Archives de catégorie : Pièces éparses de Fontaine

Charles Fontaine, ami de Pierre Saliat: quand l’amitié soutient l’entretien des réseaux…

Marie-Luce Demonet nous signale qu’en tête de la traduction d’Aristote, Du Monde. Philon, du Monde. Songe de Scipion (Lyon, Pierre de Tours, 1542, conservé à la British Library), figure un quatrain de “Charles Fontaine, au lecteur”:

Ce Translateur encor qu’il ne se nomme,
Ce nonobstant bien merite avoir renom
Entre scavants, qu’aujourdhuy on renomme:
Qui plus tard vient, n’est pas moindre renom.

Ce quatrain précède un dizain de Pierre de Tours “A tressaige, et tresscavante Dame, mamdame de Laval, en Daulphiné”:

Puis que je voy, que vous prenez plaisir
A lire, et voir maintz livres en françois,
Je loue en vous ce vertueux desir:
Et loueray par tout, ou que je sois.
Or ce translat, que bien faict je pensois,
Nouvellement ay mis dessus la presse:
Et à present (Dame) je vous l’adresse.
Prenez le donc, (avec mon bon vouloir)
D’un cueur bening qui les lettres caresse:
E qui vous faict en renom tant valoir.

Cette traduction, anonyme dans l’édition de 1542, est traditionnellement attribuée depuis La Croix du Maine à Pierre Saliat. L’exemplaire de Carpentras, qui est daté de 1543 et que nous signale Romain Menini, présente à la place du dizain de Pierre de Tours figurant dans l’exemplaire de la British Library, un huitain de Barthélemy Aneau qui attribue explicitement la traduction à Pierre Saliat:

B. Aneau.
Huictain,
Ce proverbe, Cognoy toy mesme,
Jadis du hault Ciel descendu:
Saliat (digne homme qu’on ayme)
Par nostre terre ha estendu.
Aristote, et Philon rendu
En françois propre pur et monde,
A fin que de tous entendu,
Du Monde soit cogneu le Monde.

Pierre Saliat est par ailleurs un destinataire récurrent de Fontaine et, visiblement, l’un de ses proches amis. Il apparaît dès La Fontaine d’Amour de 1545 comme destinataire d’étrennes:

A M. Pierre Saliat.
Pour tes estraines je te donne
Ce que je ne me puis donner.
C’est une amye belle, et bonne:
Riche, sage, telle personne
Que tu sçaurois bien blasonner.

Un peu plus tôt, vers 1540 probablement , Fontaine salue Pierre Saliat à son retour d’Italie, où il s’atit rendu à la suite d’un “belliqueur” (p.183):

A Maistre Pierre Saliat: L’autheur retournans de dela les Montz.
J’ay laissé le païs de guerre,
Sçays tu pourquoy bon ami Pierre,
Point ne veulx mourir pour le Roy:
Je ne veulx mourir que pour moy.

Fontaine y évoque son amitié avec Pierre Saliat, amitié qui apparaît ailleurs dans le recueil (p. 186):

A Maistre Pierre Saliat.
Saliat, dont ne peult saillir,
Que tout bien d’amytié parfaicte:
O que l’on pourroit bien faillir
D’en trouver une si bien faicte.
Qui ne seroit jamais deffaicte?
Telle est la nostre: qu’en dis-tu?
Tu dis que par mesme deffaicte
Seroit deffaicte la vertu.

On le retrouve dans les ruisseaux publiés en 1555, mais dans une section qui regroupe plutôt des poèmes plus anciens (f. 37 r°):

À Monsieur Saliat.
Je ne suis pas un importun,
N’y ne seray, ny n’ay esté:
Mais trouvant le temps opportun
Vers quelque homme d’autorité,
Lors sans grande solennité
(Et sans trop me recommander,
Sous espoir d’en tirer du bien)
J’ay demandé sans demander,
Ou n’ay demandé du tout rie.

Pierre Saliat, déjà fort présent dans le recueil de 1545, est également un dédicataire privilégié dans les Ruisseaux:

Resjouy toy ainsi que Juvenal,
Voyant Catulle au retour du naurage (sic pour naufrage):
J’ay presque veu sur mer mon jour final,
Quand comme luy j’ay passé dur passage.
À la minuict tous les ventz de grant rage,
Le Nort, le Sud, l’Est, l’Oest se leverent,
Et dessus moy de tous cotez ruerent:
Mais Eolus, et le puissant Neptune
Fontaine triste en la mer escouterent,
La preservant de ma, et de fortune.

Cette épigramme est suivie, sur la même page, de la suivante:

Audit Saliat.
Voyager loing belle chose est ce,
Quand on revient tel comme on part,
Mais un grant argent s’y depart:
Puis j’y ay laissé ma jeunesse,
Et de mes œuvres une part.

L’amitié entre les deux homme est telle, que Fontaine offre un portrait de lui-même – hélas perdu à notre connaissance – à Pierre Saliat (f. 62 v°). À cet égard, s’agit-il du portrait effectué par Woeriot auquel Fontaine fait allusion ailleurs?

À Monsieur Saliat, à qui l’Auteur donnoit son pourtraict.
Si le peintre n’a prins grant soing
A tirer au vif mon image,
Que je t’apporte de bien loing,
Pour te donner un tesmoignage,
Et de nostre amour certain gage,
Ne t’en esbahi nullement:
Car il croyoit tout seurement
Qu’en ton cœur, qui m’a tant aymé,
Et qui m’ayme parfaitement,
J’estois pourtraict plus vivement
Qu’onques son art n’eust exprimé.

Pierre Saliat fait également figure d’autorité, dans les œuvres de Fontaine, notamment du fait de sa traduction d’Hérodote (f. 101 r°):

A P. Saliat, qui a traduit Herodote.
Saliat, qui a toy s’allie,
Est d’amitié bien allié,
Quand amour telle la lie,
Qui noz espritz long temps a lié.

Dès lors, c’est également à Pierre Saliat que Fontaine s’adresse pour le prendre à témoin face à ses détracteurs (f. 101 r°):

A luymesme.
Les uns quierent l’invention.
Le savoir, la profondité:
Les autres la deduction
Avec grace, et facilité
Ennemie d’obscurité:
A tant de gens ayant affaire.
Pour leur diverse qualité
Comment pourrois-je satisfaire?

Cette amitié se poursuit en 1557, dans les Odes, enigmes et epigrammes
données pour étrennes. On retrouve ainsi Saliat dans l’ode IX, p. 26 sq, adressée “A Monsieur de Crussol, Comte de Tonerre” où sont vantées les qualités de précepteur de Saliat:

Saliat rempli de science
Et qui en elle t’ha instruit,
A naturelle semence
Ajouta par art le bon fruict.

De même, dans une épigramme, p. 55, qui est adressée “Aux freres dudit Seigneur de Crussol, ayans Saliat pour Precepteur. Cette ode est également un prétexte pour louer les vertus d’enseignant de son ami (p. 55):

Ma Muse escrit, et chante apertement
Que ne pouvez sinon vertueux estre:
Ayans beau corps, et bon entendement,
Et puis aussi bonne Mere et bon Maistre.

Fontaine évoque encore leurs liens étroits p. 75:

A Pierre Saliat.
Jamais je n’auray oubliance
De l’amitié et alliance
Qui est honneste et vertueuse:
Y ha il chose plus heureuse?

Il reprend enfin un motif récurrent dans son œuvre et, globalement, topqie de l’époque, celui de l’immortalité octroyée par la Muse,p. 76:

Autre à luy mesme.
Voy que ce grand faucheur refuse,
Mais ne sçauroit faucher ma Muse:
Muse nn jamais assouvie
Du loz de l’immortelle vie.

Les liens que Pierre Saliat entretient avec la famille de Crussol permettent d’éclairer les stratégies de recherche de protecteur de Fontaine dans les années 1550. En effet, Fontaine dédie lui-même sa traduction des Héroïdes d’Ovide en 1552 à Antoine de Crussol et en 1556 à Mme de Crussol. L’édition des XXI Epistres d’Ovide publiées en 1556, c’est-à-dire à la même époque que celle de la publication des pièces liant Saliat et les Crussol, s’ouvre sur une lettre dédicatoire adressée à Mme de Crussol, c’est à dire Louise de Clermont (le mariage avec Antoine de Crussols a eu lieu en avril 1556). Fontaine y évoque en particulier ses procès et ses affaires domestiques, qui expliquent le retard qu’il a pris à l’accomplissement de son entreprise de traduction. Visiblement, Fontaine cherche à mettre à profit son amitié avec Pierre Saliat, bien introduit dans la famille des Crussol, pour prendre pied également dans la maison ou, au moins, obtenir un mécénat. Fontaine avoue lui-même, dans la dédicace adressée à Antoine de Crussol, que c’est par son ami Pierre Saliat qu’il l’a rencontré. Marine Molins soulève par ailleurs l’hypothèse selon laquelle, à travers Louise de Clermont, Fontaine chercherait à toucher Catherine de Médicis, dont sa dédicataire illustre est la confidente. La publication de la traduction des Héroïdes est en effet concomitante de la traduction des Neuf livres des Histoires d’Hérodote, par Saliat (en 1552 puis en 1556). Ce dernier est secrétaire du Cardinal de Châtillon (autre dédicataire privilégié de Fontaine) au début de l’année 1556, mais il demeure très proche des Crussol. Il a déjà écrit une biographie de Galiot de Genouillac, le grand-père d’Antoine de Crussol (mort en 1546), publiée en 1549 et dédié à Antoine de Crussol dont il a été précepteur, ainsi que de ses frères. Plus tôt, il a eu pour élève, au collège de Navarre, François de Genouillac, l’oncle maternel d’Antoine de Crussol. Ses préoccupation pédagogiques transparaissent assez tôt, notamment. à travers sa traduction du De pueris d’Érasme, parue sous le titre de Declamation contenant la maniere de bien instruire les enfans des leur commencement, avec ung petit traicté de la civilité puerile.

Le dépouillement des archives de Tonnerre par Elisabeth Chaussin révèle que le 13 novembre 1556, Saliat est nommé par Antoine de Crussol en tant que maître et administrateur de l’hôpital Notre-Dame-des-Fontenilles à la place de Toussaint de Mallesec (voir le procès d’installation). Cet acte d’autorité du Comte se fonde sur la nomination d’un homme de confiance. On voit comment la date de 1556 a pu sonner comme une chance à saisir pour Fontaine, voyant son ami confirmer son statut auprès de la famille Crussol.

En 1560, à la saint Rémi, Pierre Saliat tombe malade. Elisabeth Chaussin rend compte, à partir des archives (Tonnerre, AH E 82; AH E 76; AH E 75), des étapes de la maladie et des remèdes qui lui sont administrés. L’issue est malheureusement fatale, à la fin du mois d’octobre 1560.

En réaffirmant son amitié pour Pierre Saliat, serviteur fidèle et visiblement estimé de la famille Crussol, Fontaine allie étroitement réseau et recherche de protection. Il semble toutefois que ses efforts n’aient pas été récompensés.

Je tiens à remercier sincèrement Marie-Muce Demonet et Romain Menini pour leur généreux partage

Sources:

Aristote, du Monde. Philon, du Monde. Songe de Scipion. Le tout mis nouvellement de Grec en François, Lyon, Pierre de Tours, 1542 et 1543.

Declaration contenant la maniere de bien instruire les enfans, des leur commencement, avec ung petit traicté de la civilité puerile, le tout translaté nouvellement de latin en françois, par Pierre Saliat, Paris, Simon de Colines, 1537.

Elegie nuptiale presentee a tres noble et tresillustre Princesse Madame Magdeleine premiere fille de France, le lendemain de ses nopces et mariage celebré avec le roy d’Escoce, Paris, Simon de Colines, vers 1537. Attribué par Du Verdier à Pierre Saliat.

L’oraison que feit Crispe Saluste contre Mar. Tul. Ciceron. Plus l’oraison de Mar. Tul. Ciceron responsive a celle de Saluste. Avec deux aultres oraisons dudict Crispe Saluste a Jules Cesar, affin de redresser la Republique Romaine. Le tout translaté nouvellement de Latin en Françoys, par Pierre Saliat, Paris, Simon de Colines, 1537.

Vita Francisci Galioti Acieri, turmarum ductoris et fabrum machinarumque bellicarum in Gallia præfecti; additus est Isocratis Evogoras latinus factus, Petro Saliato hujus interprete, illius authore, Paris, Louis Begat, 1549.

Les trois premiers livres des Histoires d’Herodote… Nouvellement mis de Grec en François par P. Saliat (British Museum 585 k6)

Les neuf livres des histoires. Traduit de grec en françois par Pierre Saliat, Paris, Jean de Roigny ou Étienne Groulleau, 1556.Les neuf livres des histoires. Traduit de grec en françois par Pierre Saliat, Paris, Étienne Groulleau, 1556.

Elisabeth Caussin, “Recteur des écoles”, blog Tonnerre histoire, article du 2 janvier 2015.

Elisabeth Chaussin, “Des soins médicaux en l’hospital”, blog Tonnerre histoire, article du 7 mai 2016.

J. Chocheyras, “En marge de la “Défense et Illustration “, Pierre Saliat: une préface critique de 1537, Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 1966, p. 675-679. En ligne.

Marine Molins, “Les Traductions d’Ovide et de Virgile (1515-1580). Une politique royale”, Dynamique des langues dans les villes plurilingues (XVIe-XVIIe siècles): les cas de Palerme, Milan et Anvers, Février 2012, Munich, Allemagne. En ligne sur HAL, p. 6.

BnF: https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb11923467c

ISNI: http://www.isni.org/isni/0000000069181437

VIAF: viaf.org/viaf/98568070

Charles Fontaine, introducteur de Guillaume Mellier

Le juriste lyonnais Guillaume Mellier fait paraître en 1558 Edict du Roy Henry II sur les mariages clandestins contractez par les enfants de famille, sans le vouloir et consentement de leur pere & mere: commenté en declaration Panegyrique par M. Guillaume Mellier, Docteur ès Droits et Advocat ès cours de Lyon (Lyon, Nicolas Edoard pour Thibaud Dormand, 1558, in-8° de 170 pages, avec privilège au nom de Jean Temporal). En tête de l’ouvrage figure un quatrain décasyllabique de Fontaine:

A l’honneur de ce discours
Maitre Guillaume Mel-
lier, sur l’Edict du Roy.
Au Lecteur.

Mellier meslé en bon savoir de marque,
Comme, en lisant, trop mieux t’en feras seur,
Sur bel Edict du Gallique Monarque,
Demontre icy et doctrine, et douceur.

Hante le François.

Gabriel-André Pérouse fait l’hypothèse que c’est cet ouvrage qu’évoque Barthélemy Aneau dans une lettre qu’il adresse à G. Mellier et qui est aujourd’hui conservée à la Bibliothèque municipale de Lyon (Fonds Morins-Pons, n°61, 22).

Notons que les membres de la famille Mellier figurent parmi les dédicataires de Charles Fontaine, plus particulièrement dans ses recueils d’étrennes.

Par ailleurs, Guillaume Mellier était déjà apparu en 1536, comme contributeur du Recueil de vers latins et vulgaires sur la mort du Dauphin collationné par Dolet en 1536:

GULIELMI MELLERII

Ocubui innocuus primis uiolenter in annis:

Non potui melius, non volui melius.

Hac claue Alcidæ patefacta est aula Tonantis

Ignibus in mediis inuidia superùm.

Sic ego, qui Iouis alterius sum filius, Orci

Inuidia, pacis victima, cœlum adii.

En 1536, Fontaine arrive justement dans l’officine de François Juste qui imprime le recueil sur la mort du Dauphin.

Enfin, on sait qu’en 1522, Guillaume Mellier a prononcé l’oraison doctorale de la Saint-Thomas (Saulnier citant Tricou).

Bibliographie:

  • Edict du Roy Henry II sur les mariages clandestins contractez par les enfans de famille sans le vouloir et consentement de leurs pere et mere. Commenté en declaration Panegyrique par M. Guillaume Mellier, Docteur és Droits, et Advocat és cours de Lyon, Lyon, Jean Temporal, 1558. Lire l’ouvrage sur Gallica.
    Gabriel-André Pérouse, “Une lettre de Barthelemy Aneau”, RHR, 1998, n°47, p. 63-72. Consulter l’article.
  • Marie Madeleine Fontaine, Alector ou le Coq, Genève, Droz, 1996, p. 931, notice 52.
  • Verdun-L. Saulnier, “La Mort du dauphin François et son tombeau poétique (1536)”, BHR,n° 6, 1945, p. 83, n. 1.
  • Recueil de vers latins et vulgaires de plusieurs Poëtes Françoys, composés sur le trespas de feu Monsieur le Daulphin, Lyon, Juste, 1536.

Fontaine offre une épigramme au Discours du temps, de l’an et de ses parties de Pontus de Tyard

Charles Fontaine est, au côté du mâconnais Philibert Bugnyon, l’un des deux poètes lyonnais qui offrent des vers à l’orée du Discours du temps, de l’an et de ses parties de Pontus de Tyard, publié à Lyon par Jean de Tournes en 1556 (fo A 4 ro).

A l’Auteur,
Et Lecteur,
Charles Fontaine.

Bien guider veult d’une Escorte assurée
Par lieus scabreus sous la chape azurée
Celui, qui scet non estendre le cours,
Ains minuter la longueur mesurée
Du Tems, qui peult la vie bienheurée
Par ans, par mois, par semaines, et jours
Assurer ore, et conduire à tousjours
Au ferme point, où heureus tu pretens,
Comme tu vois que ce gentil discours
Te fera vivre apres cent ans sans tems.

Pontus de Tyard fait partie des destinataires de Fontaine dans les Ruisseaux publiés en 1555 chez Thibaud Payen, tout comme Marguerite du Bourg, à qui est adressée la dédicace de Pontus de Tyard. On voit se dessiner le cercle dans lequel évolue alors Fontaine: Tyard, Buygnon, Du Bourg, mais aussi encore et toujours Scève. En effet, au début du Discours, Pontus de Tyard évoque la conversation qu’il a menée avec Maurice Scève et d’autres amis venus lui rendre visite chez lui:

Il faudroit (croy je) retrencher l’esle du Tems, duquel l’invisible, mais l’insensible fuite, entreine continuellement toute notre assurance: Comme disertement ces jours passez savoit bien discourir MAURICE SCEVE. Qui avec quelques jeunes hommes de gentile et louable naissance, m’estoit venu voir. j’avois essayé de les recevoir avec la plus joyeuse chere que je pouvois former (…).

(fo A 2 ro)

 

Charles Fontaine, soutien du jeune Claude de Taillemont

L’introduction de l’édition de La Tricarite de Claude de Taillemont parue chez Droz en 1989 fait état de liens entre le jeune Claude de Taillemont, qui tente alors de percer en tant qu’écrivain et qui se trouve pris dans “l’enfer de procès”, et Charles Fontaine. Fontaine donne ainsi une pièce liminaire aux Champs Faëz, publiés en 1553:

Aux lecteurs des presens Discours

Les Azolains qui sont bien inventez
Et ne sont pas aussi moins bien traduits,
Sont leuz, releuz, estimez et vantez
Par gens d’esprit et à l’amour induits;
Mais ces Discours au nouveau jour produicts,
– Œuvre inventé qui l’Azolain n’empire –
Sont beaux jardins plains de fueilles et fruicts,
Que chacun peult à son plaisir elire.

Hante le François.

Les éditeurs modernes de La Tricarite soulignent que “si le bon Fontaine, sous son usuelle anagramme, y loue notre auteur, c’est discrètement, sa louange allant surtout à Bembo et à J. Martin, auteur et traducteur des Azolains” (p. 14-15). Par ailleurs, dans l’introduction de son édition des Champs faëz, Jean-Claude Arnould nuance l’influence des Azolains et souligne qu’ “outre les raisons commerciales qui peuvent le justifier, ce rapprochement doit sans doute être imputé au goût personnel de ce poète”. En effet, ajoute J.-C. Arnould, Fontaine imite, dans son “Épître philosophant sur la bonne amour” figurant dans les Ruisseaux (p.13), les propos attribués à Bembo dans le Courtisan (IV, 51 à 73) et désigne les Discours des Champs faëz comme une “œuvre inventée”.

Par ailleurs, Taillemont reçoit, toujours dans les Ruisseaux, des étrennes de la part de Fontaine (p. 81), qui est l’un des rares lyonnais à accompagner les premiers pas de Taillemont. Le milieu lyonnais – au premier chef Scève – conserve ses distances avec Taillemont. Gabriel-André Pérouse, l’un des éditeurs modernes de la Tricarite propose une hypothèse religieuse: Taillemont se montrant par trop fougueux et explicitement attiré par le protestantisme, le milieu lyonnais, déjà soupçonné de sympathies hétérodoxes, serait resté silencieux, par prudence, lors de la publication des ouvrages de Taillemont. Des affinités religieuses expliquent-elles, au contraire, la bienveillance de Fontaine?

Bibliographie:

  • Claude de Taillemont, La Tricarite, éd.Doranne Fenoaltea, François Lecercle, Gabriel-A. Pérouse et Valerie J. Worth, Genève, Droz, 1989.
  • Claude de Taillemont, Discours des Champs faëz à l’honneur, et exaltation de l’Amour et des Dames (1553), éd. Jean-Claude Arnould, Genève, Droz, 1991.

 

Élise Rajchenbach.