Archives de catégorie : Billets

Journée d’étude “Traitements de corpus en art et en littérature: retours d’expérience”

Parmi les nombreuses manifestations qui intéressent directement le projet d’édition numérique des œuvres complètes de Charles Fontaine, signalons celle qui se tiendra le jeudi 7 février 2019 à l’Université de Grenoble: “Traitements de corpus en art et en littérature: retours d’expérience.”

Cette journée est organisée par ELAN, l’équipe Littérature et Arts Numériques de Litt&Arts (UMR 5316, UGA/CNRS, Grenoble), en collaboration avec la plateforme d’édition de manuscrits modernes (EMAN, ITEM, CNRS/ENS, Paris). En voici la présentation par les organisateurs:

L’objectif de cette journée est d’entendre et de croiser des retours d’expériences concrets sur les rapports entre projet scientifique et utilisation du numérique. Une série de questions se pose sur ces rapports dont nous proposons une première liste non exhaustive :

  • En quoi le numérique peut-il ou non modifier les orientations scientifiques d’un projet ?
  • Quels sont les impacts des contraintes liées au numérique sur les choix méthodologiques ou éditoriaux d’un projet ?
  • Comment le numérique influence-t-il les processus de création du corpus (temporalité, technique, compétences, etc.) ?
  • Comment le travail multi-compétences (checheur·e·s et ingénieur·e·s) impacte un projet de recherche ?
  • Quels apports l’obligation de générer des métadonnées provoque ou non sur la recherche ?
  • Quels résultats voire quelles découvertes le numérique a permis par rapport aux objectifs scientifiques ?
  • Quelle distance entre les premiers objectifs de visualisation et de publication et ce que le numérique a finalement permis ou non de réaliser ?

Le programme prévoit des présentations croisées de projets en exposant l’état actuel du projet, les objectifs scientifiques, les choix méthodologiques ainsi que le rapport entre le projet et le contexte numérique dans lequel il se situe.

Elle se conclura par une table ronde, « Entre objectifs scientifiques et solutions techniques : réussites et concessions », animée par les organisateur·trice·s de la journée : Anne Garcia-Fernandez, Elisabeth Greslou, Richard Walter.

L’inscription est gratuite et ouverte à tou·te·s. Elle nous permettra de prévoir le café d’accueil et le buffet.S’inscrire ·  Voir le programme détaillé  · Ils nous soutiennent

Une nouvelle piste sur Jean Fontaine, le fils de Charles Fontaine

Dans un précédent billet, je mettais en doute l’identification de Jean Fontaine, auteur de l’Hortulus puerorum paru à Lyon chez Louis et Charles Pesnot en 1561. Une enquête à peine plus poussée et surtout une lecture plus attentive de l’ouvrage en question aurait permis de résoudre la question. En effet, à la fin de l’épître dédicatoire, Jean Fontaine évoque son père:

In qua cognitionis farrágine, et si nonnulla è Græco fonte detorta inséuimus, vbique tamen patris mei Caroli Fontani iudicium adhibere visum est. Quæ omnia, si secus, quàm opto, alijs arriserint, saltem animi mei voluntátem laudábunt: filio verò tuo vtilissima esse satis certò scio. vale, tuam valetudinem filijque Antonij pueritiam bene prosperet Opt. Max. (p. 4-5)

Jean Paul Barbier-Mueller indique que le volume présente “à la fin de la première partie (latine) … quelques pièces poétiques dans cette langue, dont un “Epitaphium de Carolo Fontano Filio” (p. 175). Le petit Charles Fontaine était âgé de 3 ans, lors de sa mort:

EPITAPHIUM
DE CAROLO FONTANO
Filio.
Cœperat auspicijs melioribus vna Sororum
Bis tribus autumnis stamina nere mihi
Post oblita mei, cœptíque perosa laboris,
Deseruit stamen, deseruítque colum:
Vtque fathiscentem morbis videt Atropos, vnca
Execuit vitæ forfice fil a meæ.
At tu siue puer, seu longæ ætatis es, horæ
Extremæ cupio te meminisse tuæ.

Comme son père le fit quelques années plus tôt, lors de la mort de René, Jean Fontaine pleure poétiquement son jeune fils, et l’on peut supposer que le grand-père, Charles, ne fut pas en reste, bien que nous n’en ayons pas trouvé la trace.

Cette épitaphe revêt également un intérêt biographique. Si le petit Charles Fontaine est mort en 1561 à l’âge de 3 ans, on peut supposer qu’il est né en 1558, à quelques mois près. Difficile, en ce sens, d’admettre que Jean soit le fils de Flora, que Charles épouse probablement au début de l’année 1545. Si tel avait été le cas, il serait né au plus tôt à la fin de l’année 1545 ou au début de l’année 1546. Or, il est peu probable qu’il ait eu son fils à 12 ans… En revanche, si Jean est le fils de Marguerite, il est né entre 1540 et 1544 et il a donc entre 14 et 18 ans à la naissance du petit Charles. Jean est d’ailleurs identifié, dans les Ruisseaux, comme “second filz de l’auteur”, dans le chant qui célèbre sa naissance (p. 55), puis comme “filz aisné” de l’auteur (p. 187). Fontaine aurait donc eu au moins deux fils avec Marguerite, dont le premier est mort avant l’âge de 15 ans, lors de la parution des Ruisseaux. On peut donc encore affiner l’estimation de l’année de naissance de Jean, avec un terminus a quo en 1541

Cette identification désormais presque certaine de Jean Fontaine, l’auteur de l’Hortulus puerorum comme fils de Charles Fontaine, permet ainsi de trouver de nouvelles traces de la présence de Fontaine dans les publications lyonnaises de 1562, outre la Salutation au Roy Charles IX et de préciser la biographie de notre auteur.

Sources:

  • Jean Paul Barbier-Mueller, “Charles Fontaine”, Dictionnaire des poètes français de la seconde moitié du XVIe siècle (1549-1615), tome II, Genève, Droz, 2016, p. 153.
  • Elsa Kammerer, “Grossesse, naissance et petite enfance sous le regard d’un poète de la Renaissance, Charles Fontaine”, dans naissances et enfantements en France à la Renaissance, éd. Nerina Clerici-Balmas, n° spécial de Plaisance. Rivista di letteratur francese moderna e contemporeana, n° 14, Anno v, 2008, p. 29-48.
  • Jean Fontaine, Hortulus puerorum pergratus ac perutilis, Latinè discentibus…, Lyon, Louis et Charles Pesnot, 1561 (BM Rés 803635, numérisé sur Gallica).

Sur la date du mariage de Fontaine avec Flore

On sait que Fontaine a connu deux mariages: le premier avec Marguerite Carme (contracté vers 1540) et le second, peu de temps après la mort de Marguerite, avec Flore, Flora ou Florie, originaire de Chaponost. Se fondant sur la date de son mariage donnée par Fontaine, la critique tend à considérer que Fontaine a épousé Flora en février 1544:

L’an mil cinq cens quarante quatre,
Au court moys (qui or’ long sera,
Et sa rigueur delaissera)
Fut en bonne amour s’ebatre
Lié Fontaine avec Flora:
Car trop fletrissant demoura
Sa marguerite (amour premiere:)
Donc au printemps s’enamour
De Flora, florissant non fiere

“L’auteur fait mention de ses secondes nopces”, Ruisseaux, p. 102

Or, il est fort probable que la date soit ici donnée en ancien style et qu’il s’agisse en fait du mois de février 1545. Ce détail a toute son importance pour d’éventuelles recherches dans les archives, fussent-elles particulièrement parcellaires en ce qui concerne l’état-civil à Lyon dans ces années.

Sources:

  • Richmond L. Hawkins, Maistre Charles Fontaine Parisien, Cambridge, Harvard University Press, 1916.
  • Jean Paul Barbier-Mueller, “Charles Fontaine”, Dictionnaire des poètes français (1549-1615), Genève, Droz, 2016, t. II, p.140-141.

Séminaire du mardi 5 février 2019

Matin (10h30-12h)
Bases et recherches prosopographiques

  • Florence Bonifay (Lyon 2, UMR 5317 IHRIM): Présentation de la base “Réseaux Poètes XVI”.

Après-midi (14h-17h30)
Éditer et diffuser les œuvres de Fontaine

  • Kilian Nicolas et Mathilde Gardet (UJM): Les petits Ruisseaux font les grands océans: créer l’article Wikipedia sur Charles Fontaine.
  • Elsa Kammerer (Lille 3, EA 1061 ALITHILA): Éditer la Salutation au roi.
  • Ugo Païs (Lyon 2, UMR 5317 IHRIM): L’Ode pour Dieu gard a la ville de Paris et l’Ode de l’Antiquité et excellence de la ville de Lyon de Charles Fontaine: deux stratégies différentes pour deux villes différentes?

Toute personne désireuse de participer au séminaire, de manière ponctuelle ou régulière, est la bienvenue.

Contact:
Élise Rajchenbach: elise.rajchenbach/@/univ-st-etienne.fr

Télécharger le programme.

Université Jean-Monnet de Saint-Étienne, faculté des lettres
Salle G05
33, rue du 11 novembre
42 000 Saint-Étienne
Pour venir depuis la gare de Châteaucreux :
Tram T3, direction Bellevue. Arrêt « Campus Tréfilerie »


Le fils de Charles Fontaine, auteur d’un ouvrage pédagogique à succès?

D’après la notice de la BnF, le fils de Charles Fontaine, Jean, né de son mariage avec Flora, serait l’auteur d’un ouvrage d’apprentissage du latin destiné aux enfants, régulièrement réédité à Lyon au cours du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, l’Hortulus puerorum .

Si Jean Fontaine est bien le fils de Charles (ce qui reste à démontrer), on pourrait déceler une certaine cohérence des intérêts familiaux. On sait que Charles Fontaine fut brièvement à la tête du Collège de la Trinité et qu’il publie des ouvrages à vocation pédagogique pour les enfants royaux. Voir son fils proposer un ouvrage d’apprentissage du lexique latin à destination des enfants n’aurait, en ce sens, rien de surprenant.

Toutefois, l’identification de l’auteur Jean Fontaine avec le fils de Charles Fontaine est bien évidemment à prendre avec d’infinies précautions. La source indiquée, pour cette identification est “DBF (art. Charles Fontaine)”, source que nous n’avons pas encore pu identifier malgré l’appui des bibliothécaires de la BnF interrogés. Par ailleurs, les notices ISNI et VIAF le confondent avec ses (nombreux) homonymes.

Le lieu de publication de l’ouvrage (Lyon) pourrait aller dans le sens de cette attribution. La date de l’édition princeps (1561) invite en revanche à plus de précautions. Si Charles Fontaine épouse Flora au début de l’année 1544, comme il est communément admis, son fils Jean, qui est le second fils de Charles (Ruisseaux, p. 55), aurait au plus 15 ans en 1561. Par ailleurs, Antoine du Verdier, qui lui consacre une notice, n’indique pas de lien de parenté avec Charles Fontaine:

Il a escrit en Latin, & depuis traduit en François, un livre qu’il a intitulé le petit jardin pour les enfans, contenant les noms & appellations de toutes sortes d’oyseaux, animaux, poissons, serpents, arbres, herbes, plantes & autres choses semblables, le tout reduit par lieux communs, & encores par ordre alphabetiq ou d’A, b, c, avec le Latin à costé du François: & au livre Latin, il a mis le François apres, imprimé à Lyon par Charles Pesnot l’an 1581 (sic).

Ajoutons qu’Alexandre Cioranescu lui attribue un autre ouvrage pour lequel nous ne connaissons aucun exemplaire, une Replique à M. Pons, sur la deffence qu’il a faict imprimer de la composition d’Alkermes, Avignon, (Jacques Bramereau), 1599 ( voir USTC). Ici encore (et certainement plus), les précautions sont de mise.

Sources:

    • Jean Fontaine, Hortulus puerorum pergratus ac perutilis Latine discentibus adjecimus duos in calce dialogos cum quorundam ludorum explicatione, Lyon, Louis et Charles Pesnot, 1561. Notice USTC. Reproduction sur Gallica.
    • Jean Fontaine, Petit jardin pour les enfans, fort agreable & profitable pour aprendre Latin: Distingué par Chapitres, et selon l’ordre Alphabetique, commençeant par les vocables François, Lyon, Louis et Charles Pesnot, 1561. Notice USTC.
    • Cioranescu A., Bibliographie de la littérature française du seizième siècle, Paris, 1959, article “Jean Fontaine”, notices 10119 et 10120.
    • Du Verdier, article “Jean Fontaine”, p. 223-224.
    • De Sauza G. et Rajchenbach É, “Introduction”, in Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. G. de Sauza et É. Rajchenbach, Genève, Droz, 2014, p. 11-27.
  • Marine Molins, “Mimes, sentences et énigmes à l’usage des enfants royaux. Traductions nouvelles de Charles Fontaine (1557-1558), in Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. G. de Sauza et É. Rajchenbach, Genève, Droz, 2014, p. 73-83.

Séminaire du vendredi 9 février 2018

Matin (10h30-12h30)

  • Retour sur les premiers travaux de transcription des textes et sur le travail éditorial: difficultés méthodologiques, réflexions et propositions. Avec Paul Gaillardon et Léopold Boyer.
  • Présentation des textes édités: Ugo Païs (Université de Lyon 2, IHRIM), Ode de l’Antiquité et excellence de la ville de Lyon (Lyon, Jean Citoys, 1557)

Après-midi (14h-17h30)

De la querelle Marot-Sagon à la querelle des Amyes: premiers pas de Fontaine sur la scène éditoriale

  • Jérémie Bichüe (Université Paris 3 – FIRL): Fontaine et la querelle Marot-Sagon
  • Élise Rajchenbach (Université Jean-Monnet de Saint-Étienne, IHRIM): La Victoire et Triumphe d’Argent contre Cupido, dieu d’Amour (Lyon, F. Juste, 1537)
  • Nina Mueggler (Université de Fribourg / Université Lyon 2, IHRIM): La Contr’Amye de court (Lyon, S. Sabon pour A. Constantin, 1543)

Toute personne désireuse de participer au séminaire, de manière ponctuelle ou régulière, est la bienvenue.

Contact:
Élise Rajchenbach: elise.rajchenbach/@/univ-st-etienne.fr

Télécharger le programme.

Université Jean-Monnet de Saint-Étienne, faculté des lettres
Salle G05
33, rue du 11 novembre
42 000 Saint-Étienne
Pour venir depuis la gare de Châteaucreux :
Tram T3, direction Bellevue. Arrêt « Campus Tréfilerie »

Le spectre de la Querelle Marot-Sagon dans la Contr’Amye de court de Charles Fontaine

     Dans ces quelques vers de la Contr’Amye de court, l’Amie de Charles Fontaine use d’une surprenante analogie pour rappeler à son adversaire la meilleure manière de l’emporter dans un débat. La syllepse sur le mot « batre » ouvre la voie à une métaphore filée qui rapproche le triomphe rhétorique de la bastonnade, rappelant brusquement les gravures qui ornent la page de titre de plusieurs pamphlets de la Querelle Marot-Sagon, comme celles du Frottegroing du sagouyn ou du Valet de Marot contre Sagon où l’on peut voir Fripelippes frapper d’un bâton le « Sagouin » prisonnier. A l’image du valet marotique, l’Amie de Fontaine se vante d’avoir retourné contre son adversaire (« le lier ») ses propres arguments (« de tous costez de son baston le batre »). On reconnaîtra ici la définition même de l’argument ad hominem qui vise à confondre le débatteur en lui opposant ses propres paroles, caractéristique d’un mouvement de réfutation. Toutefois, la gravure du Valet cherche avant tout à disqualifier ad personam par la moquerie au risque, comme souvent dans la Querelle Marot-Sagon, de diffamer son adversaire. À l’inverse, dans la Querelle des Amies, l’affrontement prend place dans le cadre cordial et réglementé du débat d’idées. La violence individuelle est évacuée au profit d’un dialogue délibératif entre poètes de cour qui, à l’image du livre III du Courtisan de Castiglione qui inspire leur réflexion, réfléchissent ensemble aux qualités que doit posséder la parfaite courtisane. À ce titre, il est exclu de se livrer à toute attaque personnelle. Le recours systématique à la parole différée dans la Querelle des Amies permet de « donner corps » à la position discursive de l’adversaire pour se livrer à la satire sans viser directement l’auteur.

     Néanmoins, la métaphore employée par Fontaine fait ressurgir aux oreilles du lecteur, qui ne peut pas avoir oublié les libelles piquants qui inondèrent les presses moins de dix ans auparavant, le ton de la Querelle Marot-Sagon. Sous prétexte d’illustrer sa sentence par une analogie saisissante, Fontaine saupoudre le débat d’un semblant d’invective. La bastonnade rappelle ainsi celle que subit Sagon, non seulement dans les illustrations mais aussi dans les textes, à grandes charges d’onomatopées (« zon dessus l’œil, zon sur le groing / Zon sur le dos du Sagouyn ») ; dans l’illustration liminaire, c’est bien le bâton – et non l’épée, apanage de la noblesse – que le valet choisit pour rosser le Sagon-sagouyn, le rappelant manu militari à son statut de vilain.

     Mais dans la Contr’Amye, la métaphore fait figure de garde-fou et permet, comme dans un jeu, de se rappeler au frisson du brocard sans jamais y succomber. De fait, la position de Fontaine n’a pas changé depuis son Épître à Sagon et à la Hueterie : « Certes l’escript le plus à détester, / c’est par rancœur mesdire et contester ».  Le fait d’affirmer, dans la Contr’Amye, qu’« On ne luy peult plus grand injure faire / Que le lier, et pour l’orgueil rabatre », peut dans un premier temps servir à rappeler l’arrière-fond juridique de l’échange : l’injure a, comme son étymologie l’indique, d’abord le sens d’un écart à la justice. La convocation d’un tel registre n’a rien d’étonnant chez un Fontaine titulaire d’une maîtrise de droit et qui connaît les règles des querelles de l’époque, où les ressorts juridiques en tout genre sont massivement mobilisés. Mais l’injure revêt sous sa plume une dimension plus virulente, puisqu’il s’agit désormais d’un outrage infligé à son adversaire en lui objectant son propre raisonnement. Faire injure à son adversaire, c’est donc l’humilier en le mettant en tort sur le plan argumentatif, mais jamais faire tort à l’homme en l’injuriant par l’insulte.

Bibliographie:

  • [Clément Marot], Le Valet de Marot contre Sagon cum commento, Paris, Jean Morin, 1537, BN Rés. Ye 1584. 
  • Le Frottegroing du Sagouyn, Paris, [Guillaume de Bossozel] pour Benoît de Gourmont, 1537, BN Rés. 8° BL 8736 (15).
  • Charles Fontaine, La Contr’amye de court, Paris, Adam Saulnier, 1543, in-8°, BN Rés. p Ye 479.
  • [Charles Fontaine], ” Épitre à Sagon et à La Hueterie” in Les Disciples et amis de Marot contre Sagon, La Hueterie et leurs adherentz, Paris, Jean Morin, 1537, BN Rés. Ye 1582.

Nina Mueggler et Jérémie Bichüe