Archives de l’auteur : Élise Rajchenbach

À propos Élise Rajchenbach

Maîtresse de conférence à l'Université Jean Monnet Saint-Étienne, membre du laboratoire IHRIM - UMR 5317, Élise Rajchenbach est, entre autres, spécialiste du milieu lyonnais. Elle a édité les _Rymes_ de Pernette Du Guillet et travaille également à l'édition papier du _Recueil des œuvres de feu Bonaventure des Périers_ (Lyon, Jean de Tournes, 1544). Elle dirige le présent projet d'édition numérique des œuvres du polygraphe Charles Fontaine.

La version Beta du site du projet est désormais en ligne

Grâce au travail diligent de Maud Ingarao, Nathalie Arlin et Paul Gaillardon, la version Beta du site du projet d’édition numérique des œuvres complètes de Charles Fontaine est en ligne. Les premières transcriptions, pour le moment strictement diplomatiques, sont accessibles, proposant, pour certaines, le mode image face au mode texte.

Le site est amené à être régulièrement enrichi dans les mois qui viennent, avec, notamment, la mise à disposition de l’enregistrement des parties musicales de poèmes de Fontaine. À plus long terme, le site devrait proposer une base prosopographique qui permettra l’étude des réseaux de Charles Fontaine.

Textes accessibles sur le site (septembre 2019):

  • La Victoire et Triumphe d’Argent contre Cupido dieu d’Amours n’a guieres vaincu dedans Paris, Lyon, François Juste, 1537
  • La Contr’Amye de Court, Lyon, Sulpice Sabon, 1543
  • La Fontaine d’Amour, Lyon, Jean de Tournes, 1545
  • Estreines à certains Seigneurs, et Dames de Lyon, Lyon, François Juste, 1545
  • Les Ruisseaux de Fontaine, Lyon, Thibauld Payen, 1555
  • Les Figures du Nouveau Testament, Lyon, Jean de Tournes, 1556
  • Ode de l’Antiquité et excellence de la ville de Lyon, Lyon, Jean Citoys, 1557
  • Odes, enigmes et epigrammes, adressez pour etreine, au Roy, à Madame Marguerite, & autres Princes et Princesses de France, Lyon, Jean Citoys, 1557
  • Salutation au Roy Charles IX. Sus son entrée en sa Noble et Antique Ville de Lyon, Paris, Guillaume Nyverd, jouxte Lyon, Benoist Rigaud, 1564

Accéder au site

Soutenance de thèse de Mathilde Vidal sur la poétique de l’étrenne

Mathilde Vidal, en charge, dans notre projet, de l’édition des Odes, enigmes et epigrammes adressez pour estreines de 1557, soutiendra le mercredi 25 septembre 2019 à partir de 14h sa thèse de doctorat intitulée Bon jour, bon an et bonne étrenne. Poétique de l’étrenne en vers de Marot à Scarron. Ses travaux, menés sous la direction de Jean Vignes (Université Paris-Diderot), explorent en particulier les riches productions de Charles Fontaine, qui procure pas moins de trois livres d’étrennes entre 1546 et 1557. Nul doute que cette thèse fera progresser notre compréhension et notre connaissance du corpus fontainien!

Résumé:
La longue tradition poétique qui consiste, depuis les épigrammes de Martial jusqu’aux poèmes et chansons du Moyen Âge, à offrir des vers pour le nouvel an est réinvestie, à la Renaissance, par Clément Marot et ses imitateurs, qui contribuent à sa large diffusion. Au cours du XVIe siècle, la pratique du don versifié pour le 1er janvier est explorée par de nombreux poètes, renouvelée au gré des modes et des contextes de production de la poésie. Traversant les courants et les écoles poétiques, elle fait l’objet de détournements sous la plume des poètes burlesques du début du XVIIe siècle, qui témoignent ainsi de la cristallisation du modèle. Si les formes, les registres et les modalités de mise en valeur au sein des recueils varient beaucoup d’une étrenne à l’autre, la circonstance calendaire et les motifs récurrents qui en découlent (renouvellement de l’année, mise en scène de l’acte du don, dimension augurale et inaugurale de la parole poétique) conduisent à envisager la cohérence d’un corpus foisonnant, composé de plus d’un millier de textes. Il s’agit donc de mesurer l’ampleur de la vogue, d’en dégager la chronologie précise et de s’interroger sur l’identité générique qui pourrait unir ces textes. Parce que l’étrenne reproduit et déplace le geste anthropologique du don rituel, sa poétique est structurée par des enjeux comparables: l’échange des biens – qui sont, dans le cas du poème, des mots et des “riens” – a pour vocation de tisser ou de maintenir un lien avec le destinataire. La valeur de la poésie comme don symbolique, mais non moins efficace, est donc au cœur de cette étude.

Le jury se composera de Nathalie Dauvois, Pascal Debailly, Jean-Charles Monferran, Alain Génetiot, Nathalie Koble et Jean Vignes.

Mercredi 25 septembre, 14h
Université Paris-Diderot (5, rue Thomas Mann, 75013)
Bâtiment des Grands Moulins, salle Pierre Albouy (6e étage)

Fontaine, les “Figures du Nouveau Testament”, et Marguerite de France

Dans un riche article paru dans le collectif Le Savoir italien sous les presses lyonnaises à la Renaissance, intitulé “Mosè italiano dans les Figure della Biblia lyonnaises au XVIe siècle”, Max Engammare consacre un passage à Charles Fontaine. Il souligne que deux poètes des Figures publiées par Jean de Tournes, Damiano Maraffi pour la version italienne et Charles Fontaine pour la version française, adressent leurs traductions en 1554 à Marguerite, sœur du roi. La mise au jour de cette approche commune permet de rappeler que dès 1545, le manuscrit de La Fontaine d’Amour avait été adressé à Marguerite par Guillaume du Maine, ancien précepteur des enfants de France puis lecteur et secrétaire de Marguerite. Max Engammare souligne ainsi qu'”en 1554, Fontaine tente donc une approche directe vers la fille de François Ier, répétée l’année suivante, en lui offrant l’ode III des Ruisseaux de Fontaine (1555) et en la qualifiant de “vraye seure Mecenate”.”

Une note de Max Engammare, constatant l’absence de Damiano Maraffi dans les index du Charles Fontaine traducteur de Marine Molins et dans notre collectif, Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, signale par ailleurs une voie à explorer dans notre travail prosopographique, alors même que Maraffi n’apparaît pas parmi les dédicataires de Fontaine.

Source:
Max Engammare, “Mosè italiano dans les Figure della Biblia lyonnaises au XVIe siècle”, in Le Savoir italien sous les presses lyonnaises à la Renaissance, éd. Silvia D’Amico et Susanna Gambino Longo, Genève, Droz, 2017, p. 205.

Un écho de l’amitié de Fontaine et de Pierre Saliat

L’amitié qui unit Fontaine et Pierre Saliat apparaît par-delà l’œuvre de Fontaine. Nicolas Bourbon publie, dans les Nugarum libri octo de 1538, une pièce à ce sujet:

De P. Saliato, L. Querculo, C. Fontano, amicis coniunctiss<imis>
Tres sunt, Saliatus, Querculus,
Fontanus, ast ii tres tamen
sic sunt animis concordibus,
tres unum ut esse dixeris.
Sic est profecto: tres quoque
sunt gratia una Gratiæ.

 

Sur P. Saliat, L. Chesneau et Ch. Fontaine, amis très proches
Ils sont trois, Saliat, Chesneau
et Fontaine, mais ces trois pourtant
sont si proches en esprit
qu’on jurerait que ces trois ne sont qu’un.
Et c’est bien ,le cas, assurément: elles sont trois aussi
Et une à la fois, les Grâces.
(traduction de Sylvie Laigneau)

Cette épigramme a l’intérêt de rapprocher deux dédicataires récurrents de Fontaine, Pierre Saliat et Louis Chesneau, dont les liens n’apparaissaient pas dans les œuvres de notre poète.

Sources:

  • Nicolas Bourbon, Nugarum libri octo, Lyon, Sébastien Gryphe, 1538, VIII, 117.

Biblyon 2019

Le vendredi 28 juin 2019 aura lieu, à l’Enssib de Lyon, la nouvelle journée Biblyon. Si Le cas de Charles Fontaine n’est pas directement abordé, en revanche, l’après-midi consacrée au livre illustré à Lyon devrait contribuer à éclairer certaines de ses éditions.

Matinée: 9h30-12h30

  • Michèle Clément (Université Lyon 2 – IHRIM) et Raphaële Mouren (Institut Warburg – Centre Gabriel Naudé): Présentation et actualités de l’an passé.
  • Biblyon, recherches récentes
    Hélène Lannier (Université Lyon 2 – IHRIM, Centre Gabriel Naudé) : Résultats des recherches sur Benoît Court, un juriste humaniste et ses livres.
    Jean-Benoît Krumenacker (Université Lyon 2 – Ciham, Centre Gabriel Naudé) : Retour sur les premières décennies de l’imprimerie à Lyon.
    Simonetta Adorni Braccesi: La lettre de Henri Corneille Agrippa « Suo Michaeli de Arando… » (Lyon, 7 mai 1526)  ou l’apologie de sa Brefve declamation.
    Malcolm Walsby (Université Rennes 2): Jean Pillehotte et les multiples incarnations de l’anonymat.

Déjeuner (buffet)

Après-midi: 14h-17h30
Le livre illustré à Lyon au XVIe siècle

  • Barbara Tramelli (CNRS, Equipex Biblissima) : Le livre illustré et l’iconographie de la Renaissance lyonnaise : le projet Biblissima.
  • Matilde Malaspina (Cerl – 15cBOOKTRADE Project) : 15cILLUSTRATION: A database to track the production and circulation of printed images in incunables and 16th-century books.
  • Pause
  • Paul Taylor (Institut Warburg) : Bernard Salomon and the Lyonnais hatching style.
  • Richard Cooper (Université d’Oxford) : Illustrer les livres sur les Antiquités à Lyon.

Conclusions

Pourquoi Les Nouvelles et Antiques Merveilles sont-elles publiées à Paris?

Installé à Lyon dès 1540 environ, parfaitement intégré dans les ateliers d’imprimeurs, Charles Fontaine publie l’essentiel de ses œuvres dans la cité rhodanienne. Deux œuvres font exception: La Salutation au Roi (1564), dont on ne conserve qu’une édition parisienne faite sur l’édition lyonnaise de Benoist Rigaud (aucun exemplaire connu ne subsiste de l’édition lyonnaise), et Les Nouvelles et Antiques Merveilles (1554) dont les seuls exemplaires connus sont édités, avec privilège, chez Guillaume Le Noir. Le privilège reproduit dans l’édition est au seul nom de ce dernier.

Comment expliquer cet hapax dans les publications de Fontaine? Si l’on relève bien des rééditions parisiennes des œuvres de Fontaine, ces dernières semblent toutefois être effectuées sans l’aval du poète, qui attaque ces pratiques dans sa traduction augmentée d’Artémidore.

Lors de l’Atelier franco-américain du samedi 15 juin 2019, en Sorbonne, Raphaël Cappellen a présenté la production et les pratiques éditoriales de Nicolas Buffet et de sa veuve Valérienne Malet. À cet occasion, il rappelle, suivant les travaux d’Annie Parient-Charon sur la librairie parisienne, les démêlés judiciaires de Valerienne Malet qui pirate et publie, sous le nom de l’imprimeur lyonnais Jean Brotot, un Almanach pour l’an 1559 (publié en 1558) faussement attribué pour l’occasion à Nostradamus. Entre le 22 octobre et le 29 novembre 1558 (d’après le minutier central de Paris, LXXIII 23), Guillaume Le Noir, associé à Brotot qui possède les droits d’impression de ces opuscules, intente un procès à Valérienne Malet et fait saisir les livres et les caractères ayant servi à les imprimer.

Cet épisode met en évidence la collaboration qui unit le parisien Guillaume Le Noir et le lyonnais Jean Brotot. Or, ce dernier est le dernier imprimeur, à Lyon, avec lequel collabore Charles Fontaine, pour la publication, en 1558, des trois recueils de poésie gnomique à visée didactique que constituent Les Mimes de Publian, Les Dicts des sept sages et Les sentences du poete Ausone. Si la publication des Nouvelles et Antiques Merveilles est antérieure de quatre ans à ces trois recueils, ces liens établis entre Le Noir et Brotot en 1558 laissent supposer assez sûrement d’autres liens, unissant Fontaine et le Noir (peut-être via Jean Brotot). Peut-être oserait-on aller jusqu’à émettre l’hypothèse, avec précaution, d’une possible édition perdue au nom de Jean Brotot. Notons toutefois qu’on n’en trouve pas de trace chez les bibliographes.

Bibliographie:

  • Annie Parent, Les Métiers du livre à Paris au XVIe siècle (1535-1560), Genève, Droz, 1974, p. 152.
  • Élise Rajchenbach, “Charles Fontaine et ses imprimeurs-libraires”, in Les Poètes français de la Renaissance et leurs “libraires”: aspects historiques, juridiques et littéraires, éd. Denis Bjaïs et François Rouget, Genève, Droz, 2015, p. 359-379.

Charles Fontaine, ami de Pierre Saliat: quand l’amitié soutient l’entretien des réseaux…

Marie-Luce Demonet nous signale qu’en tête de la traduction d’Aristote, Du Monde. Philon, du Monde. Songe de Scipion (Lyon, Pierre de Tours, 1542, conservé à la British Library), figure un quatrain de “Charles Fontaine, au lecteur”:

Ce Translateur encor qu’il ne se nomme,
Ce nonobstant bien merite avoir renom
Entre scavants, qu’aujourdhuy on renomme:
Qui plus tard vient, n’est pas moindre renom.

Ce quatrain précède un dizain de Pierre de Tours “A tressaige, et tresscavante Dame, mamdame de Laval, en Daulphiné”:

Puis que je voy, que vous prenez plaisir
A lire, et voir maintz livres en françois,
Je loue en vous ce vertueux desir:
Et loueray par tout, ou que je sois.
Or ce translat, que bien faict je pensois,
Nouvellement ay mis dessus la presse:
Et à present (Dame) je vous l’adresse.
Prenez le donc, (avec mon bon vouloir)
D’un cueur bening qui les lettres caresse:
E qui vous faict en renom tant valoir.

Cette traduction, anonyme dans l’édition de 1542, est traditionnellement attribuée depuis La Croix du Maine à Pierre Saliat. L’exemplaire de Carpentras, qui est daté de 1543 et que nous signale Romain Menini, présente à la place du dizain de Pierre de Tours figurant dans l’exemplaire de la British Library, un huitain de Barthélemy Aneau qui attribue explicitement la traduction à Pierre Saliat:

B. Aneau.
Huictain,
Ce proverbe, Cognoy toy mesme,
Jadis du hault Ciel descendu:
Saliat (digne homme qu’on ayme)
Par nostre terre ha estendu.
Aristote, et Philon rendu
En françois propre pur et monde,
A fin que de tous entendu,
Du Monde soit cogneu le Monde.

Pierre Saliat est par ailleurs un destinataire récurrent de Fontaine et, visiblement, l’un de ses proches amis. Il apparaît dès La Fontaine d’Amour de 1545 comme destinataire d’étrennes:

A M. Pierre Saliat.
Pour tes estraines je te donne
Ce que je ne me puis donner.
C’est une amye belle, et bonne:
Riche, sage, telle personne
Que tu sçaurois bien blasonner.

Un peu plus tôt, vers 1540 probablement , Fontaine salue Pierre Saliat à son retour d’Italie, où il s’atit rendu à la suite d’un “belliqueur” (p.183):

A Maistre Pierre Saliat: L’autheur retournans de dela les Montz.
J’ay laissé le païs de guerre,
Sçays tu pourquoy bon ami Pierre,
Point ne veulx mourir pour le Roy:
Je ne veulx mourir que pour moy.

Fontaine y évoque son amitié avec Pierre Saliat, amitié qui apparaît ailleurs dans le recueil (p. 186):

A Maistre Pierre Saliat.
Saliat, dont ne peult saillir,
Que tout bien d’amytié parfaicte:
O que l’on pourroit bien faillir
D’en trouver une si bien faicte.
Qui ne seroit jamais deffaicte?
Telle est la nostre: qu’en dis-tu?
Tu dis que par mesme deffaicte
Seroit deffaicte la vertu.

On le retrouve dans les ruisseaux publiés en 1555, mais dans une section qui regroupe plutôt des poèmes plus anciens (f. 37 r°):

À Monsieur Saliat.
Je ne suis pas un importun,
N’y ne seray, ny n’ay esté:
Mais trouvant le temps opportun
Vers quelque homme d’autorité,
Lors sans grande solennité
(Et sans trop me recommander,
Sous espoir d’en tirer du bien)
J’ay demandé sans demander,
Ou n’ay demandé du tout rie.

Pierre Saliat, déjà fort présent dans le recueil de 1545, est également un dédicataire privilégié dans les Ruisseaux:

Resjouy toy ainsi que Juvenal,
Voyant Catulle au retour du naurage (sic pour naufrage):
J’ay presque veu sur mer mon jour final,
Quand comme luy j’ay passé dur passage.
À la minuict tous les ventz de grant rage,
Le Nort, le Sud, l’Est, l’Oest se leverent,
Et dessus moy de tous cotez ruerent:
Mais Eolus, et le puissant Neptune
Fontaine triste en la mer escouterent,
La preservant de ma, et de fortune.

Cette épigramme est suivie, sur la même page, de la suivante:

Audit Saliat.
Voyager loing belle chose est ce,
Quand on revient tel comme on part,
Mais un grant argent s’y depart:
Puis j’y ay laissé ma jeunesse,
Et de mes œuvres une part.

L’amitié entre les deux homme est telle, que Fontaine offre un portrait de lui-même – hélas perdu à notre connaissance – à Pierre Saliat (f. 62 v°). À cet égard, s’agit-il du portrait effectué par Woeriot auquel Fontaine fait allusion ailleurs?

À Monsieur Saliat, à qui l’Auteur donnoit son pourtraict.
Si le peintre n’a prins grant soing
A tirer au vif mon image,
Que je t’apporte de bien loing,
Pour te donner un tesmoignage,
Et de nostre amour certain gage,
Ne t’en esbahi nullement:
Car il croyoit tout seurement
Qu’en ton cœur, qui m’a tant aymé,
Et qui m’ayme parfaitement,
J’estois pourtraict plus vivement
Qu’onques son art n’eust exprimé.

Pierre Saliat fait également figure d’autorité, dans les œuvres de Fontaine, notamment du fait de sa traduction d’Hérodote (f. 101 r°):

A P. Saliat, qui a traduit Herodote.
Saliat, qui a toy s’allie,
Est d’amitié bien allié,
Quand amour telle la lie,
Qui noz espritz long temps a lié.

Dès lors, c’est également à Pierre Saliat que Fontaine s’adresse pour le prendre à témoin face à ses détracteurs (f. 101 r°):

A luymesme.
Les uns quierent l’invention.
Le savoir, la profondité:
Les autres la deduction
Avec grace, et facilité
Ennemie d’obscurité:
A tant de gens ayant affaire.
Pour leur diverse qualité
Comment pourrois-je satisfaire?

Cette amitié se poursuit en 1557, dans les Odes, enigmes et epigrammes
données pour étrennes. On retrouve ainsi Saliat dans l’ode IX, p. 26 sq, adressée “A Monsieur de Crussol, Comte de Tonerre” où sont vantées les qualités de précepteur de Saliat:

Saliat rempli de science
Et qui en elle t’ha instruit,
A naturelle semence
Ajouta par art le bon fruict.

De même, dans une épigramme, p. 55, qui est adressée “Aux freres dudit Seigneur de Crussol, ayans Saliat pour Precepteur. Cette ode est également un prétexte pour louer les vertus d’enseignant de son ami (p. 55):

Ma Muse escrit, et chante apertement
Que ne pouvez sinon vertueux estre:
Ayans beau corps, et bon entendement,
Et puis aussi bonne Mere et bon Maistre.

Fontaine évoque encore leurs liens étroits p. 75:

A Pierre Saliat.
Jamais je n’auray oubliance
De l’amitié et alliance
Qui est honneste et vertueuse:
Y ha il chose plus heureuse?

Il reprend enfin un motif récurrent dans son œuvre et, globalement, topqie de l’époque, celui de l’immortalité octroyée par la Muse,p. 76:

Autre à luy mesme.
Voy que ce grand faucheur refuse,
Mais ne sçauroit faucher ma Muse:
Muse nn jamais assouvie
Du loz de l’immortelle vie.

Les liens que Pierre Saliat entretient avec la famille de Crussol permettent d’éclairer les stratégies de recherche de protecteur de Fontaine dans les années 1550. En effet, Fontaine dédie lui-même sa traduction des Héroïdes d’Ovide en 1552 à Antoine de Crussol et en 1556 à Mme de Crussol. L’édition des XXI Epistres d’Ovide publiées en 1556, c’est-à-dire à la même époque que celle de la publication des pièces liant Saliat et les Crussol, s’ouvre sur une lettre dédicatoire adressée à Mme de Crussol, c’est à dire Louise de Clermont (le mariage avec Antoine de Crussols a eu lieu en avril 1556). Fontaine y évoque en particulier ses procès et ses affaires domestiques, qui expliquent le retard qu’il a pris à l’accomplissement de son entreprise de traduction. Visiblement, Fontaine cherche à mettre à profit son amitié avec Pierre Saliat, bien introduit dans la famille des Crussol, pour prendre pied également dans la maison ou, au moins, obtenir un mécénat. Fontaine avoue lui-même, dans la dédicace adressée à Antoine de Crussol, que c’est par son ami Pierre Saliat qu’il l’a rencontré. Marine Molins soulève par ailleurs l’hypothèse selon laquelle, à travers Louise de Clermont, Fontaine chercherait à toucher Catherine de Médicis, dont sa dédicataire illustre est la confidente. La publication de la traduction des Héroïdes est en effet concomitante de la traduction des Neuf livres des Histoires d’Hérodote, par Saliat (en 1552 puis en 1556). Ce dernier est secrétaire du Cardinal de Châtillon (autre dédicataire privilégié de Fontaine) au début de l’année 1556, mais il demeure très proche des Crussol. Il a déjà écrit une biographie de Galiot de Genouillac, le grand-père d’Antoine de Crussol (mort en 1546), publiée en 1549 et dédié à Antoine de Crussol dont il a été précepteur, ainsi que de ses frères. Plus tôt, il a eu pour élève, au collège de Navarre, François de Genouillac, l’oncle maternel d’Antoine de Crussol. Ses préoccupation pédagogiques transparaissent assez tôt, notamment. à travers sa traduction du De pueris d’Érasme, parue sous le titre de Declamation contenant la maniere de bien instruire les enfans des leur commencement, avec ung petit traicté de la civilité puerile.

Le dépouillement des archives de Tonnerre par Elisabeth Chaussin révèle que le 13 novembre 1556, Saliat est nommé par Antoine de Crussol en tant que maître et administrateur de l’hôpital Notre-Dame-des-Fontenilles à la place de Toussaint de Mallesec (voir le procès d’installation). Cet acte d’autorité du Comte se fonde sur la nomination d’un homme de confiance. On voit comment la date de 1556 a pu sonner comme une chance à saisir pour Fontaine, voyant son ami confirmer son statut auprès de la famille Crussol.

En 1560, à la saint Rémi, Pierre Saliat tombe malade. Elisabeth Chaussin rend compte, à partir des archives (Tonnerre, AH E 82; AH E 76; AH E 75), des étapes de la maladie et des remèdes qui lui sont administrés. L’issue est malheureusement fatale, à la fin du mois d’octobre 1560.

En réaffirmant son amitié pour Pierre Saliat, serviteur fidèle et visiblement estimé de la famille Crussol, Fontaine allie étroitement réseau et recherche de protection. Il semble toutefois que ses efforts n’aient pas été récompensés.

Je tiens à remercier sincèrement Marie-Muce Demonet et Romain Menini pour leur généreux partage

Sources:

Aristote, du Monde. Philon, du Monde. Songe de Scipion. Le tout mis nouvellement de Grec en François, Lyon, Pierre de Tours, 1542 et 1543.

Declaration contenant la maniere de bien instruire les enfans, des leur commencement, avec ung petit traicté de la civilité puerile, le tout translaté nouvellement de latin en françois, par Pierre Saliat, Paris, Simon de Colines, 1537.

Elegie nuptiale presentee a tres noble et tresillustre Princesse Madame Magdeleine premiere fille de France, le lendemain de ses nopces et mariage celebré avec le roy d’Escoce, Paris, Simon de Colines, vers 1537. Attribué par Du Verdier à Pierre Saliat.

L’oraison que feit Crispe Saluste contre Mar. Tul. Ciceron. Plus l’oraison de Mar. Tul. Ciceron responsive a celle de Saluste. Avec deux aultres oraisons dudict Crispe Saluste a Jules Cesar, affin de redresser la Republique Romaine. Le tout translaté nouvellement de Latin en Françoys, par Pierre Saliat, Paris, Simon de Colines, 1537.

Vita Francisci Galioti Acieri, turmarum ductoris et fabrum machinarumque bellicarum in Gallia præfecti; additus est Isocratis Evogoras latinus factus, Petro Saliato hujus interprete, illius authore, Paris, Louis Begat, 1549.

Les trois premiers livres des Histoires d’Herodote… Nouvellement mis de Grec en François par P. Saliat (British Museum 585 k6)

Les neuf livres des histoires. Traduit de grec en françois par Pierre Saliat, Paris, Jean de Roigny ou Étienne Groulleau, 1556.Les neuf livres des histoires. Traduit de grec en françois par Pierre Saliat, Paris, Étienne Groulleau, 1556.

Elisabeth Caussin, “Recteur des écoles”, blog Tonnerre histoire, article du 2 janvier 2015.

Elisabeth Chaussin, “Des soins médicaux en l’hospital”, blog Tonnerre histoire, article du 7 mai 2016.

J. Chocheyras, “En marge de la “Défense et Illustration “, Pierre Saliat: une préface critique de 1537, Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 1966, p. 675-679. En ligne.

Marine Molins, “Les Traductions d’Ovide et de Virgile (1515-1580). Une politique royale”, Dynamique des langues dans les villes plurilingues (XVIe-XVIIe siècles): les cas de Palerme, Milan et Anvers, Février 2012, Munich, Allemagne. En ligne sur HAL, p. 6.

BnF: https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb11923467c

ISNI: http://www.isni.org/isni/0000000069181437

VIAF: viaf.org/viaf/98568070

Séminaire du lundi 24 juin 2019

Matin (10h30- 12h)
Atelier d’annotation de textes

Après-midi (14h-17h)

  • Sandra Provini (Université de Rouen-Normandie, EA 3229 CÉRÉdI): Charles Fontaine traducteur d’Ovide: premières observations sur les Epistres d’Ovide (1552) et le Remede d’Amours (1555).
  • Elsa Kammerer (Université de Lille, EA 1061 ALITHILA): Éditer la Salutation au Roi de Charles Fontaine.
  • Sylvie Laigneau-Fontaine (Université de Bourgogne, EA 4178 CPTC): Charles Fontaine chez les poètes néo-latins.

Toute personne désireuse de participer au séminaire, de manière ponctuelle ou régulière, est la bienvenue.

Contact:
Élise Rajchenbach: elise.rajchenbach/@/univ-st-etienne.fr

Télécharger le programme.

Université Jean-Monnet de Saint-Étienne, faculté des lettres
Salle G05
33, rue du 11 novembre
42 000 Saint-Étienne
Pour venir depuis la gare de Châteaucreux :
Tram T3, direction Bellevue. Arrêt « Campus Tréfilerie »


Colloque “Circulation des écrits littéraires de la Première modernité et humanités numériques”

Le mardi 4 et le mercredi 5 juin 2019 se tiendra, à l’ENS Paris, salle Paule Langevin, le colloque organisé par l’équipe des Joyeuses Inventions, l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes (ENS-CNRS) et l’Institut Universitaire de France.

À cette occasion, divers membres de l’équipe Font@ine, Florence Bonifay, Florence Bonifay et Nina Mueggler, interviendront sur des problématiques également soulevées dans le cadre du projet d’édition numérique des œuvres complètes de Charles Fontaine.

Mardi 4 juin 2019

9h30 Accueil

9h45 Introduction – Anne Réach-Ngô (ILLE, Université de Haute-Alsace, IUF) et Richard Walter (ITEM, CNRS-ENS)

Session 1 – Exploration & exploitation de corpus

10h Conférence 1. Elena Pierazzo (LUHCIE, Université de Grenoble Alpes) – « Les Humanités Numériques : une perspective historique et sociale »

11h Anne Piéjus, Nathalie Berton-Blivet & Thomas Bottini (IreMus, CNRS, Sorbonne Université, BnF, MC) – « Le thesaurus “Mercure galant“. Choix scientifiques, enjeux méthodologiques et avenir de la recherche »

11h40 Karine Abiven & Gaël Lejeune (STIH, Sorbonne Université) – « Traiter par le TAL un ensemble de textes redondant, hétérogène et bruité : autour du projet AnTOnoMAZ (ANalyse AuTOmatique et NumérisatiOn des MAZarinades) »

12h20 Anne Boutet (Université de Paris-Est Marne-La-Vallée) – « Interroger les recueils facétieux et compilations comiques de la première modernité : efficacité des outils de recherche et perplexité herméneutique »

12h50 Discussion et déjeuner 

Session 2 – Circulation & édition de corpus

14h30 Conférence 2. Christophe Schuwey (Yale) – « Penser (pour) l’écran »

15h30 Claire Sicard (CÉRÉdI, Université de Rouen Normandie et CERILAC, Université de Paris Diderot) – « Pister (et démêler) Mellin de Saint-Gelais »

16h Alice Tacaille (IReMus [CNRS, Sorbonne Université, BnF, MC]) & Tatiana Debbagi Baranova (Centre Roland Mousnier, Sorbonne Université) – « Les recueils paroliers français de la Renaissance française : dénombrer et indexer les chansons “sur l’air de“ de la première moitié du XVIe siècle »

16h40 Anne Réach-Ngô (ILLE, Université de Haute-Alsace, IUF) & Richard Walter (ITEM, CNRS-ENS) – « Le projet des Joyeuses Inventions, de la restitution d’un réseau textuel à l’édition critique numérique d’un recueil collectif de poésies »

17h20 Discussion

Mercredi 5 juin 2019

Session 3. (Re)découverte & analyse de corpus

9h30 Carole Primot (Cellam – Université de Rennes 2) – « Des Traductions de latin en françoys au Thresor des joyeuses inventions : sources latines et inventions françaises »

10h Marine Parra (ILLE, Université de Haute-Alsace) & Miriam Speyer (LASLAR, Université de Caen Normandie) – « La base de données des Joyeuses Inventions, un observatoire linguistique en diachronie ? »

10h40 Nina Mueggler (Université de Fribourg, IHRIM – Lyon 2) – « Présences, absences et semi-anonymat dans le Thresor des joyeuses inventions (1554-1599) »

11h10 Discussion et pause

11h30 Antonin Godet (IHRIM – Lyon 2) – « Les frontières du Parnasse : circulations et réseaux poétiques, ou la question du modèle éditorial »

12h Côme Saignol (OBVIL, Sorbonne Université) – « Le Pédant joué de Cyrano de Bergerac et ses adaptations (1654-1935) : alignement textuel et étude de réécritures »

12h30 Discussion et déjeuner

Session 4. Éditorialisation & diffusion de corpus

14h Conférence 3. Anne-Marie Turcan (EPHE) – « Biblissima, un observatoire de la transmission des textes anciens »

15h Florence Bonifay (IHRIM – Lyon 2) – « “RéseauxPoetesXVI“ : quels usages et quel avenir pour une base de données de thèse “artisanale“ ? »

15h30 Sandra Provini (CÉRÉdI, Université de Rouen Normandie) & Alice Vintenon (TELEM, Université Bordeaux Montaigne) – « Édition numérique et édition “papier“ des Œuvres complètes de Michel d’Amboise : quelle articulation ? »

16h Céline Bohnert (CRIMEL, Université de Reims) – « De l’anthologie à la compilation et retour : l’édition de la Mythologia de Natale Conti sur la plate-forme EMAN »

16h30 Discussion

17h-18h Table ronde conclusive – « Les écrits littéraires de la Première Modernité via le numérique : quels publics ? quels usages ? »

Indexer les corpus numériques. Séance 2

Le vendredi 23 mars 2019 se tiendra la prochaine séance de l’atelier “Indexer les corpus numériques”, organisé par Fabienne Vial-Bonacci et Emmanuelle Perrin-Touche.

PROGRAMME:

9h30: Accueil

TRAITEMENT DES DONNÉES

Président de séance: Sabine Loudcher
(Université Lumière Lyon 2, ERIC et ICOM)

10h: Conférence d’ouverture
Lou Burnard
(Université d’Oxford, co-fondateur de la Text Encoding Initiative)
Propositions de la TEI pour l’indexation: encodage de texte ou encodage de données?.

11h: Ioana Galleron, (Université Sorbonne-Nouvelle-Paris 3, Lattice), Cécile Meynard (Université d’Angers, CIRPaLL) et Fatiha IDMHAND (Université de Poitiers, CRLA-Archivos)
Indexer les personnages, annoter les caractères: expérimentations sur quelques nouvelles.

INDEXATION ET CORPUS NUMÉRIQUES

11h50: Thierry Pécout (UJM Saint-Étienne, LEM-CERCOR)
Pour une histoire sociale de l’institution (l’Europe angevine, XIIIe-XIVe s.): construire un outil d’analyse prosopographique.

Président de séance: Lou Burnard
(Université d’Oxford)

14h: Michelle Bellet(UJM Saint-Étienne, GATE LSE)
Saint-Simonisme, une utopie innovante à revisiter.

14h50: Pascal Vallet(UJM Saint-Étienne, Centre Max Weber)
“Émergence de l’art contemporain en Auvergne-Rhône-Alpes” ou comment la reprise d’une enquête conduit à développer une plateforme de stockage, de présentation et de fouille dans les données visuelles.

PRÉSENTATION D’OUTILS

15h30: Gérald Chatagnon (UJM Saint-Étienne, DSI) et Ahmad Fliti (CNRS, LEM-CERCOR)
Indexer les corpus avec Solr et Drupal.

15h50: Maud Ingarao(ENS de Lyon, IHRIM)
Un exemple d’outillage pour indexer et aligner des données XML: combiner XXE et OpenTheo.

SYNTHÈSE DU SÉMINAIRE
Christelle Bahier-Porte (UJM Saint-Étienne, IHRIM)

Télécharger le programme.

Claude Longeon: l’humanisme forézien et la Renaissance européenne

L’un des grands chantiers de l’édition numérique des œuvres de Fontaine est constitué par l’identification des multiples dédicataires du poète. Parmi les travaux particulièrement utiles, les ouvrages de Claude Longeon constituent un ensemble non négligeable. On peut citer en particulier trois ouvrages:

  • Les Écrivains foréziens du XVIe siècle: répertoire biobibliographique, Saint-Étienne, Centre d’études foréziennes, 1970;
  • Documents sur la vie intellectuelle en Forez au XVIe siècle, choisis et présentés par Claude Longeon, Saint-Étienne, Centre d’études foréziennes, 1973;
  • Une province française à la Renaissance: la vie intellectuelle en Forez au XVIe siècle, Saint-Étienne, Centre d’études foréziennes, 1974.

Les jeudi 21 et vendredi 22 mars 2019, l’association Réforme Humanisme Renaissance et le laboratoire IHRIM – UMR 5317 rendront hommage à Claude Longeon:

Pionnier des études seiziémistes en France, éditeur infatigable de textes rares, membre fondateur de deux sociétés savantes, RHR et la SFDES, le Professeur Claude Longeon fut l’une des grandes figures de la recherche française.
Trente après sa mort, l’association RHR lui rend hommage, en proposant une journée d’étude consacrée aux principaux champs qu’il a largement contribué à défricher. Auteur de travaux sur Étienne Dolet, Jeanne Flore ou Louis de Berquin, Claude Longeon a nourri le souci constant d’inscrire ses recherches régionales dans les perspectives plus vastes de la Renaissance et de l’humanisme français.
L’association RHR invite ainsi les chercheurs à défendre et illustrer la vitalité des objets de recherche dont Claude Longeon fut le précurseur.

Programme de la journée d’étude:
Claude Longeon: l’humanisme forézien et la Renaissance européenne

9h00 –Accueil des participants
9h15 –Ouverture par Stéphane Riou, vice-président à la recherche (sous réserve) et Christelle Bahier-Porter (responsable de l’IHRIM Saint-Étienne)

9h30 –Évelyne Berriot-Salvadore (Université de Montpellier) : « Claude Longeon : les nouvelles provinces du chercheur »

Session 1 : Humanisme et interdisciplinarité
Présidente de séance : Marie-Luce Demonet (Université de Tours, CESR)

10h00 –Géraldine Cazals (Université de Rouen) : « Longeon, Papon et les juristes »
10h25 –Hélène Cazes (University of Victoria) : « De la Dissection aux Paradoxes, le sujet des femmes chez Charles Estienne »
10h50-11h : Questions
11h-11h15 : Pause

Session 2 : Bibliothèques d’hier et d’aujourd’hui
Président de séance : Antony McKenna (Université Jean-Monnet de Saint-Étienne)

11h15 –Raphaële Mouren (Warburg Institute) : « Claude Longeon et les fonds anciens des bibliothèques et archives de Saint-Étienne, entre étude et valorisation »
11h40 –Catherine Magnien-Simonin (Université de Bordeaux) : « La bibliothèque “latine” d’Antoine Du Verdier »
12h05-12h15 : Questions

Pause déjeuner

Session 3 : Les publications lyonnaises en question
Présidente de séance : Michèle Clément (Université de Lyon)

14h – Gilles Polizzi (Université de Haute Alsace) : « Le débat reste ouvert : Claude Longeon et la question de Jeanne Flore »
14h25 – Sophie Astier (Bibliothèque Municipale de Marseille) : « De 1540 à 1543 : Étienne Dolet et l’amplification des Gestes »
15h05-15h20 : Pause

Session 4 : Parcours individuels, humanisme européen
Présidente de séance : Sylvie Laigneau-Fontaine (Université de Dijon)
15h20 –Richard Cooper (Brasenose College, Oxford) : « Claude d’Urfé et le Forez »
15h35 –Mathieu Ferrand (Université de Grenoble) : « Berquin, les Théologastres et le théâtre des étudiants (1521-1531) »

16h20 – Élise Rajchenbach (Université Jean-Monnet de Saint-Étienne) : clôture.

Dernière minute:
Sophie Astier ne pourra malheureusement pas assurer son intervention. Son article figurera toutefois dans les actes de la journée d’étude qui seront publiés dans le numéro 90 de la revue RHR (juin 2020).
Elle sera remplacée par Nina Mueggler sur le sujet suivant: “La Contr’Amye de Court de Charles Fontaine (1543): comment éditer un texte en réseau?”.

Le programme est téléchargeable ici ainsi que sur le site de RHR.

On pourra, à cette occasion, visiter deux expositions:

  • Ouvrages de la Renaissance. Écrivains originaires du Forez (Médiathèque Tarentaize – 20-24 rue Jo Gouttebarge – Saint-Étienne, 7-23 mars 2019). Télécharger l’affiche.
  • Claude Longeon (1941-1989), professeur des universités, écrivain, co-fondateur de sociétés savantes (BU Tréfilerie – 1, rue Tréfilerie – Saint-Étienne).

Cette manifestation, organisée par Élise Rajchenbach, s’inscrit dans les festivités des 50 ans de l’UJM Saint-Étienne (Université de Lyon). Elle est organisée par RHR et par l’IHRIM Saint-Étienne (UMR 5317), en collaboration avec la SFDES, la Bibliothèque Universitaire Tréfilerie, la Médiathèque Tarentaize et la ville de Saint-Étienne.
La journée d’étude est par ailleurs couplée avec l’Assemblée générale et le CA de l’association RHR, qui se tiendront la veille, toujours à Saint-Étienne.



Charles Fontaine, poète et pédagogue

Si l’on connaît les travaux de Marine Molins sur les activités de Fontaine comme pédagogue, notamment à travers son travail de traduction, l’œuvre de jeunesse de notre poète est pour le moment largement restée dans l’ombre.

Agnès Passot-Mannooretonil publie un ouvrage qui devrait ouvrir de nouvelles perspectives sur la question, Poètes et pédagogues de la Réforme catholique (Paris, Classiques Garnier, 2019). Elle consacre en particulier quelques chapitres au jeune Fontaine. À découvrir au plus vite, donc!

Lire la présentation de l’éditeur.

Charles Fontaine, lecteur d’Horace



Nathalie Dauvois, Michel Jourde et Jean-Charles Monferran ont réuni, dans un volume tout juste paru, Chacun son Horace. Appropriations et adaptations du modèle horatien en Europe (XVe-XVIIe siècles), dix-sept contributions sur les appropriations et les lectures d’Horace du XVe au XVIIe siècles.

À la différence de Virgile qui n’était pas théoricien, ou d’Aristote qui n’était pas poète, Horace offre à la fois une théorie et une pratique, et celles-ci cultivent l’ambiguïté, sinon la contradiction. Il est sensible, comme poète et comme théoricien, à la variété, à la différence et au droit de l’appropriation. Ses textes permettent, loin de tout système et par morceaux épars, de mettre au premier plan des questions essentielles, littéraires, linguistiques et sociales, sur l’autorité de l’usage, la portée de l’innovation, la relation au modèle, questions qui ne cessent d’occuper la première Modernité. Aussi selon les milieux, les options poétiques, les générations, chacun s’accapare Horace et s’en réclame, l’accommode à ses propres idées, la plasticité du texte horatien permettant ces adaptations concurrentes ou successives. Issues pour la plupart du colloque organisé à l’Université Sorbonne-Nouvelle/Paris 3 les 11 et 12 juin 2015, les dix-sept études réunies dans ce volume examinent certains des débats et des conflits suscités par Horace et ses textes, ou certaines appropriations de son modèle. Elles viennent clore à leur manière les quatre années du projet ANR consacré à la réception d’Horace à l’âge moderne.

Le volume présente un article d’Élise Rajchenbach sur le cas de Charles Fontaine. L’article s’attache à étudier comment, dans les Ruisseaux de 1555, Fontaine, directement incriminé par Du Bellay dans le Deffence et Illustration de la Langue Françoyse, s’attache à répondre à celui qui se présente comme le nouvel Horace français en se fondant, lui aussi, sur le modèle horatien.

Élise Rajchenbach, “Les Ruisseaux horatiens de Fontaine: une réponse à la Deffence et Illustration de la Langue Françoyse?”, in Chacun son Horace. Appropriations et adaptations du modèle horatien en Europe (XVe-XVIIe siècles), éd. N. Dauvois, M. Jourde et J.-C. Monferran, Paris, Champion, 2019, p.157-174.

Voir l’annonce de la parution du volume sur le site de l’IHRIM.

Charles Fontaine possède son article Wikipedia

Jusque très récemment, Charles Fontaine ne possédait pas d’article Wikipedia. Ce manque est désormais comblé grâce au travail de longue haleine de Mathilde Gardet et de Kilian Nicolas, étudiants en première année de master recherche à l’Université Jean Monnet Saint-Étienne.

Cette page a été conçue dans le cadre du séminaire de master que j’ai mené au premier semestre 2018-2019. Ce séminaire proposait cette année une initiation à l’édition de textes anciens en prenant pour support Les Ruisseaux de Fontaine. Pendant que la majeure partie des étudiants élaboraient chacun une petite édition critique d’une centaine de vers ou d’un ensemble en prose cohérent équivalent, Mathilde Gardet et Kilian Nicolas ont effectué ce travail de synthèse et de rédaction tout en se conformant aux exigences spécifiques de l’encyclopédie collaborative en ligne. Ils ont présenté leur travail en cours lors d’un exposé suivi d’un moment d’échanges nourris avec le groupe. Le projet scientifique d’édition des œuvres de Fontaine s’inscrit ainsi dans une démarche pédagogique, conformément à la vocation de l’Université, qui est de lier l’enseignement et la recherche. Il a également formé les étudiants à un travail d’articulation entre recherche scientifique et vulgarisation.

L’article est consultable et amendable, conformément à la vocation de l’encyclopédie collaborative. Lire l’article.

Grâce à cette page, Charles Fontaine et le projet d’édition de ses œuvres gagnent en visibilité et en notoriété. Souhaitons que cet article ouvre la voie à une présence accrue ainsi qu’à une présentation plus juste de Fontaine dans les ouvrages d’histoire littéraire et dans les anthologies destinées au grand public.

Journée d’étude “Traitements de corpus en art et en littérature: retours d’expérience”

Parmi les nombreuses manifestations qui intéressent directement le projet d’édition numérique des œuvres complètes de Charles Fontaine, signalons celle qui se tiendra le jeudi 7 février 2019 à l’Université de Grenoble: “Traitements de corpus en art et en littérature: retours d’expérience.”

Cette journée est organisée par ELAN, l’équipe Littérature et Arts Numériques de Litt&Arts (UMR 5316, UGA/CNRS, Grenoble), en collaboration avec la plateforme d’édition de manuscrits modernes (EMAN, ITEM, CNRS/ENS, Paris). En voici la présentation par les organisateurs:

L’objectif de cette journée est d’entendre et de croiser des retours d’expériences concrets sur les rapports entre projet scientifique et utilisation du numérique. Une série de questions se pose sur ces rapports dont nous proposons une première liste non exhaustive :

  • En quoi le numérique peut-il ou non modifier les orientations scientifiques d’un projet ?
  • Quels sont les impacts des contraintes liées au numérique sur les choix méthodologiques ou éditoriaux d’un projet ?
  • Comment le numérique influence-t-il les processus de création du corpus (temporalité, technique, compétences, etc.) ?
  • Comment le travail multi-compétences (checheur·e·s et ingénieur·e·s) impacte un projet de recherche ?
  • Quels apports l’obligation de générer des métadonnées provoque ou non sur la recherche ?
  • Quels résultats voire quelles découvertes le numérique a permis par rapport aux objectifs scientifiques ?
  • Quelle distance entre les premiers objectifs de visualisation et de publication et ce que le numérique a finalement permis ou non de réaliser ?

Le programme prévoit des présentations croisées de projets en exposant l’état actuel du projet, les objectifs scientifiques, les choix méthodologiques ainsi que le rapport entre le projet et le contexte numérique dans lequel il se situe.

Elle se conclura par une table ronde, « Entre objectifs scientifiques et solutions techniques : réussites et concessions », animée par les organisateur·trice·s de la journée : Anne Garcia-Fernandez, Elisabeth Greslou, Richard Walter.

L’inscription est gratuite et ouverte à tou·te·s. Elle nous permettra de prévoir le café d’accueil et le buffet.S’inscrire ·  Voir le programme détaillé  · Ils nous soutiennent