Archives de catégorie : Textes évoquant Fontaine

Une nouvelle piste sur Jean Fontaine, le fils de Charles Fontaine

Dans un précédent billet, je mettais en doute l’identification de Jean Fontaine, auteur de l’Hortulus puerorum paru à Lyon chez Louis et Charles Pesnot en 1561. Une enquête à peine plus poussée et surtout une lecture plus attentive de l’ouvrage en question aurait permis de résoudre la question. En effet, à la fin de l’épître dédicatoire, Jean Fontaine évoque son père:

In qua cognitionis farrágine, et si nonnulla è Græco fonte detorta inséuimus, vbique tamen patris mei Caroli Fontani iudicium adhibere visum est. Quæ omnia, si secus, quàm opto, alijs arriserint, saltem animi mei voluntátem laudábunt: filio verò tuo vtilissima esse satis certò scio. vale, tuam valetudinem filijque Antonij pueritiam bene prosperet Opt. Max. (p. 4-5)

Jean Paul Barbier-Mueller indique que le volume présente “à la fin de la première partie (latine) … quelques pièces poétiques dans cette langue, dont un “Epitaphium de Carolo Fontano Filio” (p. 175). Le petit Charles Fontaine était âgé de 3 ans, lors de sa mort:

EPITAPHIUM
DE CAROLO FONTANO
Filio.
Cœperat auspicijs melioribus vna Sororum
Bis tribus autumnis stamina nere mihi
Post oblita mei, cœptíque perosa laboris,
Deseruit stamen, deseruítque colum:
Vtque fathiscentem morbis videt Atropos, vnca
Execuit vitæ forfice fil a meæ.
At tu siue puer, seu longæ ætatis es, horæ
Extremæ cupio te meminisse tuæ.

Comme son père le fit quelques années plus tôt, lors de la mort de René, Jean Fontaine pleure poétiquement son jeune fils, et l’on peut supposer que le grand-père, Charles, ne fut pas en reste, bien que nous n’en ayons pas trouvé la trace.

Cette épitaphe revêt également un intérêt biographique. Si le petit Charles Fontaine est mort en 1561 à l’âge de 3 ans, on peut supposer qu’il est né en 1558, à quelques mois près. Difficile, en ce sens, d’admettre que Jean soit le fils de Flora, que Charles épouse probablement au début de l’année 1545. Si tel avait été le cas, il serait né au plus tôt à la fin de l’année 1545 ou au début de l’année 1546. Or, il est peu probable qu’il ait eu son fils à 12 ans… En revanche, si Jean est le fils de Marguerite, il est né entre 1540 et 1544 et il a donc entre 14 et 18 ans à la naissance du petit Charles. Jean est d’ailleurs identifié, dans les Ruisseaux, comme “second filz de l’auteur”, dans le chant qui célèbre sa naissance (p. 55), puis comme “filz aisné” de l’auteur (p. 187). Fontaine aurait donc eu au moins deux fils avec Marguerite, dont le premier est mort avant l’âge de 15 ans, lors de la parution des Ruisseaux. On peut donc encore affiner l’estimation de l’année de naissance de Jean, avec un terminus a quo en 1541

Cette identification désormais presque certaine de Jean Fontaine, l’auteur de l’Hortulus puerorum comme fils de Charles Fontaine, permet ainsi de trouver de nouvelles traces de la présence de Fontaine dans les publications lyonnaises de 1562, outre la Salutation au Roy Charles IX et de préciser la biographie de notre auteur.

Sources:

  • Jean Paul Barbier-Mueller, “Charles Fontaine”, Dictionnaire des poètes français de la seconde moitié du XVIe siècle (1549-1615), tome II, Genève, Droz, 2016, p. 153.
  • Elsa Kammerer, “Grossesse, naissance et petite enfance sous le regard d’un poète de la Renaissance, Charles Fontaine”, dans naissances et enfantements en France à la Renaissance, éd. Nerina Clerici-Balmas, n° spécial de Plaisance. Rivista di letteratur francese moderna e contemporeana, n° 14, Anno v, 2008, p. 29-48.
  • Jean Fontaine, Hortulus puerorum pergratus ac perutilis, Latinè discentibus…, Lyon, Louis et Charles Pesnot, 1561 (BM Rés 803635, numérisé sur Gallica).

Mellin de Saint-Gelais commente un ouvrage de Fontaine?

Dans son édition des œuvres de Mellin de Saint-Gelais, Prosper Blanchemain présente un huitain du poète comme un commentaire de la traduction, par Fontaine, du Remède d’Amour:

Amour voyant la superscription
De ton livret, qui le blasme et meprise,
En voulut voir l’ordre et la diction,
Et y trouva tant d’art et de maistrise,
Que pour le stile il loua l’entreprise
Et contre toy n’en fut pis animé.
Il faut donc bien, ami, que l’on te prise,
S’Amour hayant d’Amour tu es aimé.

La note, signée L.M. (B. de La Monnoye) précise que

Sainct-Gelays a fait ce huitain en faveur de Charles Fontaine, son ami, dont nous avons une traduction en vers françois du premier livre d’Ovide des Remèdes d’amour (Lyon, 1575 (sic), in-8), à la suite de plusieurs autres poëmes du même auteur. Les deux premiers vers sont imités de ces deux d’Ovide:

Legerat hujus amor titulum nomenque libelli:

Bella mihi vides, bella parantur, ait.

L’édition Blanchemain ne fait pas figurer le nom du dédicataire de la pièce. C’est donc la seule note qui fait figurer le nom de Fontaine, sans que soit précisée la source.

De son côté, Hawkins évoque une autre piste: l’épigramme pourrait concerner La Contr’Amye de Court. Cette hypothèse semble moins probable. L’épigramme de Saint-Gelais évoque en effet une “superscription” qui “blasme et (…) meprise” Amour. L’édition Sabon de La Contr’Amye de Court présente comme éventuelle “superscription” un dizain au Cardinal de Lorraine qui, au contraire identifie le projet de Fontaine comme étant de “Te presenter d’amour ceste deffence”. En revanche, les premiers vers de la traduction du Remede d’Amours (Ruisseaux, p. 357) content comment Amour s’est inquiété de se trouver blâmé par le “livret” d’Ovide traduit par Fontaine:

Le Dieu Amour aussitost qu’il a eu
De ce livret le nom et tiltre veu,
Dist je voy bien que lon me donne affaire
Guerre à present, la guerre on me veut faire.

En ce sens, l’identification de l’œuvre proposée par Prosper Blanchemain paraît plus convaincante. Reste à vérifier qu’il s’agit bien, ici, de la traduction que Charles Fontaine élabore entre 1547 et 1552.

Nous avons conservé des traces de contacts poétiques entre Fontaine et Saint-Gelais. C’est ainsi que dans les Odes, enigmes et epigrammes de 1557, Fontaine adresse une épigramme à Mellin de Saint-Gelais:

A Monsieur de Saintgelais.

Les Muses te caressent tant,
Que te dois contenter d’autant:
Et n’en sera ja plus notoire
Ton nom, ton renom, et ta gloire,
Si à present je te rameine
Par ebat vers cette Fontaine.
(p. 54)

Plus haut dans le même recueil, figure également une ode:

A Monsieur de Saintgelais.
ODE XI.

Je t’ay connu avant que te connoitre:
De moi, possible, il t’en est pris ainsi:
Je t’ay connu par Phebus, Prince et maitre,
Par qui tu as acquis grand nom aussi.

Tu m’as connu, peut estre, par les graces,
Et par le nom en France assez connu,
Que m’ont donné les Muses et les Graces,
Et poursuyvront, me rendant plus tenu:

Et connoitras de voix vive, et de face,
Quand te viendra à plaisir et loisir,
Celui qui tient de Phebeane race,
Mais qui pour tel trop mieus te veut choisir.
(p. 30)

Les pièces du recueil, adressées pour étrennes en 1557, peuvent être datées de la fin de l’année 1556 et du début de l’année 1557. On peut déduire de l’ode que les deux poètes ne se sont jamais rencontrés mais qu’ils ont peut être entretenu quelques contacts poétiques polis. En ce sens, et considérant que le recueil de 1557 sert largement une visée de conquête des cercles auliques, la possible reconnaissance par Saint-Gelais, poète de la cour, de la traduction par Fontaine de L’Art d’aimer / Le Remede d’Amour d’Ovide vient renforcer la quête constante (et peu fructueuse), par Fontaine, d’une protection royale. Marine Molins souligne en effet la place importante des traductions d’Ovide dans les cercles royaux au XVIe siècle.

Sources:

  • Charles Fontaine, La Contr’Amye de court, Lyon, Sulpice Sabon pour Antoine Constantin, 1543.
  • Charles Fontaine, Les Ruisseaux de Fontaine, Lyon, Thibaud Payen, 1555.
  • Charles Fontaine, Odes, enigmes et epigrammes, Lyon, Jean Citoys, 1557.
  • Œuvres complètes de Melin de Sainct-Gelays avec un commentaire inédit de B. de La Monnoye, des remarques de MM. Emm. Philippe-Beaulieux, R. Dezeeimeris, etc, éd. Prosper Blanchemain, Paris, 1873, t. II, p. 59.
  • Richmond L. Hawkins, Charles Fontaine, Parisien, Cambridge, Harvard University Press, 1916, p. 202.
  • Marine Molins, “Les Traductions d’Ovide et de Virgile (1515-1580). Une politique royale”, Dynamique des langues dans des villes plurilingues (XVIe-XVIIe siècles): les cas de Palerme, Naples, Milan et Anvers, février 2012, Munich, Allemagne. Consulter l’article sur HAL.

Denis Sauvage loue La Contr’Amye de Court

Dans Les Opuscules d’Amour publiés en 1547 à Lyon par Jean de Tournes, Denis Sauvage adresse une épigramme “Au lecteur de la Contr’Amye”:

M. D. SAUVAGE AU LECTEUR
de la Contr’amye.

T’esbahy tu, amy, lisant ce livre
De la doulceur que dedens tu peux veoir?
T’esbahy tu de ce divin sçavoir,
Qui à jamais peult faire l’Autheur vivre,
Et le Lecteur de tout ennuy delivre?
Ne t’esbahy de tout cela, Lecteur,
Ne t’esbahy, Fontaine en est L’autheur.

L’historiographe du roi Henri II et traducteur Denis Sauvage est l’un des deux proches amis de Charles Fontaine, avec Nicole Le Jouvre. Il offre un épithalame à Charles Fontaine, qui figure à la fin des Estreines de 1546.

Denis Sauvage est, entre autres, l’éditeur de la Cronique de Flandres et des Mémoires d’Olivier de La Marche. Montaigne possédait un exemplaire de l’édition publiée en 1562 par Guillaume Rouillé (BnF Rés. Z Payen 502), qu’il a annotée (voir les reproductions et l’édition donnée par Alain Legros pour les BVH dans le cadre du projet MONLOE). Montaigne possédait également un exemplaire des Annales et croniques de France depuis la destruction de Troye de Nicole Gilles, éditées par Denis Sauvage et parues à Paris, chez G. Le Noir en 1562.

La publication des Opuscules d’Amour constitue une forme de conclusion à l’aventure lyonnaise de la querelle des Amyes. Elle présente cette querelle comme un espace de sociabilité.

Bibliographie:

  • Opuscules d’amour, par Heroet, La Borderie, et autres divins poëtes, Lyon, Jean de Tournes, 1547, p. 148-149.
  • Élise Rajchenbach, “Mais devant tous est le Lyon marchant.” Construction littéraire d’un milieu éditorial et livres de poésie française à Lyon (1536-1551), Genève, Droz, 2016.
  • Alain Legros, Sauvage annoté par Montaigne. Édition selon trois modes successifs (10/07/2013)
  • “Sauvage annoté par Montaigne”: https://montaigne.univ-tours.fr/sauvage/.

 

Élise Rajchenbach