Le réseau de Marguerite de Navarre

Le vendredi 5 octobre et le samedi 6 octobre 2018 se tiendra au CESR de Tours un colloque sur Le Réseau de Marguerite de Navarre, organisé par Anne Boutet, Louise Daubigny, Stéphan Geonget et Marie-Bénédicte Le Hir. Trois membres de l’équipe du projet Fontaine, Jérémie Bichüe, Sylvie Laigneau-Fontaine et Élise Rajchenbach, y participeront.

Ces deux journées s’inscrivent au cœur de l’actuel mouvement de réflexion sur le rôle des réseaux dans l’élaboration de la pensée et dans la création littéraire à la Renaissance – et à d’autres époques. À cet égard, les communications soulèveront certainement des questions méthodologiques sur la manière de cerner et d’appréhender les réseaux.

Télécharger le programme.

Présentation du colloque sur le site du CESR.

Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR)
Salle Rapin
59 rue Néricault-Destouches
37000 Tours

L’indexation en TEI : brèves réflexions au prisme du projet Font@ine

Le balisage en XML-TEI, dans la dernière forme en date de sa « grammaire », offre à ses utilisateurs pas moins de 567 éléments différents (sans compter l’ouverture à, littéralement, une infinité de variations typologiques potentielles au sein de ceux-ci, dont l’usage est libre). Le moins que l’on puisse dire est qu’il couvre ainsi de vastes possibilités d’usage et de propos. Trop vastes même, trouveront peut-être certains s’ils se retrouvent abruptement devant cette liste vertigineuse. Le fond du problème, de toute évidence, est de déterminer – en l’espèce, pour le projet Font@ine, mais comme pour tout autre projet recourant à la TEI – quels éléments utiliser, mais aussi lesquels ne pas utiliser ; non pas que certains éléments soient mauvais en soi ; mais de manière à profiter au mieux des possibilités offertes par cet outil sans se perdre dans un océan de balises sans pertinence pour les objectifs visés. Il serait dommage d’ignorer les voies que peuvent ouvrir pour la recherche un balisage bien pensé d’un texte édité (parfois des voies auxquelles le chercheur n’aurait pas pensé spontanément) ; mais gare au chant des sirènes d’autres balises, a priori séduisantes, qui se révéleront n’entraîner, pour l’ingénieur, que des heures de travail d’encodage supplémentaire, mais stérile, faute d’être exploité ensuite. Ou, pour emprunter une autre métaphore au champ homérique : entre Charybde et Scylla – la masse allant se perdre dans les nuages, impossible à escalader, et le gouffre où l’information s’engloutit et disparaît –, il convient de tracer adroitement sa voie (et ce, autant que possible, de préférence dès l’appareillage plutôt qu’une fois au milieu des remous).

Lire la suite

Expérimenter les humanités numériques

L’ouvrage Expérimenter les humanités numériques, sous la direction d’Étienne Cavalié, Frédéric Clavert, Olivier Legendre et Dana Martin est disponible sous format numérique et librement accessible en ligne.

Présentation de l’éditeur:

Univers en perpétuelle expansion et au foisonnement chaotique, Internet offre un nombre incalculable d’outils, dont l’exploration paraît parfois hors de portée. Dans le paysage des sciences humaines, les blogs, les logiciels bibliographiques, les bases de données, les éditions en ligne et les wikis, tous ces objets qui éveillaient notre curiosité il y a une décennie, sont devenus aussi anodins qu’omniprésents. Mais comment bien s’en servir ?

Les appréhensions face à ces outils — et leur simple mais robuste méconnaissance — sont encore largement répandues.

Or on ne peut plus ignorer leur intérêt, voire leur nécessité et les chercheurs qui s’y essaient ne savent souvent pas par quel bout attraper ces logiciels nouveaux. C’est à cela que cet ouvrage veut les aider, de façon simple et précise, et il entend le faire sans en cacher les difficultés, mais sans dissimuler non plus qu’elles sont désormais connues, donc surmontables, et que, dans la majorité des cas, le résultat vaut tous les efforts à consentir.

 

Élise Rajchenbach

Quelques pistes de lecture pour reconstituer un réseau

L’édition numérique des œuvres de Fontaine s’attachera à reconstituer et à cartographier ses réseaux. Cela passera par une identification de ses dédicataires, pour laquelle on s’appuiera avec profit sur l’index de Marine Molins qui figure à la fin de son ouvrage (voir bibliographie).

Par ailleurs, le très riche article de Marie Madeleine Fontaine sur François Habert apportera une base de réflexion méthodologique particulièrement stimulante:

Marie Madeleine Fontaine, « Le carnet d’adresses de François Habert. Indications sur l’itinéraire d’un poète à la fin du règne de François Ier », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, tome LXXIII, 2011, no 3, p. 497-556.

Enfin, Florence Bonifay, membre de l’équipe éditoriale, a constitué pour sa thèse une base de données sur les échanges et relations des poètes de la seconde moitiés du XVIe siècle, intitulée Réseaux Poètes XVI.

Élise Rajchenbach.