Archives mensuelles : janvier 2019

Journée d’étude « Traitements de corpus en art et en littérature: retours d’expérience »

Parmi les nombreuses manifestations qui intéressent directement le projet d’édition numérique des œuvres complètes de Charles Fontaine, signalons celle qui se tiendra le jeudi 7 février 2019 à l’Université de Grenoble: « Traitements de corpus en art et en littérature: retours d’expérience. »

Cette journée est organisée par ELAN, l’équipe Littérature et Arts Numériques de Litt&Arts (UMR 5316, UGA/CNRS, Grenoble), en collaboration avec la plateforme d’édition de manuscrits modernes (EMAN, ITEM, CNRS/ENS, Paris). En voici la présentation par les organisateurs:

L’objectif de cette journée est d’entendre et de croiser des retours d’expériences concrets sur les rapports entre projet scientifique et utilisation du numérique. Une série de questions se pose sur ces rapports dont nous proposons une première liste non exhaustive :

  • En quoi le numérique peut-il ou non modifier les orientations scientifiques d’un projet ?
  • Quels sont les impacts des contraintes liées au numérique sur les choix méthodologiques ou éditoriaux d’un projet ?
  • Comment le numérique influence-t-il les processus de création du corpus (temporalité, technique, compétences, etc.) ?
  • Comment le travail multi-compétences (checheur·e·s et ingénieur·e·s) impacte un projet de recherche ?
  • Quels apports l’obligation de générer des métadonnées provoque ou non sur la recherche ?
  • Quels résultats voire quelles découvertes le numérique a permis par rapport aux objectifs scientifiques ?
  • Quelle distance entre les premiers objectifs de visualisation et de publication et ce que le numérique a finalement permis ou non de réaliser ?

Le programme prévoit des présentations croisées de projets en exposant l’état actuel du projet, les objectifs scientifiques, les choix méthodologiques ainsi que le rapport entre le projet et le contexte numérique dans lequel il se situe.

Elle se conclura par une table ronde, « Entre objectifs scientifiques et solutions techniques : réussites et concessions », animée par les organisateur·trice·s de la journée : Anne Garcia-Fernandez, Elisabeth Greslou, Richard Walter.

L’inscription est gratuite et ouverte à tou·te·s. Elle nous permettra de prévoir le café d’accueil et le buffet.S’inscrire ·  Voir le programme détaillé  · Ils nous soutiennent

Une nouvelle piste sur Jean Fontaine, le fils de Charles Fontaine

Dans un précédent billet, je mettais en doute l’identification de Jean Fontaine, auteur de l’Hortulus puerorum paru à Lyon chez Louis et Charles Pesnot en 1561. Une enquête à peine plus poussée et surtout une lecture plus attentive de l’ouvrage en question aurait permis de résoudre la question. En effet, à la fin de l’épître dédicatoire, Jean Fontaine évoque son père:

In qua cognitionis farrágine, et si nonnulla è Græco fonte detorta inséuimus, vbique tamen patris mei Caroli Fontani iudicium adhibere visum est. Quæ omnia, si secus, quàm opto, alijs arriserint, saltem animi mei voluntátem laudábunt: filio verò tuo vtilissima esse satis certò scio. vale, tuam valetudinem filijque Antonij pueritiam bene prosperet Opt. Max. (p. 4-5)

Jean Paul Barbier-Mueller indique que le volume présente « à la fin de la première partie (latine) … quelques pièces poétiques dans cette langue, dont un « Epitaphium de Carolo Fontano Filio » (p. 175). Le petit Charles Fontaine était âgé de 3 ans, lors de sa mort:

EPITAPHIUM
DE CAROLO FONTANO
Filio.
Cœperat auspicijs melioribus vna Sororum
Bis tribus autumnis stamina nere mihi
Post oblita mei, cœptíque perosa laboris,
Deseruit stamen, deseruítque colum:
Vtque fathiscentem morbis videt Atropos, vnca
Execuit vitæ forfice fil a meæ.
At tu siue puer, seu longæ ætatis es, horæ
Extremæ cupio te meminisse tuæ.

Comme son père le fit quelques années plus tôt, lors de la mort de René, Jean Fontaine pleure poétiquement son jeune fils, et l’on peut supposer que le grand-père, Charles, ne fut pas en reste, bien que nous n’en ayons pas trouvé la trace.

Cette épitaphe revêt également un intérêt biographique. Si le petit Charles Fontaine est mort en 1561 à l’âge de 3 ans, on peut supposer qu’il est né en 1558, à quelques mois près. Difficile, en ce sens, d’admettre que Jean soit le fils de Flora, que Charles épouse probablement au début de l’année 1545. Si tel avait été le cas, il serait né au plus tôt à la fin de l’année 1545 ou au début de l’année 1546. Or, il est peu probable qu’il ait eu son fils à 12 ans… En revanche, si Jean est le fils de Marguerite, il est né entre 1540 et 1544 et il a donc entre 14 et 18 ans à la naissance du petit Charles. Jean est d’ailleurs identifié, dans les Ruisseaux, comme « second filz de l’auteur », dans le chant qui célèbre sa naissance (p. 55), puis comme « filz aisné » de l’auteur (p. 187). Fontaine aurait donc eu au moins deux fils avec Marguerite, dont le premier est mort avant l’âge de 15 ans, lors de la parution des Ruisseaux. On peut donc encore affiner l’estimation de l’année de naissance de Jean, avec un terminus a quo en 1541

Cette identification désormais presque certaine de Jean Fontaine, l’auteur de l’Hortulus puerorum comme fils de Charles Fontaine, permet ainsi de trouver de nouvelles traces de la présence de Fontaine dans les publications lyonnaises de 1562, outre la Salutation au Roy Charles IX et de préciser la biographie de notre auteur.

Sources:

  • Jean Paul Barbier-Mueller, « Charles Fontaine », Dictionnaire des poètes français de la seconde moitié du XVIe siècle (1549-1615), tome II, Genève, Droz, 2016, p. 153.
  • Elsa Kammerer, « Grossesse, naissance et petite enfance sous le regard d’un poète de la Renaissance, Charles Fontaine », dans naissances et enfantements en France à la Renaissance, éd. Nerina Clerici-Balmas, n° spécial de Plaisance. Rivista di letteratur francese moderna e contemporeana, n° 14, Anno v, 2008, p. 29-48.
  • Jean Fontaine, Hortulus puerorum pergratus ac perutilis, Latinè discentibus…, Lyon, Louis et Charles Pesnot, 1561 (BM Rés 803635, numérisé sur Gallica).

Sur la date du mariage de Fontaine avec Flore

On sait que Fontaine a connu deux mariages: le premier avec Marguerite Carme (contracté vers 1540) et le second, peu de temps après la mort de Marguerite, avec Flore, Flora ou Florie, originaire de Chaponost. Se fondant sur la date de son mariage donnée par Fontaine, la critique tend à considérer que Fontaine a épousé Flora en février 1544:

L’an mil cinq cens quarante quatre,
Au court moys (qui or’ long sera,
Et sa rigueur delaissera)
Fut en bonne amour s’ebatre
Lié Fontaine avec Flora:
Car trop fletrissant demoura
Sa marguerite (amour premiere:)
Donc au printemps s’enamour
De Flora, florissant non fiere

« L’auteur fait mention de ses secondes nopces », Ruisseaux, p. 102

Or, il est fort probable que la date soit ici donnée en ancien style et qu’il s’agisse en fait du mois de février 1545. Ce détail a toute son importance pour d’éventuelles recherches dans les archives, fussent-elles particulièrement parcellaires en ce qui concerne l’état-civil à Lyon dans ces années.

Sources:

  • Richmond L. Hawkins, Maistre Charles Fontaine Parisien, Cambridge, Harvard University Press, 1916.
  • Jean Paul Barbier-Mueller, « Charles Fontaine », Dictionnaire des poètes français (1549-1615), Genève, Droz, 2016, t. II, p.140-141.

Séminaire du mardi 5 février 2019

Matin (10h30-12h)
Bases et recherches prosopographiques

  • Florence Bonifay (Lyon 2, UMR 5317 IHRIM): Présentation de la base « Réseaux Poètes XVI ».

Après-midi (14h-17h30)
Éditer et diffuser les œuvres de Fontaine

  • Kilian Nicolas et Mathilde Gardet (UJM): Les petits Ruisseaux font les grands océans: créer l’article Wikipedia sur Charles Fontaine.
  • Elsa Kammerer (Lille 3, EA 1061 ALITHILA): Éditer la Salutation au roi.
  • Ugo Païs (Lyon 2, UMR 5317 IHRIM): L’Ode pour Dieu gard a la ville de Paris et l’Ode de l’Antiquité et excellence de la ville de Lyon de Charles Fontaine: deux stratégies différentes pour deux villes différentes?

Toute personne désireuse de participer au séminaire, de manière ponctuelle ou régulière, est la bienvenue.

Contact:
Élise Rajchenbach: elise.rajchenbach/@/univ-st-etienne.fr

Télécharger le programme.

Université Jean-Monnet de Saint-Étienne, faculté des lettres
Salle G05
33, rue du 11 novembre
42 000 Saint-Étienne
Pour venir depuis la gare de Châteaucreux :
Tram T3, direction Bellevue. Arrêt « Campus Tréfilerie »