Archives de l’auteur : Élise Rajchenbach

À propos Élise Rajchenbach

Maîtresse de conférence à l'Université Jean Monnet Saint-Étienne, Élise Rajchenbach est, entre autres, spécialiste du milieu lyonnais. Elle a édité les _Rymes_ de Pernette Du Guillet et travaille également à l'édition papier du _Recueil des oeuvres de feu Bonaventure des Périers_ (Lyon, Jean de Tournes, 1544). Elle dirige le présent projet d'édition numérique des œuvres du polygraphe Charles Fontaine.

Indexer les corpus numériques. Séance 2

Le vendredi 23 mars 2019 se tiendra la prochaine séance de l’atelier “Indexer les corpus numériques”, organisé par Fabienne Vial-Bonacci et Emmanuelle Perrin-Touche.

PROGRAMME:

9h30: Accueil

TRAITEMENT DES DONNÉES

Président de séance: Sabine Loudcher
(Université Lumière Lyon 2, ERIC et ICOM)

10h: Conférence d’ouverture
Lou Burnard
(Université d’Oxford, co-fondateur de la Text Encoding Initiative)
Propositions de la TEI pour l’indexation: encodage de texte ou encodage de données?.

11h: Ioana Galleron, (Université Sorbonne-Nouvelle-Paris 3, Lattice), Cécile Meynard (Université d’Angers, CIRPaLL) et Fatiha IDMHAND (Université de Poitiers, CRLA-Archivos)
Indexer les personnages, annoter les caractères: expérimentations sur quelques nouvelles.

INDEXATION ET CORPUS NUMÉRIQUES

11h50: Thierry Pécout (UJM Saint-Étienne, LEM-CERCOR)
Pour une histoire sociale de l’institution (l’Europe angevine, XIIIe-XIVe s.): construire un outil d’analyse prosopographique.

Président de séance: Lou Burnard
(Université d’Oxford)

14h: Michelle Bellet(UJM Saint-Étienne, GATE LSE)
Saint-Simonisme, une utopie innovante à revisiter.

14h50: Pascal Vallet(UJM Saint-Étienne, Centre Max Weber)
“Émergence de l’art contemporain en Auvergne-Rhône-Alpes” ou comment la reprise d’une enquête conduit à développer une plateforme de stockage, de présentation et de fouille dans les données visuelles.

PRÉSENTATION D’OUTILS

15h30: Gérald Chatagnon (UJM Saint-Étienne, DSI) et Ahmad Fliti (CNRS, LEM-CERCOR)
Indexer les corpus avec Solr et Drupal.

15h50: Maud Ingarao(ENS de Lyon, IHRIM)
Un exemple d’outillage pour indexer et aligner des données XML: combiner XXE et OpenTheo.

SYNTHÈSE DU SÉMINAIRE
Christelle Bahier-Porte (UJM Saint-Étienne, IHRIM)

Télécharger le programme.

Claude Longeon: l’humanisme forézien et la Renaissance européenne

L’un des grands chantiers de l’édition numérique des œuvres de Fontaine est constitué par l’identification des multiples dédicataires du poète. Parmi les travaux particulièrement utiles, les ouvrages de Claude Longeon constituent un ensemble non négligeable. On peut citer en particulier trois ouvrages:

  • Les Écrivains foréziens du XVIe siècle: répertoire biobibliographique, Saint-Étienne, Centre d’études foréziennes, 1970;
  • Documents sur la vie intellectuelle en Forez au XVIe siècle, choisis et présentés par Claude Longeon, Saint-Étienne, Centre d’études foréziennes, 1973;
  • Une province française à la Renaissance: la vie intellectuelle en Forez au XVIe siècle, Saint-Étienne, Centre d’études foréziennes, 1974.

Les jeudi 21 et vendredi 22 mars 2019, l’association Réforme Humanisme Renaissance et le laboratoire IHRIM – UMR 5317 rendront hommage à Claude Longeon:

Pionnier des études seiziémistes en France, éditeur infatigable de textes rares, membre fondateur de deux sociétés savantes, RHR et la SFDES, le Professeur Claude Longeon fut l’une des grandes figures de la recherche française.
Trente après sa mort, l’association RHR lui rend hommage, en proposant une journée d’étude consacrée aux principaux champs qu’il a largement contribué à défricher. Auteur de travaux sur Étienne Dolet, Jeanne Flore ou Louis de Berquin, Claude Longeon a nourri le souci constant d’inscrire ses recherches régionales dans les perspectives plus vastes de la Renaissance et de l’humanisme français.
L’association RHR invite ainsi les chercheurs à défendre et illustrer la vitalité des objets de recherche dont Claude Longeon fut le précurseur.

Programme de la journée d’étude:
Claude Longeon: l’humanisme forézien et la Renaissance européenne

9h00 –Accueil des participants
9h15 –Ouverture par Stéphane Riou, vice-président à la recherche (sous réserve) et Christelle Bahier-Porter (responsable de l’IHRIM Saint-Étienne)

9h30 –Évelyne Berriot-Salvadore (Université de Montpellier) : « Claude Longeon : les nouvelles provinces du chercheur »

Session 1 : Humanisme et interdisciplinarité
Présidente de séance : Marie-Luce Demonet (Université de Tours, CESR)

10h00 –Géraldine Cazals (Université de Rouen) : « Longeon, Papon et les juristes »
10h25 –Hélène Cazes (University of Victoria) : « De la Dissection aux Paradoxes, le sujet des femmes chez Charles Estienne »
10h50-11h : Questions
11h-11h15 : Pause

Session 2 : Bibliothèques d’hier et d’aujourd’hui
Président de séance : Antony McKenna (Université Jean-Monnet de Saint-Étienne)

11h15 –Raphaële Mouren (Warburg Institute) : « Claude Longeon et les fonds anciens des bibliothèques et archives de Saint-Étienne, entre étude et valorisation »
11h40 –Catherine Magnien-Simonin (Université de Bordeaux) : « La bibliothèque “latine” d’Antoine Du Verdier »
12h05-12h15 : Questions

Pause déjeuner

Session 3 : Les publications lyonnaises en question
Présidente de séance : Michèle Clément (Université de Lyon)

14h – Gilles Polizzi (Université de Haute Alsace) : « Le débat reste ouvert : Claude Longeon et la question de Jeanne Flore »
14h25 – Sophie Astier (Bibliothèque Municipale de Marseille) : « De 1540 à 1543 : Étienne Dolet et l’amplification des Gestes »
15h05-15h20 : Pause

Session 4 : Parcours individuels, humanisme européen
Présidente de séance : Sylvie Laigneau-Fontaine (Université de Dijon)
15h20 –Richard Cooper (Brasenose College, Oxford) : « Claude d’Urfé et le Forez »
15h35 –Mathieu Ferrand (Université de Grenoble) : « Berquin, les Théologastres et le théâtre des étudiants (1521-1531) »

16h20 – Élise Rajchenbach (Université Jean-Monnet de Saint-Étienne) : clôture.

Dernière minute:
Sophie Astier ne pourra malheureusement pas assurer son intervention. Son article figurera toutefois dans les actes de la journée d’étude qui seront publiés dans le numéro 90 de la revue RHR (juin 2020).
Elle sera remplacée par Nina Mueggler sur le sujet suivant: “La Contr’Amye de Court de Charles Fontaine (1543): comment éditer un texte en réseau?”.

Le programme est téléchargeable ici ainsi que sur le site de RHR.

On pourra, à cette occasion, visiter deux expositions:

  • Ouvrages de la Renaissance. Écrivains originaires du Forez (Médiathèque Tarentaize – 20-24 rue Jo Gouttebarge – Saint-Étienne, 7-23 mars 2019). Télécharger l’affiche.
  • Claude Longeon (1941-1989), professeur des universités, écrivain, co-fondateur de sociétés savantes (BU Tréfilerie – 1, rue Tréfilerie – Saint-Étienne).

Cette manifestation, organisée par Élise Rajchenbach, s’inscrit dans les festivités des 50 ans de l’UJM Saint-Étienne (Université de Lyon). Elle est organisée par RHR et par l’IHRIM Saint-Étienne (UMR 5317), en collaboration avec la SFDES, la Bibliothèque Universitaire Tréfilerie, la Médiathèque Tarentaize et la ville de Saint-Étienne.
La journée d’étude est par ailleurs couplée avec l’Assemblée générale et le CA de l’association RHR, qui se tiendront la veille, toujours à Saint-Étienne.



Charles Fontaine, poète et pédagogue

Si l’on connaît les travaux de Marine Molins sur les activités de Fontaine comme pédagogue, notamment à travers son travail de traduction, l’œuvre de jeunesse de notre poète est pour le moment largement restée dans l’ombre.

Agnès Passot-Mannooretonil publie un ouvrage qui devrait ouvrir de nouvelles perspectives sur la question, Poètes et pédagogues de la Réforme catholique (Paris, Classiques Garnier, 2019). Elle consacre en particulier quelques chapitres au jeune Fontaine. À découvrir au plus vite, donc!

Lire la présentation de l’éditeur.

Charles Fontaine, lecteur d’Horace



Nathalie Dauvois, Michel Jourde et Jean-Charles Monferran ont réuni, dans un volume tout juste paru, Chacun son Horace. Appropriations et adaptations du modèle horatien en Europe (XVe-XVIIe siècles), dix-sept contributions sur les appropriations et les lectures d’Horace du XVe au XVIIe siècles.

À la différence de Virgile qui n’était pas théoricien, ou d’Aristote qui n’était pas poète, Horace offre à la fois une théorie et une pratique, et celles-ci cultivent l’ambiguïté, sinon la contradiction. Il est sensible, comme poète et comme théoricien, à la variété, à la différence et au droit de l’appropriation. Ses textes permettent, loin de tout système et par morceaux épars, de mettre au premier plan des questions essentielles, littéraires, linguistiques et sociales, sur l’autorité de l’usage, la portée de l’innovation, la relation au modèle, questions qui ne cessent d’occuper la première Modernité. Aussi selon les milieux, les options poétiques, les générations, chacun s’accapare Horace et s’en réclame, l’accommode à ses propres idées, la plasticité du texte horatien permettant ces adaptations concurrentes ou successives. Issues pour la plupart du colloque organisé à l’Université Sorbonne-Nouvelle/Paris 3 les 11 et 12 juin 2015, les dix-sept études réunies dans ce volume examinent certains des débats et des conflits suscités par Horace et ses textes, ou certaines appropriations de son modèle. Elles viennent clore à leur manière les quatre années du projet ANR consacré à la réception d’Horace à l’âge moderne.

Le volume présente un article d’Élise Rajchenbach sur le cas de Charles Fontaine. L’article s’attache à étudier comment, dans les Ruisseaux de 1555, Fontaine, directement incriminé par Du Bellay dans le Deffence et Illustration de la Langue Françoyse, s’attache à répondre à celui qui se présente comme le nouvel Horace français en se fondant, lui aussi, sur le modèle horatien.

Élise Rajchenbach, “Les Ruisseaux horatiens de Fontaine: une réponse à la Deffence et Illustration de la Langue Françoyse?”, in Chacun son Horace. Appropriations et adaptations du modèle horatien en Europe (XVe-XVIIe siècles), éd. N. Dauvois, M. Jourde et J.-C. Monferran, Paris, Champion, 2019, p.157-174.

Voir l’annonce de la parution du volume sur le site de l’IHRIM.

Charles Fontaine possède son article Wikipedia

Jusque très récemment, Charles Fontaine ne possédait pas d’article Wikipedia. Ce manque est désormais comblé grâce au travail de longue haleine de Mathilde Gardet et de Kilian Nicolas, étudiants en première année de master recherche à l’Université Jean Monnet Saint-Étienne.

Cette page a été conçue dans le cadre du séminaire de master que j’ai mené au premier semestre 2018-2019. Ce séminaire proposait cette année une initiation à l’édition de textes anciens en prenant pour support Les Ruisseaux de Fontaine. Pendant que la majeure partie des étudiants élaboraient chacun une petite édition critique d’une centaine de vers ou d’un ensemble en prose cohérent équivalent, Mathilde Gardet et Kilian Nicolas ont effectué ce travail de synthèse et de rédaction tout en se conformant aux exigences spécifiques de l’encyclopédie collaborative en ligne. Ils ont présenté leur travail en cours lors d’un exposé suivi d’un moment d’échanges nourris avec le groupe. Le projet scientifique d’édition des œuvres de Fontaine s’inscrit ainsi dans une démarche pédagogique, conformément à la vocation de l’Université, qui est de lier l’enseignement et la recherche. Il a également formé les étudiants à un travail d’articulation entre recherche scientifique et vulgarisation.

L’article est consultable et amendable, conformément à la vocation de l’encyclopédie collaborative. Lire l’article.

Grâce à cette page, Charles Fontaine et le projet d’édition de ses œuvres gagnent en visibilité et en notoriété. Souhaitons que cet article ouvre la voie à une présence accrue ainsi qu’à une présentation plus juste de Fontaine dans les ouvrages d’histoire littéraire et dans les anthologies destinées au grand public.

Journée d’étude “Traitements de corpus en art et en littérature: retours d’expérience”

Parmi les nombreuses manifestations qui intéressent directement le projet d’édition numérique des œuvres complètes de Charles Fontaine, signalons celle qui se tiendra le jeudi 7 février 2019 à l’Université de Grenoble: “Traitements de corpus en art et en littérature: retours d’expérience.”

Cette journée est organisée par ELAN, l’équipe Littérature et Arts Numériques de Litt&Arts (UMR 5316, UGA/CNRS, Grenoble), en collaboration avec la plateforme d’édition de manuscrits modernes (EMAN, ITEM, CNRS/ENS, Paris). En voici la présentation par les organisateurs:

L’objectif de cette journée est d’entendre et de croiser des retours d’expériences concrets sur les rapports entre projet scientifique et utilisation du numérique. Une série de questions se pose sur ces rapports dont nous proposons une première liste non exhaustive :

  • En quoi le numérique peut-il ou non modifier les orientations scientifiques d’un projet ?
  • Quels sont les impacts des contraintes liées au numérique sur les choix méthodologiques ou éditoriaux d’un projet ?
  • Comment le numérique influence-t-il les processus de création du corpus (temporalité, technique, compétences, etc.) ?
  • Comment le travail multi-compétences (checheur·e·s et ingénieur·e·s) impacte un projet de recherche ?
  • Quels apports l’obligation de générer des métadonnées provoque ou non sur la recherche ?
  • Quels résultats voire quelles découvertes le numérique a permis par rapport aux objectifs scientifiques ?
  • Quelle distance entre les premiers objectifs de visualisation et de publication et ce que le numérique a finalement permis ou non de réaliser ?

Le programme prévoit des présentations croisées de projets en exposant l’état actuel du projet, les objectifs scientifiques, les choix méthodologiques ainsi que le rapport entre le projet et le contexte numérique dans lequel il se situe.

Elle se conclura par une table ronde, « Entre objectifs scientifiques et solutions techniques : réussites et concessions », animée par les organisateur·trice·s de la journée : Anne Garcia-Fernandez, Elisabeth Greslou, Richard Walter.

L’inscription est gratuite et ouverte à tou·te·s. Elle nous permettra de prévoir le café d’accueil et le buffet.S’inscrire ·  Voir le programme détaillé  · Ils nous soutiennent

Une nouvelle piste sur Jean Fontaine, le fils de Charles Fontaine

Dans un précédent billet, je mettais en doute l’identification de Jean Fontaine, auteur de l’Hortulus puerorum paru à Lyon chez Louis et Charles Pesnot en 1561. Une enquête à peine plus poussée et surtout une lecture plus attentive de l’ouvrage en question aurait permis de résoudre la question. En effet, à la fin de l’épître dédicatoire, Jean Fontaine évoque son père:

In qua cognitionis farrágine, et si nonnulla è Græco fonte detorta inséuimus, vbique tamen patris mei Caroli Fontani iudicium adhibere visum est. Quæ omnia, si secus, quàm opto, alijs arriserint, saltem animi mei voluntátem laudábunt: filio verò tuo vtilissima esse satis certò scio. vale, tuam valetudinem filijque Antonij pueritiam bene prosperet Opt. Max. (p. 4-5)

Jean Paul Barbier-Mueller indique que le volume présente “à la fin de la première partie (latine) … quelques pièces poétiques dans cette langue, dont un “Epitaphium de Carolo Fontano Filio” (p. 175). Le petit Charles Fontaine était âgé de 3 ans, lors de sa mort:

EPITAPHIUM
DE CAROLO FONTANO
Filio.
Cœperat auspicijs melioribus vna Sororum
Bis tribus autumnis stamina nere mihi
Post oblita mei, cœptíque perosa laboris,
Deseruit stamen, deseruítque colum:
Vtque fathiscentem morbis videt Atropos, vnca
Execuit vitæ forfice fil a meæ.
At tu siue puer, seu longæ ætatis es, horæ
Extremæ cupio te meminisse tuæ.

Comme son père le fit quelques années plus tôt, lors de la mort de René, Jean Fontaine pleure poétiquement son jeune fils, et l’on peut supposer que le grand-père, Charles, ne fut pas en reste, bien que nous n’en ayons pas trouvé la trace.

Cette épitaphe revêt également un intérêt biographique. Si le petit Charles Fontaine est mort en 1561 à l’âge de 3 ans, on peut supposer qu’il est né en 1558, à quelques mois près. Difficile, en ce sens, d’admettre que Jean soit le fils de Flora, que Charles épouse probablement au début de l’année 1545. Si tel avait été le cas, il serait né au plus tôt à la fin de l’année 1545 ou au début de l’année 1546. Or, il est peu probable qu’il ait eu son fils à 12 ans… En revanche, si Jean est le fils de Marguerite, il est né entre 1540 et 1544 et il a donc entre 14 et 18 ans à la naissance du petit Charles. Jean est d’ailleurs identifié, dans les Ruisseaux, comme “second filz de l’auteur”, dans le chant qui célèbre sa naissance (p. 55), puis comme “filz aisné” de l’auteur (p. 187). Fontaine aurait donc eu au moins deux fils avec Marguerite, dont le premier est mort avant l’âge de 15 ans, lors de la parution des Ruisseaux. On peut donc encore affiner l’estimation de l’année de naissance de Jean, avec un terminus a quo en 1541

Cette identification désormais presque certaine de Jean Fontaine, l’auteur de l’Hortulus puerorum comme fils de Charles Fontaine, permet ainsi de trouver de nouvelles traces de la présence de Fontaine dans les publications lyonnaises de 1562, outre la Salutation au Roy Charles IX et de préciser la biographie de notre auteur.

Sources:

  • Jean Paul Barbier-Mueller, “Charles Fontaine”, Dictionnaire des poètes français de la seconde moitié du XVIe siècle (1549-1615), tome II, Genève, Droz, 2016, p. 153.
  • Elsa Kammerer, “Grossesse, naissance et petite enfance sous le regard d’un poète de la Renaissance, Charles Fontaine”, dans naissances et enfantements en France à la Renaissance, éd. Nerina Clerici-Balmas, n° spécial de Plaisance. Rivista di letteratur francese moderna e contemporeana, n° 14, Anno v, 2008, p. 29-48.
  • Jean Fontaine, Hortulus puerorum pergratus ac perutilis, Latinè discentibus…, Lyon, Louis et Charles Pesnot, 1561 (BM Rés 803635, numérisé sur Gallica).

Sur la date du mariage de Fontaine avec Flore

On sait que Fontaine a connu deux mariages: le premier avec Marguerite Carme (contracté vers 1540) et le second, peu de temps après la mort de Marguerite, avec Flore, Flora ou Florie, originaire de Chaponost. Se fondant sur la date de son mariage donnée par Fontaine, la critique tend à considérer que Fontaine a épousé Flora en février 1544:

L’an mil cinq cens quarante quatre,
Au court moys (qui or’ long sera,
Et sa rigueur delaissera)
Fut en bonne amour s’ebatre
Lié Fontaine avec Flora:
Car trop fletrissant demoura
Sa marguerite (amour premiere:)
Donc au printemps s’enamour
De Flora, florissant non fiere

“L’auteur fait mention de ses secondes nopces”, Ruisseaux, p. 102

Or, il est fort probable que la date soit ici donnée en ancien style et qu’il s’agisse en fait du mois de février 1545. Ce détail a toute son importance pour d’éventuelles recherches dans les archives, fussent-elles particulièrement parcellaires en ce qui concerne l’état-civil à Lyon dans ces années.

Sources:

  • Richmond L. Hawkins, Maistre Charles Fontaine Parisien, Cambridge, Harvard University Press, 1916.
  • Jean Paul Barbier-Mueller, “Charles Fontaine”, Dictionnaire des poètes français (1549-1615), Genève, Droz, 2016, t. II, p.140-141.

Séminaire du mardi 5 février 2019

Matin (10h30-12h)
Bases et recherches prosopographiques

  • Florence Bonifay (Lyon 2, UMR 5317 IHRIM): Présentation de la base “Réseaux Poètes XVI”.

Après-midi (14h-17h30)
Éditer et diffuser les œuvres de Fontaine

  • Kilian Nicolas et Mathilde Gardet (UJM): Les petits Ruisseaux font les grands océans: créer l’article Wikipedia sur Charles Fontaine.
  • Elsa Kammerer (Lille 3, EA 1061 ALITHILA): Éditer la Salutation au roi.
  • Ugo Païs (Lyon 2, UMR 5317 IHRIM): L’Ode pour Dieu gard a la ville de Paris et l’Ode de l’Antiquité et excellence de la ville de Lyon de Charles Fontaine: deux stratégies différentes pour deux villes différentes?

Toute personne désireuse de participer au séminaire, de manière ponctuelle ou régulière, est la bienvenue.

Contact:
Élise Rajchenbach: elise.rajchenbach/@/univ-st-etienne.fr

Télécharger le programme.

Université Jean-Monnet de Saint-Étienne, faculté des lettres
Salle G05
33, rue du 11 novembre
42 000 Saint-Étienne
Pour venir depuis la gare de Châteaucreux :
Tram T3, direction Bellevue. Arrêt « Campus Tréfilerie »


Le chanoine Charton

Les Estreines de 1546 offrent un quatrain “A Monsieur le Chanoine Charton”:

Tant va courant par ceste ville
De ton sçavoir le bon renom,
Qu’il fait tant bien luyre ton nom,
Comme un Astre luyt entre mille.

Le nom du chanoine Charton ou Charreton figure dans un document conservé aux Archives municipales de Lyon recensant les “nommées ou dénombrement des biens meubles et immeubles possédés par les habitants de Lyon” en 1551 (cote CC/42). Il possède “ung grand tenement de maison, nommé le Chariot, assiz en la dicte rue (cad la rue de Pierre-Scise), jouxte le chemin tendant de la dicte rue à la fontaine des Expées (Excès?) et l’église Saint-Martin de la Chanal (cad Chana)”. La maison est prisée 70 livres.

Sources:

Qui est “la Thresoriere de Cremone”?

Dans les Estreines de 1546, Fontaine fait le don d’un quatrain à celle qu’il nomme la “Thresoriere de Cremone”:

A la Thresoriere de Cremone.
Je ne vouldrois point autre cas
Pour t’estrener de bonne grace,
(Quand ce petit Quatrain je trace)
Que d’avoir celle que tu as.

Derrière ce titre se cache une figure bien connue du milieu littéraire, Jacqueline Stuart, épouse de Georges Grolier, trésorier de Crémone. Point n’est besoin de rappeler son échange avec Clément Marot, publié dans L’Adolescence clémentine. On sait moins, en revanche, qu’elle correspond également poétiquement avec Bonaventure des Périers.

Envoy. Par Jacqueline Stuard, Lyonnoise.
O quel effort cruel, et dangereux,
Quand contre Amour, Amour faict resistence!
O que celuy est vrayment malheureux,
Qui contre soy ha soymesme en deffence!
Je sens en moy ceste grand’ violence
Estant contrainte à autre m’adresser:
Mais qui pourroit de cela me presser,
Veu que changer n’est point à mon usage?
Amour luy mesme, il le faict laisser
Pour me venger de son tort, et oultrage.

Responce.
Le cueur qui dict qu’a changer le contrainct
Contraire Amour, d’Amour n’a congnoissance,
Car qui bien ayme, à bien aymer s’astrainct,
Doubtant d’Amour la cautelle et puissance.
Il est si fin ce Dieu de Jouyssance,

Que comme il sçait par semblans attraper,
Ainsi il fainct de laisser eschapper
La Proye, à fin d’esprouver sa constance:
Mais s’elle cuyde en fin s’emanciper,
Il ha pour elle assez de resistance.

Son nom apparaît également dans les Archives municipales de Lyon, dans l’assiette des impôts pour l’année 1551, dans un document recensant les “nommées ou dénombrement des biens meubles et immeubles possédés par les habitants de Lyon” (Cote CC/42, folio 74). On y apprend que la veuve de Georges Grolier “tient une maison assize, en la ruette entrant au cymetière de Saint-Eloy”. Étrangement, dans le récapitulatif mis en ligne sur le précieux site France Archives, la “trésorière de Crémone” qui apparaît un peu plus loin, au folio 130, est identifié avec Catherine Stuard. Toujours par un document de 1551, on apprend qu’elle possède une autre maison dans la rue de Flandre (Nommée ou dénombrement des biens meubles et immeubles possédés par les habitants de Lyon, folio 22 verso).

Sources:

Qui est le Chanoine Caille?

Dans les Estreines de 1546, publiées chez Jean de Tournes, Fontaine adresse un quatrain “A Monsieur le Chanoine Caille”:

Ja ne fault que ma Muse faille
En ses petis vers mesurés,
Dire que lettres, et lettrés,
Sont cheris du Chanoine Caille

Difficile d’identifier le moindre habitant de Lyon chanté par Fontaine dans son recueil d’étrennes. Le hasard de la fréquentation des archives municipales offre toutefois des éléments de réponse. On trouve en effet dans un document recensant les “nommées des pensions que tiennent les églises, monastères et couvents sur les maisons de Lyon” datant de 1555 (CC/57) le nom du chanoine Jacques Caille, chanoine à Saint-Just (folio 137), qui prend une ou plusieurs pensions sur des maisons de Lyon.

D’après la “Généalogie historique de la Maison de Cadier de Veauce”, publiée dans la Revue historique de la noblesse, Jacques Caille est l’oncle de Marguerite Caille, fille de Simon Caille, écuyer, prévôt des maréchaux de France en la sénéchaussée de Lyon, Forez et Beaujolais, et d’Anne Bullioud. Le 5 décembre 1551, Marguerite Caille épouse Jacques de Cadier, écuyer, seigneur de la Brosse, de Baize et autres lieu, élu pour le roi au pays et élection de Bourbonnais et conseiller des comptes. Jacques Caille est présent au mariage. À cette date, il est chanoine de l’église collégiale de Saint-Just et prieur commendataire de Villemeux (p. 137-138).

Sources:

Indexer les corpus numériques. Séance1

La première séance de l’atelier “Indexer les corpus numériques”, organisé par Emmanuelle Perrin et Fabienne Vial-Bonacci (IHRIM), se tiendra le vendredi 1er février 2018 à l’Université Jean-Monnet de Saint-Étienne. Elle portera sur la question suivante: “Des référentiels à la publication numérique.”

PROGRAMME:

9h15: Accueil

10h: Ouverture

PRATIQUES DES RÉFÉRENTIELS

Président de séance: Philippe Colantoni
(UJM St-Étienne, vice-président délégué au numérique)

10h30: François Mistral
(ABES, responsable d’IdRef-Autorités)
IdRef: une offre de services à destination de la recherche pour enrichir les données et accroître leur interopérabilité.

11h30: Francesco Beretta
(CNRS, LARHRA UMR 5190)
Encodage et sémantique de textes historiques et référentiels publics: retour d’expériences et perspectives.

INDEXATION ET CORPUS NUMÉRIQUES

Président de séance: Thomas LeBarbé
(Université de Grenoble, coordinateur du Consortium CAHIER)

14h: Emmanuelle Morlock
(CNRS, HISOMA UMR 5189)
Indexation et qualification des contenus TEI: méthodes, outils et exploitations possibles.

15h: Thierry Joliveau
(UJM Saint-Étienne, EVS UMR 5600)
Retrouver, annoter, cartographier et analyser les entités spatiales nommées dans un corpus de romans parisiens.

16h: Laurent Capelli
(CNRS, Huma-Num)
Collectes, enrichissement et normalisations sur ISIDORE, la plateforme d’accès aux données numériques des SHS

Télécharger le programme.

Charles Fontaine au séminaire spécifique de l’IHRIM

Le mardi 11 décembre 2018 se tiendra le séminaire spécifique de l’IHRIM consacré à l’intime.

Élise Rajchenbach proposera une communication sur Charles Fontaine: “Confidences autobiographiques et lyrisme familial chez Charles Fontaine: des ambiguïtés de l’intime chez un poète à la Renaissance.”

Télécharger le programme de la journée.

Université Jean-Monnet de Saint-Étienne
33, rue du 11 Novembre
Bâtiment H, salle HR5



Charles Fontaine à la journée d’études “Configurations du champ poétique français autour de Marot et des recueils collectifs (1536-1537)”

Le jeudi 8 novembre 2018 se tiendra à l’Institut d’Études avancées, sis à l’hôtel de Lauzun la journée d’études Configurations du champ poétique français autour de Marot et des recueils collectifs (1536-1537), organisée par Nathalie Dauvois (Université Paris III-Sorbonne) et Julien Gœury (Université de Picardie-Jules Verne).

On y retrouvera de nombreux membres de l’équipe éditoriale du projet Font@ine. Une communication portera en particulier sur notre poète.

Programme de la journée:

Matinée

  • 9h – Accueil et introduction par Julien Gœury et Nathalie Dauvois
  • 9h30 – Jérémie Bichüe (Paris III): Stratégies individuelles et collectives à l’aube de la querelle Marot-Sagon: les Protologies françoises de Charles de La Hueterie, un “coup d’essay” de plus?
  • 10h – Sophie Astier (BM Marseille): François Sagon et ses réseaux. Premier essai de cartographie.
  • 11h – Nina Mueggler (Fribourg – Lyon 2): Victor Brodeau, secrétaire, poète et éditeur.
  • 11h30 – Sandra Provini (Rouen): Les réseaux de l’Esclave fortuné, bâtard d’Amboise, soldat et poète.

Après-midi

  • 14h – Elsa Kammerer (Lille III – IUF): Jean de Vauzelles et la Cour.
  • 14h30 – Claire Sicard (Paris-Diderot): Les deux blasons de Saint-Gelais, à la marge des blasons anatomiques du corps féminin.
  • 15h30 – Élise Rajchenbach (Saint-Étienne): Entrer dans le champ: les premiers pas de Charles Fontaine dans et en marge des recueils collectifs.
  • 16h – Julien Gœury (Amiens): La Hueterie et Beaulieu, ou comment faire fructifier la querelle des blasonneurs. (à confirmer)

Répondants: Jean Vignes, Michèle Clément, Nathalie Dauvois, Guillaume Berthon.

Hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou – Paris 4e.

Télécharger le programme.