Archives de catégorie : Biographie

Pourquoi Les Nouvelles et Antiques Merveilles sont-elles publiées à Paris?

Installé à Lyon dès 1540 environ, parfaitement intégré dans les ateliers d’imprimeurs, Charles Fontaine publie l’essentiel de ses œuvres dans la cité rhodanienne. Deux œuvres font exception: La Salutation au Roi (1564), dont on ne conserve qu’une édition parisienne faite sur l’édition lyonnaise de Benoist Rigaud (aucun exemplaire connu ne subsiste de l’édition lyonnaise), et Les Nouvelles et Antiques Merveilles (1554) dont les seuls exemplaires connus sont édités, avec privilège, chez Guillaume Le Noir. Le privilège reproduit dans l’édition est au seul nom de ce dernier.

Comment expliquer cet hapax dans les publications de Fontaine? Si l’on relève bien des rééditions parisiennes des œuvres de Fontaine, ces dernières semblent toutefois être effectuées sans l’aval du poète, qui attaque ces pratiques dans sa traduction augmentée d’Artémidore.

Lors de l’Atelier franco-américain du samedi 15 juin 2019, en Sorbonne, Raphaël Cappellen a présenté la production et les pratiques éditoriales de Nicolas Buffet et de sa veuve Valérienne Malet. À cet occasion, il rappelle, suivant les travaux d’Annie Parient-Charon sur la librairie parisienne, les démêlés judiciaires de Valerienne Malet qui pirate et publie, sous le nom de l’imprimeur lyonnais Jean Brotot, un Almanach pour l’an 1559 (publié en 1558) faussement attribué pour l’occasion à Nostradamus. Entre le 22 octobre et le 29 novembre 1558 (d’après le minutier central de Paris, LXXIII 23), Guillaume Le Noir, associé à Brotot qui possède les droits d’impression de ces opuscules, intente un procès à Valérienne Malet et fait saisir les livres et les caractères ayant servi à les imprimer.

Cet épisode met en évidence la collaboration qui unit le parisien Guillaume Le Noir et le lyonnais Jean Brotot. Or, ce dernier est le dernier imprimeur, à Lyon, avec lequel collabore Charles Fontaine, pour la publication, en 1558, des trois recueils de poésie gnomique à visée didactique que constituent Les Mimes de Publian, Les Dicts des sept sages et Les sentences du poete Ausone. Si la publication des Nouvelles et Antiques Merveilles est antérieure de quatre ans à ces trois recueils, ces liens établis entre Le Noir et Brotot en 1558 laissent supposer assez sûrement d’autres liens, unissant Fontaine et le Noir (peut-être via Jean Brotot). Peut-être oserait-on aller jusqu’à émettre l’hypothèse, avec précaution, d’une possible édition perdue au nom de Jean Brotot. Notons toutefois qu’on n’en trouve pas de trace chez les bibliographes.

Bibliographie:

  • Annie Parent, Les Métiers du livre à Paris au XVIe siècle (1535-1560), Genève, Droz, 1974, p. 152.
  • Élise Rajchenbach, “Charles Fontaine et ses imprimeurs-libraires”, in Les Poètes français de la Renaissance et leurs “libraires”: aspects historiques, juridiques et littéraires, éd. Denis Bjaïs et François Rouget, Genève, Droz, 2015, p. 359-379.

Une nouvelle piste sur Jean Fontaine, le fils de Charles Fontaine

Dans un précédent billet, je mettais en doute l’identification de Jean Fontaine, auteur de l’Hortulus puerorum paru à Lyon chez Louis et Charles Pesnot en 1561. Une enquête à peine plus poussée et surtout une lecture plus attentive de l’ouvrage en question aurait permis de résoudre la question. En effet, à la fin de l’épître dédicatoire, Jean Fontaine évoque son père:

In qua cognitionis farrágine, et si nonnulla è Græco fonte detorta inséuimus, vbique tamen patris mei Caroli Fontani iudicium adhibere visum est. Quæ omnia, si secus, quàm opto, alijs arriserint, saltem animi mei voluntátem laudábunt: filio verò tuo vtilissima esse satis certò scio. vale, tuam valetudinem filijque Antonij pueritiam bene prosperet Opt. Max. (p. 4-5)

Jean Paul Barbier-Mueller indique que le volume présente “à la fin de la première partie (latine) … quelques pièces poétiques dans cette langue, dont un “Epitaphium de Carolo Fontano Filio” (p. 175). Le petit Charles Fontaine était âgé de 3 ans, lors de sa mort:

EPITAPHIUM
DE CAROLO FONTANO
Filio.
Cœperat auspicijs melioribus vna Sororum
Bis tribus autumnis stamina nere mihi
Post oblita mei, cœptíque perosa laboris,
Deseruit stamen, deseruítque colum:
Vtque fathiscentem morbis videt Atropos, vnca
Execuit vitæ forfice fil a meæ.
At tu siue puer, seu longæ ætatis es, horæ
Extremæ cupio te meminisse tuæ.

Comme son père le fit quelques années plus tôt, lors de la mort de René, Jean Fontaine pleure poétiquement son jeune fils, et l’on peut supposer que le grand-père, Charles, ne fut pas en reste, bien que nous n’en ayons pas trouvé la trace.

Cette épitaphe revêt également un intérêt biographique. Si le petit Charles Fontaine est mort en 1561 à l’âge de 3 ans, on peut supposer qu’il est né en 1558, à quelques mois près. Difficile, en ce sens, d’admettre que Jean soit le fils de Flora, que Charles épouse probablement au début de l’année 1545. Si tel avait été le cas, il serait né au plus tôt à la fin de l’année 1545 ou au début de l’année 1546. Or, il est peu probable qu’il ait eu son fils à 12 ans… En revanche, si Jean est le fils de Marguerite, il est né entre 1540 et 1544 et il a donc entre 14 et 18 ans à la naissance du petit Charles. Jean est d’ailleurs identifié, dans les Ruisseaux, comme “second filz de l’auteur”, dans le chant qui célèbre sa naissance (p. 55), puis comme “filz aisné” de l’auteur (p. 187). Fontaine aurait donc eu au moins deux fils avec Marguerite, dont le premier est mort avant l’âge de 15 ans, lors de la parution des Ruisseaux. On peut donc encore affiner l’estimation de l’année de naissance de Jean, avec un terminus a quo en 1541

Cette identification désormais presque certaine de Jean Fontaine, l’auteur de l’Hortulus puerorum comme fils de Charles Fontaine, permet ainsi de trouver de nouvelles traces de la présence de Fontaine dans les publications lyonnaises de 1562, outre la Salutation au Roy Charles IX et de préciser la biographie de notre auteur.

Sources:

  • Jean Paul Barbier-Mueller, “Charles Fontaine”, Dictionnaire des poètes français de la seconde moitié du XVIe siècle (1549-1615), tome II, Genève, Droz, 2016, p. 153.
  • Elsa Kammerer, “Grossesse, naissance et petite enfance sous le regard d’un poète de la Renaissance, Charles Fontaine”, dans naissances et enfantements en France à la Renaissance, éd. Nerina Clerici-Balmas, n° spécial de Plaisance. Rivista di letteratur francese moderna e contemporeana, n° 14, Anno v, 2008, p. 29-48.
  • Jean Fontaine, Hortulus puerorum pergratus ac perutilis, Latinè discentibus…, Lyon, Louis et Charles Pesnot, 1561 (BM Rés 803635, numérisé sur Gallica).

Sur la date du mariage de Fontaine avec Flore

On sait que Fontaine a connu deux mariages: le premier avec Marguerite Carme (contracté vers 1540) et le second, peu de temps après la mort de Marguerite, avec Flore, Flora ou Florie, originaire de Chaponost. Se fondant sur la date de son mariage donnée par Fontaine, la critique tend à considérer que Fontaine a épousé Flora en février 1544:

L’an mil cinq cens quarante quatre,
Au court moys (qui or’ long sera,
Et sa rigueur delaissera)
Fut en bonne amour s’ebatre
Lié Fontaine avec Flora:
Car trop fletrissant demoura
Sa marguerite (amour premiere:)
Donc au printemps s’enamour
De Flora, florissant non fiere

“L’auteur fait mention de ses secondes nopces”, Ruisseaux, p. 102

Or, il est fort probable que la date soit ici donnée en ancien style et qu’il s’agisse en fait du mois de février 1545. Ce détail a toute son importance pour d’éventuelles recherches dans les archives, fussent-elles particulièrement parcellaires en ce qui concerne l’état-civil à Lyon dans ces années.

Sources:

  • Richmond L. Hawkins, Maistre Charles Fontaine Parisien, Cambridge, Harvard University Press, 1916.
  • Jean Paul Barbier-Mueller, “Charles Fontaine”, Dictionnaire des poètes français (1549-1615), Genève, Droz, 2016, t. II, p.140-141.