Qui est “la Thresoriere de Cremone”?

Dans les Estreines de 1546, Fontaine fait le don d’un quatrain à celle qu’il nomme la “Thresoriere de Cremone”:

A la Thresoriere de Cremone.
Je ne vouldrois point autre cas
Pour t’estrener de bonne grace,
(Quand ce petit Quatrain je trace)
Que d’avoir celle que tu as.

Derrière ce titre se cache une figure bien connue du milieu littéraire, Jacqueline Stuart, épouse de Georges Grolier, trésorier de Crémone. Point n’est besoin de rappeler son échange avec Clément Marot, publié dans L’Adolescence clémentine. On sait moins, en revanche, qu’elle correspond également poétiquement avec Bonaventure des Périers.

Envoy. Par Jacqueline Stuard, Lyonnoise.
O quel effort cruel, et dangereux,
Quand contre Amour, Amour faict resistence!
O que celuy est vrayment malheureux,
Qui contre soy ha soymesme en deffence!
Je sens en moy ceste grand’ violence
Estant contrainte à autre m’adresser:
Mais qui pourroit de cela me presser,
Veu que changer n’est point à mon usage?
Amour luy mesme, il le faict laisser
Pour me venger de son tort, et oultrage.

Responce.
Le cueur qui dict qu’a changer le contrainct
Contraire Amour, d’Amour n’a congnoissance,
Car qui bien ayme, à bien aymer s’astrainct,
Doubtant d’Amour la cautelle et puissance.
Il est si fin ce Dieu de Jouyssance,

Que comme il sçait par semblans attraper,
Ainsi il fainct de laisser eschapper
La Proye, à fin d’esprouver sa constance:
Mais s’elle cuyde en fin s’emanciper,
Il ha pour elle assez de resistance.

Son nom apparaît également dans les Archives municipales de Lyon, dans l’assiette des impôts pour l’année 1551, dans un document recensant les “nommées ou dénombrement des biens meubles et immeubles possédés par les habitants de Lyon” (Cote CC/42, folio 74). On y apprend que la veuve de Georges Grolier “tient une maison assize, en la ruette entrant au cymetière de Saint-Eloy”. Étrangement, dans le récapitulatif mis en ligne sur le précieux site France Archives, la “trésorière de Crémone” qui apparaît un peu plus loin, au folio 130, est identifié avec Catherine Stuard. Toujours par un document de 1551, on apprend qu’elle possède une autre maison dans la rue de Flandre (Nommée ou dénombrement des biens meubles et immeubles possédés par les habitants de Lyon, folio 22 verso).

Sources:


Cette entrée a été publiée dans Prosopographie le par .

À propos Élise Rajchenbach

Maîtresse de conférence à l'Université Jean Monnet Saint-Étienne, membre du laboratoire IHRIM - UMR 5317, co-directrice du GRAC, Élise Rajchenbach est, entre autres, spécialiste du milieu lyonnais. Elle a édité les _Rymes_ de Pernette Du Guillet et travaille également à l'édition papier du _Recueil des œuvres de feu Bonaventure des Périers_ (Lyon, Jean de Tournes, 1544). Elle dirige le présent projet d'édition numérique des œuvres du polygraphe Charles Fontaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.