName>.

Une solution consiste à utiliser à la place une balise <rs>, pour referencing string, c’est-à-dire, littéralement : chaîne (de caractères) faisant référence (à quelque chose). Formule passe-partout qui s’apparente à un aveu d’échec. Mais l’on peut user d’une typologie pour préciser les choses : <rs type=“person”ou <rs type=“place”>. Ainsi, dans l’ode inaugurale à Henri II :

<lg>

<l>Mais <rs type=“person”>la seur de Cesar second</rs></l>
<l>Desboursa moins, &amp; si fit plus,</l>
<l>Quand pour dixhuits vers, qui seront</l>
<l>Stables, paya cent mil escus.</l>

</lg>

Voire, en subdivisant :

<l>Mais <rs type=“person”>la seur de <persName>Cesar second</persName></rs></l>

Le contexte reconnaissable ici est celui des fameux dix-huit vers d’éloge d’Auguste insérés par Virgile dans le sixième chant de l’Énéide, en remerciement, ou contrepartie, d’un mécénat aux hauteurs fort enviables pour le pauvre Charles Fontaine. Même si l’on s’interdit l’usage de l’élément <persName>, l’identité des personnes évoquées (Octavie et Auguste) ne fait, ici non plus, pas mystère, et le balisage <rs> permet, dans une phase ultérieure du projet, de faire ressortir cette mention à l’attention des chercheurs établissant l’index des personnes mentionnées, même si dans ce cas-là elles ne sont pas, stricto sensu, nommées.

Dans les cas, en revanche, où le poète nomme directement quelqu’un, il est à noter que des subdivisions permettent également d’enrichir la catégorisation au-delà du générique <persName> : ainsi <foreName> (nom de famille), <surName> (nom de famille), <nameLink> (particule), mais aussi <roleName> (titre officiel, rang, rôle), <genName> (attribut générationnel), <addName> (nom additionnel : surnom, alias, nom de plume…). Quelques exemples, toujours tirés des dédicataires du même recueil :

Extrait des Odes, Énigmes et Épigrammes

<persName>

<roleName>Roy de <placeName>France</placeName></roleName>
<foreName>Henry</foreName>
<genName>second de ce nom</genName>

</persName>

<persName>

<roleName>Monsieur</roleName>
<foreName>Lancelot</foreName>
<surName>Carle</surName>
<roleName>Euesque de

<placeName>Rhiez</placeName>

</roleName>

</persName>

<persName>

<roleName>Madame</roleName>

<roleName>la Duchesse de

<placeName>Valentinois</placeName>

</roleName>

<foreName>Diane</foreName>
<nameLink>de</nameLink>
<surName>Poitiers</surName>

</persName>

On aura noté que dans ces exemples, la précision accrue que procure un usage plus extensif des éléments va de pair avec l’apparition d’autres questionnements. Le puit sans fond sied à Fontaine, certes. Dans le premier cas, faut-il considérer la mention qui précède, « treshaut, tresmagnanime et treshumain » comme participant du groupe du <persName> du roi, éventuellement reconnu comme un <addName> ? Question qui n’est pas de pure forme, ou lubie de l’encodage pour l’encodage, mais dont la réponse peut par exemple déterminer l’apparition ou non de cette mention dans un relevé ultérieur, affichant automatiquement toutes les formes par lesquelles le poète interpelle ou évoque ce personnage particulier, ce qui n’est pas sans intérêt. De même, dans le troisième cas, représentatif de ces membres de l’aristocratie chez qui le nom et le titre sont autant d’entités pas toujours clairement distinctes, il n’est pas sans conséquence de classer « Valentinois » ou « Poitiers » comme un <placeName> ou un simple <surName>, choix potentiellement déterminant pour dresser, à partir du texte, une carte du réseau géographique du poète. L’existence de Diane est-elle particulièrement liée à l’emplacement même de Poitiers ? On peut en douter. Mais l’est-elle plus à la région de Valencienne ?

Notons au passage que des sous-types peuvent aussi être attribués aux <placeName> pour plus de précision. On peut ainsi imaginer distinguer, pour les trois cas ci-dessus, un type “ville” (pour l’« Euesque de Rhiez »), un type “region” (pour notre « Duchesse de Valentinois »), un type “pays” (pour le « Roy de France »), voire un type “rue” ou “quartier” pour des mentions encore plus localisées, autant de balises qui permettront d’affiner ensuite les éléments à prendre en compte ou pas pour dresser la carte du réseau de Fontaine. Le même principe peut s’appliquer aux personnages, en faisant la part des personnages de type “historique” comme les trois précédemment nommés, d’autres de type “mythologique” comme Achille et d’autres de type “biblique”. On évitera ainsi des résultats automatisés plaçant pêle-mêle parmi les contacts personnels de Charles Fontaine sa famille, son libraire, son roi, saint Jean Baptiste et Apollon – tandis que l’on ouvre la porte, par exemple, à une étude facilitée des figures mythologiques ayant le plus les faveurs du poète. Une autre porte que l’on ouvre ainsi, en revanche, est une fois de plus celle des ambiguïtés à trancher. Lorsque, s’adressant à Saint-Gelais (Ode XI), Fontaine écrit :

<l>Ie t’ay connu auant que te connoitre:</l>
<l>De moy, poßible, il t’en est pris ainsi:</l>
<l>Ie t’ay connu par <persName>Phebus</persName>, Prince &amp; maitre,</l>
<l>Par qui tu as acquis grand nom außi.</l>

« Phébus » désigne-t-il  Apollon – et si oui, est-ce en tant que personnage ou en tant que dieu, voire en tant qu’allégorie, de la poésie –, ou désigne-t-il François Ier ?

Dans tous ces cas, et dans d’autres du même ordre, c’est désormais au(x) chercheur(s) de choisir. L’expertise ici n’est pas affaire de balisage, de maîtrise d’une grammaire numérique : à ce stade, l’éditeur scientifique du texte peut très bien ne jamais accéder au code XML, et agir uniquement via une interface graphique une fois le texte lui-même établi. Il revient, pour cela, à l’ingénieur de proposer, dans ce cadre, un certain jeu d’options, applicables, dans ce cas, aux éléments textuels d’abord isolés et mis en valeur par les deux seules balises <persName> et <placeName> initialement mises en place, options qui se traduiront ensuite, en langage informatique, en éléments de TEI, utilisables à leur tour par d’autres outils. Mais un tel fonctionnement, évidemment, requiert la collaboration étroite, en amont, de toutes les parties, afin de déterminer quelles options seront offertes – c’est-à-dire, quelles possibilités techniques existent, et lesquelles sont intéressantes et pertinentes dans le cadre du projet de recherche.

En guise de contre-exemple, il a été décidé, après débat, par les membres de l’équipe Font@ine, assemblés dans le cadre du premier séminaire, que les possibilités offertes par la TEI – là encore, nombreuses, et qui pouvaient d’abord apparaître tentantes – pour l’encodage de la poésie du point de vue de la stylistique et pouvant donner lieu à des données statistiques sur la question (définition du type de strophe et du type de mètre, indications de rimes éventuellement accompagnées de la description d’un schéma, indications de césures, etc.), ne représentaient pas une voie qu’il était souhaitable d’explorer, puisque ne correspondant pas aux orientations données au projet. Le choix a donc été fait de ne pas chercher à implémenter de tels jeux d’éléments. La masse de travail associée à un balisage systématique en la matière ne serait pas, ici, justifiée : plutôt que d’apporter une plus-value par rapport à un travail de relevé plus traditionnel, qui pourrait éventuellement être fait par un chercheur intéressé par cet aspect, elle alourdirait les choses pour l’ensemble de l’équipe sans répondre aux objectifs dominants.

Face à la masse des possibles qu’offre la TEI, l’approche raisonnée se doit ainsi d’être dictée par le sens de l’équilibre (ni trop, ni trop peu), et par le concours permanent des points de vue technique et scientifique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.