Archives de l’auteur : paulgaillardon

Charles Fontaine, ou l’art de traduire

Je consacre un article, « Le Publian de Charles Fontaine : entre glose et traduction », dans le Français préclassique no 22, qui vient de paraître, à la traduction glosée que Charles Fontaine donne en 1557 des Mimes de Publian. Cette étude porte sur la porosité entre la traduction et le commentaire, parfois très personnel que livre le poète traducteur, du mimographe latin Publilius Syrus. Le texte est appréhendé ici dans son encodage même, dont les principes sont exposés. La structuration du texte en XML-TEI donne lieu à diverses exploitations permettant de délimiter la place de la glose par rapport à celle de la translation, ou celle de la langue latine qui fait parfois irruption. Se dessine un traducteur soucieux de rendre le texte intelligible, quitte à créer des développements, en tension avec l’esthétique de la brièveté propre au mimographe. Charles Fontaine se montre également soucieux d’adapter l’ouvrage à sa visée pédagogique et morale, en prenant au besoin parti contre les sentences mêmes qu’il traduit. Enfin, il se montre sensible à la forme gnomique, en rapprochant fréquemment les sentences de Publilius des tournures proverbiales françaises. Ces tournures étant répertoriées dans l’encodage, on a donc pu les rassembler et en donner une analyse lexicologique détaillée. L’acuité de Fontaine dans ses rapprochements entre les proverbes français et les sentences de l’auteur latin fait de cet auteur une source précieuse, car certaines des tournures  mises en lumière ne sont pas encore répertoriées dans les travaux des lexicographes modernes.