L’indexation en TEI : brèves réflexions au prisme du projet Font@ine

Le balisage en XML-TEI, dans la dernière forme en date de sa « grammaire », offre à ses utilisateurs pas moins de 567 éléments différents (sans compter l’ouverture à, littéralement, une infinité de variations typologiques potentielles au sein de ceux-ci, dont l’usage est libre). Le moins que l’on puisse dire est qu’il couvre ainsi de vastes possibilités d’usage et de propos. Trop vastes même, trouveront peut-être certains s’ils se retrouvent abruptement devant cette liste vertigineuse. Le fond du problème, de toute évidence, est de déterminer – en l’espèce, pour le projet Font@ine, mais comme pour tout autre projet recourant à la TEI – quels éléments utiliser, mais aussi lesquels ne pas utiliser ; non pas que certains éléments soient mauvais en soi ; mais de manière à profiter au mieux des possibilités offertes par cet outil sans se perdre dans un océan de balises sans pertinence pour les objectifs visés. Il serait dommage d’ignorer les voies que peuvent ouvrir pour la recherche un balisage bien pensé d’un texte édité (parfois des voies auxquelles le chercheur n’aurait pas pensé spontanément) ; mais gare au chant des sirènes d’autres balises, a priori séduisantes, qui se révéleront n’entraîner, pour l’ingénieur, que des heures de travail d’encodage supplémentaire, mais stérile, faute d’être exploité ensuite. Ou, pour emprunter une autre métaphore au champ homérique : entre Charybde et Scylla – la masse allant se perdre dans les nuages, impossible à escalader, et le gouffre où l’information s’engloutit et disparaît –, il convient de tracer adroitement sa voie (et ce, autant que possible, de préférence dès l’appareillage plutôt qu’une fois au milieu des remous).

Lire la suite