Archives mensuelles : septembre 2019

Séminaire du mardi 26 novembre 2019

Matin (10h30-12h)

  • Malcolm Walsby (Enssib, Centre Gabriel Naudé EA 7286): « Les limites de l’écrit. Comprendre les apports de l’archéologie du livre pour l’édition de texte. »

Après-midi (14h-17h)

  • Jérémie Bichüe (Université Sorbonne nouvelle – Paris 3, FIRL EA 174): « Éditer Charles Fontaine et son réseau polémique: enjeux méthodologiques. »
  • Élise Rajchenbach (Université Jean Monnet Saint-Étienne, IHRIM UMR 5317): « Quelques avancées autour de l’édition de La Victoire et Triumphe d’Argent (1537). »
  • Atelier d’annotation de textes.

Toute personne désireuse de participer au séminaire, de manière ponctuelle ou régulière, est la bienvenue.

Contact:
Élise Rajchenbach: elise.rajchenbach/@/univ-st-etienne.fr

Télécharger le programme.

Université Jean-Monnet de Saint-Étienne, faculté des lettres
Salle G05
33, rue du 11 novembre
42 000 Saint-Étienne
Pour venir depuis la gare de Châteaucreux :
Tram T3, direction Bellevue. Arrêt « Campus Tréfilerie »

La version Beta du site du projet est désormais en ligne

Grâce au travail diligent de Maud Ingarao, Nathalie Arlin et Paul Gaillardon, la version Beta du site du projet d’édition numérique des œuvres complètes de Charles Fontaine est en ligne. Les premières transcriptions, pour le moment strictement diplomatiques, sont accessibles, proposant, pour certaines, le mode image face au mode texte.

Le site est amené à être régulièrement enrichi dans les mois qui viennent, avec, notamment, la mise à disposition de l’enregistrement des parties musicales de poèmes de Fontaine. À plus long terme, le site devrait proposer une base prosopographique qui permettra l’étude des réseaux de Charles Fontaine.

Textes accessibles sur le site (septembre 2019):

  • La Victoire et Triumphe d’Argent contre Cupido dieu d’Amours n’a guieres vaincu dedans Paris, Lyon, François Juste, 1537
  • La Contr’Amye de Court, Lyon, Sulpice Sabon, 1543
  • La Fontaine d’Amour, Lyon, Jean de Tournes, 1545
  • Estreines à certains Seigneurs, et Dames de Lyon, Lyon, François Juste, 1545
  • Les Ruisseaux de Fontaine, Lyon, Thibauld Payen, 1555
  • Les Figures du Nouveau Testament, Lyon, Jean de Tournes, 1556
  • Ode de l’Antiquité et excellence de la ville de Lyon, Lyon, Jean Citoys, 1557
  • Odes, enigmes et epigrammes, adressez pour etreine, au Roy, à Madame Marguerite, & autres Princes et Princesses de France, Lyon, Jean Citoys, 1557
  • Salutation au Roy Charles IX. Sus son entrée en sa Noble et Antique Ville de Lyon, Paris, Guillaume Nyverd, jouxte Lyon, Benoist Rigaud, 1564

Accéder au site

Soutenance de thèse de Mathilde Vidal sur la poétique de l’étrenne

Mathilde Vidal, en charge, dans notre projet, de l’édition des Odes, enigmes et epigrammes adressez pour estreines de 1557, soutiendra le mercredi 25 septembre 2019 à partir de 14h sa thèse de doctorat intitulée Bon jour, bon an et bonne étrenne. Poétique de l’étrenne en vers de Marot à Scarron. Ses travaux, menés sous la direction de Jean Vignes (Université Paris-Diderot), explorent en particulier les riches productions de Charles Fontaine, qui procure pas moins de trois livres d’étrennes entre 1546 et 1557. Nul doute que cette thèse fera progresser notre compréhension et notre connaissance du corpus fontainien!

Résumé:
La longue tradition poétique qui consiste, depuis les épigrammes de Martial jusqu’aux poèmes et chansons du Moyen Âge, à offrir des vers pour le nouvel an est réinvestie, à la Renaissance, par Clément Marot et ses imitateurs, qui contribuent à sa large diffusion. Au cours du XVIe siècle, la pratique du don versifié pour le 1er janvier est explorée par de nombreux poètes, renouvelée au gré des modes et des contextes de production de la poésie. Traversant les courants et les écoles poétiques, elle fait l’objet de détournements sous la plume des poètes burlesques du début du XVIIe siècle, qui témoignent ainsi de la cristallisation du modèle. Si les formes, les registres et les modalités de mise en valeur au sein des recueils varient beaucoup d’une étrenne à l’autre, la circonstance calendaire et les motifs récurrents qui en découlent (renouvellement de l’année, mise en scène de l’acte du don, dimension augurale et inaugurale de la parole poétique) conduisent à envisager la cohérence d’un corpus foisonnant, composé de plus d’un millier de textes. Il s’agit donc de mesurer l’ampleur de la vogue, d’en dégager la chronologie précise et de s’interroger sur l’identité générique qui pourrait unir ces textes. Parce que l’étrenne reproduit et déplace le geste anthropologique du don rituel, sa poétique est structurée par des enjeux comparables: l’échange des biens – qui sont, dans le cas du poème, des mots et des « riens » – a pour vocation de tisser ou de maintenir un lien avec le destinataire. La valeur de la poésie comme don symbolique, mais non moins efficace, est donc au cœur de cette étude.

Le jury se composera de Nathalie Dauvois, Pascal Debailly, Jean-Charles Monferran, Alain Génetiot, Nathalie Koble et Jean Vignes.

Mercredi 25 septembre, 14h
Université Paris-Diderot (5, rue Thomas Mann, 75013)
Bâtiment des Grands Moulins, salle Pierre Albouy (6e étage)

Fontaine, les « Figures du Nouveau Testament », et Marguerite de France

Dans un riche article paru dans le collectif Le Savoir italien sous les presses lyonnaises à la Renaissance, intitulé « Mosè italiano dans les Figure della Biblia lyonnaises au XVIe siècle », Max Engammare consacre un passage à Charles Fontaine. Il souligne que deux poètes des Figures publiées par Jean de Tournes, Damiano Maraffi pour la version italienne et Charles Fontaine pour la version française, adressent leurs traductions en 1554 à Marguerite, sœur du roi. La mise au jour de cette approche commune permet de rappeler que dès 1545, le manuscrit de La Fontaine d’Amour avait été adressé à Marguerite par Guillaume du Maine, ancien précepteur des enfants de France puis lecteur et secrétaire de Marguerite. Max Engammare souligne ainsi qu' »en 1554, Fontaine tente donc une approche directe vers la fille de François Ier, répétée l’année suivante, en lui offrant l’ode III des Ruisseaux de Fontaine (1555) et en la qualifiant de « vraye seure Mecenate ». »

Une note de Max Engammare, constatant l’absence de Damiano Maraffi dans les index du Charles Fontaine traducteur de Marine Molins et dans notre collectif, Charles Fontaine, un humaniste parisien à Lyon, signale par ailleurs une voie à explorer dans notre travail prosopographique, alors même que Maraffi n’apparaît pas parmi les dédicataires de Fontaine.

Source:
Max Engammare, « Mosè italiano dans les Figure della Biblia lyonnaises au XVIe siècle », in Le Savoir italien sous les presses lyonnaises à la Renaissance, éd. Silvia D’Amico et Susanna Gambino Longo, Genève, Droz, 2017, p. 205.