Archives mensuelles : septembre 2020

Soutenance de thèse de Jérémie Bichüe sur la querelle Marot-Sagon

Le vendredi 25 septembre 2020, Jérémie Bichüe, en charge dans notre équipe, des pièces de Fontaine dans la querelle Marot-Sagon, a soutenu sa thèse:  »Par satire replicquer ». La querelle Marot-Sagon: une œuvre collective (1535-1539) (sous la direction de Nathalie Dauvois, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, et de Guillaume Berthon, Université de Toulon).

Résumé:
Cette thèse se propose d’étudier la querelle Marot-Sagon (1535-1539) non pas seulement comme un objet d’histoire littéraire, mais comme une œuvre collective. La première partie définit la scénographie de la querelle par une approche chronologique et prosopographique. Elle présente les acteurs, les réseaux dans lesquels ils s’inscrivent et explore les sociabilités qui composent le champ poétique français des années 1530. Le tout permet de refonder la chronologie des faits et des publications. La deuxième partie rend compte des enjeux polycentriques du conflit, qui ne peuvent être compris qu’au croisement de différentes représentations de l’écriture du contre. Le blâme religieux à tendance judiciaire s’oppose à la pratique collective d’une satire comique, qui parodie les formes et les thèmes de la satire antique et médiévale. Le débat porte au fond sur les fondements éthiques de la satire, sans cesse renégociés, mais finalement dépassés. La dernière partie éclaire en effet la sociabilité poétique qui émerge du différend, en la comparant aux autres productions collectives de la décennie (blasons anatomiques du corps féminin, Fleurs de poesie françoyse). Elle mêle les apports de la bibliographie matérielle et de la sociopoétique pour démontrer que les poètes inventent, dans l’agôn, une performance satirique en style bas qui tire profit de la fiction de personne et du support imprimé. La théâtralisation de l’épître et la diffusion des libelles dans la ville transforment la querelle en un jeu de rôle, et la satire ad hominem permet in fine de mettre en scène la violence civile du temps. Le second tome offre une transcription intégrale des textes. 

 
Le jury se composait de Nathalie Dauvois, Guillaume Berthon, Michèle Clément, Jean-Charles Monferran, Estelle Doudet et Michel Magnien.
 
Vendredi 25 septembre 2020, 14h
Maison des Irlandais, 4 rue des Irlandais
 

Sur un correspondant de Charles Fontaine: Nicole Le Jouvre

Dans la dernière livraison de la Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, Élise Rajchenbach publie une note sur un correspondant récurrent de Charles Fontaine, Nicole ou Nicolas Le Jouvre. Cette note, rédigée à l’occasion de la découverte de poèmes autographes d’un poète qui a été au service de Catherine d’Amboise et de Jacques Thiboust, lève partiellement le voile sur la biographie d’une figure peu connue, quoique inscrite dans les réseaux poétiques de l’époque et qu’on retrouve également dans les œuvres de François Habert. La découverte met en lumière une pratique poétique  fondée sur l’échange de poèmes circonstanciels, écrits sur le vif, dont l’accès, aujourd’hui, est largement accidentel. Les rares témoignages de cette pratique qui demeurent de nos jours ne rendent en effet aucunement compte de la vitalité probable de cette poésie éphémère.

Élise Rajchenbach, « Nicole Le Jouvre. Un poète en Berry », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, tome LXXXII, 2020, no2, p. 323-330.

La Plume en l’absence: parution de l’ouvrage de Pauline Dorio

L’ouvrage de Pauline Dorio, « La Plume en l’absence ». Le devenir familier de l’épître en vers dans les recueils imprimés de poésie française (1527-1555), Genève, Droz, 2020, vient de paraître.

Présentation de l’éditeur:

Entre 1527 et 1555, l’affermissement de l’épître en vers à l’intérieur du champ poétique français se produit par le biais d’une « familiarisation » favorisée par le contexte éditorial des recueils d’auteur. Ce livre se donne pour but d’interroger une telle transfiguration. L’itinéraire du genre dévoile tout d’abord qu’aux balbutiements imprimés de l’épître (1527-1532) succède une période d’hégémonie éditoriale du modèle familier (1532-1549), avant que la diffusion de l’épître ne soit corrélée à la défense d’une poétique « marotique » (1549-1555).
La deuxième partie examine les représentations de l’épître personnelle, qui exhibe sa modestie par la revendication d’un intertexte récent, l’élaboration d’un decorum marginal et la mise en œuvre d’une poétique du sermo. Articulant les approches matérielle et poétique, la troisième partie montre comment la dispositio des sections d’épîtres fait surgir la singularité débordante de cette nouvelle poétique épistolaire.

Pauline Dorio est membre de l’équipe Fontaine. Elle en charge de l’édition du « Passetemps des amis » dans les Ruisseaux (1555). À ce titre, elle est amenée à étudier les diverses épîtres familières qui parsèment l’œuvre de Fontaine. La publication de cet ouvrage contribue avec richesse à l’étude de l’œuvre de notre polygraphe au sein de la production poétique imprimée de la première moitié du XVIe siècle.