Le fils de Charles Fontaine, auteur d’un ouvrage pédagogique à succès?

D’après la notice de la BnF, le fils de Charles Fontaine, Jean, né de son mariage avec Flora, serait l’auteur d’un ouvrage d’apprentissage du latin destiné aux enfants, régulièrement réédité à Lyon au cours du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, l’Hortulus puerorum .

Si Jean Fontaine est bien le fils de Charles (ce qui reste à démontrer), on pourrait déceler une certaine cohérence des intérêts familiaux. On sait que Charles Fontaine fut brièvement à la tête du Collège de la Trinité et qu’il publie des ouvrages à vocation pédagogique pour les enfants royaux. Voir son fils proposer un ouvrage d’apprentissage du lexique latin à destination des enfants n’aurait, en ce sens, rien de surprenant.

Toutefois, l’identification de l’auteur Jean Fontaine avec le fils de Charles Fontaine est bien évidemment à prendre avec d’infimes précautions. La source indiquée, pour cette identification est « DBF (art. Charles Fontaine) », source que nous n’avons pas encore pu identifier malgré l’appui des bibliothécaires de la BnF interrogés. Par ailleurs, les notices ISNI et VIAF le confondent avec ses (nombreux) homonymes.

Le lieu de publication de l’ouvrage (Lyon) pourrait aller dans le sens de cette attribution. La date de l’édition princeps (1561) invite en revanche à plus de précautions. Si Charles Fontaine épouse Flora au début de l’année 1544, comme il est communément admis, son fils Jean, qui est le second fils de Charles (Ruisseaux, p. 55), aurait au plus 15 ans en 1561. Par ailleurs, Antoine du Verdier, qui lui consacre une notice, n’indique pas de lien de parenté avec Charles Fontaine:

Il a escrit en Latin, & depuis traduit en François, un livre qu’il a intitulé le petit jardin pour les enfans, contenant les noms & appellations de toutes sortes d’oyseaux, animaux, poissons, serpents, arbres, herbes, plantes & autres choses semblables, le tout reduit par lieux communs, & encores par ordre alphabetiq ou d’A, b, c, avec le Latin à costé du François: & au livre Latin, il a mis le François apres, imprimé à Lyon par Charles Pesnot l’an 1581 (sic).

Ajoutons qu’Alexandre Cioranescu lui attribue un autre ouvrage pour lequel nous ne connaissons aucun exemplaire, une Replique à M. Pons, sur la deffence qu’il a faict imprimer de la composition d’Alkermes, Avignon, (Jacques Bramereau), 1599 ( voir USTC). Ici encore (et certainement plus), les précautions sont de mise.

Sources:

  • Jean Fontaine, Hortulus puerorum pergratus ac perutilis Latine discentibus adjecimus duos in calce dialogos cum quorundam ludorum explicatione, Lyon, Louis et Charles Pesnot, 1561. Notice USTC. Reproduction sur Gallica.
  • Jean Fontaine, Petit jardin pour les enfans, fort agreable & profitable pour aprendre Latin: Distingué par Chapitres, et selon l’ordre Alphabetique, commençeant par les vocables François, Lyon, Louis et Charles Pesnot, 1561. Notice USTC.
  • Cioranescu A., Bibliographie de la littérature française du seizième siècle, Paris, 1959, article « Jean Fontaine », notices 10119 et 10120.
  • Du Verdier, article « Jean Fontaine », p. 223-224.
  • De Sauza G. et Rajchenbach É, « Introduction », in Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. G. de Sauza et É. Rajchenbach, Genève, Droz, 2014, p. 11-27.
  • Marine Molins, « Mimes, sentences et énigmes à l’usage des enfants royaux. Traductions nouvelles de Charles Fontaine (1557-1558), in Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. G. de Sauza et É. Rajchenbach, Genève, Droz, 2014, p. 73-83.

Séminaire du vendredi 9 février 2018

Matin (10h30-12h30)

  • Retour sur les premiers travaux de transcription des textes et sur le travail éditorial: difficultés méthodologiques, réflexions et propositions. Avec Paul Gaillardon et Léopold Boyer.
  • Présentation des textes édités: Ugo Païs (Université de Lyon 2, IHRIM), Ode de l’Antiquité et excellence de la ville de Lyon (Lyon, Jean Citoys, 1557)

Après-midi (14h-17h30)

De la querelle Marot-Sagon à la querelle des Amyes: premiers pas de Fontaine sur la scène éditoriale

  • Jérémie Bichüe (Université Paris 3 – FIRL): Fontaine et la querelle Marot-Sagon
  • Élise Rajchenbach (Université Jean-Monnet de Saint-Étienne, IHRIM): La Victoire et Triumphe d’Argent contre Cupido, dieu d’Amour (Lyon, F. Juste, 1537)
  • Nina Mueggler (Université de Fribourg / Université Lyon 2, IHRIM): La Contr’Amye de court (Lyon, S. Sabon pour A. Constantin, 1543)

Toute personne désireuse de participer au séminaire, de manière ponctuelle ou régulière, est la bienvenue.

Contact:
Élise Rajchenbach: elise.rajchenbach/@/univ-st-etienne.fr

Télécharger le programme.

Université Jean-Monnet de Saint-Étienne, faculté des lettres
Salle G05
33, rue du 11 novembre
42 000 Saint-Étienne
Pour venir depuis la gare de Châteaucreux :
Tram T3, direction Bellevue. Arrêt « Campus Tréfilerie »

Le spectre de la Querelle Marot-Sagon dans la Contr’Amye de court de Charles Fontaine

     Dans ces quelques vers de la Contr’Amye de court, l’Amie de Charles Fontaine use d’une surprenante analogie pour rappeler à son adversaire la meilleure manière de l’emporter dans un débat. La syllepse sur le mot « batre » ouvre la voie à une métaphore filée qui rapproche le triomphe rhétorique de la bastonnade, rappelant brusquement les gravures qui ornent la page de titre de plusieurs pamphlets de la Querelle Marot-Sagon, comme celles du Frottegroing du sagouyn ou du Valet de Marot contre Sagon où l’on peut voir Fripelippes frapper d’un bâton le « Sagouin » prisonnier. A l’image du valet marotique, l’Amie de Fontaine se vante d’avoir retourné contre son adversaire (« le lier ») ses propres arguments (« de tous costez de son baston le batre »). On reconnaîtra ici la définition même de l’argument ad hominem qui vise à confondre le débatteur en lui opposant ses propres paroles, caractéristique d’un mouvement de réfutation. Toutefois, la gravure du Valet cherche avant tout à disqualifier ad personam par la moquerie au risque, comme souvent dans la Querelle Marot-Sagon, de diffamer son adversaire. À l’inverse, dans la Querelle des Amies, l’affrontement prend place dans le cadre cordial et réglementé du débat d’idées. La violence individuelle est évacuée au profit d’un dialogue délibératif entre poètes de cour qui, à l’image du livre III du Courtisan de Castiglione qui inspire leur réflexion, réfléchissent ensemble aux qualités que doit posséder la parfaite courtisane. À ce titre, il est exclu de se livrer à toute attaque personnelle. Le recours systématique à la parole différée dans la Querelle des Amies permet de « donner corps » à la position discursive de l’adversaire pour se livrer à la satire sans viser directement l’auteur.

     Néanmoins, la métaphore employée par Fontaine fait ressurgir aux oreilles du lecteur, qui ne peut pas avoir oublié les libelles piquants qui inondèrent les presses moins de dix ans auparavant, le ton de la Querelle Marot-Sagon. Sous prétexte d’illustrer sa sentence par une analogie saisissante, Fontaine saupoudre le débat d’un semblant d’invective. La bastonnade rappelle ainsi celle que subit Sagon, non seulement dans les illustrations mais aussi dans les textes, à grandes charges d’onomatopées (« zon dessus l’œil, zon sur le groing / Zon sur le dos du Sagouyn ») ; dans l’illustration liminaire, c’est bien le bâton – et non l’épée, apanage de la noblesse – que le valet choisit pour rosser le Sagon-sagouyn, le rappelant manu militari à son statut de vilain.

     Mais dans la Contr’Amye, la métaphore fait figure de garde-fou et permet, comme dans un jeu, de se rappeler au frisson du brocard sans jamais y succomber. De fait, la position de Fontaine n’a pas changé depuis son Épître à Sagon et à la Hueterie : « Certes l’escript le plus à détester, / c’est par rancœur mesdire et contester ».  Le fait d’affirmer, dans la Contr’Amye, qu’« On ne luy peult plus grand injure faire / Que le lier, et pour l’orgueil rabatre », peut dans un premier temps servir à rappeler l’arrière-fond juridique de l’échange : l’injure a, comme son étymologie l’indique, d’abord le sens d’un écart à la justice. La convocation d’un tel registre n’a rien d’étonnant chez un Fontaine titulaire d’une maîtrise de droit et qui connaît les règles des querelles de l’époque, où les ressorts juridiques en tout genre sont massivement mobilisés. Mais l’injure revêt sous sa plume une dimension plus virulente, puisqu’il s’agit désormais d’un outrage infligé à son adversaire en lui objectant son propre raisonnement. Faire injure à son adversaire, c’est donc l’humilier en le mettant en tort sur le plan argumentatif, mais jamais faire tort à l’homme en l’injuriant par l’insulte.

Bibliographie:

  • [Clément Marot], Le Valet de Marot contre Sagon cum commento, Paris, Jean Morin, 1537, BN Rés. Ye 1584. 
  • Le Frottegroing du Sagouyn, Paris, [Guillaume de Bossozel] pour Benoît de Gourmont, 1537, BN Rés. 8° BL 8736 (15).
  • Charles Fontaine, La Contr’amye de court, Paris, Adam Saulnier, 1543, in-8°, BN Rés. p Ye 479.
  • [Charles Fontaine],  » Épitre à Sagon et à La Hueterie » in Les Disciples et amis de Marot contre Sagon, La Hueterie et leurs adherentz, Paris, Jean Morin, 1537, BN Rés. Ye 1582.

Nina Mueggler et Jérémie Bichüe