Mellin de Saint-Gelais commente un ouvrage de Fontaine?

Dans son édition des œuvres de Mellin de Saint-Gelais, Prosper Blanchemain présente un huitain du poète comme un commentaire de la traduction, par Fontaine, du Remède d’Amour:

Amour voyant la superscription
De ton livret, qui le blasme et meprise,
En voulut voir l’ordre et la diction,
Et y trouva tant d’art et de maistrise,
Que pour le stile il loua l’entreprise
Et contre toy n’en fut pis animé.
Il faut donc bien, ami, que l’on te prise,
S’Amour hayant d’Amour tu es aimé.

La note, signée L.M. (B. de La Monnoye) précise que

Sainct-Gelays a fait ce huitain en faveur de Charles Fontaine, son ami, dont nous avons une traduction en vers françois du premier livre d’Ovide des Remèdes d’amour (Lyon, 1575 (sic), in-8), à la suite de plusieurs autres poëmes du même auteur. Les deux premiers vers sont imités de ces deux d’Ovide:

Legerat hujus amor titulum nomenque libelli:

Bella mihi vides, bella parantur, ait.

L’édition Blanchemain ne fait pas figurer le nom du dédicataire de la pièce. C’est donc la seule note qui fait figurer le nom de Fontaine, sans que soit précisée la source.

De son côté, Hawkins évoque une autre piste: l’épigramme pourrait concerner La Contr’Amye de Court. Cette hypothèse semble moins probable. L’épigramme de Saint-Gelais évoque en effet une « superscription » qui « blasme et (…) meprise » Amour. L’édition Sabon de La Contr’Amye de Court présente comme éventuelle « superscription » un dizain au Cardinal de Lorraine qui, au contraire identifie le projet de Fontaine comme étant de « Te presenter d’amour ceste deffence ». En revanche, les premiers vers de la traduction du Remede d’Amours (Ruisseaux, p. 357) content comment Amour s’est inquiété de se trouver blâmé par le « livret » d’Ovide traduit par Fontaine:

Le Dieu Amour aussitost qu’il a eu
De ce livret le nom et tiltre veu,
Dist je voy bien que lon me donne affaire
Guerre à present, la guerre on me veut faire.

En ce sens, l’identification de l’œuvre proposée par Prosper Blanchemain paraît plus convaincante. Reste à vérifier qu’il s’agit bien, ici, de la traduction que Charles Fontaine élabore entre 1547 et 1552.

Nous avons conservé des traces de contacts poétiques entre Fontaine et Saint-Gelais. C’est ainsi que dans les Odes, enigmes et epigrammes de 1557, Fontaine adresse une épigramme à Mellin de Saint-Gelais:

A Monsieur de Saintgelais.

Les Muses te caressent tant,
Que te dois contenter d’autant:
Et n’en sera ja plus notoire
Ton nom, ton renom, et ta gloire,
Si à present je te rameine
Par ebat vers cette Fontaine.
(p. 54)

Plus haut dans le même recueil, figure également une ode:

A Monsieur de Saintgelais.
ODE XI.

Je t’ay connu avant que te connoitre:
De moi, possible, il t’en est pris ainsi:
Je t’ay connu par Phebus, Prince et maitre,
Par qui tu as acquis grand nom aussi.

Tu m’as connu, peut estre, par les graces,
Et par le nom en France assez connu,
Que m’ont donné les Muses et les Graces,
Et poursuyvront, me rendant plus tenu:

Et connoitras de voix vive, et de face,
Quand te viendra à plaisir et loisir,
Celui qui tient de Phebeane race,
Mais qui pour tel trop mieus te veut choisir.
(p. 30)

Les pièces du recueil, adressées pour étrennes en 1557, peuvent être datées de la fin de l’année 1556 et du début de l’année 1557. On peut déduire de l’ode que les deux poètes ne se sont jamais rencontrés mais qu’ils ont peut être entretenu quelques contacts poétiques polis. En ce sens, et considérant que le recueil de 1557 sert largement une visée de conquête des cercles auliques, la possible reconnaissance par Saint-Gelais, poète de la cour, de la traduction par Fontaine de L’Art d’aimer / Le Remede d’Amour d’Ovide vient renforcer la quête constante (et peu fructueuse), par Fontaine, d’une protection royale. Marine Molins souligne en effet la place importante des traductions d’Ovide dans les cercles royaux au XVIe siècle.

Sources:

  • Charles Fontaine, La Contr’Amye de court, Lyon, Sulpice Sabon pour Antoine Constantin, 1543.
  • Charles Fontaine, Les Ruisseaux de Fontaine, Lyon, Thibaud Payen, 1555.
  • Charles Fontaine, Odes, enigmes et epigrammes, Lyon, Jean Citoys, 1557.
  • Œuvres complètes de Melin de Sainct-Gelays avec un commentaire inédit de B. de La Monnoye, des remarques de MM. Emm. Philippe-Beaulieux, R. Dezeeimeris, etc, éd. Prosper Blanchemain, Paris, 1873, t. II, p. 59.
  • Richmond L. Hawkins, Charles Fontaine, Parisien, Cambridge, Harvard University Press, 1916, p. 202.
  • Marine Molins, « Les Traductions d’Ovide et de Virgile (1515-1580). Une politique royale », Dynamique des langues dans des villes plurilingues (XVIe-XVIIe siècles): les cas de Palerme, Naples, Milan et Anvers, février 2012, Munich, Allemagne. Consulter l’article sur HAL.

Le fils de Charles Fontaine, auteur d’un ouvrage pédagogique à succès?

D’après la notice de la BnF, le fils de Charles Fontaine, Jean, né de son mariage avec Flora, serait l’auteur d’un ouvrage d’apprentissage du latin destiné aux enfants, régulièrement réédité à Lyon au cours du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, l’Hortulus puerorum .

Si Jean Fontaine est bien le fils de Charles (ce qui reste à démontrer), on pourrait déceler une certaine cohérence des intérêts familiaux. On sait que Charles Fontaine fut brièvement à la tête du Collège de la Trinité et qu’il publie des ouvrages à vocation pédagogique pour les enfants royaux. Voir son fils proposer un ouvrage d’apprentissage du lexique latin à destination des enfants n’aurait, en ce sens, rien de surprenant.

Toutefois, l’identification de l’auteur Jean Fontaine avec le fils de Charles Fontaine est bien évidemment à prendre avec d’infimes précautions. La source indiquée, pour cette identification est « DBF (art. Charles Fontaine) », source que nous n’avons pas encore pu identifier malgré l’appui des bibliothécaires de la BnF interrogés. Par ailleurs, les notices ISNI et VIAF le confondent avec ses (nombreux) homonymes.

Le lieu de publication de l’ouvrage (Lyon) pourrait aller dans le sens de cette attribution. La date de l’édition princeps (1561) invite en revanche à plus de précautions. Si Charles Fontaine épouse Flora au début de l’année 1544, comme il est communément admis, son fils Jean, qui est le second fils de Charles (Ruisseaux, p. 55), aurait au plus 15 ans en 1561. Par ailleurs, Antoine du Verdier, qui lui consacre une notice, n’indique pas de lien de parenté avec Charles Fontaine:

Il a escrit en Latin, & depuis traduit en François, un livre qu’il a intitulé le petit jardin pour les enfans, contenant les noms & appellations de toutes sortes d’oyseaux, animaux, poissons, serpents, arbres, herbes, plantes & autres choses semblables, le tout reduit par lieux communs, & encores par ordre alphabetiq ou d’A, b, c, avec le Latin à costé du François: & au livre Latin, il a mis le François apres, imprimé à Lyon par Charles Pesnot l’an 1581 (sic).

Ajoutons qu’Alexandre Cioranescu lui attribue un autre ouvrage pour lequel nous ne connaissons aucun exemplaire, une Replique à M. Pons, sur la deffence qu’il a faict imprimer de la composition d’Alkermes, Avignon, (Jacques Bramereau), 1599 ( voir USTC). Ici encore (et certainement plus), les précautions sont de mise.

Sources:

  • Jean Fontaine, Hortulus puerorum pergratus ac perutilis Latine discentibus adjecimus duos in calce dialogos cum quorundam ludorum explicatione, Lyon, Louis et Charles Pesnot, 1561. Notice USTC. Reproduction sur Gallica.
  • Jean Fontaine, Petit jardin pour les enfans, fort agreable & profitable pour aprendre Latin: Distingué par Chapitres, et selon l’ordre Alphabetique, commençeant par les vocables François, Lyon, Louis et Charles Pesnot, 1561. Notice USTC.
  • Cioranescu A., Bibliographie de la littérature française du seizième siècle, Paris, 1959, article « Jean Fontaine », notices 10119 et 10120.
  • Du Verdier, article « Jean Fontaine », p. 223-224.
  • De Sauza G. et Rajchenbach É, « Introduction », in Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. G. de Sauza et É. Rajchenbach, Genève, Droz, 2014, p. 11-27.
  • Marine Molins, « Mimes, sentences et énigmes à l’usage des enfants royaux. Traductions nouvelles de Charles Fontaine (1557-1558), in Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, éd. G. de Sauza et É. Rajchenbach, Genève, Droz, 2014, p. 73-83.