Archives mensuelles : décembre 2018

Le chanoine Charton

Les Estreines de 1546 offrent un quatrain “A Monsieur le Chanoine Charton”:

Tant va courant par ceste ville
De ton sçavoir le bon renom,
Qu’il fait tant bien luyre ton nom,
Comme un Astre luyt entre mille.

Le nom du chanoine Charton ou Charreton figure dans un document conservé aux Archives municipales de Lyon recensant les “nommées ou dénombrement des biens meubles et immeubles possédés par les habitants de Lyon” en 1551 (cote CC/42). Il possède “ung grand tenement de maison, nommé le Chariot, assiz en la dicte rue (cad la rue de Pierre-Scise), jouxte le chemin tendant de la dicte rue à la fontaine des Expées (Excès?) et l’église Saint-Martin de la Chanal (cad Chana)”. La maison est prisée 70 livres.

Sources:

Qui est “la Thresoriere de Cremone”?

Dans les Estreines de 1546, Fontaine fait le don d’un quatrain à celle qu’il nomme la “Thresoriere de Cremone”:

A la Thresoriere de Cremone.
Je ne vouldrois point autre cas
Pour t’estrener de bonne grace,
(Quand ce petit Quatrain je trace)
Que d’avoir celle que tu as.

Derrière ce titre se cache une figure bien connue du milieu littéraire, Jacqueline Stuart, épouse de Georges Grolier, trésorier de Crémone. Point n’est besoin de rappeler son échange avec Clément Marot, publié dans L’Adolescence clémentine. On sait moins, en revanche, qu’elle correspond également poétiquement avec Bonaventure des Périers.

Envoy. Par Jacqueline Stuard, Lyonnoise.
O quel effort cruel, et dangereux,
Quand contre Amour, Amour faict resistence!
O que celuy est vrayment malheureux,
Qui contre soy ha soymesme en deffence!
Je sens en moy ceste grand’ violence
Estant contrainte à autre m’adresser:
Mais qui pourroit de cela me presser,
Veu que changer n’est point à mon usage?
Amour luy mesme, il le faict laisser
Pour me venger de son tort, et oultrage.

Responce.
Le cueur qui dict qu’a changer le contrainct
Contraire Amour, d’Amour n’a congnoissance,
Car qui bien ayme, à bien aymer s’astrainct,
Doubtant d’Amour la cautelle et puissance.
Il est si fin ce Dieu de Jouyssance,

Que comme il sçait par semblans attraper,
Ainsi il fainct de laisser eschapper
La Proye, à fin d’esprouver sa constance:
Mais s’elle cuyde en fin s’emanciper,
Il ha pour elle assez de resistance.

Son nom apparaît également dans les Archives municipales de Lyon, dans l’assiette des impôts pour l’année 1551, dans un document recensant les “nommées ou dénombrement des biens meubles et immeubles possédés par les habitants de Lyon” (Cote CC/42, folio 74). On y apprend que la veuve de Georges Grolier “tient une maison assize, en la ruette entrant au cymetière de Saint-Eloy”. Étrangement, dans le récapitulatif mis en ligne sur le précieux site France Archives, la “trésorière de Crémone” qui apparaît un peu plus loin, au folio 130, est identifié avec Catherine Stuard. Toujours par un document de 1551, on apprend qu’elle possède une autre maison dans la rue de Flandre (Nommée ou dénombrement des biens meubles et immeubles possédés par les habitants de Lyon, folio 22 verso).

Sources:

Qui est le Chanoine Caille?

Dans les Estreines de 1546, publiées chez Jean de Tournes, Fontaine adresse un quatrain “A Monsieur le Chanoine Caille”:

Ja ne fault que ma Muse faille
En ses petis vers mesurés,
Dire que lettres, et lettrés,
Sont cheris du Chanoine Caille

Difficile d’identifier le moindre habitant de Lyon chanté par Fontaine dans son recueil d’étrennes. Le hasard de la fréquentation des archives municipales offre toutefois des éléments de réponse. On trouve en effet dans un document recensant les “nommées des pensions que tiennent les églises, monastères et couvents sur les maisons de Lyon” datant de 1555 (CC/57) le nom du chanoine Jacques Caille, chanoine à Saint-Just (folio 137), qui prend une ou plusieurs pensions sur des maisons de Lyon.

D’après la “Généalogie historique de la Maison de Cadier de Veauce”, publiée dans la Revue historique de la noblesse, Jacques Caille est l’oncle de Marguerite Caille, fille de Simon Caille, écuyer, prévôt des maréchaux de France en la sénéchaussée de Lyon, Forez et Beaujolais, et d’Anne Bullioud. Le 5 décembre 1551, Marguerite Caille épouse Jacques de Cadier, écuyer, seigneur de la Brosse, de Baize et autres lieu, élu pour le roi au pays et élection de Bourbonnais et conseiller des comptes. Jacques Caille est présent au mariage. À cette date, il est chanoine de l’église collégiale de Saint-Just et prieur commendataire de Villemeux (p. 137-138).

Sources:

Indexer les corpus numériques. Séance1

La première séance de l’atelier “Indexer les corpus numériques”, organisé par Emmanuelle Perrin et Fabienne Vial-Bonacci (IHRIM), se tiendra le vendredi 1er février 2018 à l’Université Jean-Monnet de Saint-Étienne. Elle portera sur la question suivante: “Des référentiels à la publication numérique.”

PROGRAMME:

9h15: Accueil

10h: Ouverture

PRATIQUES DES RÉFÉRENTIELS

Président de séance: Philippe Colantoni
(UJM St-Étienne, vice-président délégué au numérique)

10h30: François Mistral
(ABES, responsable d’IdRef-Autorités)
IdRef: une offre de services à destination de la recherche pour enrichir les données et accroître leur interopérabilité.

11h30: Francesco Beretta
(CNRS, LARHRA UMR 5190)
Encodage et sémantique de textes historiques et référentiels publics: retour d’expériences et perspectives.

INDEXATION ET CORPUS NUMÉRIQUES

Président de séance: Thomas LeBarbé
(Université de Grenoble, coordinateur du Consortium CAHIER)

14h: Emmanuelle Morlock
(CNRS, HISOMA UMR 5189)
Indexation et qualification des contenus TEI: méthodes, outils et exploitations possibles.

15h: Thierry Joliveau
(UJM Saint-Étienne, EVS UMR 5600)
Retrouver, annoter, cartographier et analyser les entités spatiales nommées dans un corpus de romans parisiens.

16h: Laurent Capelli
(CNRS, Huma-Num)
Collectes, enrichissement et normalisations sur ISIDORE, la plateforme d’accès aux données numériques des SHS

Télécharger le programme.