Archives de catégorie : Actualité scientifique autour de Charles Fontaine

Charles Fontaine à l’école d’été du CERCOR (6-8 septembre 2018)

Du 6 au 8 septembre 2021, se tiendra à Saint-Étienne la neuvième école d’été du CERCOR, coorganisée par Noëlle Deflou-Leca (CERCOR – UMR 8584), Thierry Pécout CERCOR) et Élise Rajchenbach (IHRIM – UMR 5317). À cette occasion, Élise Rajchenbach proposera une intervention sur “Penser, révéler, exploiter l’humanisme en réseaux: le cas de l’édition numérique des œuvres complètes de Chrales Fontaine”. Paul Gaillardon, quant à lui, animera un atelier: “Interroger l’œuvre de Charles Fontaine par requêtes XPath”.

Télécharger le programme.

Saisir Charles Fontaine dans sa prime enfance et reconstituer son milieu d’origine

La dernière livraison de la Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance publie un article d’Élise Rajchenbach exploitant l’inventaire après décès des parents de Charles Fontaine, découvert aux Archives nationales, ainsi que quelques autres documents d’archives. On y trouve une description de la maison familiale du futur poète, sur l’Île de la Cité à Paris, une identification des membres de la famille (noyau familial et cousins plus éloignés), une esquisse du milieu social et culturel dans lequel il évolue, celui d’une “literary family” (Neil Kenny).

Ces éléments biographiques nouveaux permettent d’appréhender sous un jour nouveau les confidences biographiques de Fontaine dans ses œuvres et de dater certaines pièces du poète. Surtout, ces découvertes invitent à explorer le champ encore largement vierge des archives concernant notre poète.

Élise Rajchenbach, “Charles Fontaine Parisien: une enfance à l’ombre de Notre-Dame (sur quelques documents d’archives récemment exhumés”, Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, tome LXXXIII, 1, 2021, p. 13-45.

Autour de Clément Marot et des recueils collectifs. Configuration du champ poétique français (1536-1537)

Nathalie Dauvois et Julien Goeury publient dans le dernier numéro des Cahiers de Recherches Médiévales et Humanistes un dossier intitulé “Autour de Clément Marot et des recueils collectifs. Configuration du champ poétique français (1536-1537)”. Il présente les contributions de divers membres de l’équipe Fontaine (Jérémie Bichüe, Elsa Kammerer, Nina Mueggler, Sandra Provini et Élise Rajchenbach), dont un article sur le cas de Charles Fontaine et ses tâtonnements pour s’inscrire dans la scène poétique en 1536-1537, étudiés à travers trois moments éditoriaux et amicaux: le concours des blasons, la mort du Dauphin et la querelle Marot-Sagon. Toujours en rapport avec Fontaine, Jérémie Bichüe réfléchit quant à lui à cette dernière querelle.

Ce numéro est l’occasion de mieux saisir le paysage poétique en France en 1536-1537, c’est-à-dire au début de la carrière poétique de Fontaine et de réfléchir à la part des amitiés et des réseaux dans la constitution d’une figure d’auteur et dans ses tentatives pour entrer dans le champ poétique.

Table des matières:

  • Julien Goeury, Nathalie Dauvois: Introduction
  • Jérémie Bichüe: Stratégies individuelles et collectives à l’aube de la querelle Marot-Sagon. Charles de La Hueterie, François de Sagon et leur imprimeur Olivier Mallard (1535-1537)
  • Guillaume Berthon: Combattant marotique, traducteur humaniste, auteur évangélique: la trajectoire de Calvy de la Fontaine
  • Élise Rajchenbach: Entrer dans le champ: les premiers pas de Charles Fontaine dans et en marge des recueils collectifs
  • Sophie Astier: Les réseaux de François de Sagon: premier essai de cartographie
  • Sandra Provini: Les Réseaux de l’esclave fortuné, bâtard d’Amboise, soldat et poète
  • Claire Sicard: 1536-1537, Mellin de Saint-Gelais ou l’étoile mystérieuse
  • Nina Mueggler: “Débroder Brodeau.” Victor Brodeau, secrétaire, poète et éditeur
  • Elsa Kammerer: Le Blason de la mort et son double en prose. Du nouveau sur Jean de Vauzelles, les Blasons et la “Danse de la mort” de Holbein (1536-1538)

Cahiers de Recherches Médiévales et Humanistes, 2020-2, no 4, p. 131-291.

Charles Fontaine, ou l’art de traduire

Je consacre un article, « Le Publian de Charles Fontaine : entre glose et traduction », dans le Français préclassique no 22, qui vient de paraître, à la traduction glosée que Charles Fontaine donne en 1557 des Mimes de Publian. Cette étude porte sur la porosité entre la traduction et le commentaire, parfois très personnel que livre le poète traducteur, du mimographe latin Publilius Syrus. Le texte est appréhendé ici dans son encodage même, dont les principes sont exposés. La structuration du texte en XML-TEI donne lieu à diverses exploitations permettant de délimiter la place de la glose par rapport à celle de la translation, ou celle de la langue latine qui fait parfois irruption. Se dessine un traducteur soucieux de rendre le texte intelligible, quitte à créer des développements, en tension avec l’esthétique de la brièveté propre au mimographe. Charles Fontaine se montre également soucieux d’adapter l’ouvrage à sa visée pédagogique et morale, en prenant au besoin parti contre les sentences mêmes qu’il traduit. Enfin, il se montre sensible à la forme gnomique, en rapprochant fréquemment les sentences de Publilius des tournures proverbiales françaises. Ces tournures étant répertoriées dans l’encodage, on a donc pu les rassembler et en donner une analyse lexicologique détaillée. L’acuité de Fontaine dans ses rapprochements entre les proverbes français et les sentences de l’auteur latin fait de cet auteur une source précieuse, car certaines des tournures  mises en lumière ne sont pas encore répertoriées dans les travaux des lexicographes modernes.

Soutenance de thèse de Jérémie Bichüe sur la querelle Marot-Sagon

Le vendredi 25 septembre 2020, Jérémie Bichüe, en charge dans notre équipe, des pièces de Fontaine dans la querelle Marot-Sagon, a soutenu sa thèse: ”Par satire replicquer”. La querelle Marot-Sagon: une œuvre collective (1535-1539) (sous la direction de Nathalie Dauvois, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, et de Guillaume Berthon, Université de Toulon).

Résumé:
Cette thèse se propose d’étudier la querelle Marot-Sagon (1535-1539) non pas seulement comme un objet d’histoire littéraire, mais comme une œuvre collective. La première partie définit la scénographie de la querelle par une approche chronologique et prosopographique. Elle présente les acteurs, les réseaux dans lesquels ils s’inscrivent et explore les sociabilités qui composent le champ poétique français des années 1530. Le tout permet de refonder la chronologie des faits et des publications. La deuxième partie rend compte des enjeux polycentriques du conflit, qui ne peuvent être compris qu’au croisement de différentes représentations de l’écriture du contre. Le blâme religieux à tendance judiciaire s’oppose à la pratique collective d’une satire comique, qui parodie les formes et les thèmes de la satire antique et médiévale. Le débat porte au fond sur les fondements éthiques de la satire, sans cesse renégociés, mais finalement dépassés. La dernière partie éclaire en effet la sociabilité poétique qui émerge du différend, en la comparant aux autres productions collectives de la décennie (blasons anatomiques du corps féminin, Fleurs de poesie françoyse). Elle mêle les apports de la bibliographie matérielle et de la sociopoétique pour démontrer que les poètes inventent, dans l’agôn, une performance satirique en style bas qui tire profit de la fiction de personne et du support imprimé. La théâtralisation de l’épître et la diffusion des libelles dans la ville transforment la querelle en un jeu de rôle, et la satire ad hominem permet in fine de mettre en scène la violence civile du temps. Le second tome offre une transcription intégrale des textes. 

 
Le jury se composait de Nathalie Dauvois, Guillaume Berthon, Michèle Clément, Jean-Charles Monferran, Estelle Doudet et Michel Magnien.
 
Vendredi 25 septembre 2020, 14h
Maison des Irlandais, 4 rue des Irlandais
 

Sur un correspondant de Charles Fontaine: Nicole Le Jouvre

Dans la dernière livraison de la Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, Élise Rajchenbach publie une note sur un correspondant récurrent de Charles Fontaine, Nicole ou Nicolas Le Jouvre. Cette note, rédigée à l’occasion de la découverte de poèmes autographes d’un poète qui a été au service de Catherine d’Amboise et de Jacques Thiboust, lève partiellement le voile sur la biographie d’une figure peu connue, quoique inscrite dans les réseaux poétiques de l’époque et qu’on retrouve également dans les œuvres de François Habert. La découverte met en lumière une pratique poétique  fondée sur l’échange de poèmes circonstanciels, écrits sur le vif, dont l’accès, aujourd’hui, est largement accidentel. Les rares témoignages de cette pratique qui demeurent de nos jours ne rendent en effet aucunement compte de la vitalité probable de cette poésie éphémère.

Élise Rajchenbach, “Nicole Le Jouvre. Un poète en Berry”, Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, tome LXXXII, 2020, no2, p. 323-330.

La Plume en l’absence: parution de l’ouvrage de Pauline Dorio

L’ouvrage de Pauline Dorio, “La Plume en l’absence”. Le devenir familier de l’épître en vers dans les recueils imprimés de poésie française (1527-1555), Genève, Droz, 2020, vient de paraître.

Présentation de l’éditeur:

Entre 1527 et 1555, l’affermissement de l’épître en vers à l’intérieur du champ poétique français se produit par le biais d’une “familiarisation” favorisée par le contexte éditorial des recueils d’auteur. Ce livre se donne pour but d’interroger une telle transfiguration. L’itinéraire du genre dévoile tout d’abord qu’aux balbutiements imprimés de l’épître (1527-1532) succède une période d’hégémonie éditoriale du modèle familier (1532-1549), avant que la diffusion de l’épître ne soit corrélée à la défense d’une poétique “marotique” (1549-1555).
La deuxième partie examine les représentations de l’épître personnelle, qui exhibe sa modestie par la revendication d’un intertexte récent, l’élaboration d’un decorum marginal et la mise en œuvre d’une poétique du sermo. Articulant les approches matérielle et poétique, la troisième partie montre comment la dispositio des sections d’épîtres fait surgir la singularité débordante de cette nouvelle poétique épistolaire.

Pauline Dorio est membre de l’équipe Fontaine. Elle en charge de l’édition du “Passetemps des amis” dans les Ruisseaux (1555). À ce titre, elle est amenée à étudier les diverses épîtres familières qui parsèment l’œuvre de Fontaine. La publication de cet ouvrage contribue avec richesse à l’étude de l’œuvre de notre polygraphe au sein de la production poétique imprimée de la première moitié du XVIe siècle.

Soutenance de thèse de Mathilde Vidal sur la poétique de l’étrenne

Mathilde Vidal, en charge, dans notre projet, de l’édition des Odes, enigmes et epigrammes adressez pour estreines de 1557, soutiendra le mercredi 25 septembre 2019 à partir de 14h sa thèse de doctorat intitulée Bon jour, bon an et bonne étrenne. Poétique de l’étrenne en vers de Marot à Scarron. Ses travaux, menés sous la direction de Jean Vignes (Université Paris-Diderot), explorent en particulier les riches productions de Charles Fontaine, qui procure pas moins de trois livres d’étrennes entre 1546 et 1557. Nul doute que cette thèse fera progresser notre compréhension et notre connaissance du corpus fontainien!

Résumé:
La longue tradition poétique qui consiste, depuis les épigrammes de Martial jusqu’aux poèmes et chansons du Moyen Âge, à offrir des vers pour le nouvel an est réinvestie, à la Renaissance, par Clément Marot et ses imitateurs, qui contribuent à sa large diffusion. Au cours du XVIe siècle, la pratique du don versifié pour le 1er janvier est explorée par de nombreux poètes, renouvelée au gré des modes et des contextes de production de la poésie. Traversant les courants et les écoles poétiques, elle fait l’objet de détournements sous la plume des poètes burlesques du début du XVIIe siècle, qui témoignent ainsi de la cristallisation du modèle. Si les formes, les registres et les modalités de mise en valeur au sein des recueils varient beaucoup d’une étrenne à l’autre, la circonstance calendaire et les motifs récurrents qui en découlent (renouvellement de l’année, mise en scène de l’acte du don, dimension augurale et inaugurale de la parole poétique) conduisent à envisager la cohérence d’un corpus foisonnant, composé de plus d’un millier de textes. Il s’agit donc de mesurer l’ampleur de la vogue, d’en dégager la chronologie précise et de s’interroger sur l’identité générique qui pourrait unir ces textes. Parce que l’étrenne reproduit et déplace le geste anthropologique du don rituel, sa poétique est structurée par des enjeux comparables: l’échange des biens – qui sont, dans le cas du poème, des mots et des “riens” – a pour vocation de tisser ou de maintenir un lien avec le destinataire. La valeur de la poésie comme don symbolique, mais non moins efficace, est donc au cœur de cette étude.

Le jury se composera de Nathalie Dauvois, Pascal Debailly, Jean-Charles Monferran, Alain Génetiot, Nathalie Koble et Jean Vignes.

Mercredi 25 septembre, 14h
Université Paris-Diderot (5, rue Thomas Mann, 75013)
Bâtiment des Grands Moulins, salle Pierre Albouy (6e étage)

Biblyon 2019

Le vendredi 28 juin 2019 aura lieu, à l’Enssib de Lyon, la nouvelle journée Biblyon. Si Le cas de Charles Fontaine n’est pas directement abordé, en revanche, l’après-midi consacrée au livre illustré à Lyon devrait contribuer à éclairer certaines de ses éditions.

Matinée: 9h30-12h30

  • Michèle Clément (Université Lyon 2 – IHRIM) et Raphaële Mouren (Institut Warburg – Centre Gabriel Naudé): Présentation et actualités de l’an passé.
  • Biblyon, recherches récentes
    Hélène Lannier (Université Lyon 2 – IHRIM, Centre Gabriel Naudé) : Résultats des recherches sur Benoît Court, un juriste humaniste et ses livres.
    Jean-Benoît Krumenacker (Université Lyon 2 – Ciham, Centre Gabriel Naudé) : Retour sur les premières décennies de l’imprimerie à Lyon.
    Simonetta Adorni Braccesi: La lettre de Henri Corneille Agrippa « Suo Michaeli de Arando… » (Lyon, 7 mai 1526)  ou l’apologie de sa Brefve declamation.
    Malcolm Walsby (Université Rennes 2): Jean Pillehotte et les multiples incarnations de l’anonymat.

Déjeuner (buffet)

Après-midi: 14h-17h30
Le livre illustré à Lyon au XVIe siècle

  • Barbara Tramelli (CNRS, Equipex Biblissima) : Le livre illustré et l’iconographie de la Renaissance lyonnaise : le projet Biblissima.
  • Matilde Malaspina (Cerl – 15cBOOKTRADE Project) : 15cILLUSTRATION: A database to track the production and circulation of printed images in incunables and 16th-century books.
  • Pause
  • Paul Taylor (Institut Warburg) : Bernard Salomon and the Lyonnais hatching style.
  • Richard Cooper (Université d’Oxford) : Illustrer les livres sur les Antiquités à Lyon.

Conclusions

Claude Longeon: l’humanisme forézien et la Renaissance européenne

L’un des grands chantiers de l’édition numérique des œuvres de Fontaine est constitué par l’identification des multiples dédicataires du poète. Parmi les travaux particulièrement utiles, les ouvrages de Claude Longeon constituent un ensemble non négligeable. On peut citer en particulier trois ouvrages:

  • Les Écrivains foréziens du XVIe siècle: répertoire biobibliographique, Saint-Étienne, Centre d’études foréziennes, 1970;
  • Documents sur la vie intellectuelle en Forez au XVIe siècle, choisis et présentés par Claude Longeon, Saint-Étienne, Centre d’études foréziennes, 1973;
  • Une province française à la Renaissance: la vie intellectuelle en Forez au XVIe siècle, Saint-Étienne, Centre d’études foréziennes, 1974.

Les jeudi 21 et vendredi 22 mars 2019, l’association Réforme Humanisme Renaissance et le laboratoire IHRIM – UMR 5317 rendront hommage à Claude Longeon:

Pionnier des études seiziémistes en France, éditeur infatigable de textes rares, membre fondateur de deux sociétés savantes, RHR et la SFDES, le Professeur Claude Longeon fut l’une des grandes figures de la recherche française.
Trente après sa mort, l’association RHR lui rend hommage, en proposant une journée d’étude consacrée aux principaux champs qu’il a largement contribué à défricher. Auteur de travaux sur Étienne Dolet, Jeanne Flore ou Louis de Berquin, Claude Longeon a nourri le souci constant d’inscrire ses recherches régionales dans les perspectives plus vastes de la Renaissance et de l’humanisme français.
L’association RHR invite ainsi les chercheurs à défendre et illustrer la vitalité des objets de recherche dont Claude Longeon fut le précurseur.

Programme de la journée d’étude:
Claude Longeon: l’humanisme forézien et la Renaissance européenne

9h00 –Accueil des participants
9h15 –Ouverture par Stéphane Riou, vice-président à la recherche (sous réserve) et Christelle Bahier-Porter (responsable de l’IHRIM Saint-Étienne)

9h30 –Évelyne Berriot-Salvadore (Université de Montpellier) : « Claude Longeon : les nouvelles provinces du chercheur »

Session 1 : Humanisme et interdisciplinarité
Présidente de séance : Marie-Luce Demonet (Université de Tours, CESR)

10h00 –Géraldine Cazals (Université de Rouen) : « Longeon, Papon et les juristes »
10h25 –Hélène Cazes (University of Victoria) : « De la Dissection aux Paradoxes, le sujet des femmes chez Charles Estienne »
10h50-11h : Questions
11h-11h15 : Pause

Session 2 : Bibliothèques d’hier et d’aujourd’hui
Président de séance : Antony McKenna (Université Jean-Monnet de Saint-Étienne)

11h15 –Raphaële Mouren (Warburg Institute) : « Claude Longeon et les fonds anciens des bibliothèques et archives de Saint-Étienne, entre étude et valorisation »
11h40 –Catherine Magnien-Simonin (Université de Bordeaux) : « La bibliothèque “latine” d’Antoine Du Verdier »
12h05-12h15 : Questions

Pause déjeuner

Session 3 : Les publications lyonnaises en question
Présidente de séance : Michèle Clément (Université de Lyon)

14h – Gilles Polizzi (Université de Haute Alsace) : « Le débat reste ouvert : Claude Longeon et la question de Jeanne Flore »
14h25 – Sophie Astier (Bibliothèque Municipale de Marseille) : « De 1540 à 1543 : Étienne Dolet et l’amplification des Gestes »
15h05-15h20 : Pause

Session 4 : Parcours individuels, humanisme européen
Présidente de séance : Sylvie Laigneau-Fontaine (Université de Dijon)
15h20 –Richard Cooper (Brasenose College, Oxford) : « Claude d’Urfé et le Forez »
15h35 –Mathieu Ferrand (Université de Grenoble) : « Berquin, les Théologastres et le théâtre des étudiants (1521-1531) »

16h20 – Élise Rajchenbach (Université Jean-Monnet de Saint-Étienne) : clôture.

Dernière minute:
Sophie Astier ne pourra malheureusement pas assurer son intervention. Son article figurera toutefois dans les actes de la journée d’étude qui seront publiés dans le numéro 90 de la revue RHR (juin 2020).
Elle sera remplacée par Nina Mueggler sur le sujet suivant: “La Contr’Amye de Court de Charles Fontaine (1543): comment éditer un texte en réseau?”.

Le programme est téléchargeable ici ainsi que sur le site de RHR.

On pourra, à cette occasion, visiter deux expositions:

  • Ouvrages de la Renaissance. Écrivains originaires du Forez (Médiathèque Tarentaize – 20-24 rue Jo Gouttebarge – Saint-Étienne, 7-23 mars 2019). Télécharger l’affiche.
  • Claude Longeon (1941-1989), professeur des universités, écrivain, co-fondateur de sociétés savantes (BU Tréfilerie – 1, rue Tréfilerie – Saint-Étienne).

Cette manifestation, organisée par Élise Rajchenbach, s’inscrit dans les festivités des 50 ans de l’UJM Saint-Étienne (Université de Lyon). Elle est organisée par RHR et par l’IHRIM Saint-Étienne (UMR 5317), en collaboration avec la SFDES, la Bibliothèque Universitaire Tréfilerie, la Médiathèque Tarentaize et la ville de Saint-Étienne.
La journée d’étude est par ailleurs couplée avec l’Assemblée générale et le CA de l’association RHR, qui se tiendront la veille, toujours à Saint-Étienne.



Charles Fontaine, poète et pédagogue

Si l’on connaît les travaux de Marine Molins sur les activités de Fontaine comme pédagogue, notamment à travers son travail de traduction, l’œuvre de jeunesse de notre poète est pour le moment largement restée dans l’ombre.

Agnès Passot-Mannooretonil publie un ouvrage qui devrait ouvrir de nouvelles perspectives sur la question, Poètes et pédagogues de la Réforme catholique (Paris, Classiques Garnier, 2019). Elle consacre en particulier quelques chapitres au jeune Fontaine. À découvrir au plus vite, donc!

Lire la présentation de l’éditeur.

Charles Fontaine, lecteur d’Horace



Nathalie Dauvois, Michel Jourde et Jean-Charles Monferran ont réuni, dans un volume tout juste paru, Chacun son Horace. Appropriations et adaptations du modèle horatien en Europe (XVe-XVIIe siècles), dix-sept contributions sur les appropriations et les lectures d’Horace du XVe au XVIIe siècles.

À la différence de Virgile qui n’était pas théoricien, ou d’Aristote qui n’était pas poète, Horace offre à la fois une théorie et une pratique, et celles-ci cultivent l’ambiguïté, sinon la contradiction. Il est sensible, comme poète et comme théoricien, à la variété, à la différence et au droit de l’appropriation. Ses textes permettent, loin de tout système et par morceaux épars, de mettre au premier plan des questions essentielles, littéraires, linguistiques et sociales, sur l’autorité de l’usage, la portée de l’innovation, la relation au modèle, questions qui ne cessent d’occuper la première Modernité. Aussi selon les milieux, les options poétiques, les générations, chacun s’accapare Horace et s’en réclame, l’accommode à ses propres idées, la plasticité du texte horatien permettant ces adaptations concurrentes ou successives. Issues pour la plupart du colloque organisé à l’Université Sorbonne-Nouvelle/Paris 3 les 11 et 12 juin 2015, les dix-sept études réunies dans ce volume examinent certains des débats et des conflits suscités par Horace et ses textes, ou certaines appropriations de son modèle. Elles viennent clore à leur manière les quatre années du projet ANR consacré à la réception d’Horace à l’âge moderne.

Le volume présente un article d’Élise Rajchenbach sur le cas de Charles Fontaine. L’article s’attache à étudier comment, dans les Ruisseaux de 1555, Fontaine, directement incriminé par Du Bellay dans le Deffence et Illustration de la Langue Françoyse, s’attache à répondre à celui qui se présente comme le nouvel Horace français en se fondant, lui aussi, sur le modèle horatien.

Élise Rajchenbach, “Les Ruisseaux horatiens de Fontaine: une réponse à la Deffence et Illustration de la Langue Françoyse?”, in Chacun son Horace. Appropriations et adaptations du modèle horatien en Europe (XVe-XVIIe siècles), éd. N. Dauvois, M. Jourde et J.-C. Monferran, Paris, Champion, 2019, p.157-174.

Voir l’annonce de la parution du volume sur le site de l’IHRIM.

Charles Fontaine possède son article Wikipedia

Jusque très récemment, Charles Fontaine ne possédait pas d’article Wikipedia. Ce manque est désormais comblé grâce au travail de longue haleine de Mathilde Gardet et de Kilian Nicolas, étudiants en première année de master recherche à l’Université Jean Monnet Saint-Étienne.

Cette page a été conçue dans le cadre du séminaire de master que j’ai mené au premier semestre 2018-2019. Ce séminaire proposait cette année une initiation à l’édition de textes anciens en prenant pour support Les Ruisseaux de Fontaine. Pendant que la majeure partie des étudiants élaboraient chacun une petite édition critique d’une centaine de vers ou d’un ensemble en prose cohérent équivalent, Mathilde Gardet et Kilian Nicolas ont effectué ce travail de synthèse et de rédaction tout en se conformant aux exigences spécifiques de l’encyclopédie collaborative en ligne. Ils ont présenté leur travail en cours lors d’un exposé suivi d’un moment d’échanges nourris avec le groupe. Le projet scientifique d’édition des œuvres de Fontaine s’inscrit ainsi dans une démarche pédagogique, conformément à la vocation de l’Université, qui est de lier l’enseignement et la recherche. Il a également formé les étudiants à un travail d’articulation entre recherche scientifique et vulgarisation.

L’article est consultable et amendable, conformément à la vocation de l’encyclopédie collaborative. Lire l’article.

Grâce à cette page, Charles Fontaine et le projet d’édition de ses œuvres gagnent en visibilité et en notoriété. Souhaitons que cet article ouvre la voie à une présence accrue ainsi qu’à une présentation plus juste de Fontaine dans les ouvrages d’histoire littéraire et dans les anthologies destinées au grand public.

Charles Fontaine au séminaire spécifique de l’IHRIM

Le mardi 11 décembre 2018 se tiendra le séminaire spécifique de l’IHRIM consacré à l’intime.

Élise Rajchenbach proposera une communication sur Charles Fontaine: “Confidences autobiographiques et lyrisme familial chez Charles Fontaine: des ambiguïtés de l’intime chez un poète à la Renaissance.”

Télécharger le programme de la journée.

Université Jean-Monnet de Saint-Étienne
33, rue du 11 Novembre
Bâtiment H, salle HR5



Charles Fontaine à la journée d’études “Configurations du champ poétique français autour de Marot et des recueils collectifs (1536-1537)”


Le jeudi 8 novembre 2018 se tiendra à l’Institut d’Études avancées, sis à l’hôtel de Lauzun la journée d’études Configurations du champ poétique français autour de Marot et des recueils collectifs (1536-1537), organisée par Nathalie Dauvois (Université Paris III-Sorbonne) et Julien Gœury (Université de Picardie-Jules Verne).


On y retrouvera de nombreux membres de l’équipe éditoriale du projet Font@ine. Une communication portera en particulier sur notre poète.


Programme de la journée:

Matinée

  • 9h – Accueil et introduction par Julien Gœury et Nathalie Dauvois
  • 9h30 – Jérémie Bichüe (Paris III): Stratégies individuelles et collectives à l’aube de la querelle Marot-Sagon: les Protologies françoises de Charles de La Hueterie, un “coup d’essay” de plus?
  • 10h – Sophie Astier (BM Marseille): François Sagon et ses réseaux. Premier essai de cartographie.
  • 11h – Nina Mueggler (Fribourg – Lyon 2): Victor Brodeau, secrétaire, poète et éditeur.
  • 11h30 – Sandra Provini (Rouen): Les réseaux de l’Esclave fortuné, bâtard d’Amboise, soldat et poète.

Après-midi

  • 14h – Elsa Kammerer (Lille III – IUF): Jean de Vauzelles et la Cour.
  • 14h30 – Claire Sicard (Paris-Diderot): Les deux blasons de Saint-Gelais, à la marge des blasons anatomiques du corps féminin.
  • 15h30 – Élise Rajchenbach (Saint-Étienne): Entrer dans le champ: les premiers pas de Charles Fontaine dans et en marge des recueils collectifs.
  • 16h – Julien Gœury (Amiens): La Hueterie et Beaulieu, ou comment faire fructifier la querelle des blasonneurs. (à confirmer)

Répondants: Jean Vignes, Michèle Clément, Nathalie Dauvois, Guillaume Berthon.

Hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou – Paris 4e.

Télécharger le programme.