Archives mensuelles : septembre 2018

Charles Fontaine, introducteur de Guillaume Mellier

Le juriste lyonnais Guillaume Mellier fait paraître en 1558 Edict du Roy Henry II sur les mariages clandestins contractez par les enfants de famille, sans le vouloir et consentement de leur pere & mere: commenté en declaration Panegyrique par M. Guillaume Mellier, Docteur ès Droits et Advocat ès cours de Lyon (Lyon, Nicolas Edoard pour Thibaud Dormand, 1558, in-8° de 170 pages, avec privilège au nom de Jean Temporal). En tête de l’ouvrage figure un quatrain décasyllabique de Fontaine:

A l’honneur de ce discours
Maitre Guillaume Mel-
lier, sur l’Edict du Roy.
Au Lecteur.

Mellier meslé en bon savoir de marque,
Comme, en lisant, trop mieux t’en feras seur,
Sur bel Edict du Gallique Monarque,
Demontre icy et doctrine, et douceur.

Hante le François.

Gabriel-André Pérouse fait l’hypothèse que c’est cet ouvrage qu’évoque Barthélemy Aneau dans une lettre qu’il adresse à G. Mellier et qui est aujourd’hui conservée à la Bibliothèque municipale de Lyon (Fonds Morins-Pons, n°61, 22).

Notons que les membres de la famille Mellier figurent parmi les dédicataires de Charles Fontaine, plus particulièrement dans ses recueils d’étrennes.

Par ailleurs, Guillaume Mellier était déjà apparu en 1536, comme contributeur du Recueil de vers latins et vulgaires sur la mort du Dauphin collationné par Dolet en 1536:

GULIELMI MELLERII

Ocubui innocuus primis uiolenter in annis:

Non potui melius, non volui melius.

Hac claue Alcidæ patefacta est aula Tonantis

Ignibus in mediis inuidia superùm.

Sic ego, qui Iouis alterius sum filius, Orci

Inuidia, pacis victima, cœlum adii.

En 1536, Fontaine arrive justement dans l’officine de François Juste qui imprime le recueil sur la mort du Dauphin.

Enfin, on sait qu’en 1522, Guillaume Mellier a prononcé l’oraison doctorale de la Saint-Thomas (Saulnier citant Tricou).

Bibliographie:

  • Edict du Roy Henry II sur les mariages clandestins contractez par les enfans de famille sans le vouloir et consentement de leurs pere et mere. Commenté en declaration Panegyrique par M. Guillaume Mellier, Docteur és Droits, et Advocat és cours de Lyon, Lyon, Jean Temporal, 1558. Lire l’ouvrage sur Gallica.
    Gabriel-André Pérouse, « Une lettre de Barthelemy Aneau », RHR, 1998, n°47, p. 63-72. Consulter l’article.
  • Marie Madeleine Fontaine, Alector ou le Coq, Genève, Droz, 1996, p. 931, notice 52.
  • Verdun-L. Saulnier, « La Mort du dauphin François et son tombeau poétique (1536) », BHR,n° 6, 1945, p. 83, n. 1.
  • Recueil de vers latins et vulgaires de plusieurs Poëtes Françoys, composés sur le trespas de feu Monsieur le Daulphin, Lyon, Juste, 1536.

Séminaire du mardi 16 octobre 2018

Matin (10h30-12h)

  • Marthe Paquant (UMR 5317 IHRIM): Méthodes d’établissement d’un glossaire d’édition.

Après-midi (14h-17h30)

  • Maud Lejeune (Bibliothèque municipale de Lyon, UMR 5317 IHRIM): L’illustration dans les éditions des œuvres de Charles Fontaine.
  • Élise Rajchenbach (UJM, UMR 5317 IHRIM): Le nom de Fontaine: entre rêverie, réseau et création.
  • Paul Gaillardon (CNRS, UMR 5317 IHRIM): Atelier numérique: retour d’expérience

Toute personne désireuse de participer au séminaire, de manière ponctuelle ou régulière, est la bienvenue.

Contact:
Élise Rajchenbach: elise.rajchenbach/@/univ-st-etienne.fr

Télécharger le programme.

Université Jean-Monnet de Saint-Étienne, faculté des lettres
Salle G05
33, rue du 11 novembre
42 000 Saint-Étienne
Pour venir depuis la gare de Châteaucreux :
Tram T3, direction Bellevue. Arrêt « Campus Tréfilerie »


Des dédicataires hétérodoxes de Fontaine: Alexis Jure de Quiers et Claude Le Maistre.

Dans la Fontaine d’amour (p. 168) et dans les Ruisseaux (p. 182), Charles Fontaine s’adresse à un marchand piémontais, Alexis Jure de Chieri. Rosanna Gorris, reprenant les travaux d’Eugénie Droz, soulève l’hypothèse selon laquelle ce marchand piémontais, ami du traducteur Claude Le Maistre, pourrait être le « passeur » du Beneficio di Cristo en France.

Le Beneficio di Cristo, publié à Venise par Bernardino de Bindoni en 1543, fut traduit en français en 1545 par Claude Le Maistre, un ami de Marot qui figure également parmi les dédicataires de Fontaine (La Fontaine d’Amour, p. 168). Sa traduction française sous le titre Du Benefice du Jesuschrist crucifié est publié à Lyon, chez Jean de Tournes, en 1545. Guillaume Berthon en a récemment retrouvé un exemplaire. L’ouvrage fut rapidement mis à l’index.

Il est  remarquable de constater que  Claude Le Maistre et Charles Fontaine publient tous les deux chez le même imprimeur, Jean de Tournes, en 1545 et que, dans son recueil, le second signale ses liens avec le premier. Ces dédicataires signalent surtout les liens récurrents de Fontaine avec les milieux évangéliques importateurs de la mouvance hétérodoxe italienne, au moins jusqu’au milieu des années 1540. Ces liens pourraient se trouver renforcés par la présence de ces deux mêmes personnages parmi les dédicataires de Bonaventure des Périers dans le recueil posthume de ses Oeuvres qui paraît par les bons soins du valet de chambre de Marguerite de Navarre, Antoine du Moulin, en 1544 chez… Jean de Tournes toujours…

À cet égard, Rosanna Gorris souligne le fait qu’à cette période, Jean de Tournes publie Ortensio Lando, que l’on retrouve également dans le catalogue de Jean Pullon, imprimeur et libraire piémontais installé à Lyon dont elle met en évidence les affiliations hétérodoxes. Selon elle, les catalogues respectifs de Pullon et de De Tournes présentent des similitudes non négligeables à cette date. Elle relève également que Jean Pullon est l’imprimeur qui produira pour le libraire Rigaud la Description des terres trouvées de nostre tems de Fontaine (Lyon, Benoist Rigaud, 1559). Ce dernier rapprochement mérite toutefois d’être nuancé. En effet, l’ouvrage est une réédition partielle des Nouvelles et Antiques Merveilles publiées pour la première fois à Paris, chez Le Noir, en 1554. On peut s’interroger sur le rôle de Fontaine, à cette date, dans la réédition partielle de son ouvrage par un libraire enclin à proposer des ouvrages vernaculaires peu onéreux susceptibles de bien se vendre.

Sources:

    • Guillaume Berthon, « Quelques nouveautés bibliographiques autour d’Étienne Dolet et Jean de Tournes: les Psaumes de Marot et le Benefice de Jesuschrist traduit par Claude Le Maistre (1544-1545), BSHPF, 158, 2012, p. 671-684.
    • Eugénie Droz, Chemins de l’hérésie, III, Genève, Droz, 1970-1976, p. 123-124. Et plus largement p. 80-129.
    • Rosanna Gorris, « Il Torcchio e la seta: la nébuleuse des imprimeurs et libraires piémontais à Lyon et leur networking franco-italien », in Le Savoir italien sous les presses lyonnaises à la Renaissance, éd. Silvia d’Amico et Susanna Gambino Longo, Genève, Droz, 2017, p. 37-88.
    • Michel Simonin, « De Marot à Ronsard: les traductions de latin en français (1550-1555), Clément Marot, « Prince des poëtes françois » (1496-1996), Paris, Champion, 1997, p. 759-782.
    • Recueil des oeuvres de feu Bonaventure des Periers, Lyon, Jean de Tournes, 1544.

Une nouvelle recrue dans l’équipe éditoriale

Sarah Delale rejoint l’équipe éditoriale. Spécialiste de la littérature du xve siècle, ayant soutenu une thèse sur Christine de Pizan en 2017 (Diamant obscur. Composition et mise en livre de la narration chez Christine de Pizan), Sarah Delale travaille en particulier sur les manuscrits, leur mise en page et leurs dispositifs littéraires. Elle prendra en charge la transcription du manuscrit de la bibliothèque vaticane (Epistres, chantz royaulx, ballades, rondeaulx et dixains faictz a l’honneur de Dieu, Biblioteca Apostolica Vaticana, Reg. lat. 1630, vers 1536, en ligne). Elle fournira une lecture comparative du manuscrit avec l’édition donnée par Raffaele Scalamandrè (Un poeta della preriforma: Charles Fontaine, Rome, Edizioni di storia e letteratura, Archivo italiano per la storia della pietà, vol. 6, 1970) et transcrira les feuillets omis par Scalamandrè (traduction des Épîtres de saint Paul). Elle se propose également de commenter la ponctuation du manuscrit en comparaison avec celle des manuscrits lyriques du xve siècle. Ayant une bonne connaissance des formes fixes de la poésie lyrique au xve siècle, elle pourra nous renseigner sur l’usage que Fontaine fait de ces formes (ballade, chant royal et rondeau) et qui témoigne à la fois de l’héritage marotique du poète et d’une esthétique tombant alors en désuétude.

Consulter la présentation de l’équipe éditoriale.