Archives de catégorie : Avancées du projet

Lancement du moteur de recherche sur le site

Le site consacré à l’édition numérique des œuvres de Charles Fontaine est désormais doté d’un moteur de recherche, disponible à partir de l’onglet “Rechercher”.

Il permet d’effectuer une recherche dans l’ensemble des documents publiés sur le site ou dans un corpus restreint (par œuvre(s), par type d’œuvre, par type de source, par date). Il offre également la possibilité d’affiner la recherche à l’aide de requêtes XPath pour lesquelles Paul Gaillardon a conçu un guide destiné aux néophytes. C’est ainsi qu’on peut choisir d’effectuer des recherches, par exemple, dans les titres de pièces, dans les citations ou encore dans les traductions ponctuelles insérées dans les œuvres du polygraphe.

Le moteur a été financé grâce aux fonds octroyés par l’IUF à Elsa Kammerer qui édite par ailleurs les Figures du Nouveau Testament (édition de 1556) ainsi que la Salutation au Roi (1564). Il a été élaboré par Victor Poichot (Webportage – NODALYS SAS). Qu’ils en soient vivement remerciés!

Les XXI Epistres d’Ovide sont désormais en ligne

L’édition de 1556 des XXI. Epistres d’Ovide, dont les dix premières sont traduites par Charles Fontaine et les suivantes par Octovien de Saint-Gelais, dans une version adaptée par Fontaine, est désormais en ligne, grâce au travail, de Sandra Provini (transcription des paratextes jusqu’au feuillet 14), de Léopold Boyer (transcription et encodage des épîtres I-X et des paratextes), de Yanet Hernández, stagiaire issue du master Rare Books and Digital Humanities de l’Université de Besançon (transcription des épîtres XI-XVIII, transcription et encodage des épîtres XIX-XX), d’Élise Rajchenbach (transcription de l’épître XXI, de l’ensemble des textes adjoints en fin de volume, des errata et de la table des matières) et surtout de Paul Gaillardon, qui a encodé, relu et lissé l’ensemble du travail avant de le publier sur le site.

Grâce à la générosité de ProQuest, qui a effectué la numérisation de l’exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France (Réserve P-Yc-722), le mode image est également accessible en vis-à-vis du mode texte. Nous leurs exprimons nos vifs remerciements.

Désormais, le travail éditorial pourra être effectué par Sandra Provini (Université de Rouen, CEREdI).

Les XXI. Epistres d’Ovide, Lyon, Jean de Tournes et Guillaume Gazeau, 1556.

La Victoire et Triumphe d’Argent en mode image

La Victoire et Triumphe d’Argent contre Cupidon (Lyon, François Juste, 1537) est désormais accessible en mode image. L’unicum est conservé à la Bibliothèque nationale de France (Rés. Ye-1601).

Pour une présentation rapide de certains enjeux du texte, avant la publication de l’édition annotée accompagnée d’une étude de ses enjeux, on se reportera au fil Twitter de vulgarisation consacré à l’ouvrage.

La Fontaine d’Amour en mode image

La Fontaine d’Amour (Lyon, Jean de Tournes, 1545), est désormais accessible en mode image en sus du mode texte. La Bibliothèque nationale de France nous a gracieusement autorisés à en publier la numérisation, qui n’était jusqu’alors disponible que sur Gallica intramuros. Dans l’état actuel de nos connaissances, trois exemplaires sont conservés dans des bibliothèques publiques, dont un seul en France (BnF Rés. P-Ye-2084). L’accessibilité de cette numérisation ainsi que l’élaboration d’une édition numérique de l’œuvre sont, en ce sens, particulièrement importantes.

Les autres exemplaires répertoriés sont conservés à la British Library (C 117 ff 7) et à la Württembergische Landesbibliothek de Stuttgart (R 16 Fon 1).

Les Estreines en images

Déjà accessible en mode texte, les Estreines (Lyon, Jean de Tournes, 1546) présentent désormais le mode image en vis-à-vis de la transcription. Cette publication est permise grâce au soutien gracieux de ProQuest, qui a effectué la numérisation de l’unicum conservé à la bibliothèque de l’Arsenal (8 BL 11805).

L’indexation des noms de personnes est en cours d’élaboration par Élise Rajchenbach. Elle servira de test à l’indexation prosopographique de l’ensemble des ouvrages de Fontaine publiés dans le cadre du projet. On peut d’ores et déjà accéder aux fiches prosopographiques des destinataires et des délocutés figurant dans le recueil, grâce à la base prosopographique hébergée sur le site. Elles seront progressivement affinées et complétées, certains destinataires n’ayant pas encore été pleinement identifiés.

D’un point de vue technique, la base prosopographique est mise en place par Léopold Boyer, Paul Gaillardon et Maud Ingarao. Qu’ils en soient vigoureusement remerciés!

Le Jardin d’Amour a fleuri en ligne

Une édition tardive de Charles Fontaine, Le Jardin d’Amour, probablement publiée après la mort de l’auteur par Benoist Rigaud en 1572, est désormais en ligne.

Ce texte, longtemps confondu avec Le Jardin d’Amour dans les bibliographies, était considéré comme perdu jusqu’en 2010 où l’édition de 1588 a été identifiée par Élise Rajchenbach dans les collection de la Bibliothèque de l’Arsenal (8-BL-12026). Un exemplaire de l’édition de 1572 figurait dans la collection de Pierre Bergé (signalé oralement par Guillaume Berthon). Il est passé à la vente le 28 juin 2017. C’est sur cet unicum, longtemps considéré comme perdu, qu’a été réalisée la transcription, dans un souci de préservation patrimoniale. Que son propriétaire actuel soit vivement remercié!

Le recueil du Jardin d’Amour s’articule en deux parties. La première présente une version réduite de La Fontaine d’Amour (il s’agit probablement d’un état antérieur, quoique publié presque plus tard). La seconde propose “Le Jardin d’Amour”, dont on peut dater la rédaction des alentours de 1540. L’existence de deux versions de La Fontaine d’Amour permettra, à terme, d’aborder le recueil sous l’angle génétique (l’édition de 1572 ayant sans doute été élaborée à partir d’un ancien manuscrit de Fontaine).

Pour le moment, seul le mode texte est accessible. Le mode image suivra (MAJ du 3 mai 2021: le mode image est désormais accessible).

La saisie a été effectuée par Élise Rajchenbach, L’encodage de structuration et la mise en ligne par Paul Gaillardon.

Bibliographie:

  • Annonce de la découverte faisant l’objet de l’article suivant dans Le Bulletin du Bibliophile, 2010, no 2, p. 422.
  • Élise Rajchenbach, « Des graines dans le Jardin : un recueil inconnu (ou presque) de Charles Fontaine (1572–1588) », in Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. G. De Sauza et É. Rajchenbach, Genève, Droz, 2014, p. 123–146.
  • Marine Molins, Charles Fontaine traducteur. Le poète et ses mécènes, Genève, Droz, 2011, p. 63-64.

Plongée dans l’enfance de Fontaine

L’inventaire après décès des parents de Charles Fontaine, alors âgé de tout juste 7 ans, est désormais accessible en mode texte et en mode image. L’inventaire, dressé par les notaires Jean Calais et Maurice Damjan, est conservé aux Archives nationales sous la cote MC/ET/CXX/4 (13 novembre 1522).

Élise Rajchenbach, qui l’a découvert, en a effectué la transcription. Cette dernière a été revue par Marguerite-Marie Luquet, pour le Service de Transcription de l’École des Chartes, qui a généreusement accepté de mener ce travail inhabituel de relecture et de correction d’une transcription préexistante. L’encodage TEI et la mise en ligne est l’œuvre de Paul Gaillardon.

On y trouve les noms des parents de Charles Fontaine, ainsi que de ses frères et sœurs, ses tuteurs et d’autres membres de la famille. On apprend que le père, Jean Fontaine, était marchand de grain, rue du Marché Palu face à la rue Neuve Nostre-Dame, à l’enseigne de la fleur de lis. Ce document, très précieux, permet d’éclairer l’enfance du poète qui était encore mal connue. Il permet notamment de confirmer les quelques renseignements livrés par Fontaine dans ses œuvres.

La publication de l’inventaire après décès, qui inaugure l’espace “Archives” du projet Fontaine, met en lumière la nécessité de poursuivre le travail aux archives, à Paris et à Lyon au moins. D’autres documents ont déjà été découverts, qui révèlent la richesse de ce champ qui reste largement à défricher. Appel aux Chartistes! Il y a matière à une thèse de l’École des Chartes.

Un article d’Élise Rajchenbach, présentant plus précisément les découvertes liées à l’exhumation de ce document paraîtra dans la prochaine livraison de la Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance.

À suivre…

Artémidore publié

La transcription de l’Epitomé des cinq premiers livres d’Artemidore (Lyon, Jean de Tournes, 1555), par Charles Fontaine, est désormais en ligne. La saisie a été effectuée par Léopold Boyer et Élise Rajchenbach, l’encodage et la structuration par Léopold Boyer et Paul Gaillardon.

 

Sur cet ouvrage, qui a encore peu attiré l’attention de la critique, on consultera Jean-Marie Flamand, “Charles Fontaine, traducteur d’Artémidore (1546), in Charles Fontaine. Un humaniste parisien à Lyon, éd. G. de Sauza et É. Rajchenbach, Genèvre, Droz, 2014, p. 31-54.

Crédit photos: BnF. Arsenal 8-S-14187

La première partie du Promptuaire des médailles (1553) est en ligne

 

La Premiere Partie du Promptuaire des Medalles (Lyon, Guillaume Rouillé, 1553), traduite par Charles Fontaine, est désormais en ligne, grâce, d’une part, au travail de transcription et d’encodage de Léopold Boyer et, d’autre part, d’encodage et de relecture de Paul Gaillardon.


Ce magnifique ouvrage orné de portraits gravés par Georges Reverdy, a été d’abord rédigé en latin par Guillaume Rouillé, d’après la préface à l’édition latin, avant d’être traduit en français par Fontaine, qui y fait figurer un quatrain à la gloire d’Henri II à la fin de la Seconde partie, f° qq 5 v°:

 

Au Roy Treschrestien Henri second du nom, Charles Fontaine.
Roy bien aymé, ton regne a ce bon-eur,
Que tu es craint d’un peuple renommé:
Mais en ceci tu as comblé l’honneur,
Que sus tous Roys tu es Roy bien-aymé.

Une traduction italienne complète l’ensemble. Le nombre d’exemplaires conservés, ainsi que leurs provenances, parfois illustres, rendent compte succès de l’ouvrage qui est réédité et complété par la suite.

Crédits: Riverrunbooks (site de vente). Exemplaire en latin portant, sur la page de titre, le blason de Jacques II et de Mary Ire.

Les enregistrements musicaux sont désormais en ligne

Dix poèmes publiés dans La Fontaine d’Amour ont été mis en musique par Phinot et Lupi dans le chansonnier de Beringen de 1548. Grâce au travail d’édition de Marc Desmet et à l’interprétation d’Anne Delafosse et la classe de musique ancienne du CESR, on peut de nouveau écouter ces mises en musique, pour la première fois depuis le XVIe siècle.

Les conditions de travail inédites ne nous permettent pas de créer aisément une page dédiée dans l’espace “Ressources” du site, mais on peut accéder aux poèmes, lire les partitions et écouter les enregistrements à partir de la transcription de La Fontaine d’Amour.

Il s’agit des épigrammes suivantes:

  • “Si vraye amour merite recompense”
  • “Je l’ay perdu bien meschamment”)
  • “Souvent je veulx baiser Catin”
  • “Un vieillard maintenir vouloit”
  • “La Dame qui tant te farfouille”
  • “Navré m’avez, vous me pouvez guerir”
  • “Ta beaulté me donne esperance”
  • “Par toy je vis, par toy je mœurs”
  • “Catin veult que souvent la voye”

Que ces morceaux adoucissent un peu les longues journées de confinement, avec ou sans enfants…

Pour les mélomanes, le Berliner Philharmoniker rend disponibles gratuitement ses opéras. Il suffit de s’inscrire avant le 30 mars avec le code BERLINPHIL sur la page dédiée.

Le projet Font@ine rejoint le consortium CAHIER

Depuis le mois de décembre 2019, le projet d’édition numérique des œuvres de Charles Fontaine a rejoint le consortium CAHIER.

À ce titre, le projet s’engage à respecter les principes du FAIR:

  • F – “Facile à trouver”, le corpus est hébergé sur la plateforme de la TGIR Huma-Num.
  • A – “Accessible” librement.
  • I – “Interopérable”, le corpus est encodé selon les normes XML-TEI.
  • R – “Réutilisable”, le corpus mis en ligne sera prochainement téléchargeable.

Les Dicts des Sept Sages sont en ligne

Le travail éditorial sur la poésie gnomique traduite par Charles Fontaine avance. Après la mise en ligne des Mimes de Publian et des Sentences du poete Ausone, c’est au tour des Dicts des Sept Sages (Lyon, Jean Citoys, 1557) d’être publiés. La transcription diplomatique et le premier encodage de structuration ont été effectués par Léopold Boyer. Une première relecture et l’affinement de l’encodage de structuration sont le fruit du travail de Paul Gaillardon.

Grâce à eux, les trois recueils de poésie gnomique de Charles Fontaine sont désormais accessibles en ligne, en mode texte et en mode image.

 

Crédits: Gallica

Les Sentences du poete Ausone (1558) sont en ligne

Les Sentences du poete Ausone, sur les dicts des sept Sages (Lyon, Jean Brotot, 1558) sont désormais en ligne. La transcription et l’encodage ont été effectués par Léopold Boyer. La révision de la saisie et de l’encodage est l’œuvre de Paul Gaillardon, qui a également procédé à la mise en ligne.

Le mode image présente l’exemplaire de la Bibliothèque municipale de Besançon (cote 203315) qui a généreusement fait photographier son exemplaire, l’un des deux seuls répertoriés dans une bibliothèque publique, d’après USTC. À cet égard, nous remercions chaleureusement Anne Verdure-Mary qui a permis ce partage, alors que la reliure de l’exemplaire ne permettait pas de numérisation et que l’exemplaire de la BnF (Rés P-Yc-1603) n’était pas non plus numérisable. Rappelons ici le rôle essentiel et précieux des conservateurs qui, soucieux de trouver des solutions aux limites posées par les nécessités de conservation, permettent l’avancement des projets de recherche.

Crédits: © Éric Chatelain. Ville de Besançon.

Les Nouvelles et Antiques Merveilles sont désormais en ligne

La transcription diplomatique du riche volume des Nouvelles et Antiques Merveilles, publié à Paris chez Guillaume Le Noir en 1554, est désormais en ligne. Ouvrage élaboré à la gloire de la France, productrice de Nouvelles Merveilles en tant qu’un Français, Jean de Béthencourt, aurait découvert le Nouveau Monde, Les Nouvelles et Antiques Merveilles mettent en regard deux époques afin de constituer la France comme héritière des puissances antiques – Rome au premier chef. C’est ainsi que Fontaine propose une série d’épitomés: les voyages de Vespucci rédigés par Fracanzio da Montalboddo, le De Assé de Guillaume Budé, la Vie des douze Césars de Suétone. Y sont adjoints un important “Dieu gard a la ville de Paris” ainsi qu’une série de poèmes de Fontaine ou adressés à Fontaine.

La transcription a été effectuée par Léopold Boyer et Élise Rajchenbach. L’encodage et sa révision sont le fruit du travail de Léopold Boyer et Paul Gaillardon.

Bibliographie:

  • “Charles Fontaine”, Fiche Editef, L’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité.
  • Élise Rajchenbach, “Charles Fontaine, passeur du De Assé?”, in Les Noces de Philologie et de Guillaume Budé, éd. Christine Benevent, Romain Menini et Luigi-Alberto Sanchi, Paris, Presses de l’École des Chartes, à paraître.

Crédits: Bayerische Staatsbibliothek, Munich.