Charles Fontaine, introducteur de Guillaume Mellier

Le juriste lyonnais Guillaume Mellier fait paraître en 1558 Edict du Roy Henry II sur les mariages clandestins contractez par les enfants de famille, sans le vouloir et consentement de leur pere & mere: commenté en declaration Panegyrique par M. Guillaume Mellier, Docteur ès Droits et Advocat ès cours de Lyon (Lyon, Nicolas Edoard pour Thibaud Dormand, 1558, in-8° de 170 pages, avec privilège au nom de Jean Temporal). En tête de l’ouvrage figure un quatrain décasyllabique de Fontaine.

Gabriel-André Pérouse fait l’hypothèse que c’est cet ouvrage qu’évoque Barthélemy Aneau dans une lettre qu’il adresse à G. Mellier et qui est aujourd’hui conservée à la Bibliothèque municipale de Lyon (Fonds Morins-Pons, n°61, 22).

Notons que les membres de la famille Mellier figurent parmi les dédicataires de Charles Fontaine, plus particulièrement dans ses recueils d’étrennes.

Par ailleurs, Guillaume Mellier était déjà apparu en 1536, comme contributeur du Recueil de vers latins et vulgaires sur la mort du Dauphin collationné par Dolet en 1536:

GULIELMI MELLERII

Ocubui innocuus primis uiolenter in annis:

Non potui melius, non volui melius.

Hac claue Alcidæ patefacta est aula Tonantis

Ignibus in mediis inuidia superùm.

Sic ego, qui Iouis alterius sum filius, Orci

Inuidia, pacis victima, cœlum adii.

En 1536, Fontaine arrive justement dans l’officine de François Juste qui imprime le recueil sur la mort du Dauphin.

Enfin, on sait qu’en 1522, Guillaume Mellier a prononcé l’oraison doctorale de la Saint-Thomas (Saulnier citant Tricou).

Bibliographie:

  • Gabriel-André Pérouse, « Une lettre de Barthelemy Aneau », RHR, 1998, n°47, p. 63-72. Consulter l’article.
  • Marie Madeleine Fontaine, Alector ou le Coq, Genève, Droz, 1996, p. 931, notice 52.
  • Verdun-L. Saulnier, « La Mort du dauphin François et son tombeau poétique (1536) », BHR,n° 6, 1945, p. 83, n. 1.
  • Recueil de vers latins et vulgaires de plusieurs Poëtas Françoys, composés sur le trespas de feu Monsieur le Daulphin, Lyon, Juste, 1536.

Des dédicataires hétérodoxes de Fontaine: Alexis Jure de Quiers et Claude Le Maistre.

Dans la Fontaine d’amour (p. 168) et dans les Ruisseaux (p. 182), Charles Fontaine s’adresse à un marchand piémontais, Alexis Jure de Chieri. Rosanna Gorris, reprenant les travaux d’Eugénie Droz, soulève l’hypothèse selon laquelle ce marchand piémontais, ami du traducteur Claude Le Maistre, pourrait être le « passeur » du Beneficio di Cristo en France.

Le Benefici di Cristo, publié à Venise par Bernardino de Bindoni en 1543, fut traduit en français en 1545 par Claude Le Maistre, un ami de Marot qui figure également parmi les dédicataires de Fontaine (La Fontaine d’Amour, p. 168). Sa traduction française sous le titre Du Benefice du Jesuschrist crucifié est publié à Lyon, chez Jean de Tournes, en 1545. Guillaume Berthon en a récemment retrouvé un exemplaire. L’ouvrage fut rapidement mis à l’index.

Il est  remarquable de constater que  Claude Le Maistre et Charles Fontaine publient tous les deux chez le même imprimeur, Jean de Tournes, en 1545 et que, dans son recueil, le second signale ses liens avec le premier. Ces dédicataires signalent surtout les liens récurrents de Fontaine avec les milieux évangéliques importateurs de la mouvance hétérodoxe italienne, au moins jusqu’au milieu des années 1540. Ces liens pourraient se trouver renforcés par la présence de ces deux mêmes personnages parmi les dédicataires de Bonaventure des Périers dans le recueil posthume de ses Oeuvres qui paraît par les bons soins du valet de chambre de Marguerite de Navarre en 1544 chez… Jean de Tournes toujours…

À cet égard, Rosanna Gorris souligne le fait qu’à cette période, Jean de Tournes publie Ortensio Lando, que l’on retrouve également dans le catalogue de Jean Pullon, imprimeur et libraire piémontais installé à Lyon dont elle met en évidence les affiliations hétérodoxes. Selon elle, les catalogues respectifs de Pullon et de De Tournes présentent des similitudes non négligeables à cette date. Elle relève également que Jean Pullon est l’imprimeur qui produira pour le libraire Rigaud la Description des terres trouvées de nostre tems de Fontaine (Lyon, Benoist Rigaud, 1559). Ce dernier rapprochement mérite toutefois d’être nuancé. En effet, l’ouvrage est une réédition partielle des Nouvelles et Antiques Merveilles publiées pour la première fois à Paris, chez Le Noir, en 1554. On peut s’interroger sur le rôle de Fontaine, à cette date, dans la réédition partielle de son ouvrage par un libraire enclin à proposer des ouvrages vernaculaires peu onéreux susceptibles de bien se vendre.

Sources:

    • Guillaume Berthon, « Quelques nouveautés bibliographiques autour d’Étienne Dolet et Jean de Tournes: les Psaumes de Marot et le Benefice de Jesuschrist traduit par Claude Le Maistre (1544-1545), BSHPF, 158, 2012, p. 671-684.
    • Eugénie Droz, Chemins de l’hérésie, III, Genève, Droz, 1970-1976, p. 123-124. Et plus largement p. 80-129.
    • Rosanna Gorris, « Il Torcchio e la seta: la nébuleuse des imprimeurs et libraires piémontais à Lyon et leur networking franco-italien », in Le Savoir italien sous les presses lyonnaises à la Renaissance, éd. Silvia d’Amico et Susanna Gambino Longo, Genève, Droz, 2017, p. 37-88.
    • Michel Simonin, « De Marot à Ronsard: les traductions de latin en français (1550-1555), Clément Marot, « Prince des poëtes françois » (1496-1996), Paris, Champion, 1997, p. 759-782.
  • Recueil des oeuvres de feu Bonaventure des Periers, Lyon, Jean de Tournes, 1544.

Le fils de Charles Fontaine, auteur d’un ouvrage pédagogique à succès?

D’après la notice de la BnF, le fils de Charles Fontaine, Jean, né de son mariage avec Flora, serait l’auteur d’un ouvrage d’apprentissage du latin destiné aux enfants, régulièrement réédité à Lyon au cours du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, l’Hortulus puerorum .

Si Jean Fontaine est bien le fils de Charles (ce qui reste à démontrer), on pourrait déceler une certaine cohérence des intérêts familiaux. On sait que Charles Fontaine fut brièvement à la tête du Collège de la Trinité et qu’il publie des ouvrages à vocation pédagogique pour les enfants royaux. Voir son fils proposer un ouvrage d’apprentissage du lexique latin à destination des enfants n’aurait, en ce sens, rien de surprenant.

Toutefois, l’identification de l’auteur Jean Fontaine avec le fils de Charles Fontaine est bien évidemment à prendre avec d’infinies précautions. La source indiquée, pour cette identification est « DBF (art. Charles Fontaine) », source que nous n’avons pas encore pu identifier malgré l’appui des bibliothécaires de la BnF interrogés. Par ailleurs, les notices ISNI et VIAF le confondent avec ses (nombreux) homonymes.

Le lieu de publication de l’ouvrage (Lyon) pourrait aller dans le sens de cette attribution. La date de l’édition princeps (1561) invite en revanche à plus de précautions. Si Charles Fontaine épouse Flora au début de l’année 1544, comme il est communément admis, son fils Jean, qui est le second fils de Charles (Ruisseaux, p. 55), aurait au plus 15 ans en 1561. Par ailleurs, Antoine du Verdier, qui lui consacre une notice, n’indique pas de lien de parenté avec Charles Fontaine:

Il a escrit en Latin, & depuis traduit en François, un livre qu’il a intitulé le petit jardin pour les enfans, contenant les noms & appellations de toutes sortes d’oyseaux, animaux, poissons, serpents, arbres, herbes, plantes & autres choses semblables, le tout reduit par lieux communs, & encores par ordre alphabetiq ou d’A, b, c, avec le Latin à costé du François: & au livre Latin, il a mis le François apres, imprimé à Lyon par Charles Pesnot l’an 1581 (sic).

Ajoutons qu’Alexandre Cioranescu lui attribue un autre ouvrage pour lequel nous ne connaissons aucun exemplaire, une Replique à M. Pons, sur la deffence qu’il a faict imprimer de la composition d’Alkermes, Avignon, (Jacques Bramereau), 1599 ( voir USTC). Ici encore (et certainement plus), les précautions sont de mise.

Sources:

    • Jean Fontaine, Hortulus puerorum pergratus ac perutilis Latine discentibus adjecimus duos in calce dialogos cum quorundam ludorum explicatione, Lyon, Louis et Charles Pesnot, 1561. Notice USTC. Reproduction sur Gallica.
    • Jean Fontaine, Petit jardin pour les enfans, fort agreable & profitable pour aprendre Latin: Distingué par Chapitres, et selon l’ordre Alphabetique, commençeant par les vocables François, Lyon, Louis et Charles Pesnot, 1561. Notice USTC.
    • Cioranescu A., Bibliographie de la littérature française du seizième siècle, Paris, 1959, article « Jean Fontaine », notices 10119 et 10120.
    • Du Verdier, article « Jean Fontaine », p. 223-224.
    • De Sauza G. et Rajchenbach É, « Introduction », in Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. G. de Sauza et É. Rajchenbach, Genève, Droz, 2014, p. 11-27.
  • Marine Molins, « Mimes, sentences et énigmes à l’usage des enfants royaux. Traductions nouvelles de Charles Fontaine (1557-1558), in Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. G. de Sauza et É. Rajchenbach, Genève, Droz, 2014, p. 73-83.

La famille Senneton

Parmi les destinataires des pièces de Charles Fontaine figurent les membres de la famille Senneton.

  • Antoine Senneton: La Fontaine d’Amour, 141
  • Jacques Senneton (conseiller au Parlement de Paris): « Ode pour Dieu gard la ville de Paris, faite en juin 1554 », str. 32; Ruisseaux, 168
  • Jacques Senneton (Lyonnais), La Fontaine d’Amour, 167; avec ses frères: Estreines, 6
  • Jean Senneton: Odes, Enigmes et Epigrammes, 73
  • Marguerite Senneton (épouse de Jean de Rochefort): La Fontaine d’Amour, 135 et 159; Estreines, 6.

(Relevé effectué à partir de l’index de Marine Molins)

On pourra consulter au sujet de cette famille de marchands et libraires: