Fontaine offre une épigramme au Discours du temps, de l’an et de ses parties de Pontus de Tyard

Charles Fontaine est, au côté du mâconnais Philibert Bugnyon, l’un des deux poètes lyonnais qui offrent des vers à l’orée du Discours du temps, de l’an et de ses parties de Pontus de Tyard, publié à Lyon par Jean de Tournes en 1556 (fo A 4 ro).

A l’Auteur,
Et Lecteur,
Charles Fontaine.

Bien guider veult d’une Escorte assurée
Par lieus scabreus sous la chape azurée
Celui, qui scet non estendre le cours,
Ains minuter la longueur mesurée
Du Tems, qui peult la vie bienheurée
Par ans, par mois, par semaines, et jours
Assurer ore, et conduire à tousjours
Au ferme point, où heureus tu pretens,
Comme tu vois que ce gentil discours
Te fera vivre apres cent ans sans tems.

Pontus de Tyard fait partie des destinataires de Fontaine dans les Ruisseaux publiés en 1555 chez Thibaud Payen, tout comme Marguerite du Bourg, à qui est adressée la dédicace de Pontus de Tyard. On voit se dessiner le cercle dans lequel évolue alors Fontaine: Tyard, Buygnon, Du Bourg, mais aussi encore et toujours Scève. En effet, au début du Discours, Pontus de Tyard évoque la conversation qu’il a menée avec Maurice Scève et d’autres amis venus lui rendre visite chez lui:

Il faudroit (croy je) retrencher l’esle du Tems, duquel l’invisible, mais l’insensible fuite, entreine continuellement toute notre assurance: Comme disertement ces jours passez savoit bien discourir MAURICE SCEVE. Qui avec quelques jeunes hommes de gentile et louable naissance, m’estoit venu voir. j’avois essayé de les recevoir avec la plus joyeuse chere que je pouvois former (…).

(fo A 2 ro)

 

La famille Senneton

Parmi les destinataires des pièces de Charles Fontaine figurent les membres de la famille Senneton.

  • Antoine Senneton: La Fontaine d’Amour, 141
  • Jacques Senneton (conseiller au Parlement de Paris): « Ode pour Dieu gard la ville de Paris, faite en juin 1554 », str. 32; Ruisseaux, 168
  • Jacques Senneton (Lyonnais), La Fontaine d’Amour, 167; avec ses frères: Estreines, 6
  • Jean Senneton: Odes, Enigmes et Epigrammes, 73
  • Marguerite Senneton (épouse de Jean de Rochefort): La Fontaine d’Amour, 135 et 159; Estreines, 6.

(Relevé effectué à partir de l’index de Marine Molins)

On pourra consulter au sujet de cette famille de marchands et libraires:

Le spectre de la Querelle Marot-Sagon dans la Contr’Amye de court de Charles Fontaine

     Dans ces quelques vers de la Contr’Amye de court, l’Amie de Charles Fontaine use d’une surprenante analogie pour rappeler à son adversaire la meilleure manière de l’emporter dans un débat. La syllepse sur le mot « batre » ouvre la voie à une métaphore filée qui rapproche le triomphe rhétorique de la bastonnade, rappelant brusquement les gravures qui ornent la page de titre de plusieurs pamphlets de la Querelle Marot-Sagon, comme celles du Frottegroing du sagouyn ou du Valet de Marot contre Sagon où l’on peut voir Fripelippes frapper d’un bâton le « Sagouin » prisonnier. A l’image du valet marotique, l’Amie de Fontaine se vante d’avoir retourné contre son adversaire (« le lier ») ses propres arguments (« de tous costez de son baston le batre »). On reconnaîtra ici la définition même de l’argument ad hominem qui vise à confondre le débatteur en lui opposant ses propres paroles, caractéristique d’un mouvement de réfutation. Toutefois, la gravure du Valet cherche avant tout à disqualifier ad personam par la moquerie au risque, comme souvent dans la Querelle Marot-Sagon, de diffamer son adversaire. À l’inverse, dans la Querelle des Amies, l’affrontement prend place dans le cadre cordial et réglementé du débat d’idées. La violence individuelle est évacuée au profit d’un dialogue délibératif entre poètes de cour qui, à l’image du livre III du Courtisan de Castiglione qui inspire leur réflexion, réfléchissent ensemble aux qualités que doit posséder la parfaite courtisane. À ce titre, il est exclu de se livrer à toute attaque personnelle. Le recours systématique à la parole différée dans la Querelle des Amies permet de « donner corps » à la position discursive de l’adversaire pour se livrer à la satire sans viser directement l’auteur.

     Néanmoins, la métaphore employée par Fontaine fait ressurgir aux oreilles du lecteur, qui ne peut pas avoir oublié les libelles piquants qui inondèrent les presses moins de dix ans auparavant, le ton de la Querelle Marot-Sagon. Sous prétexte d’illustrer sa sentence par une analogie saisissante, Fontaine saupoudre le débat d’un semblant d’invective. La bastonnade rappelle ainsi celle que subit Sagon, non seulement dans les illustrations mais aussi dans les textes, à grandes charges d’onomatopées (« zon dessus l’œil, zon sur le groing / Zon sur le dos du Sagouyn ») ; dans l’illustration liminaire, c’est bien le bâton – et non l’épée, apanage de la noblesse – que le valet choisit pour rosser le Sagon-sagouyn, le rappelant manu militari à son statut de vilain.

     Mais dans la Contr’Amye, la métaphore fait figure de garde-fou et permet, comme dans un jeu, de se rappeler au frisson du brocard sans jamais y succomber. De fait, la position de Fontaine n’a pas changé depuis son Épître à Sagon et à la Hueterie : « Certes l’escript le plus à détester, / c’est par rancœur mesdire et contester ».  Le fait d’affirmer, dans la Contr’Amye, qu’« On ne luy peult plus grand injure faire / Que le lier, et pour l’orgueil rabatre », peut dans un premier temps servir à rappeler l’arrière-fond juridique de l’échange : l’injure a, comme son étymologie l’indique, d’abord le sens d’un écart à la justice. La convocation d’un tel registre n’a rien d’étonnant chez un Fontaine titulaire d’une maîtrise de droit et qui connaît les règles des querelles de l’époque, où les ressorts juridiques en tout genre sont massivement mobilisés. Mais l’injure revêt sous sa plume une dimension plus virulente, puisqu’il s’agit désormais d’un outrage infligé à son adversaire en lui objectant son propre raisonnement. Faire injure à son adversaire, c’est donc l’humilier en le mettant en tort sur le plan argumentatif, mais jamais faire tort à l’homme en l’injuriant par l’insulte.

Bibliographie:

  • [Clément Marot], Le Valet de Marot contre Sagon cum commento, Paris, Jean Morin, 1537, BN Rés. Ye 1584. 
  • Le Frottegroing du Sagouyn, Paris, [Guillaume de Bossozel] pour Benoît de Gourmont, 1537, BN Rés. 8° BL 8736 (15).
  • Charles Fontaine, La Contr’amye de court, Paris, Adam Saulnier, 1543, in-8°, BN Rés. p Ye 479.
  • [Charles Fontaine],  » Épitre à Sagon et à La Hueterie » in Les Disciples et amis de Marot contre Sagon, La Hueterie et leurs adherentz, Paris, Jean Morin, 1537, BN Rés. Ye 1582.

Nina Mueggler et Jérémie Bichüe