Fontaine offre une épigramme au Discours du temps, de l’an et de ses parties de Pontus de Tyard

Charles Fontaine est, au côté du mâconnais Philibert Bugnyon, l’un des deux poètes lyonnais qui offrent des vers à l’orée du Discours du temps, de l’an et de ses parties de Pontus de Tyard, publié à Lyon par Jean de Tournes en 1556 (fo A 4 ro).

A l’Auteur,
Et Lecteur,
Charles Fontaine.

Bien guider veult d’une Escorte assurée
Par lieus scabreus sous la chape azurée
Celui, qui scet non estendre le cours,
Ains minuter la longueur mesurée
Du Tems, qui peult la vie bienheurée
Par ans, par mois, par semaines, et jours
Assurer ore, et conduire à tousjours
Au ferme point, où heureus tu pretens,
Comme tu vois que ce gentil discours
Te fera vivre apres cent ans sans tems.

Pontus de Tyard fait partie des destinataires de Fontaine dans les Ruisseaux publiés en 1555 chez Thibaud Payen, tout comme Marguerite du Bourg, à qui est adressée la dédicace de Pontus de Tyard. On voit se dessiner le cercle dans lequel évolue alors Fontaine: Tyard, Buygnon, Du Bourg, mais aussi encore et toujours Scève. En effet, au début du Discours, Pontus de Tyard évoque la conversation qu’il a menée avec Maurice Scève et d’autres amis venus lui rendre visite chez lui:

Il faudroit (croy je) retrencher l’esle du Tems, duquel l’invisible, mais l’insensible fuite, entreine continuellement toute notre assurance: Comme disertement ces jours passez savoit bien discourir MAURICE SCEVE. Qui avec quelques jeunes hommes de gentile et louable naissance, m’estoit venu voir. j’avois essayé de les recevoir avec la plus joyeuse chere que je pouvois former (…).

(fo A 2 ro)

 

Charles Fontaine, soutien du jeune Claude de Taillemont

L’introduction de l’édition de La Tricarite de Claude de Taillemont parue chez Droz en 1989 fait état de liens entre le jeune Claude de Taillemont, qui tente alors de percer en tant qu’écrivain et qui se trouve pris dans « l’enfer de procès », et Charles Fontaine. Fontaine donne ainsi une pièce liminaire aux Champs Faëz, publiés en 1553:

Aux lecteurs des presens Discours

Les Azolains qui sont bien inventez
Et ne sont pas aussi moins bien traduits,
Sont leuz, releuz, estimez et vantez
Par gens d’esprit et à l’amour induits;
Mais ces Discours au nouveau jour produicts,
– Œuvre inventé qui l’Azolain n’empire –
Sont beaux jardins plains de fueilles et fruicts,
Que chacun peult à son plaisir elire.

Hante le François.

Les éditeurs modernes de La Tricarite soulignent que « si le bon Fontaine, sous son usuelle anagramme, y loue notre auteur, c’est discrètement, sa louange allant surtout à Bembo et à J. Martin, auteur et traducteur des Azolains » (p. 14-15). Par ailleurs, dans l’introduction de son édition des Champs faëz, Jean-Claude Arnould nuance l’influence des Azolains et souligne qu’ « outre les raisons commerciales qui peuvent le justifier, ce rapprochement doit sans doute être imputé au goût personnel de ce poète ». En effet, ajoute J.-C. Arnould, Fontaine imite, dans son « Épître philosophant sur la bonne amour » figurant dans les Ruisseaux (p.13), les propos attribués à Bembo dans le Courtisan (IV, 51 à 73) et désigne les Discours des Champs faëz comme une « œuvre inventée ».

Par ailleurs, Taillemont reçoit, toujours dans les Ruisseaux, des étrennes de la part de Fontaine (p. 81), qui est l’un des rares lyonnais à accompagner les premiers pas de Taillemont. Le milieu lyonnais – au premier chef Scève – conserve ses distances avec Taillemont. Gabriel-André Pérouse, l’un des éditeurs modernes de la Tricarite propose une hypothèse religieuse: Taillemont se montrant par trop fougueux et explicitement attiré par le protestantisme, le milieu lyonnais, déjà soupçonné de sympathies hétérodoxes, serait resté silencieux, par prudence, lors de la publication des ouvrages de Taillemont. Des affinités religieuses expliquent-elles, au contraire, la bienveillance de Fontaine?

Bibliographie:

  • Claude de Taillemont, La Tricarite, éd.Doranne Fenoaltea, François Lecercle, Gabriel-A. Pérouse et Valerie J. Worth, Genève, Droz, 1989.
  • Claude de Taillemont, Discours des Champs faëz à l’honneur, et exaltation de l’Amour et des Dames (1553), éd. Jean-Claude Arnould, Genève, Droz, 1991.

 

Élise Rajchenbach.